Séméiologie des pratiques addictives

Click here to load reader

  • date post

    24-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    33
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Séméiologie des pratiques addictives. Romain Moirand UF Addictologie Service des Maladies du Foie. Classification Séméiologie des intoxications Séméiologie des syndromes de sevrage Séméiologie biologique Comment interroger un patient sur ses consommations?. - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of Séméiologie des pratiques addictives

  • Smiologie des pratiques addictivesRomain MoirandUF AddictologieService des Maladies du Foie

  • Classification

    Smiologie des intoxications

    Smiologie des syndromes de sevrage

    Smiologie biologique

    Comment interroger un patient sur ses consommations?

  • Consommations de substances psychoactivesUsage normal (sans problme)

    Msusageusage risqueusage nocifusage avec dpendance

  • USAGE RISQUELa consommation expose au risque de dommages, mais il n'y en a pas actuellement et il n'y en aura peut tre jamais (vulnrabilit diffrente selon les individus)CE N'EST PAS UNE MALADIE

    Risque en prise aigualcool et conduite automobile ou violence0,5 g/l = accident mortel X 3Cocane et infarctus

    Risque li certaines situationsFemme enceinte

    Risque statistique sur le long termeAlcool et risque de cirrhoseTabac et risque de cancer

    Risque de passer l'usage nocif voire la dpendance

  • Usage sans risque d'alcool 4 verres par occasion de boire

    14 verres par semaine pour les femmes21 verres par semaine pour les hommes

    Pas d'alcool dans certaines circonstancesEnfanceGrossesseConduite ou travail sur machinePrise de certains mdicamentsToute activit ncessitant une vigilance accrue

    Au moins un jour sans alcool par semaine

  • USAGE NOCIF

    le risque devient ralit (CIM 10)Consommation rpte induit des dommagessomatiquespsychoaffectifssociaux (famille, travail, judiciaires)

    pour la personne ou son entourage

    Sans critres de dpendance

  • DEPENDANCE Psychiqueperte de contrle de la substancecentration sur la substancetat affectif ngatif associ au manque

    Physiquetolrancesyndrome de sevrage

  • Critres de dpendance (DSM V) CIM 10Utilisation rpte d'une substance dans des situations o cela peut tre physiquement dangereuxUtilisation rpte conduisant l'incapacit de remplir des obligations majeures, au travail, l'cole ou la maisonSubstance souvent prise en quantit suprieure ou sur un laps de temps plus long que prvuDsir persistant ou des efforts infructueux pour rduire ou contrler l'utilisation de la substanceUsage de la substance poursuivi malgr des problmes sociaux ou interpersonnels persistants ou rcurrentsUtilisation de la substance poursuivie malgr l'existence d'un problme physique ou psychologique persistant ou rcurrent dtermin ou exacerb par la substanceTemps considrable faire le ncessaire pour se procurer la substance, la consommer ou rcuprer des effetsImportantes activits sociales, occupationnelles ou de loisirs rduites ou abandonnes cause de l'utilisation Craving (envies imprieuses ou obsdantes)TolranceSyndrome de sevrage

  • Classification

    Smiologie des intoxications

    Smiologie des syndromes de sevrage

    Smiologie biologique

    Comment interroger un patient sur ses consommations?

  • Intoxication alcoolique aiguVariabilit individuelle des effets subjectifs et objectifs

    Effets mesurables : 0,2 - 0,3 g/l

    Accident mortel X 3 si alcoolmie = 0,5 g/l

    Un verre : 0,2 g/l

    Dcroissance 0,15 g/l par heure

  • 3 phasesExcitationeuphorie - toute puissanceleve des inhibitions

    Ebrit (incoordination)syndrome crbelleux et vestibulaireDysarthrieTroubles de la vigilance de la visionpense embrouille - incohrence des proposatteinte SN vgtatif (vomissements)

    Dpressionendormissement voire coma

  • Coma thyliqueCalme avec hypotonie hypothermie hypotensionMydriase aractive Dpression respiratoire Sans signes de localisation

    Pose le pb du diagnostic diffrentiel

  • Formes cliniques: ivresses pathologiquesExcitomotriceHallucinatoiresDlirantesConvulsivantes

    Souvent prolongesSe terminent par une phase comateuseAmnsie constante, totale ou partielle

  • Intoxication alcoolique chroniqueVisage congestionn parotidomgalieHaleine vocatriceTlangiectasies (pommettes oreilles nez)Langue saburrhaleTremblements fins labio-lingual et des extrmitsTroubles psychiques (asthnie, irritabilit, agitation nocturne)Troubles mnsiques troubles du sommeilTroubles digestifs (surtout matinaux) brlures pigastriques, pituites matinales, vomissementsCrampes noctures et myalgiesTARDIF ++++

  • Intoxication opiacsPriseFlash, euphorie, puis somnolence, vertiges, vomissements lors des premires prises, bradycardie

    Intoxication chroniqueTroubles psychiques: alterne somnolence de l'intoxication et irritabilit agressivit du manqueAltration tat gnral avec amaigrissementTraces d'injections

    Overdosetroubles de conscience (somnolence, coma) avec arflexiebradypne dpression respiratoire apnebradycardie hypotension artriellemyosis serr (vocateur)

  • CannabisIvresse cannabiqueEuphorie, bien-tre, dtentepuis apathie et somnolencePerturbations de la mmoire, de l'attentionDistorsions du temps et de l'espace

    Formes particuliresHallucinatoiresBad trip: crise d'angoisse, ides paranoaques ou dlirantesPsychose cannabique aigu = bouffe dlirante aigu

    Intoxication chroniqueTroubles cognitifs (mmoire, attention)Syndrome amotivationnel (indiffrence affective et sociale)Lien avec pathologies psychiatriques

  • Classification

    Smiologie des intoxications

    Smiologie des syndromes de sevrage

    Smiologie biologique

    Comment interroger un patient sur ses consommations?

  • Signes du syndrome de sevrage AlcoolInconstant: 30 % des patients alcoolo dpendants

    Troubles neurovgtatifsTremblements sueurs tachycardie hypertension

    Troubles psychiquesAnxit agitation irritabilit insomnie cauchemars

    Troubles digestifsAnorexie nauses vomissements

    Survient typiquement au rveil ou rapidement aprs le rveilDisparat trs vite avec une consommation d'alcoolDisparat en 2 5 jours en l'absence de consommationRisque d'accidents de sevrage

  • Accidents de sevrage alcoolCrises convulsives de sevrageDans les 48hCrise pileptique typique de type grand malIsoles ou rptesPeut annoncer un DT

    Delirium Tremens (DT)Syndrome confusionnel: dsorientation dans le temps et l'espace

    hallucinations oniriques, recrudescence dans l'obscurit, trs visuelles, intensment vcues = deliriumTremblements intenses et gnralisesAgitation majeure lie une angoisse intense; risque de passage l'acteSueurs profuses fivre tachycardie hyper ou hypotensionDshydratation

  • Syndrome de sevrage opiacsTrs frquent: 80 % des consommateurs

    12 14 h aprs la dernire consommation d'hronePlus retard en cas d'autres opiacsBillements, larmoiements, rhinorrhe, sueursMydriaseDouleurs diffuses musculaires, abdominales (crampes) contractions musculairesDiarrhe, vomissements, hypertension artrielleAnxit +++ irritabilit agitation insomnieMaximum au 3me jour disparat au bout de 8 jours

  • Syndrome de sevrage cannabisRare; consommateurs pluri-quotidiens

    Agitation, anxit, insomnie, dysphorie, irritabilitAnorexie, tremblementsSueurs, diarrhe

    Peut apparatre aprs 10h, mais souvent plus retardS'amliore progressivement et disparat aprs 3 semaines

  • Syndrome de sevrage la nicotineIrritabilit +++, frustration, colreHumeur dysphorique ou dpressiveInsomnieAnxitDifficults de concentrationFbrilit

    Dans les quelques heures qui suivent la dernire cigarette

  • Classification

    Smiologie des intoxications

    Smiologie des syndromes de sevrage

    Smiologie biologique

    Comment interroger un patient sur ses consommations?

  • - GT: gamma glutamyl transfraseEnzyme hpatique qui augmente chez les consommateurs risque

    Sensibilit : < 50% en population gnraleSpcificit : mauvaise isolmentDifficile chez le gros gras sucr

    Demi - vie : 4 8 semainesdiminution franche 2 semaines sevrage

  • VGM: volume globulaire moyenla taille des globules rouges augmente chez les buveurs risque

    Sensibilit16 - 32%Spcificit90 %

    Dcroissance lente, normalisation en 3 mois si sevrage

  • CDT: Transferrine dsialileIsoforme de la transferrine, qui augmente avec la consommation chronique d'alcool ( partir de 4-5 verres par jour)

    Sensibilit suprieure la g-GTSpcificit > 95 % +++

    Demi-vie : 12 17 jours

  • Combinaison g-GT / VGM / CDT

    Sensibilit (un peu) meilleure

    Spcificit moins bonne

  • AlcoolmieSensibilit

    Diminue de 0,15 g/l par heure

    3 verres = 0,5 g

    Corrlation clinique - taux trs variable selon les individus

    Alcoolmie ou thylomtre

  • Recherches de toxiques urinairesRecherche qualitative des diffrents produits dans les urinestmoigne d'une consommation passe, avec des dlais variables

    Cannabis: de qq jours qq mois (petit / gros fumeur)

    Opiacs: dtecte la consommation des drivs de l'opium(hrone, morphine, codine)Se ngative en quelques joursNe dtecte pas: mthadone, buprnorphine, tramadolMthadone en 5 7 joursBuprnorphine et tramadol pas disponible

    Cocane : de quelques jours une semaine

    Amphtamines: dtecte une prise < 48h

  • Classification

    Smiologie des intoxications

    Smiologie des syndromes de sevrage

    Smiologie biologique

    Comment interroger un patient sur ses consommations?

  • Principes gnrauxEtre systmatiqueTout nouveau patientDe faon rgulirement rpte chez les patients connus

    En faisant preuve d'empathieCapacit comprendre le cadre de rfrence (valeurs, croyances, motions) de l'autre sans le jugerEn le montrantDe faon souriante, chaleureuse, respectueuse et valorisante

    En vitant +++JugementMoralisationconfrontation

  • Reprage (outils)Consommation Dclare dAlcool (CDA)

    En verres (ou units)

    par occasion de boire

    par jour

    par semaine

  • = 10 g alcool thylique

  • rhumrhum 55 (1l)= 45

  • Reprage (Outils)DETA

    Avez vous dj ressenti