Journal federal mcg 2015

download Journal federal mcg 2015

of 16

  • date post

    23-Jul-2016
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Journal du MCG à l'occasion des élections fédérales suisses du 18 octobre 2015

Transcript of Journal federal mcg 2015

  • LE CITOYENJOURNAL DU MCG - MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

    Automne2015

    ELECTIONS FEDERALES

    Les partis traditionnelsacceptent encore et toujours:

    - linvasion de frontaliers ;- lafflux de faux rfugis ;- la perte du secret bancaire ;- le cot des assurances- maladie ;- le rseau routier chaotique ;- les cadeaux aux Etats trangers- louverture des frontires aux criminels.

    Rsistons aux faiblessesdune gauche folle et dune droite molle

    Votons pour les candidats MCG

    Suisses, ragissezcontre

    les fossoyeurs de notre pays!

  • 2 - LE CITOYEN automne 2015 A Berne comme Genve

    Suisses, osons nous affirmer !La politique de lautruche, mene depuis de trop nombreuses annes, et la faiblesse de nos dirigeants ont conduit notre pays se retrouver dans des situations dincertitude complte en de nombreux do-maines.

    Stop lafflux des frontalierset des faux rfugis

    Dans son incapacit grer le dossier de lasile, le Conseil f-dral accepte beaucoup trop de requrants dasile, sans tenir compte de nos capacits daccueil. Par ailleurs, tout comme le Gouverment, trop de partis politiques sapplatissent devant lUnion europenne sur la question de limmigration. Ceux-ci tergiversent outrance afin de ne pas faire appliquer la dci-sion du 9 fvrier prise par le peuple. De ce fait, le problme des frontaliers nest pas srieusement trait autant par la gauche que par la droite. Pourtant, des milliers de nos concitoyens souffrent de cet afflux massif qui les conduit au chmage ou lassistance publique.

    Trop de nos politiques ne sont plusau service du pays mais aux ordres de Bruxelles

    Par ailleurs, nous perdons aussi de plus en plus notre souverai-net face des nations trangres qui nous dictent notre ma-nire dtre et de faire. La suppression du secret bancaire est le rsultat le plus marquant de toutes ces pressions, lesquelles ont cot des milliers demplois surtout dans notre canton. Les accords internationaux comme Schengen font plus de tort que de bien la Suisse. En effet, notre pays est devenu un Eldorado pour les criminels. Dans ce contexte, ces politiques nous lient les mains avec des dcisions contraires notre volont.

    Le Palais fdral est devenu un vrai casino !

    Tels des flambeurs, ces mmes partis dpensent largent des contribuables suisses sans compter. Il nest pas tonnant que le budget de la Confdration ait augment de 25% en dix ans. Alors, ne rvons pas! Ds lors, nous narrivons plus rpondre aux attentes de la population dans des secteurs prioritaires comme la scurit et des quipements publics essentiels.Il est temps de se rveiller et de reprendre notre destin en mains.Quant au MCG, il estime que cest le moment de modifier la composition du Parlement fdral, en ne renouvelant pas le mandat de ces faiblards, reprsentant des partis bni-oui-oui.Pour cela, nous avons besoin de vous et de votre soutien afin de placer des hommes et des femmes la hauteur de vos at-tentes. Nous devons reprendre confiance en nos institutions et cesser de brader notre pays.Ensemble, restons forts et dtermins !

    Roger GOLAY

    LE MOT DU PRESIDENT DU MCG

    Roger GolayConseiller national

    Le MCG accuse !Ceux qui dtruisentnotre conomieDepuis une bonne dcennie, la gauche ne dfend plus, comme par le pass, le salari. Cest une vidence.

    Etonnamment, cette gauche caviar saffaire dposer des initiatives qui font fuir les contribuables fortuns, comme si ctait des pestif-rs.

    Pourtant ceux-ci contribuent largement au bien-tre de tous et par-ticipent pleinement par leurs impts au dveloppement de notre so-cial. Ils sont nombreux financer, en tant que mcnes, des activits de bienfaisance ou dintrt public.

    Une incertitude trs ngative pour notre pays

    Cette gauche, en proposant la suppression des forfaits fiscaux par le lancement dune initiative, a cr une incertitude juridique qui a branl leur confiance lgard de notre pays. Des personnalits trs fortunes ont fait le pas, trouvant refuge dans des paradis fis-caux. Malgr le vote du Peuple contre cette initiative irresponsable, le mal a t fait.

    La proposition catastrophique sur limposition des successions a eu ce type deffets catastrophiques. Celle-ci a frein ltablissement de nouvelles entreprises dans notre pays. Ce qui a forcment nui lemploi.

    Secret fiscal, multinationales:politique suicidaire

    En sattaquant la place financire et au secret fiscal, ils portent une grande responsabilit sur les milliers de poste de travail perdus par leur action. Cest aussi une perte considrable pour les rentres fiscales du canton de Genve.Quant linitiative contre les multinationales, qui rapportent des sommes considrables au niveau des impts de Genve, cest tota-lement irresponsable.

    Finalement, on trouve gauche les plus grands fossoyeurs de lem-ploi, qui vont, par leurs initiatives irrflchies, pousser Genve dans la misre. Le MCG soppose catgoriquement cette politique dan-gereuse pour notre avenir.

    Une conomie fortepour un social efficace

    avec le MCG

  • LE CITOYEN automne 2015 - 3Asile conomique

    Aprs les frontaliersle flux des faux rfugisComme si lafflux massif de frontaliers europens ne suffisait pas, aujourdhui nous sommes confronts une arrive importante de faux rfugis, qui ne peut quaffaiblir notre cohsion sociale.

    Depuis le dbut de lanne, nous ne savons plus o loger les dizaines de milliers dar-rivants dans notre pays. Parmi les rfugis qui ont la lgitimit dtre accueillis, se trouve un nombre incroyable de requ-rants cherchant un asile conomique. Cela fait exploser les cots de lassistance pu-blique des cantons, des communes et de la Confdration, au dtriment des citoyens suisses.

    Stabilit de la Suisse en danger

    Aujourdhui, le cot global de lassistance de ces faux rfugis est phnomnal et de-mande des sacrifices normes aux contri-buables suisses. Au lieu de remercier leur pays daccueil, un certain nombre de re-qurants, entrans par une gauche irres-ponsables, critiquent la qualit de notre accueil et refusent dtre logs dans nos abris de la Protection civile.

    Nous constatons que cette gauche et ces requrants, avant tout dialogue, ont cher-ch nous imposer, par leurs manifesta-tions, des lieux daccueil de leur choix.

    Le scandale de loccupation du centre culturel le Grtli et des dmonstrations agressives, qui se sont droules sur la

    voie publique, sont la dmonstration de ce manque de reconnaissance lgard de notre hospitalit.

    Sans raction vive dune majorit de la population de notre pays, ce phnomne va samplifier et pourrait mettre en danger notre stabilit ainsi que la cohsion natio-nale.

    Des actions irresponsables

    La conseillre fdrale de gauche, en charge de lasile, ntant pas satisfaite du chaos provoqu par ces arrives massives de requrants, prne haut et fort - mme ltranger - que la Suisse peut encore en accueillir quelques milliers supplmen-taires.Une telle politique est catastrophique pour

    lintgration des personnes trangres. Cela conduit au communautarisme tel que nous le connaissons avec les meutes de Londres ou de la banlieue parisienne. De plus, cette politique gauchisante, qui vise prendre toute la misre du monde, ne peut que servir les rseaux mafieux qui senri-chissent sur le dos des requrants. Ceux-ci, au pril de leur vie et en dpensant des sommes considrables pour les mafieux, sont les victimes de cet anglisme imb-cile. Les drames en Mditerrane sont le rsultat de cet appel dair irresponsable.

    Avoir une politique ferme

    Nous devons tre fermes face ces arri-ves de requrants et traiter les dossiers de ceux-ci dans les plus brefs dlais, en ren-voyant ceux qui ne rpondent pas au statut

    de rfugis, soit un grand nombre des cas.En somme, nous devons rapatrier de manire mas-sive tout ces faux rfugis qui sen-tassent dans nos abris, par manque de rigueur de nos autorits fdrales.

    Roger GOLAYFranois BAERTSCHIStop aux rfugis GASTRONOMIQUES

    Nos bunkers bons pour nos soldats et nos habitants en cas de crise mais pas assez luxueux pour des migrants manipuls par des groupuscules suisses.

  • 4 - LE CITOYEN automne 2015 Stop aux dpenses !

    Peut-on le faire ?Le 9 septembre 1966, la Suisse et la France ont conclu une Convention en vue dviter les doubles impositions en matire dimpts sur le revenu et sur la fortune. La rgle de principe adopte cette occasion impliquait limposi-tion du revenu du travail, au lieu o sexerce lemploi. Ainsi, les travailleurs frontaliers exer-ant leur activit chez nous ne peuvent qutre imposs ici.

    Genve na jamais drog cette rgle et cest ainsi que les travailleurs frontaliers franais sont imposs la source, dans notre canton. Dautres cantons par contre (BE, SO, BS, BL, VD, VS, NE, JU) sur la base danciens accords conclus en 1910 et 1935, qui prvoyaient une imposition des salaires au lieu de rsidence des frontaliers, ont conclu un Accord, le 11 avril 1983, prvoyant que seule la France impose-rait les travailleurs frontaliers et rtrocderait au canton de rsidence, 4,5% de la masse salariale brute. Cest ainsi que la Convention entre la Suisse et la France de 1966 a intgr cette exception lors dune modification ult-rieure (art. 17, al. 4).

    Genve, pour sa part, a ngoci avec la France, pour tenir compte des charges supportes par certaines communes des dpartements de lAin et de la Haute-Savoie, un Accord du 22 juin 1973, dans lequel la Confdration suisse nest pas partie, le Conseil fdral stant limi-t signer cet Accord pour le compte de Ge-nve, conformment la comptence qui est la sienne dans le cadre des relations entre les cantons et ltranger (art. 56, Constitution f-drale). Selon cet Accord, Genve doit verser chaque anne une compensation financire de 3,5% de la masse salariale brute. En change, une fois par anne, les Prfets des deux d-partements concerns doivent faire connatre lutilisation des sommes mises disposition. Cet Accord peut tre