Infections Infections nosocomiales Bases épidémiologiques ... · PDF file...

Click here to load reader

  • date post

    02-Jan-2020
  • Category

    Documents

  • view

    3
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Infections Infections nosocomiales Bases épidémiologiques ... · PDF file...

  • Infections Infections nosocomiales Bases épidémiologiques

    Cours 2005 Techniciens en radiologie médicale

    Dr C. Petignat, DAMPH CHUV

    M:\DAM\DAMPH\CPetignat\COURS 03-05\cours TRM\cours 2005\Pathol_infectieuse_complet_TRX_2005.doc1/37

  • PATHOGENESE DE L’INFECTION

    COURS ELABORE PAR CHRISTIANE PETIGNAT, MÉDECIN, DAMPH, CHUV

    I. PATHOGENESE DE L’INFECTION 1. Agents infectieux 2.Réservoirs 3. Modes de transmission

    4.Colonisation 5. Infection

    II : LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

    1.Définition,étiologie, épidémiologie, 2.Infections nosocomiales endémiques 3.Infection nosocomiale épidémique

    4 Prévention et contrôle des infections nosocomiales : principes généraux

    5. Surveillance des infections nosocomiales endémiques et en situation épidémique

    III LES VACCINS

    M:\DAM\DAMPH\CPetignat\COURS 03-05\cours TRM\cours 2005\Pathol_infectieuse_complet_TRX_2005.doc 2/37

  • I.PATHOGENESE DE L’INFECTION I. Introduction Pour qu'il y ait infection, il faut d'une part un agent infectieux et d'autre part que cet agent infectieux ait une interaction avec un hôte. Toute interaction entre un agent infectieux et un hôte n'aboutit pas à une infection car dans la grande majorité des cas il se crée un équilibre entre les forces en présence et cet équilibre aboutit à une colonisation de l'hôte par différents germes, ceci sans infection. Pour qu'il y ait infection, il faut qu'il y ait une rupture de cet équilibre.

    II . Agent infectieux Il existe différents agents infectieux (microbes ou micro-organismes) classés dans différentes catégories ( familles). Les principales catégories sont : • les bactéries, • les virus, • les champignons, • les parasites. Tous les micro-organismes (germes) n’ont pas les mêmes capacités à provoquer des infections, certains étant pratiquement toujours associés à des manifestations cliniques (maladies) alors que d’autres ne provoquent qu’exceptionnellement des maladies. Les prions bien que ne faisant pas partie des microbes (germes) sont responsable de maladies infectieuses transmissibles.

    Un agent infectieux pathogène obligatoire est soit : • un micro-organisme qui ne fait pas partie de notre flore normale et qui provoque une

    infection. Son identification est toujours pathologique, ce qui veut dire que sa présence provoque en règle générale des manifestations cliniques ( exemple : le virus VIH, la bactérie du choléra) ;

    • un micro-organisme pouvant faire partie de notre flore mais dont la présence (l’identification) dans certains sites ou localisations entraîne en règle générale des manifestations cliniques ( exemple : la bactérie de la méningite à méningocoque peut être retrouvée dans la gorge sans infection alors que sa présence dans le liquide céphalo- rachidien provoque toujours une méningite).

    Un agent infectieux pathogène occasionnel est un micro-organisme qui peut faire partie de notre flore normale sans entraîner de manifestation clinique mais qui peut dans certaines circonstances être responsable de maladies (exemple : Staphylocoque épidermidis de la peau peut infecter occasionnellement une blessure).

    Un agent infectieux opportuniste est un germe qui est habituellement peu agressif mais qui peut le devenir et provoquer des infections graves dans certaines circonstances, en particulier chez des patients présentant une altération des défenses immunitaires (exemple : Pneumocystis carinii provoque des pneumonies chez le patient VIH).

    M:\DAM\DAMPH\CPetignat\COURS 03-05\cours TRM\cours 2005\Pathol_infectieuse_complet_TRX_2005.doc 3/37

  • III. Réservoir On va retrouver ces agents infectieux dans différents types de réservoirs (endroit ou le germe se multiplie et se maintient). Les différents réservoirs sont l'homme, l'animal et l'environnement (eau, air, surfaces). Les réservoirs des micro-organismes peuvent donc être endogènes (germes se trouvant chez le patient) ou exogènes (germes se situant dans l’environnement du patient).

    Les notions de réservoir endogène et exogène sont importantes à connaître car elles permettent d'agir de façon différente dans les mesures de prévention.

    IV. Source de l'infection / de la colonisation Il s'agit du lieu de contact entre l'agent infectieux et l'hôte. Source et réservoir ne sont pas obligatoirement identiques, par exemple lors d'intoxication alimentaire à salmonelles le réservoir peut être aussi bien le cuisinier que la nourriture et la source dans les deux cas est identique (nourriture).

    V. Transmission de l'agent infectieux Il existe différents modes de transmission (acquisition des germes): • par contact • par voie aérienne (gouttelettes, aérosols) • par l'intermédiaire de supports contaminés (eau, aliment).ou de vecteurs (insectes) La voie de transmission dépend du germe. Les voies les plus fréquentes sont : ⇒ la voie cutanéo-muqueuse (transmission de germes cutanés dans la bouche) ⇒ la voie fécale-orale (conditions d’hygiène non respectées) ⇒ la voie respiratoire (émission de micro-gouttelettes lors d’éternuement, de toux et

    réception de ces micro-gouttelettes lors de l’inspiration) ⇒ la voie sexuelle ⇒ la voie parentérale (transmission de germes dans le sang lors de blessure, transfusion) ⇒ par l’intermédiaire de vecteurs vivants tel les animaux (malaria transmise lors de piqûre

    de moustiques infectés) ⇒ la voie verticale (voie mère-enfant durant la grossesse)

    VI. Colonisation L'homme est colonisé par une flore très large et diversifiée appelée flore normale. Il existe entre la flore et l’hôte un équilibre qui peut être rompu dans des circonstances particulières. Cette rupture d'équilibre permet la colonisation (l'acquisition) par de nouveaux germes. Ce risque de colonisation va dépendre :

    ♦ de l'état du patient ♦ de la pression du réservoir exogène.

    L'état du patient peut être altéré par différents mécanismes dont les principaux sont : ⇒ une antibiothérapie antérieure qui va modifier ou détruire la flore normale, ⇒ la présence de corps étrangers tels des cathéters, des sondes vésicales, ⇒ la présence d'infections graves pouvant modifier les défenses immunitaires.

    M:\DAM\DAMPH\CPetignat\COURS 03-05\cours TRM\cours 2005\Pathol_infectieuse_complet_TRX_2005.doc 4/37

  • En présence d'un réservoir exogène fortement colonisé par certains germes, le risque d'acquisition de ces germes augmente. Le patient va donc se coloniser par des germes qui habituellement n’appartiennent pas à sa flore. Dans une grande majorité des cas, il va se recréer un nouvel équilibre. VII. L'hôte L'hôte (l’homme) possède une série de mécanismes de défense dont les principaux sont les barrières anatomiques (peau et muqueuse), l'immunité naturelle (cellules sanguines, anticorps) et la flore normale. La peau et les muqueuses sont les barrières anatomiques qui empêchent de nouveaux germes d'entrer dans le milieu interne. Ces barrières peuvent être altérées soit par des infections sous-jacentes (altération des propriétés biochimiques, cellules épithéliales, disparition des cils vibratoires (muqueuse bronchique), altération du péristaltisme digestif ou par des actes médico-chirurgicaux (plaies opératoires). Les défenses immunitaires peuvent être altérées par certaines maladies (néoplasie, maladies congénitales, maladies immunologiques) ou par certains médicaments [stéroïdes (cortisone), immunosuppresseurs]. Dans la flore normale il existe une compétition entre les différents germes (nutriments, production de substances bactéricides par certains germes, régulation du pH). Cette flore peut être altérée par l'administration de médicaments comme les antibiotiques ou certains antacides.

    Résumé des mécanismes de défense de l’hôte Barrières Mécanismes de défense Altéré par: Barrière anatomiqu e

    peau et muqueuse ♦ intégrité ♦ flore ♦ propriétés biochimiques ♦ cils vibratoires ♦ péristaltisme

    • affections sous-jacentes • actes médico-chirurgicaux

    Immunité naturelle

    non spécifique ♦ polynucléaires ♦ macrophages ♦ anticorps préformé ♦ protéines plasmatiques ♦ fièvre ♦ complément

    • néoplasies (cancers) • certaines maladies • médicaments (stéroïdes, immunosuppresseurs)

    spécifique ♦ lymphocyte B (immunité humorale par formation anticorps)

    ♦ lymphocyte T ( immunité cellulaire)

    • certaines maladies • médicaments (stéroïdes, immunosuppresseurs,)

    Flore normale

    ♦ compétition entre différents germes pour nutriment

    ♦ récepteur ♦ production de bactéricide ♦ altération du milieu (pH) ♦ stimulation de la production d’anticorps

    protecteurs

    • médicaments (antibiotiques,

    antacides)

    M:\DAM\DAMPH\CPetignat\COURS 03-05\cours TRM\cours 2005\Pathol_infectieuse_complet_TRX_2005.doc 5/37

  • . VIII. Infection Dans certains cas, l’équilibre entre les germes et l’hôte ne se crée pas et le patient développe une infection. Une infection implique la présence de micro-organismes dans un site habituellement stérile ou non stérile et est toujours accompagnée par une réponse inflammatoire de l’hôte. Le risque d'infection va dépendre de plusieurs facteurs dont:

    ♦ des micro-org