Cahier ©l¨ve CM2 - 2010

Click here to load reader

  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    236
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Cahier ©l¨ve CM2 - 2010

  • MINISTRE DE LDUCATION NATIONALE

    DIRECTION GNRALE DE LENSEIGNEMENT SCOLAIRE

    VALUATION NATIONALE DES ACQUIS DES LVES EN CM2

    FRANAISMATHMATIQUES

    Janvier 2010

    Cahier de llve

    Nom de llve : .............

    Prnom de llve : .........................

    cole : ..

  • 1

  • Ministre de lEducation nationale Direction gnrale de lenseignement scolaire

    1

    VALUATION NATIONALE DES ACQUIS DES LVES EN CM2

    preuves de franais de la page 2 la page 15

    Squence 1 : exercices de 1 4 Squence 2 : exercices de 5 13 Squence 3 : exercices de 14 19

    preuves de mathmatiques de la page 16 la page 24

    Squence 1 : exercices de 1 10 Squence 2 : exercices de 11 16 Squence 3 : exercices de 17 19

  • Ministre de lEducation nationale Direction gnrale de lenseignement scolaire

    2

    Exercice 1 Lis silencieusement le texte suivant et rponds aux questions poses. Dans le livre dont ce texte est extrait, des enfants et leurs grands-parents ont constat la mort de leur arbre prfr. Un voisin, Vincendon, en venant couper larbre mort, avait affirm : Les arbres ne meurent jamais

    5

    10

    15

    20

    25

    30

    35

    40

    Larbre qui chante

    Lair qui entra en mme temps que Vincendon tait tout piquet de minuscules flocons blancs. Le feu grogna plus fort, puis ce fut le silence. Ils taient l tous les quatre, regarder le pre Vincendon et son paquet solidement ficel.

    Vincendon posa son paquet sur la table, ta ses lunettes, les essuya longuement, se moucha, remit ses lunettes et sapprocha du feu en frottant lune contre lautre ses grosses mains qui faisaient un bruit de rpe.

    - Il fait meilleur ici que dehors, dit-il.

    Les enfants simpatientaient. Chacun dun ct de la table, ils regardaient le paquet sans oser y toucher. Le vieil homme semblait prendre plaisir prolonger leur attente. Il les observait du coin de lil et adressait aux grands-parents des sourires complices. Enfin il se retourna et dit :

    - Alors quest-ce que vous attendez pour louvrir ? Ce nest tout de mme pas moi de dfaire le paquet.

    Quatre petites mains volrent en mme temps. Les nuds taient nombreux et bien serrs.

    - Prte-nous tes ciseaux, Grand-mre

    - Non, dit Vincendon. Il faut apprendre la patience et lconomie. Dfaites les nuds et nabmez rien, je veux rcuprer ma ficelle et mon papier. []

    Les grands-parents, aussi impatients que les enfants, attendaient, suivant des yeux chacun de leurs gestes. Enfin, le papier fut enlev, et une longue bote de bois roux et luisant apparut. Elle tait plus large dun bout que de lautre. Vincendon sen approcha lentement et louvrit.

    lintrieur, dans un lit de velours vert, un violon dormait.

    - Voil, dit simplement le vieil homme. Ce ntait pas plus compliqu que a. part les cordes, le velours et les crins de larchet, tout se trouvait au cur de votre arbre.

    - Mon Dieu, rptait Grand-mre qui avait joint ses mains en signe dadmiration. Mon Dieu que cest beau !

    - a alors !a alors ! bgayait Grand-pre. Je te savais trs adroit, mais tout de mme !

    Le vieil artisan souriait. Il passa plusieurs fois sa main sur sa moustache avant de dire :

    - Vous comprenez pourquoi je ne voulais pas vous laisser entrer dans mon schoir ? Vous auriez vu des violons, des guitares, des mandolines et bien dautres instruments. Et vous auriez tout devin. Eh oui ! je suis luthier. Je fais des violonsEt lrable, voyez-vous, cest le bois qui chante le mieux.

    Sa grosse main savana lentement pour caresser linstrument, puis elle se retira toute tremblante.

    - Alors, dit-il Grard. Tu ne veux pas essayer de jouer ? Tu ne veux pas faire chanter ton arbre ? Allons, tu peux le prendre, il ne te mordra pas, sois tranquille.

    Le garon sortit le violon de son lit et le prit comme il avait vu les musiciens le faire. Il posa larchet sur les cordes et en tira un grincement pouvantable. Grand-mre se boucha les oreilles tandis que le chat, rveill en sursaut, disparaissait sous le buffet. Tout le monde se mit rire.

    - Eh bien ! dit Grand-pre, si cest ce que tu appelles chanter !

    - Il faut quil apprenne, dit Vincendon en prenant linstrument, quil plaa sous son menton.

    Et le vieux luthier aux mains normes se mit jouer. Il jouait en marchant lentement dans la pice, en direction de la fentre. Immobiles, les enfants regardaient et coutaient. []

    Vincendon jouait, et ctait vraiment lme du vieil arbre qui chantait dans son violon.

    Bernard Clavel, extrait de Larbre qui chante (Pocket jeunesse)

  • Ministre de lEducation nationale Direction gnrale de lenseignement scolaire

    3

    A/ Quel est linstrument que Vincendon offre aux enfants ?

    B/ Quel est le mtier de Vincendon ?

    C/ Qui sont les personnages de cette histoire ?

    D/ Encadre, dans le texte, les expressions qui montrent que le grand-pre et la grand-mre sont admiratifs du travail fait par Vincendon.

    E/ Explique pourquoi lauteur a donn cette histoire le titre Larbre qui chante .

    F/ la ligne 34, dans la phrase Allons, tu peux le prendre, il ne te mordra pas, sois tranquille.

    le pronom tu remplace :

    le pronom le remplace :

    G/ Dans la phrase : Quatre petites mains volrent en mme temps. , le verbe voler est employ au sens figur. Invente une phrase o ce verbe est employ au sens propre.

    H/ Souligne, dans le texte, au moins deux expressions utilises par lauteur pour montrer que lenfant ne sait pas bien jouer du violon.

    I/ Dans le passage Le garon sortit le violon de son lit. , explique ce que veut dire le mot lit.

    ______

    Item 1 Item 2 Item 3 Item 4 Item 5 Item 6 Item 7 Item 8 Item 9 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0

  • Ministre de lEducation nationale Direction gnrale de lenseignement scolaire

    4

    Exercice 2

    Les enfants dcident leur tour de faire une surprise Vincendon. Raconte ce qui arrive ; tu devras dcrire la surprise, expliquer comment les enfants la prparent et dcrire la raction de Vincendon.

    5

    10

    15

    20

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    Item 10 Item 11 Item 12 Item 13 Item 14 Item 15 Item 16 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0 1 9 0

  • Ministre de lEducation nationale Direction gnrale de lenseignement scolaire

    5

    Exercice 3

    Dans chacune des phrases suivantes, entoure le verbe conjugu et souligne son sujet.

    A/ Une longue bote de bois roux et luisant apparut.

    B/ A lintrieur, un violon dormait dans un lit de velours vert.

    C/ Il ne te mordra pas.

    Item 17 Item 18 1 9 0 1 9 0

    Exercice 4

    Dans la phrase suivante, entoure deux complments dobjet direct (COD).

    Vincendon posa son paquet sur la table, ta ses lunettes, les essuya longuement, se moucha, remit

    ses lunettes et sapprocha du feu.

    Item 19 1 9 0

    Fin de la premire squence de franais

  • Ministre de lEducation nationale Direction gnrale de lenseignement scolaire

    6

    Exercice 5

    Dans les phrases suivantes, trouve deux complments circonstanciels de temps et deux complments circonstanciels de lieu et recopie-les dans le tableau ci-dessous.

    A/ Vincendon posa son paquet sur la table et savana prs du feu.

    B/ Je fabrique des violons depuis trente ans.

    C/ lintrieur, un violon dormait dans un lit de velours vert.

    D/ Pendant louverture du paquet, les enfants simpatientaient.

    Complment circonstanciel de temps (CCT) Complment circonstanciel de lieu (CCL)

    -

    -

    -

    -

    Item 20 1 9 0

    Exercice 6

    Lis attentivement le texte suivant et rponds aux questions poses. Dans ce livre, lauteur raconte lhistoire dune petite fille, prnomme Lullaby, qui dcide de quitter son univers familier et part laventure

    *boulis : tas de terre et de pierres

    qui sont tombes.

    Un oiseau de mer fit des cercles au-dessus de la ruine, et Lullaby eut soudain trs envie dtre l-haut. Elle commena grimper le long de lboulis*. Les artes des cailloux corchaient ses mains et ses genoux, et de petites avalanches glissaient derrire elle. Quand elle arriva tout en haut, elle se retourna pour regarder la mer, et elle dut fermer les yeux pour ne pas sentir le vertige. Au-dessous delle, si loin quon regardt, il ny avait que cela : la mer. Immense, bleue, la mer emplissait lespace jusqu lhorizon agrandi, et ctait comme un toit sans fin, un dme gant fait de mtal sombre, o bougeaient toutes les rides des vagues. Par endroits, le soleil sallumait sur elle, et Lullaby voyait les taches et les chemins obscurs des courants, les forts dalgues, les traces de lcume. Le vent balayait sans arrt la mer, lissait sa surface.

    Lullaby ouvrit les yeux et regarda tout, en saccrochant aux rochers avec ses ongles. La mer tait si belle quil lui semblait quelle traversait sa tte et son corps toute vitesse, quelle bousculait des milliers de penses la fois.

    Lentement, avec prcaution, Lullaby sapprocha de la ruine. Ctait bien ce quavait dit le petit garon lunettes, une sorte de thtre, fait de grands murs de ciment arm. Entre les hauts murs, la vgtation poussait, des ronces et des lianes qui recouvraient compltement le sol. Sur les murs, il y avait un toit de dalles de bton, effondr par endroits.

    J.M.G Le Clzio, extrait de Lullaby (Gallimard jeunesse)

  • Ministre de lEducation nationale Direction gnrale de lenseignement scolaire

    7

    A/ En taidant du texte, explique pourquoi lescalade de Lullaby est dangereuse.

    B/ Lauteur utilise des comparaisons pour dcrire la mer. Sou