Raphaël Pichon: chef absolu

Click here to load reader

Embed Size (px)

Transcript of Raphaël Pichon: chef absolu

  • 22 Versailles Magazine mars 2015

    grand tmoin

    Raphal Pichon : chef absoluLe jeune chef dorchestre form Versailles, directeur et fondateur de lensemble Pygmalion, a reu une Victoire de la Musique le mois dernier. Il incarne, par sa jeunesse et sa crativit, une modernit fonde sur lexcellence et la recherche. Sa dmarche, avant tout artistique, est aussi une aventure collective et humaine. Port par sa curiosit, il explore les zones dombre dune musique classique quil emmne et reprsente avec grce partout dans le monde. Avant son concert les 5 et 6 mai lOpra Royal, il revient sur lorigine de sa vocation et ses premires motions musicales Versailles.

    Votre ensemble, Pygmalion a reu en fvrier dernier une Victoire de la Musique pour son enregistrement de la Kthener Trauermusik BMW 244a de J.S Bach (Harmonia Mundi), quavez-vous ressenti en recevant cette distinction ?Une grande grande fiert. Cest un immense honneur pour nous, dau-tant plus que nous ne nous y atten-dions pas. Ce disque a t un projet exigeant et ambitieux ; il sagissait de faire revivre une uvre perdue de Bach et den offrir notre lecture au public. Si les Victoires de la Mu-sique peuvent parfois privilgier des uvres ou des interprtations abordables par le plus grand nombre, elles ont fait ici le choix de rcompenser un travail de re-cherche ; cest une grande satisfac-tion pour nous et un immense bon-heur que la jeunesse et lexigence soient ainsi rcompenses. titre personnel, cette soire a t ma pre-mire exprience des Victoires de la Musique, qui est un exercice part dans la vie et la carrire dun musi-cien. Sexprimer en direct, se retrou-ver au milieu de tant de gens que lon admire Ce fut une relle exp-rience !

    Vous avez fond Pygmalion lorsque vous aviez 21 ans ; vous avez donn votre 1er concert Notre-Dame de Versailles en 2006. Quelle est la vocation de cet ensemble ?Depuis huit ans, nous avons beau-coup travaill, incarn de nom-breux lans, partag des tournes, des voyages, des rencontres Pyg-malion reste une aventure entre-preneuriale et humaine. Dun point de vue purement musical, notre d-

    marche sinscrit la suite de deux gnrations de musiciens qui nous ont prcds et qui ont fait revivre un pan important du patrimoine de la musique baroque. Nous nous ins-crivons dans cet hritage, tout en privilgiant les nombreuses zones dombre qui demeurent.

    Quels retours avez-vous du public en concert, en tournes, partout dans le monde ?Nous recevons de nombreux t-moignages positifs de gens qui sont touchs par cette musique, qui ne connaissaient pas telle ou telle uvre ; autant de nouveaux ambas-sadeurs qui illustrent une grande curiosit du public. Nous aimons ai-guiser cette curiosit ; cest notre vo-cation. Le cur de notre dmarche.

    Le rpertoire de Pygmalion, lorigine trs tourn vers le Baroque et la musique sacre volue sans cesse. Vers quoi vous tournez-vous aujourdhui ?Beaucoup de nouvelles aventures nous attendent, la premire tant lopra ; et cest dans ce cadre que nous serons Versailles en mai avec Dardanus, mis en scne par Michel Fau. Dardanus est un incroyable di-vertissement, une tragdie lyrique la franaise, riche, exaltante, boule-versante. Je vous invite venir la d-couvrir en mai prochain lOpra Royal de Versailles.

    Au Festival dAix, lOpra dAmsterdam et maintenant en tourne partout dans le monde, vous dirigez un spectacle hybride (musique et thtre) entire-ment cr partir de cantates de Bach ; expliquez-nous comment Trauernacht

    contribue moderniser Bach et son propos.Il a fallu dabord que nous accep-tions de prendre une libert totale par rapport aux uvres du com-positeur en les dmembrant pour redonner naissance un propos nouveau, certes, mais totalement inspir par les thmatiques chres Bach. Nous avons modestement tent, en associant la musique une mise en scne magnifique de Katie Mitchell, de ne jamais renier cette musique mais au contraire de lui offrir une possibilit nouvelle et inoue de sexprimer sous un nouveau jour. Trauernacht est un spectacle qui propose chacun de constater combien la musique de

    Jaime travailler en groupe.

    Je suis passionn par les

    phnomnes sonores crs

    plusieurs, jaime cette

    alchimie concrte et magique.

    Cest cela qui me nourrit.

    Je

    an-B

    aptis

    te M

    illot

  • Versailles Magazine mars 2015 23

    montrer que ces grandes mu-siques peuvent nourrir tout un chacun si on a la chance de pou-voir lentendre et la dcouvrir. Nous musiciens, dautant plus jeunes musiciens, sommes les meilleurs tmoins pour faire savoir que la musique peut transformer une vie, que cest un art curieux des autres arts, quelle est un ternel dialogue, un langage universel qui porte des valeurs universelles.

    De quoi se nourrissent vos rves aujourdhui ?Ils sont nombreux ! Lun serait de r-unir musique et la mer Un projet fabuleux et un peu fou se dessine !

    Quelle place tient Versailles dans votre vie ?Une place part, videmment. Je ny ai que de beaux souvenirs et maintenant que je men suis extrait, je vois parfois quel point cette ville peut souffrir de prjugs. Oui Versailles est une ville privilgie par sa beaut, son patrimoine hors du commun, ce parc du Chteau qui nous a tous servi de terrain de jeu ! Mais Versailles nest pas quune ville de privilgis. Jespre au contraire tenir de cette ville une fa-cult, une aptitude mouvrir aux rencontres, aux personnes, aux ho-rizons diffrents. Pygmalion est un ensemble qui runit des artistes de 12 nationalits diffrentes. Cette ai-sance que nous avons bien vivre ensemble , cette curiosit de lautre, je crois que Versailles peut et doit linculquer !

    grand tmoin

    Bach peut spanouir pleinement dans des situations de notre quoti-dien, dans nos vies de mortels, en perptuel questionnement.

    Vous bnficiez dj dune lgende personnelle, reprise par tous ceux qui vous prsentent ; vous tes un prodige , vous tes ce jeune chef qui a su dsobir , dpasser les contraintes imposes pour crer son propre cheminement Comment vivez-vous ce succs ?Ce mtier est dans son essence in-timement paradoxal : il simpose vous tel un besoin profond, mais il est un perptuel questionnement, parsem de doutes. Cest cela qui le rend si fantastique. Lorsque, ado-lescent, jai chant pour la premire fois sous la direction de Jean-Fran-ois Frmont avec les Petits Chan-teurs de Versailles, ce besoin de mu-sique sest impos moi. Par la suite, crer mon propre ensemble mest apparu ncessaire, car mon rapport la musique a toujours t collectif. Jaime travailler en groupe. Je suis passionn par les phnomnes so-nores crs plusieurs, jaime cette alchimie concrte et magique. Cest cela qui me nourrit.

    Vous tes chef dorchestre et chef dentreprise. Quelle part tient cette deuxime fonction dans votre emploi du temps ?Lentreprenariat est au cur de ce mtier de crateur densemble. Au dbut, il a fallu que je passe beau-coup de temps grer ladminis-tratif, chercher des partenaires et des sponsors ; maintenant, jai la chance dtre entour dune quipe formidablement comptente. Ma vie est rythme par ltude de par-

    titions mais il faut aussi penser les programmes, penser les projets, re-cruter les musiciens. Ce manage-ment des hommes, nos ressources humaines nous, sont primor-diales dans ce mtier. Nous vivons ensemble, des hauts et des bas, des joies et des peines. Cest un mtier riche et complet.

    Placez-vous le travail au cur de la russite ?Oui, mais le travail nest rien sil ne se nourrit pas dune curiosit in-finie. Nous cherchons sans cesse, aussi bien sur la forme que sur le fond, le contenu. Nous vivons une poque complique pour la culture. Dans beaucoup de villes ou de rgions, on peroit que les politiques se dsolidarisent de la musique classique, perue comme trop litiste ou exclusive. Il en est aujourdhui de notre devoir de d-montrer le contraire et de tenter de donner des cls dentre concrtes un public qui se doit dtre de plus en plus large. Nous nous devons de

    Lensemble Pygmalion.

    Dardanus de Jean-Philippe Rameau.Tragdie lyrique en 5 actes.Opra Royal de Versailles. Les 5 et 6 mai 20 h.

    t

    ienne

    Gau

    tier

    B

    ertra

    nd P

    ichen

    e

    Je suis l pour faire savoir

    que la musique peut transformer une vie.