4 LES AMIS DE RAOUL SALAN LE BULLETIN · PDF file 2011-07-08 · 2 LES AMIS DE RAOUL...

Click here to load reader

  • date post

    25-Jun-2020
  • Category

    Documents

  • view

    4
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of 4 LES AMIS DE RAOUL SALAN LE BULLETIN · PDF file 2011-07-08 · 2 LES AMIS DE RAOUL...

  • LES AMIS DE RAOUL SALAN

    LE BULLETIN

    4ÈME TRIMESTRE 2009

    ASSOCIATION «LES AMIS DE RAOUL SALAN» 24, rue alain Chartier - 75015 Paris - www.salan.asso.fr - [email protected]

    23

    Nos adhérents ont publié

    Le colonel Pierre Lecomte

    Le colonel Godard en janvier 1960

    Départ d’Alger du Général Salan en décembre 1958

    #

  • 2

    2LES AMIS DE RAOUL SALAN Site Internet : www.salan.asso.fr Adresse électronique : [email protected]

    Adresse postale : 24 rue Alain Chartier 75015 Paris

    Nos adhérents ont publié Après Le Satiricon de Pétrone et les Satires de Juvénal, en 2002, le Roman de Catulle en 2004 et les Métamorphoses d’Apulée en 2007, notre ami Olivier Sers a mené, avec Les Métamorphoses d’Ovide un travail titanesque. Il n’a pas traduit Les Métamorphoses, il les a émendées, il les a réécrites en 11995 alexandrins, en compagnie d’Ovide qui, dans sa version originale, avait préféré les hexamètres dactyliques… Cette œuvre considérée comme « La Légende dorée », « Le Vatican du paganisme », « Les Mille et une nuits de l’Antiquité », « La genèse du paganisme », conduit du chaos originel au siècle d’Auguste. Tout y est démesuré. Entrez dans son labyrinthe pour vous délecter de récits épiques, de contes burlesques sans oublier un prêche philosophique.

    Ovide et O. Sers, Les Métamorphoses, 782 p., Les Belles Lettres, 2009, 19 €

    Lucienne-Grâce Georges fait des miracles, la poésie fait des miracles. Sur des thèmes aussi douloureux et lourds que l’arrachement à l’Algérie terre natale, l’exil, la fusillade du 26 mars 1962 l’exécution de Jean Bastien-Thiry, les suicides de rapatriés, Lucienne-Grâce Georges écrit des poèmes qui paradoxalement, allègent la peine et les douleurs. Peut-être est- ce l’essence de sa poésie ? Le recueil de 78 poèmes qu’elle a publié en 1987 est en quatre parties : Et le coq chanta, C’était notre père, L’orange amère et Comme le tournesol. Dans la première partie, un poème touchera spécialement les membres de notre association : « Salan ». Merci à Lucienne-Grâce Georges

    Lucienne-Grâce Georges, Et le coq chanta, 126p. S. Chiffoleau, 1987

    Georges Pagé, dont nous avons aimé les précédents ouvrages, en particulier sur l’Algérie, dans ce nouveau livre, mêle éléments historiques et souvenirs personnels. Il donne vie (et malheureusement mort !) aux hommes, aux femmes, aux événements qui, sans sa discrète technique littéraire, resteraient inanimés et glacés comme lignes écrites en noir sur papier blanc. Une série de chapitres courts illustrés de situations ou de scènes inédites en dit plus que de longs développements plus ou moins - plutôt plus que moins - biaisés idéologiquement sur ce que furent l’Algérie et ses habitants que nous aimons. Beaucoup de faits qui parlent à notre génération et qui parleront aussi aux suivantes.

    Georges Pagé, Algérie - Un passé si lourd à oublier, 215p. Editions P.G. 2009, 20 €

  • 3

    3LES AMIS DE RAOUL SALAN Site Internet : www.salan.asso.fr Adresse électronique : [email protected]

    Adresse postale : 24 rue Alain Chartier 75015 Paris

    Le colonel Lecomte

    Pierre, Henri, Charles, Adrien, Désiré Lecomte est né le 20 août 1918 à Mers les Bains dans le département de la Somme. Son père, Henri Lecomte, est officier d’artillerie et terminera sa carrière au grade de colonel ; sa mère est née Rose Pollet. Après des études secondaires à Douai, il prépare l’Ecole de Saint-Cyr de 1937 à 1939 au Prytanée national militaire de La Flèche (brution, son numéro de matricule est 2462B).

    Reçu à Saint-Cyr en 1939, il appartient à la 126ème promotion "Amitié franco- britannique". Cette promotion a compté pas loin de 800 officiers dont 160 sont morts pour la France. Parmi les survivants, deux futurs chefs d’état-major des armées, les généraux Guy Méry (1975-1980) et Claude Vanbremeersch (1980-1981). Pierre Lecomte, affecté au 5ème Régiment de Tirailleurs Marocains (R.T.M.) à Bourg-en-Bresse, reçoit le 17

    juin 1940 l’ordre d’arrêter, avec sa section équipée de fusils Gras modèle 1884, une colonne de blindés allemands dévalant vers la vallée du Rhône. Fait prisonnier le 19 juin, il s’évade le 14 juillet 1940 et rejoint la zone libre où, à Aix en Provence, il peut poursuivre sa formation d’officier que sa promotion n’avait eu le temps de parfaire à Saint-Cyr. A l’issue de cette période complémentaire, Pierre Lecomte choisit le 8ème R.T.M.. Il est affecté au 1er Bataillon, à Meknès, qu’il rejoint le 18 juin 1941 et continue à se familiariser avec les tirailleurs, d’origine principalement berbère et, également, avec le crapahut en montagne, ce qui lui servira en Italie. Lors du débarquement des alliés en Afrique du Nord, le 8 novembre 1942, le régiment de Pierre Lecomte n’est pas impliqué dans les combats précédant l’armistice. Par la suite, la 2ème Division d’Infanterie Marocaine auquel appartient le 8ème R.T.M. fait mouvement vers l’Algérie où elle se prépare, du 13 juillet au 25 novembre 1943, à son intégration dans le Corps Expéditionnaire Français en Italie (C.E.F.I.). Le 26 novembre 1943, le 8ème R.T.M. s’embarque pour l’Italie et débarque à Naples le 1er décembre. Le 4ème R.T.M, le 5ème R.T.M., le 8ème R.T.M., le 3ème Régiment de Spahis Marocains (3ème R.S.M.) et le 63ème Régiment d’Artillerie d’Afrique (63ème R.A.A.) forment l’essentiel de la 2ème D.I.M. commandée par le général Dody, lui-même sous les ordres directs du général Juin commandant le C.E.F.I. et ses 120.000 hommes. Pierre Lecomte est chef de section de voltigeurs à la 1ère compagnie du 8ème R.T.M.. Il combat dans le froid, la neige et la boue des Abruzzes. La 2ème D.I.M. est détachée au 6ème Corps américain. Le 26 décembre 1943, ayant pris le commandement de sa compagnie après la blessure de son capitaine, il prend d’assaut la cote 1132 dans le massif de la Mainarde et détruit une section allemande qui laisse vingt tués et six prisonniers. Cette action lui vaut d’être nommé chevalier de la Légion d’honneur (J.O. du 14 février 1944).

    Insigne du 8ème R.T.M.

  • 4

    4LES AMIS DE RAOUL SALAN Site Internet : www.salan.asso.fr Adresse électronique : [email protected]

    Adresse postale : 24 rue Alain Chartier 75015 Paris

  • 5

    5LES AMIS DE RAOUL SALAN Site Internet : www.salan.asso.fr Adresse électronique : [email protected]

    Adresse postale : 24 rue Alain Chartier 75015 Paris

    Et le succès de la 2ème D.I.M. dans ce secteur démontre aux Américains, encore sceptiques, le renouveau de l’armée française. Plus tard, le 11 mai 1944, pendant l’offensive visant à percer la Ligne Gustav et à atteindre Rome, le lieutenant Lecomte se distingue en détruisant, sur la rive gauche du Garagliano, plusieurs blockhaus ennemis dans un combat au corps à corps. Le 28 mai 1944, il est blessé par un éclat

    Extrait d’un article de Nord-Matin du 6-1-1945

    d’obus de mortier, ce qui ne l’empêche pas de défiler dans Rome le 15 juin 1944 avec l’étendard du 8ème R.T.M.. Ultérieurement, au nord de Sienne, il prend le village fortement défendu de Castellina. Outre plusieurs citations, ces actions valent à Pierre Lecomte la Silver Star, décernée par le général Mark Clark, commandant la Ve armée américaine dont le C.E.F.I constitue l’équivalent d’un gros corps d’armée. L’offensive étant suspendue et le front stabilisé en Italie au profit du débarquement de Provence, Pierre Lecomte, avec son régiment, rejoint Marseille le 9 septembre. Il retrouve le front dans le Doubs en y relevant une unité du 4ème R.T.M.. Le lieutenant Lecomte est ensuite appelé au 2ème bureau de l’état-major du régiment étant donnée sa bonne connaissance de la langue allemande. La 2ème D.I.M. est intégrée au 1er corps d’armée commandé par le général Béthouart qui "court au Rhin" en forçant le passage dans la trouée de Belfort. Le 8ème R.T.M. est bientôt dissout en raison des pertes humaines importantes qu’il a subies. Au cours des campagnes d’Italie et de France, le lieutenant Lecomte a été cité cinq fois, dont deux fois à l’ordre de l’armée. Pierre Lecomte est muté à l’Ecole interrégionale des cadres à Compiègne où il forme et évalue les officiers issus de la résistance. Il commande ensuite la compagnie d’élèves sous-officiers au Centre d’instruction de l’infanterie de Meucon dans le Morbihan. Le 25 décembre 1945, le lieutenant Pierre Lecomte est promu capitaine. De 1946 à 1948, il commande une compagnie d’officiers- élèves (parmi lesquels Hélie Denoix de Saint-Marc) à l’Ecole d’application de l’infanterie au camp d’Auvours, près du Mans. De 1948 à 1949, le capitaine Lecomte suit les cours de l’Ecole d’état- major. Il est affecté le 1er septembre 1949 en Allemagne, à la base 901 à Offenburg, où il perfectionne ses connaissances en logistique.

    Le 23 juillet 1951, laissant sa femme et ses cinq enfants, c’est le départ en avion pour l’Indochine qui est atteinte le 25 juillet. Au Tonkin, le capitaine Lecomte prend le commandement du 3ème bataillon du 2ème Régiment de Tirailleurs Marocains et celui du sous- secteur de Hai Duong (à mi-chemin de Hanoï et Haïphong). Trois compagnies de supplétifs