Th©ophile de Giraudtheophiledegiraud.e- .Dans la tombe tout   l’heure...

download Th©ophile de Giraudtheophiledegiraud.e- .Dans la tombe tout   l’heure taill©e ... Le prtre

of 108

  • date post

    15-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Th©ophile de Giraudtheophiledegiraud.e- .Dans la tombe tout   l’heure...

  • Thophile de Giraud

    Cent

    Hakus

    ncromantiques

    Prface de Jean-Pierre Verheggen

    G A L O P I N

  • Ni mieux ni natre ! Plus radicale encore que la clbre devise anarchiste :

    ni dieu ni matre, celle de Thophile de Giraud pourrait

    bien tre, et demeurer jamais ; ni mieux ni natre ! Ni

    projet, ni progrs en effet, no futur et sinon no foutrure

    du moins pas de progniture, foutre dieu ! Dailleurs

    Giraud, lantinataliste, nous le rappelle ; la plupart du

    temps notre amour sent lail et rien de tel pour le signifier

    clairement que de pratiquer lhaka ! Un haka entre

    dbrouille et dbraille bien sr car foin des ces 5-7-5,

    penta-hepta-repenta, qui marchent au pas ! Les mots de

    dsordre naiment pas a que je sache ! Giraud les crit du

    reste au dbott ! Au noir de noir ou pire : carrment la

    trononneuse bille ! Il taille dans le vif, le bougre ! Il

    dpce le convenu et dpiaute le retors tout en parodiant les

    deux la fois ! Sa salle dop est une boucherie et son

    cabinet dobsttrique un cimetire pour pres et mres

    prmaturment vous aux regrets ternels ! Mabuse sen ft

    dlect sans censure ! Bref ! le tranche ha-Kouilles

    fonctionne plein rgime antipaternit et plutt que de

    tourner sept fois sa langue dans la bouche avant de parler

    pour la postrit, on remplace le moteur ! moteur !

    quhurlent les ralisateurs de films par un double et

    cinglant mother ! mother ! et tout de suite coupez !

    Au demeurant, est-ce peut-tre ainsi quil faut lire ces

    hakus ncromantiques de Giraud ? Morceau morceau

    jusqu los au point de lavoir dans los ! En sarrtant sur

    telle forgerie ou telle trouvaille qui relve de lhraldique

    verbale via le blason des corps lamins ! Agac parfois,

    irrit mme, mais toujours curieux, titill, aiguillonn par la

    langue fourchue de ce diable de Giraud et sa pche

    denfer !

    Jean-Pierre VERHEGGEN

  • Torii

    Paratonnerre ? Pis rti ? Taureau trop tt torride ?

    Hakus ? Tercets ? Aphorismes camoufls en hakus ?

    Pastiche ? Hommage ? Hrsie ? Drision ? Fumisterie ?

    Coup de langue ? Coup de dague ? Coup dessai ?

    Cou dIssa ? Coupe de sang ? Hakus.

  • I

    La dpression ? Quelle aubaine !

    Je mengourdissais

    Dans le smegma du bonheur

  • II

    Que ton Verbe patiemment sexsangue

    Mais pourtant demeure Verge

    profond potentiel denculation

  • III

    Elle adorait croquer des radis

    Depuis que les gnitoires de son gniteur

    Staient rpandues dans son paradis

  • IV

    Un sabre a coup

    La lune en deux

    Cancer du sein

  • V

    Elle a oubli mon invitation

    Je grignote un plat

    De lames de rasoir

  • VI

    Le froid sest perch sur le toit

    Ma langue alcoolescente reste colle

    Au goulot de lencrier

  • VII

    Il gle mourir de soif

    De lauvent descend une stalactite

    Le corps dun pendu

  • VIII

    Flaque frache aprs la pluie

    Le merle marche dans leau quil boit

    Nous souillons notre propre bonheur

  • IX

    cras par la charrette

    Le chien a oubli ses intestins

    Le long du chemin

  • X

    La neige fondue

    On revoit les squelettes des bambins

    Blanchis par la guerre

  • XI

    On a trouv un utrus

    Dans la rivire

    Le fils ne sentendait plus avec sa mre

  • XII

    Doux comme la balle

    Qui entre sans frapper

    Dans la tte du suicidaire

  • XIII

    Lasse du limpide

    La jeune fille se masturbe

    Avec le tibia dun blier mort

  • XIV

    Dans le ventre du caveau

    Un entrelacs de crnes

    Minuit sifflant profond

  • XV

    Les murs aux lvres grises

    Commentent doctement la cloche

    On enterre un moine mort-n

  • XVI

    Un cri dans la baignoire

    De leau qui remue

    Le pre sodomise son fils

  • XVII

    Agonie de millions de vipres

    Dans la nuit dun ravin spongieux

    Le vagin digre mes spermatozodes

  • XVIII

    Besoin dinexistence

    Je convoque

    Les cormorans du sommeil

  • XIX

    Un chrysanthme de paix

    Dans un ciel desprance

    Lapocalypse nuclaire

  • XX

    Une tte de bouledogue

    Dissoute dans lacide des angoisses

    Bb pleure pleins moignons

  • XXI

    Sur la plage une plume de corbeau

    Longueur de verge en dsir

    Vnneuse couleur de naissance

  • XXII

    Sans forme sans dure sans finitude

    Sphrique asile du constern

    Dieu ? Foutre non ! Nant !

  • XXIII

    Lhiver a tir son sabre

    Sur la route les dcapits

    Ont une paupire tranquille

  • XXIV

    Goudron et briquet

    Cierge insolite

    Le phallus flambe

  • XXV

    Laffreuse vulve !

    Une tte en jaillit :

    Ah ! quelle dtresse !

    (Hommage Bash)

  • XXVI

    Bois sec et tordu

    Dans lherbe du foss

    Quelquun a eu faim

  • XXVII

    De jolis fruits rouges sur le sol

    Quelques fillettes en larmes

    Lexciseur range ses outils

  • XXVIII

    Sous le nnuphar

    Un ftus en fleur se rjouit

    cume davortement

  • XXIX

    La tempte gaine ses doigts

    De durs ds coudre

    Arracher le cur des accouches

  • XXX

    Un filet jet au firmament

    Sy dmne la divine murne

    Pense en forme de harpon

  • XXXI

    Festin nocturne mais solitaire

    Lenterr vif

    Ronge la tomate de ses poignets

  • XXXII

    Au fond du jardin lunifre

    Bruit de dents casses

    Lavare broute ses pices dor

  • XXXIII

    Au doigt de bb-sommeil

    Saccroche

    La pince dun scorpion

  • XXXIV

    En totale brit de sak

    Un fossoyeur titube tombe et se tue

    Dans la tombe tout lheure taille

  • XXXV

    Triple dlice splologique

    La langue le phallus et le doigt

    Synchronisent leur investigation de la pucelle

  • XXXVI

    Poignard en humrus de lassitude

    Menstrues du cur mis en perce

    Retour au pays natal

  • XXXVII

    Poursuivie par un tracas

    La souris neigeuse se rfugie

    Dans le vagin dune vierge endormie

  • XXXVIII

    Crpitements de soleil

    Lorphelin du urine

    Sur le tumulus de son pre

  • XXXIX

    peine nes

    Elles se suicident

    Les fleurs du cerisier

  • XL

    De larbre fumant et fl

    Jaillit la bleuit dune hamadryade

    Elle invective la foudre

  • XLI

    Entre mes fesses rutile

    Lidogramme pliss

    Du Matre de lUnivers

  • XLII

    Vieille fille malpropre

    Sln promne dans la nuit

    Son nombril de glace

  • XLIII

    Un bb ventous

    Sous chaque tentacule

    La pieuvre maternelle

  • XLIV

    Dans les crocs

    Du tigre vert qui sloigne

    Une silhouette denfant

  • XLV

    Encercl dclairs

    Lhomme se fige

    Transparent de solitude

  • XLVI

    Pre du peuple mouche

    Le soleil sendort

    Sur une bouse de vache

  • XLVII

    Un bras une jambe un sein

    Ensuite scier la tte

    Les loisirs du dpeceur

  • XLVIII

    Le prtre blanc dpose lhostie

    Sur la langue qui consacra laube

    lcher des nymphes

  • XLIX

    Elle humecte je turgesce

    Une parcelle de lhumanit

    Va cesser un temps de me dplaire

  • L

    La morpionne pond ses ufs

    Au chaud du pubis tirebouchonneux

    Dune mnagre gravide

  • LI

    Comme il est tchac reposant

    Le bruit tchac de la machine

    sectionner tchac les testicules

  • LII

    Lexcrment du fossoyeur

    Entre dans le crne

    Par lorifice o riait lil

  • LIII

    Ravie davoir t fconde

    La vulve met un claironnement

    De flatulence bgue

  • LIV

    Paupires tranches

    Couverts de sel ses yeux fondent

    Lhomme aux ides qui froissent

  • LV

    Laraigne tend sa toile

    Les insectes volent vers lagonie

    Voici le printemps

  • LVI

    Carbonise par son violeur

    Le sexe de la jeune morte

    Nid de lucioles

  • LVII

    Tendre comme une cisaille

    Lamante religieuse

    Allicie son amant

  • LVIII

    Propulss contre le mur

    Par dinnocents enfants

    Les colimaons trpassent lentement

  • LIX

    Une pyramide de langues arraches

    La police secrte rentre se reposer

    Dans les caressantes joies du foyer

  • LX

    Trente millions de morts

    Nonobstant la grippe espagnole ne fut

    Jamais traduite devant les tribunaux

  • LXI

    Prs du couteau dargent

    Silencieuse et blonde

    Une petite fille ventre

  • LXII

    Des milliards de cratures

    Rentrent dans la poche du nant

    Incendie de fort

  • LXIII

    Au bas de la falaise

    Sur les galets incassables

    Le Nirvna

  • LXIV

    La naissoire surplombe la rose

    Do font geyser les diarrhes

    Point dexclamation !

  • LXV

    Les ailes dchires par le chat

    Le papillon redescend

    Du ciel des il