Colloque 20091

Click here to load reader

  • date post

    10-Dec-2014
  • Category

    Design

  • view

    182
  • download

    1

Embed Size (px)

description

 

Transcript of Colloque 20091

  • 1. APCP ASSOCIATION DE PREFIGURATION D'UN CONSEIL DE PRESSE COLLOQUE ORGANISE PAR LAPCP en partenariat avec FRANCE-CULTURE JUIN 2009 Presse et public : quand une instance de mdiation ? Studio 106, Maison de Radio France Jeudi 4 juin 2009, 14h30 18h30 Les rcents Etats gnraux de la presse crite ont fait progresser lide que lthique et la qualit de linformation avaient besoin de structures (charte dontologique nationale, mdiateurs, instance de veille et de mdiation) pour simposer tous et que soit restaure la confiance entre le public et les mdias. Cest le but que poursuit lAssociation de prfiguration dun conseil de presse (APCP) depuis sa cration fin 2006. Elle a labor un projet concret (ouvert au dbat) dinstance de mdiation tripartite, accueilli favorablement par les participants de la journe spciale des Assises du journalisme le 20 janvier 2009. Ce colloque a t organis pour faire se rencontrer et discuter en toute ouverture, exemples trangers lappui, ceux quintressent la qualit de linformation et lexigence dthique. Pour faire avancer le projet dune instance, dont les mdias franais et les citoyens ont plus que jamais besoin. En partenariat avec France-Culture 1 1
  • 2. Sommaire Des tabous enfin levs dans la profession ...................... 3 Yves Agns, prsident de lAPCP, ancien rdacteur en chef au Monde Pourquoi plus de 100 ans de blocages ? ...................... 6 Denis Ruellan, professeur des universits, responsable de la formation au journalisme lIUT de Lannion Des exemples mditer ...................... 9 Flip Voets : le Conseil de presse de Belgique flamande Dominique von Burg : le Conseil de presse de Suisse Marc-Franois Bernier : le Conseil de presse du Qubec Animateur : Nathalie Doll, journaliste, membre du conseil dadministration de lAPCP Dbat gnral avec les intervenants et les participants du Colloque ...................... 14 Animateur : Jrme Bouvier, prsident de Journalisme et citoyennet , organisateur des Assises internationales du journalisme, ancien directeur des rdactions de RFI et France-Culture Synthse et conclusions ....................... Bertrand Verfaillie, journaliste, membre du conseil dadministration de lAPCP 2 2
  • 3. Intervention de Yves Agns : Des tabous enfin levs dans la profession Je voudrais d'abord, titre personnel, rendre hommage la mmoire de Georges Bourdon qui a t de 1922 1938, secrtaire gnral puis prsident du syndicat des journalistes, unique l'poque. Jusqu' sa mort, il y a un peu plus de 70 ans, il a t le vritable organisateur de la profession ; il s'est battu et a obtenu la loi de 1935, la convention collective des journalistes en 1937, l'institution de la commission de la carte en 1936 Ses deux leitmotiv taient solidarit et discipline. Solidarit l'intrieur d'une profession qui tait dj divise, comme elle l'est encore maintenant. Et discipline parce que ce mot recouvrait l'poque le respect des rgles thiques et professionnelles. Son objectif de crer une instance d'autodiscipline que nous prfrons aujourd'hui nommer une instance d'thique et de mdiation entre la profession et le public des mdias est toujours aujourd'hui l'objectif de lAPCP. Quelles que soient nos convictions ou nos appartenances, je crois que nous sommes ici pour rflchir ensemble dans cette direction. 1. La gense Oui, c'est aujourd'hui peut-tre la fin des tabous. Commenons par une petite gense des volutions que nous constatons. Le 6 juin 2006, la commission parlementaire sur l'affaire d'Outreau termine ses travaux, remet son rapport et rclame un code de dontologie pour toute la profession. Elle le fait aprs de nombreux drapages qui ont maill les traitements mdiatiques depuis la fin des annes 1980 ; et l'issue d'une affaire qui, aprs celle du petit Grgory, a montr des mdias et des journalistes particulirement peu cheval sur les rgles dontologiques. Ces manquements rpts l'thique professionnelle avaient provoqu dj de nombreuses ractions dans la profession, dans la socit civile et les sphres politiques. Quelques brefs rappels. 4 fvrier 1992, la Commission de la carte adopte l'unanimit une dclaration sur la cascade de drapages qui sape la crdibilit des journalistes et des mdias . 21 mars 1995, la Commission nationale consultative des droits de l'homme met un avis sur la libert de la presse et la responsabilit des journalistes, elle prconise notamment l'adoption d'un code de dontologie. 27 octobre 99, le Conseil conomique et social national demande la cration dune commission consultative mdia thique . Citons aussi, par exemple, les rapports gouvernementaux de Jacques Vistel en 93 et de Jean-Marie Charon en 99, qui tous deux mettent en avant la ncessit dj ressentie par le public d'un texte de rfrence et d'une instance charge de veiller son respect. Six mois aprs le rapport de la commission Outreau , une association se crait : l'APCP, l'Association de prfiguration d'un conseil de presse. Elle mane de l'Alliance internationale de journalistes, rseau de professionnels runis pour rflchir et agir en faveur de la responsabilit des journalistes l'gard du public. L'APCP comprend des journalistes et des non professionnels de l'information. Elle constate qu'il n'existe dans notre pays, alors que la question se pose depuis 1898, ni code d'thique reconnu par toute la profession (diteurs et journalistes) comme c'est le cas dans de nombreux pays trangers, ni instance d'autorgulation comme il en existe dans une centaine de pays dans le monde, sous le vocable internationalement reconnu de conseil de presse . Une exception toutefois : il s'est cr, fin 2007, une association d'diteurs, FIDEO, qui, en application de la loi de 2005 sur la protection des consommateurs d'informations boursires et financires, vite ses adhrents de passer sous la coupe de l'Autorit des marchs financiers. FIDEO a adopt un code de bonne conduite qui fait rfrence la seule charte existante, celle du SNJ de 1918 1938. 3 3
  • 4. L'APCP a dcid ds le dpart de porter son action sur la faisabilit d'une telle instance, sur l'information et le dbat autour de la cration d'une telle instance et sur le soutien la mise en place d'un texte thique de rfrence. 2. Laction LAPCP a d'abord mis au point un projet d'instance de mdiation tripartite diteurs, journalistes, public en s'inspirant d'exemples trangers et en l'adaptant au contexte franais. Ce document a t prsent aux Assises de 2008, mais il a t remani depuis parce que nous pensons qu'il doit voluer et ce colloque servira galement cela. Notre ide de base est que, 70 ans aprs la charte de 1938, qui voque pour la premire fois le fameux jugement des pairs repris dans la charte europenne de Munich de 71, ce jugement n'a pas fonctionn. Il est devenu une formule creuse, troitement corporatiste, sans rapport avec l'objectif atteindre, celui de rconcilier les publics avec leurs mdias et avec les journalistes. Ce jugement est de plus totalement dpass, l'heure d'Internet et des demandes nouvelles de ces publics. Donc pas d'Ordre des journalistes, mme si c'est vers cela que voudraient nous entraner certains. Une instance doit imprativement associer le public. Nous avons aussi commenc rencontrer des interlocuteurs privilgis : syndicats et socits de journalistes, syndicats d'diteurs, organisations de la socit civile telle que UNAF, Ligue de l'enseignement, socits de lecteurs, etc. Nous avons activement particip aux Assises internationales du journalisme et aux Etats gnraux de la presse crite et nous y avons port le dbat sur le conseil de presse, ou conseil d'thique. Nous avons produit et diffus une documentation et rpondu des sollicitations (plus nombreuses depuis quelques temps), notamment de la part d'tablissements d'enseignement suprieur, dorganismes de la socit civile ou encore professionnels tels que l'Union des clubs de la presse ou encore le Syndicat national des radios libres Nous avons encore lanc avec l'association Journalisme et citoyennet un Appel en faveur du principe d'une charte et du principe d'une instance d'thique, qui avait dj recueilli les signatures d'une cinquantaine de personnalits de la presse avant les Assises du journalisme de mai 2008. 3. Quoi de neuf depuis fin 2006 ? Premier constat : sur le front des bavures journalistiques il n'y a pas eu de rpit. A titre dexemples le CSA est intervenu auprs de chanes de tlvision en aot 2008, octobre 2008, fvrier 2009 Le CSA, pas plus que la Commission de la carte, n'a de prrogatives dontologiques reconnues par la loi. Mais il s'est forg une doctrine et une pratique au cours de ces dernires annes, autour de la notion d'honntet de l'information, et il intervient de plus en plus frquemment maintenant parce qu'un certain nombre de rgles sont inscrites dans le cahier des charges des chanes publiques ou prives. Et c'est au titre de ces cahiers des charges qu'il fait ses rappels l'ordre. Mais la presse crite n'est pas en reste (le Nouvel Obs), la radio non plus (Elkabbach) et Internet de mme Tandis qu'en juin 2008 sur France 2 Franois Fillon dclare que les mdias franais doivent s'interroger sur l'thique de leur mtier et qu'ils n'ont plus grand chose envier aux tablods anglo-saxons . Bigre ! Deuxime constat. De nombreux livres venant de journalistes ou d'observateurs ont t publis ces dernires annes : citons La trahison des mdias de Pierre Servent (2007), Les journalistes et leurs publics : le grand malentendu de Jean-Marie Charon (2007), Mdia-paranoa de Laurent Joffrin (2009), Journalistes la niche ? de Bruno Masure (2009), Les journalistes franais