Paul DUCHON - Grammaire et dictionnaire du patois bourbonnais

of 120 /120
Institut d'estudis occitans de París Documents per l'estudi de la lenga occitana N°90 Paul DUCHON Grammaire et dictionnaire du patois bourbonnais Edicion originala Moulins, Crépin-Leblond, 1904. Document dins lo maine public numerizat per archive.org.

Embed Size (px)

description

Documents per l'estudi de la lenga occitana N°90 Paul DUCHON Institut d'estudis occitans de París Edicion originala Moulins, Crépin-Leblond, 1904. Document dins lo maine public numerizat per archive.org. Des ouvrages fondamentaux numérisés et mis à disposition sur un site unique. Daus libres de basa numerizats e betats a dispausicion sus un site unique. Documents per l'estudi de la lenga occitana

Transcript of Paul DUCHON - Grammaire et dictionnaire du patois bourbonnais

  • Institut d'estudis occitans de ParsDocuments per l'estudi de la lenga occitana

    N90

    Paul DUCHON

    Grammaire et dictionnaire du patois bourbonnais

    Edicion originala Moulins, Crpin-Leblond, 1904.Document dins lo maine public numerizat per

    archive.org.

  • Documents per l'estudi de la lenga occitana

    Daus libres de basa numerizats e betats a dispausicion sus un site unique.

    Des ouvrages fondamentaux numriss et mis disposition sur un site unique.

    Mesa en linha per :IEO Pars

    http://ieoparis.free.fr

  • AVANT-PROPOS

    La Socit d'Emulation de l'Allier a form depuis trente ansle projet de publier un Glossaire bourbonnais. [Bulletin de laSocit d'Emulation, tome xiii, page ^yy, anne 1875.)En se reportant la dlibration prise par la Socit cette

    poque, on voit qu'elle adopte le projet de rdaction d'unGlossaire bourbonnais, et mme qu'elle fait appel ses corres-pondants et en gnral tous les habitants de l'Allier pourl'aider rechercher et recueillir les lments premiers decette uvre toute locale.

    Selon le plan publi dans le Bulletin d'alors, le Glossairebourbonnais doit comprendre non pas tous les mots de la langue parle en Bourbonnais, mais ceux seulement qui lui sont propres et de nature la caractriser particulire- ment.

    Par exemple : 1 Les mots qui ne se retrouvent pas sous une forme

    identique dans la langue usuelle, telle que la donnent les dictionnaires les plus autoriss. Il sera bon, si on le peut, d'indiquer les concordances ou divergences avec le Glossaire du Centre, du comte Jaubert

    ;

    2 Les mots franais dfigurs qui peuvent ne pas tre de prime abord reconnus, ou qui, grce des altrations phontiques essentielles, peuvent servir faire reconnatre les lois propres la phontique du langage bourbonnais

    ;

    3 Les flexions verbales, telles que : nous vons, s'il fasit, etc.

    On est pri de constater le rayon dans lequel se parle

  • 8 AVANT-PROPOS

    l'idiome local spcialement tudi. On sait que le Bour- bonnais est un des points du territoire franais o les langues d'oc et d'ol se touchent sans se confondre : il serait ds lors intressant de dterminer l'endroit prcis o se trouvent actuellement reportes les frontires respectives des deux idiomes.

    * *

    Quatre tudes ont t faites sur les patois des diffrentesrgions bourbonnaises.

    L'une sur le Parler des environs de Moulins , parM. Conny, est reste manuscrite et se trouve la Bibliothquede la ville de Moulins. Cet ouvrage est assez complet, mais iln'est pas soumis un ordre rigoureusement alphabtique, cequi rend les recherches difficiles. Un grand nombre de motsfranais y ont t insrs par erreur comme tant des mots

    patois.

    Une tude sur le parler d'EscuroUes a t faite par M. VictorTixier ; elle est remarquable comme richesse de mots, commerudition, comme mthode, et servirait admirablement de modleau Glossaire projet par la Socit d'Emulation. Malheureu-sement, une partie infime de ce travail a t publie (lesconsidrations gnrales, la lettre A et une partie de la lettre B).M. l'abb Perrot, cur de Ferrires-sur-Sichon, a consacr

    deux essais au parler de sa paroisse. Entrepris dans un butspcial, ces ouvrages, fort intressants, sont incomplets. Ilscontiennent une grammaire.

    Enfin, un petit opuscule de M. Dupuis, intitul : Emmerocket Bona, vieux mots montluonnais, contient un embryon devocabulaire pour la rgion de Montluon.

    Nous ne comprenons pas dans notre numration le chapitreque M. Fourneris a consacr au patois dans son Histoire de laville de Cusset, car cette tude est par trop succincte.Nous avons mis profit ces diffrents travaux.

    *

    * *

  • AVANT-PROPOS

    Sous chaque mot, notre Dictionnaire donne en notes d'abordle mot correspondant des autres dialectes bourbonnais prc-demment tudis, et ensuite le mot correspondant des provincesvoisines ou mme de certains autres pays lorsque la comparaisonen a paru intressante. Nous nous sommes attach spcialement donner les mots correspondants du Berri et du Forez, afin decontribuer, dans la mesure de notre cadre, traiter la questiondes frontires de la langue d'oc et de la langue d'ol.

    Le berrichon est le dernier dialecte d'ol au-dessus de largion que nous tudions ; le forzien est le premier dialected'oc au-dessous. Il peut tre intressant d'avoir ainsi chaquevocable une comparaison immdiate qui permette de le classerdans les idiomes du Nord ou du Sud.

    Faute de glossaire auvergnat, nous n'avons pu donnerrgulirement en notes les mots correspondants de ce patoisqui appartient la langue d'oc.

    * *

    Historiquement, la rgion de Varennes devrait tre unterritoire de langue d'oc, ainsi que toute la partie auvergnatedu Bourbonnais.

    La frontire de la France du Nord et de la France du Midiest, en effet, constitue travers le dpartement actuel del'Allier par l'ancienne limite du diocse de Clermont. C'est unpoint qui n'a jamais t mis suffisamment en lumire.Nous traons cette frontire sur la carte qu'on trouvera

    ci-aprs.

    En fait, c'est encore actuellement la ligne de dmarcationentre le territoire de pure langue d'o'i'l et le territoire o cetidiome est mlang de langue d'oc.Au Sud de cette ligne, le participe pass masculin des

    verbes en er se forme en . Ainsi, au lieu de traduire le motdiminu par moindre, on le traduira par mondr.On pourrait galement trouver d'autres traces de langue d'oc

    qui ne franchissent pas la frontire dont nous parlons.On n'aboutirait cependant qu' des indications tellement

    2

  • 10 AVANT-PROPOS

    lgres qu'elles ne suffiraient pas pour diviser deux idiomes. Ilfaut pour cela des diffrences plus essentielles et plus nom-

    breuses, et il n'est pas douteux que le parler de Varennes soit

    de langue d'ol.Mais, en raison des infiltrations de langue d'oc qu'on yrelve,

    on peut le considrer comme un sous-dialecte, dj un peudistinct, du dialecte berrichon dont il drive.

    Le dialecte bourguignon qui est, comme le berrichon, delangue d'ol pure, ne lui a gure donn que la transformationde Vui en eu. (Voir le n i des particularits signales page 1 1.)

    *

    * *

    Au Sud du canton de Varennes, commence, avec des nuancesdiverses, un patois diffrent. Le parler de Varennes n'y serait

    pas compris. La langue d'oc et la langue d'ol s'y trouvent

    franchement mlanges.Le parler de cette rgion a t tudi par M. l'abb Perrot

    dans les ouvrages ci-dessus cits.Contrairement l'opinion de M. Bertrand, professeur

    l'Universit allemande de Stuttgard, M. l'abb Perrot enseigneque ce parler est plutt de langue d'ol que de langue d'oc.Mais les raisons qu'il en donne sont peu convaincantes. Outreun grand nombre de mots mridionaux, ce patois forme en non plus seulement les participes passs en , mais aussi lesinfinitifs en er ; ses imparfaits sont des imparfaits de langued'oc peine modifis, et d'une faon gnrale sa grammaire etses tournures de phrases sont auvergnates et forziennes.On peut admettre que ce dialecte est mixte, prsentant un

    mlange gal des deux langues. Ce n'est plus assurment unsous-dialecte berrichon comme le parler de Varennes.

    Cette zone mixte, dont nous traons la frontire Nord surnotre carte, est limite au Sud d'une faon assez exacte par lalimite des dpartements de l'Allier, du Puy-de-Dme et de laLoire.

  • AVANT-PROPOS I I

    Nous avons qualifi le patois de Varennes de sous-dialecteberrichon. C'est donc que, tout en ayant une trs grande res-semblance avec le dialecte du Berri, notre patois prsentecependant quelques particularits notables.

    Les principales peuvent se rsumer ainsi :

    1 Ui se prononce le plus souvent eu. Exemple : hieu,raeneusier, m'eut, peu, peusque, ple, treu, angneu, pour glui,

    menuisier, nuit, puis, puisque, pluie, truie, anui (aujourd'hui).Il se prononce rarement oui, comme dans pouits pour puits.

    2 La finale oir fait souvent ou. Ex. : arrouzou, battou,embredzou, tseniilou.

    Elle fait quelquefois oure.

    3 La finale oire se transforme en oure. Ex.: mtsourepour mchoire.Ou en re. Ex.: crre pour croire.4 Plusieurs mots ont le ^ doux allemand. Ex. : en-

    mourdM'n, mournirf).

    5 Un grand nombre d' se transforment en e muets dans lecorps des mots. Ex. : derier, brequille, cremiyre.

    6 Le ch s'adoucit pour prendre le son ts. Ex. : tsin(chien), mtsoure, etc.

    7 Le g doux et le ; s'adoucissent en dz. Ex. : s'adze-neiller, dzambion.

    Quelquefois en z. Ex. : tsafaudaze,

    8" R final se supprime dans tous les verbes en ir. Ex. :dzarti, uvri, rabi.

    9** U fait souvent eu. ^ Ex. : accoutem, aVemette.10 Les participes passs en se forment en au masculin ;

    le fminin est en e, comme en franais. Ex. : accoutem,accouteme ; afa, aface ; etc.

    1 1 Les finales eur et eux font souvent ou au masculin et ouse

    au fminin. Ex. : bisou, bisouse ; brequillou, brequillouse ;crassou, crasseuse

    ; un crou pour un creux.

  • 1 2 AVANT-PROPOS

    12'' Ces mmes finales sont quelquefois en u au singulier. Ex. : cindru, pluriel cindreux ; grau, pi. graeux ; hontu, pi.

    honteux ; boutu, pi. bouteux.

    1 3 Certaines nasalits sont intercales dans le corps des

    mots. Ex. : unhne, hiunhne^ ccunme, anhne, onmelette,

    prunhne.

    14 Ve muet final se prononce un aprs une voyelle ou unediphtongue. Ex. : vihun, bouhun, orciiun, pepihun, reuhun,

    sansuhun.

    *

    * *

    Le Glossaire du Centre, par le comte Jaubert, pour le patoisberrichon, et le Dictionnaire du Patois for\ien, par M. PierreGras, sont les ouvrages que nous avons consults avec le plus

    d'avantage pour les comparaisons avec les provinces voisines.

  • Grammaire du Patois bourbonnais(CANTON DE VARENNES)

    Articles

    Le, Ij les, comme en franais ; du, dou ; des, au, comme enfranais ; aux se dit devant une consonne et es devant unevoyelle.

    Adjectifs et Participes passs

    Les adjectifs et les participes passs dont le masculin est en forment le fminin singulier en e. Ex. : l'houme est passa,la fene est passe, l'homme est pass, la femme est passe.

    Les adjectifs en in forment le fminin en ine.Les adjectifs en ou le forment en ouse et les adjectifs en u

    le forment en use.

    Pronoms et Adjectifs dterminatifs1 Pronoms personnels employs comme sujets: on les

    verra plus loin en conjuguant les verbes. Ajoutons ici que onse traduit par ou. Ex. : ou , on est.

    2 Pronoms personnels employs comme rgime : moi, me;

    toi, tu ; lui ou elle, se ; eux ou elles, ieux z'autes.

    3 Autres Pronoms : ce, cou ou bien icou ; cet, que 1' oubien ique 1' ; cette, que le ou bien ique le ; a, can ou bien ican ;

  • 14 GRAMMAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    ces, que les ou bien iqueks ; celui, icouqui ; celle, iquelequi ; ceux

    et celles, quele'qui ; celu-cl ou celui-l, couqui ; celle-ci ou ce//g-/i,quelequi

    ; Ceux-ClQi CelUs-ci ou ceux-l et celles-l, quelqui.

    4** Pronoms possessifs : le mien, le mienne.Le tien, le tienne ou le quienne.

    Le sien, le sienne.

    Le ntre, le neutre ; la ntre, la neutre ; les ntres, les neutre.

    Le vtre, le voutre ; la vtre, la voutre ; les vtres, les voutre.

    Le leur, le eur ; la leur, la eure ; les leurs (masculin et fmi-nin), les eurs.

    Le, signifiant cela, y. Ex. : va y faire, va le faire.

    15 Adjectifs possessifs : notre, nete; votre, vote ; leur, /eu;nos, n'ts ; vos, vots ; leurs, eux.

    6 Adjectifs numraux : un, comme en franais ; une,unhne

    ; deux, comme en franais ; trois, trous ; quatre, quate ;le reste, comme en franais.

    Verbes

    Auxiliaire Etre : je suis, etc.: i su, te, al , ne son, ouzcss, i son.

    J'tais, etc.: i essin, t'ess, al ess, n'essian, ouz essi, i essian.

    Je serai, etC.:i serai, te sera, a sera, ne seron, ou ser, i seron.

    Je serais, etc.: i serin, te serun, a serun, ne serion, ou sri,

    i serion.

    Sois, soyons, soye^ : seV, siyon, siy.

    Que je sois, etc.: qu'i siye, que te siye, qu'a siye, que nesiyon, qu'o siy, qu'i siyon.

    J'ai t, etc.: i su t, t' t, al t, ne son t, ouz ess t,

    i son t. Au fminin : i su t, t' t, etc.

    Auxiliaire Avoir: j'ai, etc.: i ai, t'a, al a, n'avon, ouz av,i avon.

    J'avais, etc.: i avin, t'av, al av, n'avian, ouz avi, i avian.

    J'aurai, etc.: i rai, t'ra, al ra, n'ron, ouz r, i ron.

    i

  • GRAMMAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS I^

    Xaurais, etc.: i n'n, t'run, al run, n'rion, ouz cri, i rion.Aie, etc.: ave, avon, av.

    Que faiCj etc.: qu'i ave, que t'ave, qu'ai ave, que n'avion,qu'ouz avi, qu'i avion.

    Ayant : avian.Eu : vu.Infinitif : avre.

    Verbes qui, en franais, sont en er. Ex. : aimer.J'aime, etc.: i aime, t'aime, al aime, n'aimon, ouz aim, i

    aimon.

    J'aimais, etc.: i aimin, t'aim, al aim, n'aimian, ouz aimi,

    i aimian.

    J'aimerai, etc. : i aimerai, t'aimera, al aimera, n'aimeron, our

    aimer, i aimeron.

    J'aimerais, etc.: i aimerin, t'aimerun, al aimerun, n'aimerion,

    ouz aimeri, i aimerion.

    Qu'ils aiment : qu'i aimion, le reste rgulier.Participe pass : aima. Ex. : l'houme aima, la fene c

    aime, Vhomme est aim, la femme est aime ; les houmes sonaimas, les fenes son aimes, les hommes sont aims, les femmessont aimes.

    Quelques participes passs sont en e muet, tels que use,gonfle, trempe, etc. ; ce sont plutt des adjectifs.

    Tous les verbes, quelle que soit leur terminaison, se conju-guent d'aprs ces dsinences, sauf les distinctions ci-aprs :

    1 Verbes qui, en franais, sont en ir : ils ont Tinfinitifen i. Ex. : fini, pour finir ; i veu fini, je veux finir ; i veu endfini, je peux en terminer.

    Le participe pass, comme en franais. Ex. : i ai fini, j'ai

    fini, etc.

    2" Verbes qui, en franais, sont en oir ou oire : ils ontsouvent Tinfinitif en oure. Dans ce cas, ils ont en ou toutesles diphtongues qui, en franais, sont en oi. Ex. : aperce-voure, apercevoir ; i aperou, j'aperois.

  • l6 GRAMMAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Ils ont quelquefois Tinfinitif en re. Dans ce cas, ils ont en

    toutes les diphtongues qui, en franais, sont en oi. Ex. : crre,

    croire; i cr, je crois ; i creyin, je croyais.

    Verbes irrguliers : savoir : savre. Je sais, i sa ; tu sais,te sa ; il sait^ a sa. Part, pass : su, savu.

    Pouvoir : poure. Pu, pouu.Vouloir : voul. Ils veulent, i voulon ; que je veuille, que

    iu veuilles, qu'il veuille, que nous voulions, que vous vouliez,

    qu'ils veuillent : qu'i voule, que te voule, qu'a voule, que ne

    Youlion, qu'o vouli, qu'i voulion.

    Valoir : val. Que je vaille, que tu vailles, qu'il vaille, quenous valions, etc.: qu'i vale, que te vale, qu'a vale, que ne

    valion, etc.

    Lire : lire. Lu, lisu.

    Mourir : meuri.Aller. Je vais, tu vas, il va, nous allons, vous alle\^ ils

    vont : i va, te va, a va, n'allon, ouz all, i allon. Je Suis all, etc.,

    i su t, etc. Que j'aille, que tu ailles, qu'il aille, etc.: qu'i aile,que t'alle, qu'ai aile, etc.

    S'asseoir : se slter. Ex.: i su sit, que le fene site, je suisassis, cette femme est assise.

    Bnir : bni.Croire : crre.

    Natre. Part, pass : nssu. Ex.: al nssu, i sont nssu,

    il est n, ils sont ns.

    Vivre. Part, pass : vivu.

    Suivre. Part, pass : suivu.

    Voir : vre.

    Nuire. Part, pass : nuizu.

    Suffire. Part, pass : sufFizu.Recevoir : recevre.

    Courir : courre.Acqurir : acqueri.Pleuvoir : pluir. Part, pass : pleuu. Ex. : ou a pleuu,

    // a plu.

    Connatre : counatre. Part, pass : counassu.

  • GRAMMAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS I7

    Mots invariables

    Prpositions : avec, anv ; voil, vel ; derrire, deri ; sur,su ; chei, tseu ; par et pour, pre ; vers, v.

    Adverbes : aujourd'hui, angneu ; bientt, taleurc (pour tout Vheure); dj, dedz ; ici, iqui; l, dret-l; o, sans mouvement,Ion; oii, avec mouvement, ion; oui, lavo ? ; d'o ), d'on etde Ion ?. Ex.: de Ion que te vins? d'o viens-tu Dehors,guir ; asse:[, prou ; plus, mai ; encore, inqure.

    Particularits dans la prononciation

    Nous avons indiqu prcdemment, pages 1 1 et 12, les parti-cularits qui distinguent le sous-dialecte bourbonnais de sondialecte d'origine qui est le berrichon. Rappelons ici, au con-traire, quelques-unes des particularits communes ces deuxidiomes qui se retrouvent le plus frquemment :L se supprime dans les mots o il prcde la diphtongue ier.

    Ex. : souer, escaer, chandeer.

    Gl se transforme en hi ou en i dans plusieurs mots. Ainsi gluidevait se traduire par gleu puisque la diphtongue uisQ prononceeu ; au lieu de gleu nous avons hieu ; sanhier pour sanglier.Eau fait iau. Ex. : cheviau, biau, nouviau.Les mots en al font au. Ex. : marchau, chevau, etc.Oi se prononce ou. Ex. : le rou.Etc.

  • Dictionnaire du Patois bourbonnais

    (CANTON DE VARENNES)

    Abeter, verbe act. Voir aponcher.

    Abetere ou abeture, subst. fm. Voir aponchere.Abonifier, verbe act.: bonifier, amliorer.

    Abraser, verbe act.: dtruire.Ex.: A va ton y abraser. Il va tout dtruire cela.

    * Roman, Moulins, Escurolles et berrichon : abraser,Forzien : ebrai\.Remarque : On dit avec l'emploi pronominal : s'abraser,

    s'crouler. La maison s' abrase. La maison s'estcroule.

    Etym.: Abraser vient de ab radere comme craser vientde ex radere.

    Abre, subst. masc: arbre.Roman : bre. Ferrires : aibre. Escurolles : bre. Berri-

    chon : bre.

    * Dans les notes : Roman indique la langue romane ; Moulins^Ferrires, Escurolles, Montluon, dsignent le patois parl dans lesrgions dont ces localits bourbonnaises sont le centre le plus impor-tant.

  • 20 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Abri, subst. masc: avril.Berrichon : avri. Provenal : abril.

    Accoiitem, e, part, pass : accoutum.Remarque : Les participes passs qui sont en au mas-

    culin forment leur fminin en e.

    Achette, subst. fm.: assiette.

    Acorper, verbe act.: inculper.Provenal : encolpar.

    Acouter (S'), verbe pron.: s'appuyer.Roman, Escurolles, berrichon. En normand le mot

    acout veut dire appui.

    A C'tte heure, loc. adv.: maintenant.Ex.: A cHte heure, vive la dioujeststaignes elles nou!

    Maintenant, vive la joie, les chtaignes et les noix !Moulins : c'tte heure ou bien agour. (Agour est le driv

    de hac hor.)Ferrires : astura, agour ou avra. Ex.: Aslura, viva la

    jou, les chtignes et lou quec!Escurolles : c'tte heure ou bien agour. Berrichon : asteure

    ou c'tte heure. Lyonnais : astura.

    Adret, adrette, adj.: adroit, adroite.Remarque : En rgle gnrale, oit se prononce et. Ainsi

    droit fait dret, etc.

    Moulins : adret, adrette.^

    Adze, subst. masc: ge.P.emarque : La vieille prononciation bourbonnaise trans-

    formait ge en d^e dans la presque totalit des mots.

    Adzeneuiller (S) ou s'ageneuiller, verbe pron.: s'age-nouiller.

    Adzuter ou ajuter, verbe act.: traire.Moulins : ajuter ou ajouter. Berrichon : ajuter.

    Afa, aface, adj.: mis sens dessus dessous.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 21

    Affener, verbe act.: gagner avec peine.Remarque : Au mot ahan, Littr discute le verbe aha-

    ner, travailler avec peine, qui a la mme origine que notremot patois, ainsi qu'en tmoigne la forme genevoise :affaner, gagner avec peine.

    Forzien : afan. En espagnol, italien et catalan, affanosignifie la peine.

    Affil (D'), adv.: tout d'une traite,Berrichon.

    Affutiaux ou affuquiaux, subst. masc. plur.: ornentents,fourniments.

    Moulins, berrichon et forzien.

    Aga impratif : regarde 1Roman, Moulins et Escurolles.Etym.: Vient de l'impratif ar^arc^^ /; du verbe argar-

    der^ qui est encore berrichon et moulinois.

    Aga d'iau, subst. masc: un abat d'eau, une trombe.Moulins et Montluon : ga. Berrichon : aga. Espa-

    gnol : agaducho.

    Agaler ou sater, verbe act.: tasser, damer.Moulins : agaler.

    Agrav, e, part, pass : fatigu.

    Agravant, adj.: fatigant.

    Agraver, verbe act.: lasser, fatiguer.

    Agribe, adj.: agrable.Berrichon.

    Agrouler (S) ou s'acroupetouner, verbe pron.: s'accrou-pir, se mettre croupeton.

    Moulins: sacroptomr.

    Aguieu, adv.: adieu.Remarque : En rgle gnrale, le di se prononce gui.

    Ainsi amandier se prononce amanguier ; diable fait guible jetc.

  • 22 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Aguille, subst. fm.; aguilloii) subst. masc: aiguille, aiguil-lon.

    Remarque: Dans ce mot aguille, le gui se prononcecomme dans le mot anguille et non comme dans aiguille.

    Roman: aguille, aguillon. Moulins: arguillon. Escu-rolles et berrichon : aguille, aguillon.

    Ah t beau Dieu ! exclamation : juron familier pour exprimerl'indignation et le dgot.

    Ex.: Ah! beau Dieu! qu'o dgotant! Ah! beauDieu ! que c'est dgotant !Remarque : Le dictionnaire de Moulins le mentionne

    sous la forme Abodieu ! qui est plus exacte comme pronon-ciation.

    Aemette, subst. masc: allumette,

    Aeuquier ou aeutier, subst. masc: alisier.Ferrires : aluji.

    Aigrandzir, verbe act.: agrandir.

    Ailland, subst. masc: gland.Ex.: / ben de Vailland. J"ai bien du gland.

    Moulins, Ferrires et berrichon.

    Ailles (Faire les) : chatouiller.Etym.: Les gens chatouilleux crient : Ae ! ae !

    Aime^ subst. fm.: intelligence, bon sens.Ex.: Al bredeau, al a point d'aime. Il est idiot, il n'a

    pas son bon sens.Roman et Moulins : aime ou me.Ferrires: aime. Ex.: Ou un nocen, o n'a gin

    d'aime.

    Escurolles : aime ou me. Forzien : eimou. Lyonnais :aime.

    Ainmi, subst. masc: ami.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 23

    Ainmiqui ou ainmit, subst. fm.: amiti.Remarque : En gnral, le ti se prononce qui. Ainsi tien

    fait quien, entier fait enquier, etc.

    Airaux (Les). Voir les zros.Airiau, subst. masc: araire.

    Ex.: Nout' airiau a dimembra les pra. Notre araire adfonc les prs.

    Moulins : ariau.Ferrires : alaire. Ex.: Not' alaire a dfona lou pra.Escurolles et Berrichon : ariau. Forzien : rore. Wal-

    lon : rre.

    Airignre ou rignre, subst. fm.: araigne.Roman : raigne. Moulins : arignaire (toile d'araigne).

    Ferrires : arigna ou rigna. Escurolles : arign.

    Airrhes, subst. fm.: arrhes.Berrichon.

    Aisant, adj.: ais.Remarque : Malaisant signifie difficile.Moulins.

    Ajuter. Voir adzuter.Albert (Le grand et le petit) : livres de sorcellerie.

    Berrichon.

    Aie, subst. masc: aile.Ex.: La pedri av un aie cassa et unhne patte casse. La

    perdrix avait une aile casse et une patte casse.Escurolles et berrichon : aie (fminin). Forzien : alla.

    Auvergnat : ala.

    Allyer, verbe neutre : scher.Remarque : Ce mot ne s'emploie qu'en parlant de la

    terre ou du linge.Moulins : alyer.

    Aller (S'en), verbe pron.: en parlant d'un rcipient, on dit qu'il s'en va quand il laisse passer les liquides.

    Berrichon.

  • 24 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Allizer ou alliger, verbe act.: allger.Remarque : Bien que le son du g doux se transforme

    gnralement en d:[, il se transforme cependant quelquefoisen ^ ; alliger pour allid:{er.

    Ameusant, adj.: amusant.

    Aner, verbe neutre : aller.Ce verbe ne s'emploie qu' Timpratif. Ex. : Ane

    don. Va donc. Aiu-\-en. Allons-nous-en.Etym.: Littr au mot aller, discutant ses origines, cite

    le mot aner qui vient probablement du latin adnare ouadnitare. Aner tait employ en normand au xiv sicle.

    EscuroUes : aner. Forzien : an.

    Angneau, subst. masc: agneau.

    Angneu, adv.: aujourd'hui.Ex.: Angneu ou lafoure, ne vouron des hourd\ou.

    Aujourd'hui c'est la foire, nous verrons des bourgeois.Roman : anuet. Moulins : aneu ou agneu.Ferrires : aneu. Ex.: Aneu ou la fre, ne vrin da

    monsieu.EscuroUes : anuet. Forzien : anot. Auvergnat : an,

    Anhne, subst. fm.: anne.Remarque : C'est la prononciation nasale de la langue

    d'oc.

    Anmer (prononcer la finale re), adj.: amer.

    Anv, adv.: avec.Roman et Moulins : anvec. Ferrires : anv. EscuroUes

    et Montluon : amh. Berrichon: anv. Forzien: amh.

    At, subst. masc: aot.Roman. EscuroUes : aust,

    Aponcher ou abeter, verbe act.: mettre une pice de raccom-modage et de supplment.

    Moulins et EscuroUes.Etym.: Appunctare, rparer.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 2$

    Aponchere ou aponchure, subst. fm.: pice de raccom-modage et de supplment.

    Moulins et Escurolles.

    Appretser ou apprecher, verbe neutre : approcher.Remarque : Ces deux formes du mme mot proviennent

    de ce que le ch se prononce en rgle gnrale ts. Ainsi ondit un tsin pour un chin (chien), etc.

    Escurolles : apprecher,

    Etym.: L'ancien franais avait appresser, venir prs.(Littr.)

    Aramer, verbe neutre : se rassembler.Ex.: Quand un essaim s'envole, on crie : arame ! arame !

    Arcandier, subst. masc: voyou.Moulins, Escurolles, Montluon.

    Arc-en ou arc-en-tal, subst. masc: arc-en-cel.Remarque : Prononcez tail comme dans btail.Escurolles : arc-en.

    Ardile, subst. fm.: argile.Escurolles : arguile. Berrichon : ardile. Auvergnat :

    ard\ave.

    Ardzent, subst. fm.: argent.Remarque : En rgle gnrale, le g doux se prononce

    d\. C'est la prononciation auvergnate.

    ArguieY, subst. masc: houx.Moulins : pique-rat. Ferrires : ^now/. Forzien : agrile.Etym.: Agrifolium.Arguiey et grioul ont la mme origine : agrifolium^

    agrioUum, arguiolium, arguiey; agrifolium, agrio-lium, grioul.

    Armise, subst. fm.: remise.

    Arquiou ou artiou, subst. masc: orteil.Escurolles : artail au singulier et artiaux au pluriel. Ber-

    richon : artou. Auvergnat et genevois : artieu.

    A

  • 20 EXEMPLE DE PATOIS BOURBONNAIS

    Arri (En), loc. adv.: en arrire.Remarque : Vieux franais du xii'' sicle. (Littr.)Escurolles : en arri.

    ArrOUZOU, subst. masc: arrosoir.Remarque : En rgle gnrale, ceux des mots en oir

    qui, en langue romane, taient en our, se terminent en ou.

    Ainsi battoir qui, en langue romane, tait battourf devient

    en bourbonnais hattou, etc.Ferrires : arrou^ao. Escurolles : arrou^a.

    Artiou. Voir arquiou.

    Artisons (Avoir les) ou les siaux ; avoir l'ongle ou un.membre endormi.Remarque : Les artisons sont, en franais, les vers qui

    rongent le drap. La sensation de fourmillement et de pico-tement, spciale Tongle ou un membre endormi, esttrs heureusement rendue par les deux expressions arti-sons ou vers rongeurs et siaux ou oiseaux. A Montluon^on dit que les doigts vous bousinent.

    Asseurance^ subst. fm.: assurance.Roman, Escurolles et picard.

    Assoumer, verbe act.: assommer.

    A-temps (D'), loc. adv.: prcoce.Remarque : Cette expression ne peut se rendre que par

    un adjectif, car on en use comme d'un adjectif.

    Ex.: Cou jardin d'-iemps. Ce jardin est prcoce. Que le sorte de pou d'-temps. Cette espce de haricotsest prcoce.

    Atefier, verbe act.: ce verbe a trois sens : i planter; 2 le-ver un enfant ou un animal en le nourrissant ; 3 approvisionner.

    Remarque : C'est en son troisime sens que le mot estle plus usit. Il devient alors trs frquemment, avecl'emploi pronominal, le verbe s'atefier de quelque chose,

    c'est--dire se munir de quelque chose, se le procurer.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 27

    Ex.: i me su atefi d'unhne ouille. Je me suis pay unebrebis.

    Moulins : atfier. Berrichon : adfier ou atfter, avec lestrois significations bourbonnaises, mais sans l'emploi pro-nominal qui est au contraire le plus frquent dans notrepatois.

    AubeYOn, subst. masc: essaim d'abeilles.Moulins : abeyoi.

    Aubrelle. Voir obrelle.

    Augoumenter, verbe : augmenter.

    Avangouni (Etre) : avoir faim.

    Aveille, adj.: aveugle.Ferrires : horlio ( rapprocher du franais : avoir la

    berlue ; Montluon, brelui signifie celui qui ne voit pasbien clair). Escurolles : avu-ye. Berrichon : aveille. For-zien : borli. Dauphinois : borliou.

    Avez, e, part, pass : haletant, haletante.

    Avezer, verbe neutre : haleter.

    Aviser, verbe act.: regarder.Ex.: i avisi un ivre dans son gisire. Je regardai un livre

    dans son gte.Roman : aviser.Escurolles : aviser. Ex.: i avisi ein llivre din son jas.Montluon : aviser. Forzien : avisa.

    Avreti, verbe : avertir.Remarque : En rgle gnrale, les verbes en ir perdentl'r finale comme dans le vieux franais.

    Avri (A 1'), loc. adv.: l'abri contre le vent.Remarque : Quand il s'agit de l'abri contre la pluie, on

    dit : la cou.

    Bourguignon : l'avri (sans faire de distinction entre levent ou la pluie).

  • 28 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Ayre, adj.: uniforme; gal dans toutes les parties.Remarque : Ce mot est trs souvent employ au pluriel

    pour indiquer que plusieurs choses sont ayres entre elles,

    c'est--dire identiques, de mme grosseur, valeur ou cou-leur, etc.

    Ex.: Mon bl pousse ayre. Mon bl pousse uniform-ment. Mes blettes sont quasi toute ayres. Mes betteravessont presque toutes pareilles.

    Remarque sur l'emploi de la prposition A

    Le Glossaire du Centre, du comte Jaubert, contient uneremarque applicable au Bourbonnais: A s'emploie souvent pourde, spcialement dans la locution fils ou fille , au lieu de filsde ou fille de.

  • BBader le b : ouvrir la bouche.Ex.: Doune-li en don de la pompe et dou flan ce chetit ;

    endipeu le temps qu'a bade le b de contre ! Donne-lui endonc, du gteau et du flan, ce petit ; depuis le temps qu'ilouvre la bouche pour montrer qu'il en a envie !Remarque : On ne dit bader que dans l'expression de

    bader le b. Pour les autres emplois, on dit uvri.

    Ex.: uvri la porte (Voir uvr).Roman (La femme de Gargantua s'appelle Badebec).A Moulins et Montluon, bader s'emploie pour ouvrir,

    dans tous les sens. Ex.: Bader la porte. Ouvrir la porte.Forzien : bad, ouvrir,

    Bafoi, subst. masc: orfraie.

    Billou, subst. masc: billon.

    Balai, subst. masc: gent.Roman, berrichon et forzien.

    Balancher, subst. masc: balancier.

    Baliviau, subst. masc: baliveau.

    Baliyer: balayer.Roman.

    Baliyeres, subst. fm.: balayures.Berrichon : baliyures.

  • 30 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Barbene, subst. fm.: verveine.Provenal : berbena.

    Barbou, subst. masc: courtillire.Moulins : darbon.Remarque : A Ferrires et en forzien, darbon signifie

    taupe.

    Baroque, subst. fm.: sornette, billevese.

    Bassi, subst. fm.: vier.Roman et berrichon.

    Bas-su, subst. masc: seuil.

    Batsasse ou bchasse, subst. fm.: bac ou auge servantd'abreuvoir.

    Ex.: Les b avon bu la baisasse.Ferrires : bachassa. Ex.: Lou bu an bu dm la ba-

    chassa.

    Forzien : bchasse, bachat, bachassola.

    Battou, subst. masc: battoir.

    Moulins : battou.

    B, subst. masc: bec.Roman, berrichon et picard.

    Bech. Voir bets.

    Begasse, subst. fm.: bcasse.

    Begner et se begner, verbe : baigner et se baigner.

    Beaude, subst. fm. [e reste muet): blouse.Moulins, berrichon et bourguignon : biaude.

    Bejiji ou zizui ou bezizui ou megnan, subst. masc:rmouleur.

    Moulins : bejiji. Montluon : be^i^i.Forzien : magnen. Ce dernier est un vieux mot franais

    examin par Mnage.

    Bler, verbe : vagir ou bler.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 3I

    Belin. Voir moustou.

    Beline. Voir ouille.

    Belinire, subst. fm.: bergre.Roman.

    Bene, subst. fm.: benne, banne ou hotte.Berrichon: bene. Forzien : benna.

    Bessoune, subst. fm.: jumelle.Roman, Moulins, berrichon et forzien.

    Bets ou bech {Ve reste muet). Voir batsasse.Betse ou bche, subst. fm. [Ve reste muet dans la pre-

    mire syllabe) : becque.Berrichon : bche ou p'che.

    Begne, subst. fm.: boursouflure par suite d'un coup.Moulins, Montluon et berrichon.Etym.: Voir bignon.

    Beillard, adj.: obse.Berrichon : beuillon.Remarque: Beillard est un terme de mpris, parce

    que la beuille dsigne les tripes des animaux. On dit aussimouacard pour dsigner Tobse dont la chair est molle etmalsaine.

    Beuille (La), subst. fm. sing.: les tripes.Roman : boelle. Montluon : bouine.

    Beurier, verbe : beugler.Ferrires : beurla. Forzien: beurla ou beurlo.

    Bezin, subst. masc: ivraie, zizanie.

    Bezizui. Voir bejiji.

    Bezugnes, subst. fm. plur., ou butin, subst. masc: chosesappartenant quelqu'un.

    Ex.: i vin quarre mes be^ugnes ou i vin quarre mon butin.Je viens chercher mes affaires.Roman et Escurolles.

  • 32 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Bisse, subst. fm. bche.Roman : hisse et beysse. Escurolles : bisse. Berrichon :

    bisse et besse.

    Bignon, subst. masc: beignet.Ex.: Veci les Brandons! Gare les bignons ! Voici les

    Brandons ! Gare les beignets IRoman : bigne.Ferrires : bigne. Ex.: Vci le Figo ! Gara les bignes !Montluon : bignon. Forzien : bugne.

    Bigues, subst. fm.: chasses.

    Bion, subst. masc: rejeton, drageon.Moulins et berrichon.Etym.: Vieux franais : billon, sarment. Billon vient du

    bas latin billa, rameau.

    Biser, verbe : baiser.Ex.: Bise-me, ma mie ! Baise-moi, mon amie IMoulins et Montluon: biser. Berrichon: biger.

    Bisou : qui aime embrasser.Moulins.

    Bl, subst. masc: bl.Roman et Ferrires : bl. Provenal et catalan : blf.

    Bl-troquet, subst. masc: bl-turquet, mas.Berrichon : troquet.

    Blette, subst. fm.: betterave.Berrichon.

    Bleusseure, subst. fm.: blessure.Remarque : C'est le vieux franais blesseure, avec la

    prononciation muette du premier e.

    Bobe (Faire la) : faire la moue.Ex.: Aga don cou chetit que fait sa bobe. Regarde donc

    ce petit qui fait la moue.

    Berrichon : faire les babonnes. Forzien : bobe.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 3}

    B) subst. masc: buf.Roman, Ferrires, berrichon, picard et maonnais.

    Boge^ subst. fm.: sac.Forzien.

    Bmi ou draguer, verbes : vomir.Borbe, subst. fm.: bourbe.

    Berrichon et bourguignon.

    Bou, subst. masc: bois.Ferrires : b ou boou,

    Boure, verbe : boire.

    Boutu, adj.: boiteux.

    Bouff, subst. masc: soufflet pour le feu.Escurolles et Montluon : bouffet. Berrichon : bouffou.

    Forzien: bouff-fu, masc, ou les bouffeites, fm.

    Bouffer : souffler.Roman, Moulins et Montluon.Remarque : En roman, on trouve parfois la forme buffery

    d'o viennent plusieurs noms de lieux, entre autres Buffe-vent, le lieu o souffle le vent.

    Bouhun, subst. fm.: boue.Remarque : C'est la prononciation du mot boue avec la

    valeur primitive de Ve muet de l'ancien franais.

    Bouisson, subst. masc: buisson.Berrichon : boisson ou busson, Bourguignon : bouisson.

    Provenal : boisson.

    Boulaise, subst. fm.: terre argileuse, froide et blanche, o lamagnsie domine.

    Moulins et berrichon.

    Boulle, adj.: trouble.Roman, Moulins, berrichon, nivernais et bourguignon.

    Bounes gens t : exclamation d'attendrissement.Ex.: Aile morte, bounes gens ! Elle est morte, hlas I

    a fait piti I

    5

  • 34 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Ferrires : bun gin ! Ex. : O mouonOy boun gin!Berrichon : bonnes gens ! Forzieo : boni^^c'^.s ! ou bon-

    negin /

    Bourne. subst. fem.: borne.Be::-:h;:: ; /:. .; :u lone. Forzien : bone.

    Bourra, subst. masc: grand cKlk des bergres.Escurolles.

    TYM.: \:c::x :-:.-::.:? y::-~'s c:v:re ce ::urre).

    Bourri. su: s:, ir^^sc: ne.R:r.-.c::. Moulins et Montluon.Ety:.'..: L?.::r.. r;."":';;..*. pe::t cheval ou ne.

    Bourri. bourri : cri pciir appeler les canards.A i _ -. ^ .

    Ety:-:.; Br.:"-: est le nom de la cane en N :rn".c::Gie.

    Bourru, ce'.: velu.Rz:. A : vz : On dit lait bourru pour lait qu'on vient de

    traire, ccrce eu :i f ::: ce ! cuc:e eu: ressemble de labeurre.

    Boussu. acl'.: bossu.Ex.: A', es: :::.":;. ::;.:'':: Mj^cux. bcussa p^c dcy^r: ci

    br ::.: t-^: :.crU. l\ esi ::ssu c:n:ine Mayeiix. bossu parz^:i.r.'. e: ::ssu ecr derrire.

    Rz::a?.;vz: L":. eice entre ceux cccsnnes. fo:-n:e

    fr: .:r:"c:nent la c;ei\::ccue ::l comme en berrichon:

    : :;. ':uss,mc:.:c. c:: -:r. cic.

    Boute, subst. fm.: bonbonne.Roman. g"c ie cirunutif ^C^ffiVfe. Forzien : botte.

    Boute, subst. l'err.,: ruche,

    Boutenfle eu coutoufle, subst. fm.: ampoule.M:uiies: i-;:.,:;-; =: c:^::fOM/i!^. Berri:h:n : r:c^^. Pro-

    veeici : ':::.:.: ^..i.

    Ety?.! . : B:.: : : u r : u

    :

    eille) enjie .

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 35

    Bouterond, subst. masc: moyeu de roue.Moulins.

    Bouyau, subst. masc: boyau humain.

    Bouyer, subst. masc: bouvier.Berrichon : hoyer.

    Bouziller ou zizouiller, verbe neutre : tatiUonner.

    Bouzillou ou zizou, adj.: tatillon.Ex.: Que qu'a \i\ouille encore, quou vieux hou-(illou!

    Qu'est-ce qu'il tatillonne encore, ce vieux tatillon !Montluon : he\ou.

    Bramer, verbe neutre : mugir ou crier.Ex.: Le chibreton hrme dans son iablon. Le petit

    chevreau crie dans sa petite table.Moulins : bramer. Ferrires : brama. Berrichon : breu-

    mer. Forzien : brama.

    Branle, subst. masc: balanoire.

    Brse. subst. fm.: braise.Flamand : brse. Provenal : brasa.Remarque : Souvent la diphtongue ai se traduit par

    long, comme on Ta vu pour aie signifiant aile.

    Bratser ou bracher, verbe neutre : faire un dtour.Etym.: Bras, dans le sens de bras d'un fleuve.

    Brechu, adj.: dent.Moulins : brechou. Montluon : berchu. Forzien : bar-

    chu, fm., barchua.

    Breciau, subst. masc: berceau.Ex.: Le cheiit (ou le seiit) ble dans son breciau. Le petit

    pleure dans son berceau.Ferrires : cret. Ex.: Le cheti pure din son cret.Forzien: cret.

    Bredaud. aude ou bredin, ine, adj.: bte, idiot.Moulins, Escurolles et Montluon : bredin. Berrichon:

    berdin.

  • 36 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Etym.: En picard, bredaleur est un homme qui bredouilled'une faon incohrente.

    Bredin a la mme origine que le franais bredouiller.

    Brelaud, aude, adj.: malavis.Ex.: Iquou qui que minge son bien n' ma qu'un brelaud.

    Celui qui mange son bien n'est qu'un malavis.Moulins et Montluon: ^r^/aa^i. Berrichon : berlaud.

    Forzien : barliaud.

    Brelintse, subst. fm.: sonnette.

    Brelosse, subst. fm.: prunelle.Moulins : balosse, boulosse ou pelosse. Forzien : peloussi.

    Brelt, subst. masc: tt-oupeau; ou petit domestique gardant letroupeau.

    Breloter, verbe : secouer avec la main ; ou, dans le sens neutre,ballotter.

    Ex.: Vtchi les gregands qu'essayon d'entrer et que bre-loton la porte. Voici les vagabonds qui essayent d'entreret qui secouent la porte. La porte brelote. La porteballotte.

    Brenolle, subst. fm.: panier sphrique.Montluon : bignache.

    Brequille, subst. fm.: bquille.Ferrires : anille. Forzien : aneille.

    Brequillou, ouse, adj., ou gambiil, e : bancal.Etym.: Brequille, pour bquille.

    Breton, oune, adj.: bgue.Montluon: begand.

    Breutse ou breuche, subst. fm.: brindille, broche de bois.

    Briagaud, adj.: bavard.Remarque : Le fminin de ce mot est presque impos-

    sible crire. On peut le noter ainsi : be-r-ye.Bavarder, pour un homme, c'est briagauder ; pour une

    femme, c'est be-r-yer.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 37

    Ex.: Le Tune et la Zabelle son bin acouhl; que vieuxbriagaud! Et sa vieille dente encore pu be-r-ye! An-toine et Isabelle sont bien accoupls

    ;quel vieux bavard !

    Et sa vieille dente est encore plus bavarde !

    Brire ou brile, subst. fm.: bruyre.Moulins: brire ou bri. Ferrires : bregre. Berrichon:

    brure.

    Briete (La), subst. fm.: la berlue.Ex.: Quand le sorcier y veut, a fait des oraisons et doune

    au monde la briete. Quand le sorcier le veut, il fait desoraisons et donne aux gens la berlue.

    Brun, subst. masc: sciure de bois, bran.Berrichon : brin.

    Butin, subst. masc. Voir bezugnes.

    Buy) subst. fm.: lessive.Remarque : Ce mot se prononce comme bouille, mais

    en supprimant Vo.Ex.: Ma buye dans le vgnon. Ma lessive est dans le

    cuvier.

    Roman: bue. Moulins: buye.Ferrires : buja. Ex.: Ma buja din le vagnon.Escurolles : buj. Montluon : bujade. Berrichon : buye.

    Forzien : bua. Bourgogne : buye.

    Buyer, verbe neutre : faire la lessive.

    Remarque sur l'emploi du B

    Le B s'emploie souvent pour le V, comme dans le berrichon. Ex.: Cw^i^r (cuvier), deubet[d\iyQ\.)^ etc.

  • Cacrt, subst. masc, ou cacrotte, subst. fm.: le sommet dela tte.

    Moulins, Montluon et berrichon : cacrotte.Remarque : En espagnol, casco veut dire crne, d'o le

    franais casque.

    a mien, a tien, a sien : ce qui est moi, ce qui est toi,ce qui est lui.

    Auvergnat.

    Caff, adj.: dpareill, impair.Moulins : cajfe, caffet, caffette. Berrichon : caffe.Etym.: Gafy impair (vieux franais), d"o une gciffe, un

    impair. Italien : caffo, impair.

    alerope, subst. fm.: rcale ou le brou de la noix.Moulins : calope.

    Can, canqui ou ican, icanqui, pron. dt.: a, ceci.Roman: ice^ ko. Moulins: ican. Ferrires : cun.

    Cape, subst. fm., ou housse : le chapeau d'une ruche.

    Caquelon, subst. masc: meule de chanvre.

    Crron, subst. masc: brique.Genevois.

    Catolican, subst. masc: hanneton.Ex.: Les catolicans dvoron nos tsgnes. Les hannetons

    dvorent nos chnes.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 39

    Moulins: cancoure. Ex.: Les cancoures dvorentnos chgnes.

    Montluon : dormard.

    Caton, subst. masc: masse de farine ou de poils agglomre.Moulins, Montluon, berrichon et forzien.

    Catse-meutte ou cache-meutte (Jouer la) : jouer cache-cache.

    Roman : cache-mouchet. Moulins : cache-mute,Etym.: Cache muette.

    Cec, subst. masc: cep.

    Ceinteure, subst. fm.: ceinture.

    Cemiquire ou cemitire, subst. masc: cimetire.Moulins : cemiquire ou cemitire. Berrichon : cemetire.

    Wallon : cimiiire.

    Cepan, subst. masc: cpage.Moulins.

    Cerf, subst. masc: scarabe.Moulins.

    Ch ou si, subst. masc: sas ou tamis pour la farine.Moulins : si. Escurolles : soye. Forzien : siot.

    Chade (A), loc adv.: la dbandade.Ex.: i ai rencontra les bu qwessian chade dans la rue.

    J'ai rencontr les bufs qui taient la dbandade dans lechemin.

    Escurolles : lagan.

    Chafaudaze. Voir tsafaudaze.

    Chafigner, verbe act.: taquiner.Moulins.Remarque : S'emploie aussi au figur. On dit d'une

    dent qui produit une douleur agaante : Quele dent mechafigne. Cette dent me taquine.

    Chgne. Voir tsgne.

  • 40 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Chgnon, subst. masc: bourrelet du cou de l'ne.Remarque : C'est un driv du mot chignon qu, en

    berrichon, se dit chgnon.

    Chlbreu. Voir tslbreu.

    Chaleu. Voir tsaleu.

    Champir. Voir tsampir.

    Chande. Voir tsande.

    Chandeer. Voir tsandeer.

    Chantiau ou chanquiau. Voir tsantiau.

    Chapeler. Voir mazibler.

    Chaquette, subst. fm.: gchette de fusil ou de pistolet.

    Chrbleu. Voir tsrbleu.

    Charbouill. Voir tsarbouill.

    Charpe. Voir tsarpe.

    Charpt. Voir tsarpt.

    Chrpouillet ou tsrpouillet, subst. masc: serpolet.

    Chat d'quiriou. Voir tsat d'quiriou.

    Chtel. Voir tstel.

    Chater ou siater, verbe : tamiser.

    Chatique, subst. fm.: sciatique.

    Chtron. Voir tstron.

    Chtrou. Voir tstrou.

    Chau ou siau, subst. masc: seau.Moulins et Montluon : siau.

    Chavan. Voir tsavan.

    Chaver. Voir tsaver,

    Chavisse. Voir tsavisse.

    Chrantise. Voir tsrantise.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 4I

    Cheti ou seti (prononcez ch'ti ou s'ti) : petit, chtif ; au figur:mesquin, peu estimable, minable.

    Roman et Moulins : cheti ou seti. Montluon : chti,Auvergnat : chiti.

    Cheu. Voir tseu.

    Cheumer. Voir tseumer.Cheupetit. Voir tseupetit.

    Cheur, subst. masc: scieur.

    ChiciaU) loc. adv.: l haut.

    Ghignsse* Voir tsignsse.

    Ghin, chine. Voir tsin, tsine.

    Chinhne. Voir tsinhne.

    Chipouter. Voir tsipouter.

    Chivreau. Voir tsivreau.

    Chme (Unhne), subst. fm.: une lande.Gigot, cigoler. Voir sigot, sigoler.

    Cindru, adj.: cendreux.Berrichon : cendreux.

    Gloqueter, verbe neutre : glousser.Moulins : clocher. Namur : clouqueter.

    Gocard ou oyard, subst. masc: jars.Moulins : ocard. Montluon : auca. Espagnol : oca.Etym.: Selon une premire hypothse, ce mot viendrait

    du vieux franais coquart, signifiant vieux coq. Selon uneseconde hypothse, le mot viendrait du latin auca.

    Goffe, subst. fm.: coiffe.Roman.

    Goignier, subst. masc: cognassier.Berrichon : couignier.

    Gombuer (Faire) : faire gonfler dans l'eau un objet en bois.6

  • 42 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Comprenoure, subst. fm.: intelligence.Moulins et berrichon.

    Confondre, verbe act.: salir, abmer.Berrichon.

    Conrou, subst. maso.: corroi, terre glaise battue pour faire unsol rsistant.

    Berrichon.

    Contre (De) : auprs.Ex.: Bader le b de contre. Mot mot : ouvrir la bouche

    auprs, ce qui signifie montrer la grande envie que l'on ad'une chose que Ton contemple avec admiration.

    Container, verbe : continuer.Moulins.

    Coquatier, subst. masc: coquetier, dans le sens de marchandde volailles.

    Moulins et berrichon : coquatier. Forzien : coqueti.

    Crce, subst. fm.: corce.

    orille. Voir mple.

    Coriller. Voir mpler.

    Cou, pron. dt.; fm.: que le; on dit aussi icou, ique le(pour le surplus, voir la grammaire) : ce, cette.Remarque : Devant une voyelle, cou devient que V.

    Ex.: Cou bu. Ce buf. Que Vhoume. Cet homme. Que lefene. Cette femme. Que Veron^e. Cette ronce.

    Moulins : c, c le. Ferrires : co, quela ou bien ico,iquda.

    Coudre, subst. masc: coudrier, noisetier sauvage.Roman : coudre. Moulins : keudre. Berrichon : coudre.

    Cou (Se mettre la) : se mettre l'abri contre la pluie.Moulins et berrichon.Remarque : L'expression franaise se tenir coi a une

    vidente parent, au figur, avec l'expression bourbonnaise.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 4^

    COUgne, subst. fm.: cogne, hache.Moulins : cognie ou cougnie. Berrichon : cougm.

    Couiner, verbe neutre : grincer ; pousser des cris de douleuraigus.

    Moulins, Montluon et berrichon.

    Coutre, subst. fm.: couette.Genevois : cotre.

    Gouligne, subst. fm.: quenouille.Roman: Cologne. Moulins et berrichon : couneille. Bour-

    guignon: qiiclogne. Genevois : Cologne.Remarque : Quenouille et couneille, viennent du bas

    latin conucula; quelogne et Cologne viennent du bas latincolucula.

    Coulmon, subst. masc: clmatite sauvage.

    Coumre, subst. fm.: sage femme, commre.Counassu, part, pass : connu.

    Berrichon.

    Coupet, subst. masc: nuque.Roman et forzien.

    Couppe, subst. fm.: mesure pour les grains (les deux tiers d'unboisseau actuel).

    Gouppe, subst. fm.: mesure de terrain : 638 mtres carrs.C'est l'espace ensemenc avec une couppe de grain.Remarque : Cette expression ne s'emploie pas pour

    mesurer la vigne. (Voir uvre et ouvres.)

    Gourdz ou courge, subst. masc: liseron sauvage.

    ourgnete, subst. fm.: corniole, c'est--dire mcle ou ch-taigne d'eau.

    Moulins : cornoule. Berrichon : cornouelle.

    Gourgnoule, subst. fm.: gorge, gosier.Ex.: Al a unhne boune courgnoule. Il a une bonne gorge,

    il parle sans se fatiguer.

  • 44 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Moulins: courgnole ou cregnaule.Ferrires : corgniola. Ex.: Ol a bouna corgniola.Montluon : courgnole. Berrichon : corgnole. Limousin:

    courniolo.

    Couriaud, subst. masc: coureur de filles,A Moulins, courir le guilledou se dit courautiner ; cou-

    reur de fille : couraudier.Berrichon : couratier.

    Courniau, subst. masc: chien mtin.Berrichon : corniau.

    Courre, verbe : courirRoman.

    Gourson, subst. masc: cosson ou charanon.

    Gotance, subst. fm.: dpense.Moulins, Montluon et berrichon.

    Goutchi ou icouqui, pron. dt.: celui.Remarque : Au fminin, on dit iquelequi.Ex.: iquouqui que men le branle ou bien coutchi que

    men le branle, celui qui mne la danse ; iquelequi que menle branle, celle qui mne la danse.

    Ferrires : co-tche.

    Gou-torSj subst. masc: tors-col (oiseau du genre de l'ortolan).Goutoufle. Voir boutenfle.

    outunme, subst. fm.: coutume.Berrichon : couteume.

    Grer, verbe : cracher salement.Moulins et berrichon.

    Craignu, part, pass : craint, redout.

    Gramer, verbe : brler sans flamme.Forzien : crama et cremi. Lyonnais : cramer.

    Grappe, subst. fm., crappeter, verbe: grappe, grappiller.Moulins : grappeter. Champenois et picard : crappe et

    crappeter.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 45

    GraSSOUX, adj.: crasseux.Moulins et Montluon.

    Creci les dents : grincer des dents.Forzien.

    Crecoule, subst. fm.: gourde.Forzien : coucourla.

    Cregnaud, subst. masc: averse, giboule.Moulins.

    CremiYre, subst. fm.: crmaillre.Roman: cremillon. Moulins: crmaillou, cromillou, cor-

    miou, cromayre, corma/re.Crene, subst. fm.: mue.

    Moulins : crenne.

    Crre, verbe : croire.Remarque : La diphtongue oifait souvent : ainsi charroi

    se dit charr ou tsarr, etc.

    Creuze, subst. fm.: le bois de la noix.

    Crezille, subst. fm.: vote d'un four.

    Crite, subst. fm.: l'arte d'un rocher, la crte.

    Cr) subst. masc: pice de bois qui supporte la charge dans leschars.

    Croffe, subst. masc: coffre.Moulins.

    Crope ou COrpe, subst. fm.: la partie de la grange laisselibre pour y dposer le bl en gerbes, les chars vides, les rcol-tes secondaires, etc.

    Crt) e, adj.: marqu de petite vrole.Crou, subst. masc: creux.

    Moulins et berrichon : crot. Bourguignon : cr.

    Crougnon de pain, subst. masc: morceau de croton depain.

    Moulins: crognon ou crougnon. Berrichon: crougnon.

  • 46 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    CroyaSSe, subst. fm.: fruit sauvage, en gnral.

    Croye (Unhne), subst. fm., croyer (un), subst. masc:une pomme sauvage, un pommier sauvage.

    Moulins et berrichon: croix, croisier.

    Guer, verbe : tuer.Moulins et berrichon.

    Gut, part, pass, se cuter, verbe pron.: assis, s'asseoir.Berrichon.

    Remarque

    Voir la lettre T l'adoucissement du ch en ts.

    1

  • DD, subst. masc, ou daille, subst. fm.: faux.Ex.: Le d coupe le bl. La faux coupe le bl.Roman : un dail. Moulins : une daille.Ferrires : une daille. Ex.: La daille coupe lou bl.Forzien : dailla (fm.). Espagnol : dalle.

    Dare, adv.: tout de suite.

    Darna, subst. masc: pie-griche.Forzien : darnea.

    Darte^ subst. fm.: dartre.Moulins : (iar/g. Berrichon : endarde. Genevois : darle.

    Dbattre les noix : abattre les noix.

    Dbiter, verbe ; on dit aussi putafiner ou peutafiner :gaspiller.

    Etym.: Putafiner : pule fin, mauvaise fin.Roman: putafiner. Moulins: dbiter. Escurolles : pa/a-

    finer. Montluon : dbiter. Forzien : putafin.

    Dboutouner, verbe : dboutonner.

    Dchifrer, verbe : dfricher.

    Dcompenser, verbe act.: dpasser en passant par dessus.

    Dconfin : faisand.

    Ddzau, subst. masc, ddzaler, verbe, ou djau, dj*1er : dgel, dgeler.

  • 48 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Dfini (En), verbe : en terminer.

    Dforfiler, verbe : faufikr.

    Djau, djaler. Voir ddzau, ddzaler.Dlazer les b, verbe act.: changer les boeufs de ct sous

    le joug.

    De l'on quei.i? adv. : d'o? avec l'ide de mouvement.Ex.: De Von que te vin, monmil D'o viens-tu, mon ami?Berrichon : dond.Ferrires : dort. Ex.: Don te vin, moun ami)

    Dmandzezion, subst. fm.: dmangeaison.

    De pus, adv. ; on dit aussi mais : davantage.Roman : mais. Moulins : de pus et mais. Berrichon,

    bourguignon, picard, provenal et wallon : de pus.

    Draguer, verbe. Voir bmi.Derier? adv.: derrire.

    Moulins : darrier. Ferrires : dari.

    Drouiller, verbe : dbarbouiller.

    Dess, adv,: dessous.Berrichon : dessour. Bourguignon : dess.

    Dessolasse, adj.: dlaiss.Moulins.

    Dssoulu, adj.: gourmand, goulu.Moulins.

    De sur, adv.: sur, dessus.Moulins.

    Dtancer, verbe act.: dranger en faisant perdre du temps.Berrichon.Etym.: Temps. Aussi le Dictionnaire berrichon l'crit

    dtempser.

    Dtrer, verbe : sevrer.Berrichon.Etym.: Dtrayer, enlever le petit du trayon de la mre.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 49

    DtrimOUiller, verbe : dlayer ou dtremper.

    Deubet, subst. masc: duvet.Normand : deumei.

    Deur, adj.: dur.

    Deurci) verbe : durcir.

    Dvaler, verbe : descendre.Roman et Moulins : dvaler. Ferrires et forzien :

    deval.

    Devant, adv.: avant.Roman.

    Devantire, subst. fm., ou devanquire : tablier, devan-tier.

    Romdin: devantire. Moulins : devantau ou devanliau.Forzien : devanti ou devantau.

    Devenir de..., verbe : venir de...Berrichon.

    Deveder, verbe : dvider.Etym.: C'est pour dvuider. La diphtongue ui se trans-

    forme en gnral en eu.

    Deveyer (Se), verbe : se rveiller.

    Dvirer, verbe act.: mettre une autre place.Berrichon.

    Dior. Voir guir.

    Dispeute, subst. fm.: dispute.

    Diyau, subst. masc: d coudre.Roman : deau. Berrichon : diaut. Italien : ditale.

    Donzer, verbe : dompter.Moulins : donder. Berrichon : donner.

    Doter, verbe : ter.Moulins et berrichon.

  • 50 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Dou, art.: du.Roman : do.

    Dourd, adj.: doucetre.

    Douet) subst. masc: doigt.Auvergnat : de,

    Dousse^ subst. fm.: cosse ou gousse.Forzien : dausse. Auvergnat : dossa.

    Doute, subst. fm.; on dit aussi doutance, subst. fm.:pressentiment, dans le sens o l'on dit en franais : je m'endoute.

    Ex.: / en ai unhne forte doute. Je crois que cela estprobable.

    Moulins et berrichon.

    Drelinter, verbe neutre : rsonner par suite d'une commotion.Berrichon : dreliner,

    Dremi, verbe : dormir.Moulins et berrichon : dourmir. Bourguignon : drem'u

    Auvergnat : durmi.

    Dret, drte, adj.: droit, droite.Roman, Moulins, berrichon, picard et provenal.

    Dret-l ou iquiy adv.: cans, ici-mme.Moulins et berrichon.Remarque : Dans tous les composs de ci, le ci est

    remplac par dret. Ex.: Dret-contre, pour ci-contre.

    Drille, subst. fm.: le dvoiement, la courante.Moulins et Montluon.Etym.: Driller est un vieux mot franais qui veut dire

    courir.

    Druzine, subst. fm.: vigueur alerte; tat d'une personne, d'uneplante ou d'un animal qui est dru.

    Moulins.Remarque : Par extension, on emploie ce mot l'en*

    grais qui donne de la vigueur aux plantes.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS ^I

    Duzi) subst. masc: petit trou pour tirer le vin d'un tonneau; lachcvillette qui le bouche s'appelle de mme.Roman : dou:{il. Moulins : du\i. Montluon et berri-

    chon : dou^i.

    Dzbrt ou jbrt, subst. masc, dzabouri ou jabou-ri, subst. masc: jsier ou jabot.

    DzambioR ou jambion, subst. masc: jambon.Bourguignon : gambion.

    Dzaquart ou jaquard, subst. masc: geai.Dzrbe ou gerbe, subst. fm.: gerbe.

    Picard : garbc.

    Dzardiau ou geardiau, subst. masc: gerzeau ou nielle.Moulins : geardiau. Berrichon : geardiau. Forzien :

    gearj.

    Dzarmouse ou jarmouse, subst. fm.: gencive.Dzarti ou jarti, verbe neutre : badiner, se divertir, sautiller,

    faire l'amour.

    Moulins et berrichon : jardir.

    Dzau ou jau, subst. masc: coq.Moulins, Escurolles et berrichon: jau. Forzien: jau^

    jai ou jaillard. Auvergnat : jau.

    Dzendresse ou gendresse, subst. fm.: bru.Dzeneu ou geneu, subst. masc: genou.

    Dzente ou gente, adj.: belle, jolie.Moulins.

    Dze-rner ou ge-rner, verbe : germer.Berrichon : gerner.

    Dzeuille ou jeuille, subst. fm.: salive.

    Dzeillo ou jeillo, adj.: baveux.Dzidey subst. fm.: plat en bois dans lequel on trait les vaches.

    Dziet ou jiet, subst. masc: jet.

  • ^2 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Oziter verbe : suppurer.

    Dzivrenerou gvrener, subst. masc: genivre, genvrier.Forzien : janourat.

    Dzment ou jment, subst. fm.: jun\ent.Dzu ou ju, subst. masc: joug.

  • EblOr : blouir.Roman.

    EbOUrder la farine : bluter la farine dans le ptrin.

    EbOUrri (Etre) : avoir les yeux blesss par la poussire ou lesnt\oucherons.

    Remarque : Quand des routes poussireuses sontbalayes par le vent, on dit : a bourrit,

    Forzien : ehorli, aveugler.

    Ebrevager, adj.: effarer.Moulins : ebrevager. Berrichon : eberviger ou ebrager.

    Ebrieuter blouir.Ex.: Que l eudes fason si tallement clair qu'ailes

    brieton. Ces clairs brillent tellement qu'ils blouissent.Berrichon : berluter.

    Ecaleroper: caler.

    EcalOU, subst. masc: pelletier ou quarisseur.Etym.: Mot mot : caleur, celui qui cale la peau.

    Echlle. Voir etslle,

    chandi, verbe : rchauffer.Moulins, Montluonet berrichon : rchandir. Forzien :

    chandi.

    Etym.: Latin: recandescere.

  • 54 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Echardoil) subst. masc: chardon.Moulins et berrichon.

    Echarvayer ou chapeler : meurtrir par des coups.

    Echaviau. Voir etsaviau.

    Echenillou. Voir etsenillou.

    Echillons, subst. masc. plur.: certaines pices du char.

    Echouder. Voir etsouder.

    Ecindres (Des), subst. fm. plur.: de la cendre.

    Ecrincher ne s'emploie que sous la forme : a m'crnche, at'crinche, etc. ; exprime la douleur des lancements dans une

    partie malade.

    Ecruelles, subst. fm.: crouelles.

    Ecunme, subst. fm.: cume.

    Edriller (S') : se dchirer par suite de vtust.Remarque : Cette expression ne s'emploie que pour

    parler des toffes limes.

    Efflanqu, adj.: efflanqu.

    Egambill, e, part, pass, ou brequillou, ouse, adj.:bancal, clopp.

    Etym.: Ancien franais: gamhe, pour jambe.Moulins : jambott.

    Egoueuter (S). Voir s'nsser.

    ede. Voir eyede.EmbOUtOUner (S) : se boutonner.Embouts (L') ou l'emboucha, subst. masc: la baisure du

    pain.

    Embredzer, verbe neutre, embredzou, subst. masc. {Vereste muet) : se percher ; perchoir.

    Etym.: Hberger, hberge; littralement, embredzouserait hbergeoir.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS^^

    Embrene, subst. fm., embrener, verbe act.: embarras,embarrasser.

    Roman; embrene ou embrener. Moulins: embrener.Escurolles : embrene ou embrener.

    A Montluon, des embrenas signifient des affaires em-brouilles.

    Berrichon : embrene, embrener. Forzen : embringue,embringuer.

    Etym.: Le vieux franais bren signifie ordure gluantedont il est difficile de se dbarrasser.

    Emoder (S') : se remuer, se mettre l'ouvrage.Forzien.

    Emplan, subst. masc, ou mournifle, subst. fm.: gifle.Remarque : Mournifle est du vieux franais. Plusieurs

    provinces l'ont conserv. C'est le mot employ Moulins.

    EnfeUQUeter : sentir mauvais par suite de malpropret.

    Enfle, part, pass : enfl.

    Remarque : Un certain nombre de participes passsen pris adjectivement, transforment V final en e muet. Ex.: Gonfle, pour gonfl.

    Engorber (voir gorbe) : mettre en gorbes, c'est--dire mettreles gerbes en tas.

    Enlve, subst. masc. et fm.: lve.

    Enlever, verbe act.: lever.

    Enmour$in, e, part, pass : enchifren.Remarque : La prononciation de ce mot ne peut se

    rendre que par le allemand prononc comme dans tc^.Moulins : enmoufl.

    EnOCent, adj.: imbcile.Etym.: Innocent.

    Moulins et berrichon.

  • 56 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    EnSSer (S) ou s'gOUeuter : s'trangler, avaler de travers.Etym.: Vieux franais: nosser^ trangler.

    Escurolles : nousser, avaler de travers. Montluon :senousser. Berrichon : nsser ou goueuter.

    En pour : en change.Moulins et berrichon.

    Entremi : parmi.Roman, Moulins et Escurolles.

    Epiger, verbe neutre : pier, dans le sens de former les pis.Berrichon.

    Epiir, verbe, epii, part, pass : clore, clos.

    Moulins: eplir^ epli. Ferrires: epel. Montluon: epli.Forzien : epel.

    Epiter, verbe act.: pier, guetter.

    pondelle ou pnetoune, subst. fm.: reste de la pte pain avec laquelle on fait un tout petit pain.

    Erignre. Voir airignre.

    Eronze^ subst. fm.: ronce.

    Ferrires : ronce ou ronde. Provenal : ron:{e.

    Es, prp.: aux.

    Moulins.

    Remarque : L'5 reste muet devant une consonne ; onprononce donc dans ce cas .

    Esparvier, subst. masc: pervier.Roman : esparvier. Escurolles : esparvi. Provenal : es-

    parvier.

    Etardou ou trizou, subst. masc: dvidoir.

    Etelon, subst. masc: talon.

    Roman et Escurolles.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 5/

    Etourer, verbe neutre : scher; part, pass, tour : secRemarque : Se dit surtout du fromage tour, fait avec

    du lait crm, caill et sch. Par exception, ce participepass ne se forme pas en d.

    Etrizou. Voir tardou.

    EtrOUble ou retrouble, subst. masc: champ en chaume.Moulins : trouble. Forzien : etrouble ou retrouble.

    Etslle ou ehlle, subst. fm.: chelle.Berrichon : challe.

    Etsaviau ou chaviau, subst. masc: cheveau.

    Etsenillou ou chenillou, subst. masc: chenilloir.

    Etsouder ou chouder : chauder.

    Eusadze ou eusage, subst. masc: usage.

    Ese, adj.: us.Moulins et Montluon : use.

    Evaloir, subst. masc: dversoir.

    Evrer (S') : s'garer.Moulins: s'prer. WaWon : s'ewarer^ signifiant s'effarer

    se troubler.

    Etym.: Latin : efferare, troubler, effarer.

    Evouiller, verbe act.: bourgeonner.

    Evrener queuqu'un : quereller quelqu'un.

    Evreer, verbe act.: dloger.

    Eyede, subst. fm.: clair ; eyeder, verbe neutre : fairedes clairs.

    Roman : lose, clair ; luisir, faire des clairs. Fer-rires : euda, clair. Escurolles : luisir, faire des clairs.Berrichon : lider, faire des clairs. Forzien : liouseyclair ; lieuder ou luder ou lvouder, faire des clairs.Auvergnat : eiluchada, clair ; eilucJi, faire des clairs.

    8

  • ^8 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Remarque : Certains patois ont luider, qui est le mmemot que le ntre : la diphtongue ui se transforme gnra-

    lement en eu, ce qui donnerait leuder ; e s'est mouill

    et a donn lieuder ou yeuder.

    Remarque sur la lettre E

    Dans les mots comme brebis, grenier, etc., o IV prcde

    un e muet, le berrichon place inversement l'e avant IV et lui

    donne un son ouvert, donnant brbis, ^urnier, etc. Le patois

    de Varennes procde de la mme faon, mais conserve Vemuet, ce qui donne : be-rbis. gue-rnier, etc.

  • Faguen (Sentir le) : sentir mauvais par malpropret.En berrichon, faguent signifie pourriture puante.Forzien : fagana, odeur de malpropret.

    Fanner : essaimer.Etym.: Faonner. En franais, cette expression a t

    restreinte l'enfantement des btes fauves.

    Far, subst. masc: fer.Berrichon et bourguignon.

    Fautsezion, subst. fm.: fauchaison.

    Fayard. Voir foyard.

    Flin, subst. masc: petite pide'mie.Moulins.

    Fendou, subst. masc: fendor.

    Fene, subst. fm.: femme.Ferrires : fena. Montluon et forzien : fenne. Auver-

    gnat : fenna.

    Feneau, subst. masc: fenil.Moulins et berrichon : feneau. Auvergnat : fenira.

    Fener : faner ; dans le sens de faire les foins.Moulins, ?4ontluon, berrichon, genevois et normand.

    Feuillun, subst. masc: sorte de grande scie.

    Feumelle. Voir fumelle.

  • 60 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Feurette, subst. fm.: foret ou vrille.Moulins : furette.

    Feuvrier, subst. masc: fvrier.Moulins.

    Fin fait (Le): le fate.Moulins, berrichon et normand.

    Fistouner, verbe neutre : festonner.

    FlaU; subst. masc: flau pour battre le grain.Moulins.

    Flene, subst. fm.: taie d'oreiller.Forzien : flane.

    Fleupe, subst. fm.: mensonge, fredaine.

    Font, subst. fm.: fontaine, source.Ex.: Va quarre de iau la font. Va chercher de l'eau

    la fontaine.

    Roman : font.Moulins : font. Ex.: Va querl de Feau la font.Escurolles : font.

    Fornier ou forgner, verbe neutre : sortir du nid.Moulins : fregner ou forgner. Berrichon : forgner.

    Fouater quelque chose : jeter quelque chose.

    Fou, subst. masc: faix, charge.Forzien : fiau (masc) ou faut (fm.)

    Fouillon, subst. masc: groin.

    Fouin, subst. masc: fouine.Auvergnat.

    Fouin^punais, subst. masc: putois.Moulins : chat-pitois. Berrichon : fouin-punais. Bour-

    guignon : chat-pit.

    Foyard ou fayard, subst. masc: htre.Moulins : fouteau ou fouina. Ferrires : fau. Berri-

    chon : foyard ou fayard. Forzien : fayar ou fou.Auvergnat : fau ou fayard.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 6l

    Frghe, subst. masc: frne.Berrichon :frgne, Auvergnat : fraisse.

    Fre, subst. masc: froid.

    Moulins:/r^(fm.). Berrichon : fr. Auvergnat : freid.

    Remarque : La prononciation plus exacte serait /rr.

    Fregon, subst. masc: perche pour tisonner le four; fourgon.Roman, Moulins et Escurolles.

    Fremietter : frnriir.Etym.: Diminutif du vieux franais frmier, qui veut

    dire frmir.

    Frta, subst. masc: sorte de gteau.

    Frter : frotter.Berrichon : fretter.

    Frezoin ou farzoin, subst. masc: paille hache et, en ge'nral,toute denre mise en miettes.

    Moulins : fretin.

    Fringuer [Se) : se trmousser.Remarque : L'emploi pronominal est patois, mais le

    verbe /rm^w^r est franais.

    Frombe, subst. masc: furoncle.Moulins : fronde.

    Fumelle ou feumelle, subst. fm.: femelle.Roman, Moulins et Escurolles : fumelle. Berrichon :

    feumelle. Auvergnat : fumla.

    Fumire, subst. fm.: fume.

  • GGaite, adj.: gaie (fm. de gai).Moulins et berrichon.

    Garniment, subst. masc: garnement.Roman et Moulins.

    Gte, subst. fm.: petite fille.Moulins.

    Gte, part, pass : gt.Remarque : Se dit aussi lorsqu'une personne ou un

    animal est malade de maladie intrieure et infectieuse.Ce mot, ainsi que les mots gonfle, trempe et quelques

    autres, sont des exceptions la rgle d'aprs laquelle lesparticipes passs des verbes en er se forment en .

    Moulins et berrichon : gte.

    Gazoumelle, subst. fm.: lame de couteau.Etym.: Alumelle : lame de couteau.

    Gerbe. Voir dzrbe.Geardiau. Voir dzardiau.Gendresse. Voir dzendresse.Geneu. Voir dzeneu.Gente. Voir dzente.

    Ge-rner. Voir dze-rner.

    Gistre, subst. masc: gte.Moulins : gtre.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 6j

    Givrenier. Voir dzivrenier.

    Gnangnan, adj. (invariable au fm.) : sans nergie.Moulins et Berrichon.

    Gnarf ou gnierf. Voir nierf.Gnaud. Voir niau.Gneut. Voir nieut.

    Gobe* adj.: engourdi par le froid.Ex.: i ai les dou gobes. J'ai les doigts engourdis par le

    froid.

    Moulins : gobe.A Montluon, on dit : les doigts me bousinent.

    Gobille, subst. fm.: bille.Moulins et forzien.Remarque : Plusieurs provinces ont ce mot. Scheler se

    demande si ce n'est pas pour globille, petit globe.

    Gombarder (Se) : se goberger.Gonfle, part, pass : gonfl.

    Moulins et berrichon.

    Gorbe, subst. fm.: un tas de gerbes.

    Goure, subst. fm., ou gouron, subst. masc; on dit aussimiyasse, subst. fm.: galette aux cerises.

    Moulins: gouron et miy (masc). Montluon: goureou miyard. Berrichon : goron pour gouron, ou miy,Forzien : goure, pomme sche

    ;gouron, gteau de

    pommes sches.

    Gouillat (Un), subst. masc: une mare.Moulins, Montluon, berrichon et forzien.

    Gouiller : barboter dans la boue.Moulins, Montluon et berrichon.

    Gouler, verbe neutre : avaler.

    Gourdir, verbe neutre : faire l'amour.Berrichon.

  • 64 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Gournaude, subst. fm.: grenouille.Ex.: L'iau est faite pre les gournaudes. L'eau est faite

    pour les grenouilles.

    Ferrires : gornaude. Ex.: Uaidge est fouaite pa lesgornaudes.

    Goutt6 : valle troite ; ravin o s'coulent les eaux des revers.En berrichon, goutte signifie petit tang. Forzien:

    goutta, ravin.

    GouY (prononcez gouille), subst. fm., gouyard, subst.masc, gouyarde, subst. fm., gouyette, subst. fm.:serpe, serpette.

    Roman: Go/e. Moulins : gouyard, gouyette. Escurolles :goye, goyard. Montluon: gouya. Berrichon: guye,goyard. Forzien: goye, gouya, gouyarde.

    Grau, adj., plur., graeux : chassieux.Remarque : Cette formation du pluriel est gnrale

    pour les adjectifs en u.

    Graton ou grlon, subst. masc: graillon ; petits morceaux delard qui restent aprs la fonte du saindoux.

    Moulins et forzien : graton.

    Gredaud, subst. masc: vagabond.Remarque : Envieux franais, gredin sigmua.it vagabond.Moulins et berrichon.

    Gregand ou gregandin, subst. masc: gourgandin, gour-gandine ; vagabond, vagabonde.

    Moulins : gourdandin.

    Grelandadze ou grelandage, subst. masc: galandage,cloison.

    Etym.: Littr fait driver galandage de guirlande etguirlandage. La forme patoise serait donc la plus rappro-che de la forme primitive.

    Grlon. Voir graton.

    Grlon, subst. masc: frelon.Montluon : bregaud. Berrichon : grlon.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 6)

    Grel, subst. masc: petit pot mettre sur le feu.

    Grenipille ou grenipaille : les rebuts.Moulins.

    Grequier ou gretier, subst. masc: cerisier.

    Grete, subst. fm.: cerise douce.Remarque : En franais, griotte signifie cerise aigre.Moulins : groueite ou griotte. Forzien : griotte.

    GreY ou grillet, subst. masc: grillon.Berrichon : grelet ou grillet. Forzien : grelet.

    Greyuer ou grouer, verbes : couver.Remarque : Le premier donne l'indicatif prsent :

    a greyuuiy elle couve ; le second donne au mme temps :a grouin.

    Moulins, Montluon et berrichon: grouer. Forzien:grou.

    Grezelle, subst. fm.: groseille.

    Roman : gro^le. Moulins : groi\elle. Ferrires : greu-^la. Escurolles : gro^le. Berrichon : grou\elle.

    Greziller, subst. masc: groseillier.Berrichon : grouieilUer.

    Grillet. Voir greye.

    Grillon, subst. masc: lardon.Berrichon : rillon ou rillette.

    Grindze ou gringe, subst. fm.: grange.Bourguignon : gringe.

    Grippe, subst. fm.: crampe.Remarque : Littr dit que crampe et grappe sont de

    mme origine et signifient quelque chose de crisp et decramponn.

    Genevois : grisp pour crisp.

    9

  • 66 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Grle, subst. fm.: corbeau.Moulins : coule ou agrle. Escurolles : grle. Montlu-

    on : agrle. Forzien : grla.Etym.: Grle est une sorte de corbeau.Remarque : En patois, le terme est rest gnrique.

    Grongn (Sentir le) : sentir le poil brl.Grouer. Voir greyuer.

    Guener : geindre.Etym.: Peut-tre de ghenner.

    Guenu, subst. masc. et fm.: singe et guenon.

    Guriot, subst. masc: guret, jachre.

    Guir ou dir, adv.: dehors, au dehors.Ex.: Va guir, gregand! Va dehors, vaurien 1Moulins : dir.Ferrires : fora. Ex.: Va fora, vaurin !Berrichon : dir. Auvergnat : fora.

    Remarque sur la lettre G

    On dit gui pour di, toutes les fois que ces lettres font partied'une diphtongue. Ex.: Guihle, Guieu, salaguier.

    Cependant, comme en berrichon, il convient d'observer quele son est intermdiaire entre d et g.

    Le g doux, comme le ;, est frquemment remplac par leson d^ ; quelquefois il est remplac par le :[.

  • HHae. Voir trace.

    Halene, subst. fm.: haleine.Berrichon : halener, respirer.

    Hardi t adv.: courage !Ex.: Hardi! chetits, hardi! les gas, gougne\ inqure un

    coup! Courage! petits, courage! les enfants, cognezencore un coup !

    Moulins : hourdi !

    Hasard (Ou bin d'), adverbialement : ce n'est pas probable.Ex.: Ou bin d^hasard si a vin. Il n'est pas probable

    qu'il vienne.

    Haussine, subst. fm.: houssine.

    Hreux, adj.: heureux.Moulins et berrichon : hureux.

    Hrondelle, subst. fm.: hirondelle.Roman : jusqu'au xvii'' sicle on a dit hrondelle.Moulins : hrondelle. Escurolles : hrondalle. Berrichon :

    harondelle.

    Hi, subst. masc: glace.Ferrires : hiassa (fm.).Berrichon : Le Dictionnaire berrichon crit gl, mais

    indique la prononciation hi.

  • 68 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Hianze, subst. fm.: glande.Remarque : C'est exactement le mot bas-latin glans,

    avec la prononciation mouille du gl initial, trs gnrale

    dans le patois du Centre.

    Hiarce, subst. masc: cercle de tonneau.Remarque : Vh se prononce dans ce mot avec une

    aspiration plus forte que dans les mots prcdents : il aexactement la valeur du dj allemand dans tc^.

    Hirne, subst. masc: lierre.Moulins : lirre. Escurolles : /erre.

    Hiaude, nom propre : Claude.

    Hier (prononcez /ziV), verbe : lier.Moulins.

    HieU) subst. masc: glui.Ferrires.

    Remarque : Le berrichon crit Hotte, mais la pronon-ciation des deux // mouilles rapproche ce mot de la formehiotte.

    Hivre, subst. masc, hivrete, subst. fm.: livre, hase.Moulins : yvre. Ferrires : hibre.Escurolles : llivre, avec les deux // mouilles donnant

    un son voisin de hivre avec Vh trs aspireMontluon : yabe (fm.). Berrichon : yeuve. Forzien :

    lure ou lira. Auvergnat : lbre.

    Himace, subst. fm.: lin\ace.Remarque : \Jh est trs aspire, comme le ^ allemand

    dans tc^.Escurolles : lium (masc).

    Hime subst. fm.: lime.Mme remarque que pour le mot prcdent.

    Himeur, subst. fm.: humeur.Moulins, berrichon, picard et wallon.

    Hiou, adj.: friand.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 69

    Hiun, subst. fm.: lie.

    Hiunhe, subst. fm.: lune.Remarque : La nasalit du milieu du mot reste entire.Catalan : lluna, dont la prononciation se rapproche de

    hiuna.

    Hivr, subst. masc: hiver.Bourguignon.

    HontUy adj.: honteux.

    Houme, subst. masc: homme.Roman, Moulins, Ferrires, Escurolles et berrichon.

    Housse. Voir cape.

    HOUSSU t exclamation pour chasser un chien.Roman: houre-ci ! Moulins: hoiissu ! et houssi ! Escu-

    rolles : houre-ci ! Berrichon : housie ! et houssi ! Forzien :houssu !

    Etym.: Italien: usci! sors.

  • II, pron. pers.: je.

    Berrichon : i. Forzien : lo.

    lau, subst. fm.: eau.Moulins : iau. Ferrires: aid^e. Berrichon : ae. Auver-

    gnat : aiga. Picard : iau.Remarque : L'eau-de-vie s'appelle iau-de-vian.

    Icanqui ou ican. Voir canqui.

    Icou. Voir cou et coutchi.

    leux : se au pluriel ; eux, eux, leur.Ex.: / vo'n ieux niyer. Ils vont se noyer.

    Berrichon.

    Inqure, adv.: encore.Ferrires : laquera. Auvergnat : enqueira.

    Iquele. Voir icou.

    Iqui ou dreM, adv.: ici.Ferrires : itche ou tche. Auvergnat : sei.

    Remarque

    Comme le faisait l'ancien franais, le patois de Varennesemploie Vi dans les prtrits des verbes la place de l'a.

    Ex.: A tombi, pour il tomba.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 7I

    L'i remplace souvent ai dans le corps des mots. Ex.:

    Biser, nine, pour baiser, naine.

    D'une faon gnrale, i remplace e dans la syllabe eau.

    Ex.: iau, viaUg couiiau, pour eau^ veau, couteau.

    La lettre i remplace Vu dans himeur pour humeur.

  • JJafi. Voir raffut.

    Jabouri. Voir dzbrt.

    Jbrt. Voir dzbrt.

    Jambion. Voir dzambion.Jaquard. Voir dzaquart.

    Jarmouse. Voir dzarmouse.Jarqueter, verbe : laper.

    Jarti. Voir dzarti.

    Jau. Voir dzau.

    Jeuille, jeillo. Voir dzeuille, dzeillo.Jiet. Voir dziet.

    Jment. Voir dzment.Jonquire, subst. fm.: lieu o croissent des joncs.

    Ju. Voir dzu.

    Remarque

    Le j initial ou incorpor dans les mots est presque toujoursremplac par le son d^.

    Cette remarque a dj t faite propos du g doux.

  • KKeme) adv.: comme.Ferrires : kema. Auvergnat : coma. Bourguignon :

    keme.

    Keiibe^ subst. fm.: cuve.Moulins : keube. Berrichon : cube. Provenal : cuba.

    Keusine, subst. fm.: cuisine.

    Kignon, subst. masc: chignon.Remarque : Ce mot fait exception la rgle qui trans-

    forme le ch en ts.Berrichon : chagnon.

    Kill) subst. masc: cuiller.Ferrires : kuyi.

    lO

  • Lanceroil) subst. masc.: dard des gupes.Moulins et berrichon.

    Langote, subst. fm.: sauterelle.Remarque : Dans le trs vieux franais du xii^ sicle^

    le mot langouste a la mme signification que notre motpatois. Depuis, l'usage franais ne l'a conserv que pourdsigner la langouste de mer, c'est--dire la sauterelle demer.

    Forzien : sautarlot.

    Laper, verbe : saisir.Remarque : On dit aussi avre de la lape pour dire

    avoir de la prise.

    Laper (Se) : commencer .Ex. i me lape au travail. Je me mets au travail.

    Remarque : On dit aussi d'une faon absolue : Le beautemps se lape. Le beau temps commence. Le temps selape la pieu. Le temps se met la pluie.

    Lardze, subst. fm.: msange.Moulins : lardriche ou brechioule ou hretioule. Forzien :

    lardichi et lardenna.

    Lavaille, subst. fm.: lavasse.Berrichon.

    L v'o? adv.: o? (sans ide de mouvement).Ex.: L v'o qu'ou^ ess ) O tes-vous ?Moulins: l v'o) Ex.: L v'o que se 1- O tes-vous.^

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 75

    Le, pron.: elle.

    Remarque : Devant une voyelle se produit l'lision : T.

    Lembouni, subst. masc. : nombril.Moulins : lombouri. Berrichon : lembouri. Auvergnat :

    embouni Provenal : embonil.

    Lene, subst. fm.: laine.

    Lequieul, pron.: lequel.Moulins.

    Li, subst. masc: lis.

    Licteure, subst. fm.: lecture.

    Lidgier, adj.: lger.Roman : ligier. Moulins : liger. Escurolles : ligier.

    Berrichon : ligre (pour les deux genres).

    Limro, subst. masc: numro.Moulins: limro. Berrichon: limro ou limrio. Gene-

    vois : nimro.

    Lingue, subst. fm.: langue.Roman, Escurolles et berrichon : lingue. Auvergnat :

    linga.

    Liron, subst. masc: gros rat.Roman, Moulins, Escurolles et berrichon.Etym.: Latin: glis, gliris, rat. D'o le franais a tir

    loir et lrot.

    Lite, subst. fm.: lite.Berrichon.

    Lizard, subst. masc: lzard.Roman, Moulins et berrichon.

    Locatier, subst. masc: locataire.Moulins : louage. Provenal : locadier.

    Loer ou luger, verbe : louer.Ex.: i veux loer unhne gaie pre garder mes ouilles. Je

    veux louer une petite fille pour garder mes brebis.Roman : loer. Berrichon : loger.

  • 76 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    L'on que, adv.: o (avec ide de mouvement).Ex.: L'on que te vas, mon mi O vas-tu, mon ami >

    Loube, subst. fm.: louve.En berrichon, ce mot signifie la fois loup et louve.Provenal : loba.

    Lou subst. masc: loyer.

    Remarque

    L, aprs ^, se mouille ; ainsi, au lieu de traduire glui pargleu on le traduit par hieu.

    L se mouille lorsqu'il prcde i dans une diphtongue. Ex.: Souer, escaer, pour soulier, escalier y etc.

  • MMa, adv.: seulement.Ex.: Marchei ma. Marchez seulement et ne vous proc-

    cupez pas du reste.

    Ma que : pourvu que.Ex.: i le servirai, ma qu' si/e bon. Je le servirai pourvu

    qu'il soit bon.Roman : mais que.Ferrires : ma que. Ex.: le servirai, ma qu'o si bon.Escurolles et berrichon : mais que.

    Mchoure. Voir mtsoure.

    Mais, adv.: plus, davantage; dj.Ex.: i en veux mais. J'en veux davantage. i su mais

    venu dret-l. Je suis dj venu ici.Roman et Moulins : mais. Ferrires : mouai. Forzien :

    mais.

    Mal aisant. Voir aisant.

    Mal-hardi, adj.: timide.Roman et Escurolles.

    Mamouette, subst. fm.: bajoue.

    Mr (Le moue de) : le mois de mars.Roman et berrichon.

    Martsau ou marchau, subst. masc: marchal.Moulins: marichau. Berrichon: marchau.

  • yS DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Margotte, subst. fm.: marcotte.Champenois et genevois.

    Margouiller, verbe : barbouiller.Montluon.

    Maricadze ou maricage, subst. masc: marcage.

    Marie, subst. masc: merle.Moulins : marie ou marlaud. Montluon ; miarle. Berri-

    chon : marlaud. Bourguignon : marie.

    Marre, subst. fm.: cobue, pioche, houe.Roman: marre; plusieurs provinces Tont conserv.

    Berrichon : marre. Forzien : marra.Etym.: Latin : marra.

    Maton, subst. masc: tourteau.Roman, Escurolles et forzien : maton. Comparer avec

    l'italien : mattone, brique presse.

    Mtsoure ou mchoure, subst. fm.: mchoire.Mail, subst. masc: mal.

    Roman, Escurolles, Montluon, berrichon, picard etwallon.

    Mau de saint Dzian haut mal ; littralement : mal de saintJean.

    Mauvaise (La) : la foudre.

    Mauviance, subst. fm.: malveillance.

    Maze, subst. fm.: fourmi.Moulins et Montluon : ma^e. Ferrires : ma^la. Ber-

    richon et forzien : maie.

    Mazelire, subst. fm.: fourmilire.Moulins : ma^elier (masc). Berrichon : mazelire. Fo-

    rzien: maiouti (masc.) ou m^are (fm.).

    Mazibler, verbe act.: dvaster, cribler de coups.Moulins et berrichon.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 79

    Me, pron.: moi.

    Mcriant, adj.: mcrant.

    Megnan. Voir bejiji.

    Melard, subst. masc: vase pour contenir de l'huile.

    Menaine, subst. fm.: marraine.Moulins : menaine. Berrichon : menine.

    Meneusier, subst. masc: menuisier.Moulins : menusier. Ferrires : menuisi. Berrichon :

    menusier.

    Menteu, subst. masc: menteur.

    Mple ou mpre ou corille, subst. fm.: nfle.Moulins et berrichon : mle. Forzien : mpele ou no-

    polle. Bressan : nesple.

    Etym.: Latin : mespilum.

    Mplier ou coriller, subst. masc: nflier.Moulins: mlier. Berrichon : mplier.

    Neu, meute, adj.: muet, muette.Roman, Escurolles et auvergnat : mu.

    Meure, subst. fm.: mre.Roman : meure. Escurolles et Montluon : amore. Ber-

    richon : meure. Forzien: ricambolla. Auvergnat: mura,Genevois : meure.

    Midze ou mige, subst. masc: nuage.

    Miarlaud, subst. masc: chat mle.Moulins, Montluon, Ferrires et forzien : maraud.

    Miarlement, subst. masc: miaulement.

    Miarler, verbe : miauler.Moulins : mler. Berrichon et genevois : miler.

    Mi, subst. masc: miel.Bourguignon et picard : mi. Auvergnat : miau.

  • 8o DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Miette subst. fm.: me de pain.Ex.: i ne veux pas le crougnon, i veux la miette. Je ne

    veux pas un morceau de crote, je veux la mie.Moulins.

    Migneut. Voir minieut.

    NijOn (Un) : un petit morceau de pain,Etym.: En vieux franais, une mie de pain voulait dire

    une miette de pain, un petit morceau de pain. En Nor-mandie, on dit une mijette pour un petit morceau. Lemasculin de ce mot est prcisment notre mot patois :un mijon.Remarque : Au figur, on dit sous la forme absolue :

    un mijofiy pour signifier un peu. Ex.: A travaille unmijon. Il travaille un peu.

    Ferrires.

    Minieut ou migneuti subst. m^asc.: minuit.Berrichon: mnuitoumin-nuit. Bourguignon : min-neui.

    Mirou, subst. masc: miroir.Moulins : miroure. Berrichon : mirou.

    Mitail) subst. masc: milieu, centre.Roman, Moulins, Ferrires, Escurolles, Montiuon,

    berrichon et forzien.

    Mitenier, subst. masc: mtayer.Auvergnat : mitadi.

    Miyasse. Voir goure.

    Moindrer, verbe ; moindr, e, part, pass : amincir,diminuer ; aminci, diminu.

    Moulins: moindrer, moindre.

    Montenier, adj.: montagnard.Roman, Escurolles et auvergnat : monianier.

    Mordeure, subst. fm.: morsure.Auvergnat : mourdiura.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 8l

    Morganes, subst. fm. plur.: graines pour faire des farinesdestines au btail.

    Mrquier, mortier ou vgnon, subst. masc: cuvier.Berrichon : mortier.Etym. : Vgnon. Ce mot vient de vargnon qui, en

    forzien, signifie aulne. Les cuviers se faisaient probablementen bois d'aulne et taient imports du Forez.

    Mouche. Voir moutse.

    Mouche en mi. Voir moutse en mi.

    Mouchou. Voir moutsou,

    Moudeure, subst. fm.: mouture.Ex.: La moudeure ne fait pas pleurer le mounier. La mou-

    ture ne fait pas pleurer le meunier.Ferrires: modura. Ex.: La modura ne fouait pas

    purer le mani.Escurolles : mnage. Berrichon : moudure. Forzien :

    modura.

    Mouni (Un), subst. masc: un visage de singe.Etym.: En roman et Escurolles, moune signifie guenon.Moulins : mouni. Forzien : mouna (guenon).

    Mounier, subst. masc: meunier.Roman : mnier. Ferrires : mani. Escurolles : mnier.

    Forzien : mgni. Auvergnat: mouni. Normand, proven-al et Hainaut : mounier.

    Mourlandze, subst. fm.: chasselas.

    Mournic^, subst. fm.: morille.Remarque; Ce mot ne peut s'crire qu'avec un c^ alle-

    mand, et la finale se prononce comme i:).

    Mournifle. Voir emplan.

    Mourtouaise, subst. fm.: mortaise.Roman et Escurolles : mortoise.

    II

  • 82 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Moustou ou belii) subst. masc: mouton.Remarque : On emploie gnralement le mot ouille^

    qui signifie brebis.

    Belin est du vieux franais.Auvergnat : moutoun.

    Moutse ou mouche, subst. fm.: ruche.

    Noutse en mi ou mouche en mi, subst. fm.: abeille ;littralement : mouche miel.

    Moutsou ou mouchou, subst. masc: mouchoir.Moulins : mouchou. Berrichon : mouchoure ou mou-

    chou. Bourguignon : moucheu.

  • 84 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Nierf OU niarf ou gnerf et gnarf, subst. masc: nerf.Genevois : nierf.

    Nieut ou gneut, subst. fm.: nuit.Bourguignon : neut.

    Nil) subst. masc: brouillard nuisible la rcolte.Roman : nhle. Montluon : niolle. Forzien : nih.

    Normand : nielle ou niulle. Genevois : niolle.

    Nily adj.: abm par le brouillard.

    NileuX; adj.: brouillardeux.

    Nine* Voir naon. ^

    NiYC* verbe : noyer.Moulins: nyer. Escurolles : nijer. Berrichon: neyer.

    NogueP) verbe : sommeiller en laissant tomber de temps en tempsle menton sur la poitrine.

    Nrrain, subst. masc: goret.Roman : nrrain. Moulins : nourrain. Escurolles :

    nrrain. Wallon : nourrin.

    Nrrice, subst. fm.: nourrice.Roman.

    Nsette, subst. fm.: noisette.Hainaut.

    Nou) subst, fm.: noix.Moulins : nou. Ferrires : quec. Montluon : callot.

    Berrichon : nou. Auvergnat : nouss.

    Nouv, subst. masc: Nol.Roman : Nou. Moulins : N. Escurolles : Nou. Ber-

    richon : N ou Naulet.Nouviau, adj.: nouveau.

    Picard.

    Remarque

    Vn s'est substitue / dans nentille pour lentille. Il s'estsubstitu m dans gerner ou d\erner pour germer.

  • Obrelle ou aubrelle, subst. fm.: peuplier.Moulins et nivernais : aubrelle.

    ilS) subst. masc. plur.: yeux.Remarque : Dans l'ancien franais, il et ils taient

    les nominatifs singulier et pluriel;yeux tait l'accusatif

    tant singulier que pluriel.

    Les distinctions actuelles ont t faites par les gram-

    mairiens sur le modle des mots en ail et en al.Voir yeu,Bourguignon.

    u, subst. masc: uf.Moulins, berrichon et bourguignon.

    uvre, subst. fm. ; plur.: ouvres: espace ne'cessajre pourplanter mille ceps de vigne. Cela revient peu prs la

    couppe des terres arables, c'est--dire 638 mtres carrs.

    uvri, verbe : ouvrir.Roman.Voir bader.

    Oasse, subst. fm.: pie.

    Roman : ajasse. Moulins : aasse. Montluon : ajasse.Berrichon: ouasse. Auvergnat: djassa.

    Oon. Voir OYon.

  • 86 DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS

    Onhye subst. masc: ongle.Remarque : On pourrait crire ce mot onlle, en donnant

    aux // la prononciation mouille portugaise.

    Berrichon.

    Onmelette, subst. fm.: omelette.

    Orcun, subst. fm.: ortie.Montluon : irouge.

    Ordze, subst. masc: orge.Italien : orio.

    Oriette, subst. masc: petit animal appel cure-oreille.

    Griller, subst. masc: oreiller.Roman, Moulins et bourguignon.

    Orine, subst. fm.: urine.Roman, Escurolles, berrichon et espagnol.

    Crisse, subst. fm.: orage avec rafale, ouragan.Moulins et Escurolles.

    Ormouze, subst. fm.: armoire.Berrichon : armoise.

    Os. Voir neYOn.Osiau, subst. masc: oiseau.

    Moulins : siau. Ferrires : aousau. Escurolles : siau.Hainaut : siau.

    Osiaux (Les). Voir artisons.

    Oti, subst. masc: outil.

    Ouche, subst. fm.: enclos plant d'arbres fruitiers prs d'unemaison rurale.

    Roman, Escurolles et berrichon : ouche.En forzien, ouche signifie plutt bonne' terre.Auvergnat : ouche.

    Ou, subst. fm.: oie.Escurolles : oye.

  • DICTIONNAIRE DU PATOIS BOURBONNAIS 87

    Ougnon, subst. masc: oignon.

    Ouille ou beline, subst. fm.: brebis.Roman et Moulins : ouaille, Ferrires : oye, Escurolles :

    ouille. Berrichon : oueille.Etym.: Ovilia. La forme de notre patois est bien con-

    forme Ttymologie.

    Ous, pron.: vous.

    Ouvres. Voir uvre.

    Ove, subst. fm.: oing ou saindoux.

    Oyard. Voir cocard.

    OYOn (prononcez oon), subst. masc: oison.Roman, Moulins et Escurolles : oyon. Berrichon : oyon

    ou ochon. Bressan : oyon.

    Remarque

    O et ou se subs