LIEBY Céline - PORTFOLIO

of 32/32
PORTFOLIO CÉLINE LIEBY URBANISTE
  • date post

    07-Apr-2016
  • Category

    Documents

  • view

    222
  • download

    0

Embed Size (px)

description

 

Transcript of LIEBY Céline - PORTFOLIO

  • PORTFOLIO

    CLINE LIEBYURBANISTE

  • CLINE LIEBY URBANISTE

    2 0 0 72 0 0 9

    INSTITUT DURBANISME DE GRENOBLE (38)juillet 2011: licence GoGraphie & amnaGement, spcialit urbanisme, mention assez bien. Ateliers : * Diagnostic et propositions damnagement du Mail Marcel Cachin, Fontaine (38). [5 mois] * Stratgie territoriale sur la Presqule Scientifique, Grenoble (38). [5 mois]

    Organisation dun voyage dtudes Berlin (15 personnes).

    Intervention en cours magistral de premire anne de Licence sur la mthodologie datelier.

    septembre 2013: master sciences du territoire, spcialit urbanisme & projet urbain, mention bien. Ateliers : * Diagnostic orient et propositions damnagement, quartier Berriat - Saint-Bruno, Grenoble (38). [10 mois] * Propositions damnagement de llot Hoche, Grenoble (38). [10 jours] * Propositions damnagement de la Plaine des Sports de Grenoble et Saint-Martin-DHres (38). [10 jours]

    Mmoire : De llot au macrolot: quelle ville pour demain? Le macrolot, nouvelle faon de fabriquer la ville?

    IUT GNIE CIVIL Lyon (69)dut Gnie civil, spcialit btiment. universit claude bernard lyon 1

    LYCE DE LA CTIRE La Boisse (01)oBtention du BaccaLaurat, srie scientifique, mention Bien.

    ATELIER ROLAND CASTRO SOPHIE DENISSOF & ASSOCIS Paris 20e (75)cdd de 18 mois en tant que charGe de missions. Missions : * Eco-quartier de Louvres et Puiseux-en-France (95). Mise jour annuelle du schma directeur. Elaboration du cahier des prescriptions architecturales, urbaines et paysagres. Elaboration des fiches de lots. Ralisation de cartographies, plans masses, coupes, schmas, maquette (1000e). Rdaction des textes et mise au point de tableaux de surface. Visites de site en prsence des habitants. Participation aux runions de travail, aux runions de coordination, aux ateliers avec les lus, aux runions de concertation et aux ateliers publics.

    * ZAC de la Gare de Montigny-Beauchamp, Montigny-ls-Cormeilles (95). Elaboration du dossier de ralisation de ZAC - phase AVP.

    2 0 0 7

    S E PT E M B R E

    2 0 1 2F V R I E R

    2 0 1 5

    2 0 0 92 0 1 3

    FORMATION

    EXPRIENCE

    10 RUE CHRISTIAN DEWET75012 PARIS 06.84.37.33.76CELINE.LIEBY @ HOTMAIL.FRNE LE 21 AVRIL 1990 (24 ANS)

  • J U I L L E T

    2 0 0 8

    F V R I E R

    2 0 0 9

    J U I N

    2 0 1 1

    * Rdaction des dossiers de rponse appels doffres. Prsentation de lquipe, note mthodologique, analyse des enjeux, droul des missions, aide la ralisation du DPGF.

    staGe dun an en alternance (3 semaines / mois). Missions : * Amnagement de lAvenue du Parisis, Garges-ls-Gonesse (95). Ralisation dune faisabilit pour accompagner la nouvelle Avenue dune offre en activits.

    * Dfinition du projet damnagement du secteur de la Folie, Bobigny (93). Ralisation dun diagnostic (enqute de terrain, illustrations, textes). Ralisation dune faisabilit pour accompagner larrive dun ple multimodal.

    * Dfinition du projet damnagement du secteur ELM Leblanc, Bobigny (93). Ralisation dun diagnostic (reportage photographique, illustrations, textes). Ralisation dune faisabilit et dune maquette.

    * Participation aux runions dquipe dans le cadre de lAtelier International du Grand Paris.

    ERANTHIS ARCHITECTES PAYSAGISTES Lyon 1er (69)staGe dobservation dun mois. Objet : * Elaboration dun guide paysager sur la commune de Seyssins (38). Arpentage de terrain, relev dessences vgtales, reportage photographique, cartographies thmatiques, structure dun guide destination des lus locaux et de la population.

    * Reportage photo des espaces publics aux alentours de la Collgiale Saint-Bonnet, Saint-Bonnet-le-Chteau (42).

    * Visite du chantier de lamnagement du parvis du Chteau dAnnecy (74).

    CABINET DE MATRISE DOEUVRE & DARCHITECTURE SERGE PRADELLES Prouges (01)staGe de dcouverte dun mois. Constitution et dpt de dossiers de permis de construire. Esquisses et plans de maisons individuelles et damnagements extrieurs.

    EIFFAGE TRAVAUX PUBLICS miriBeL (01)staGe ouvrier dun mois en tant quassistant chef de chantier. Objet : Ralisation dune nouvelle voie routire, la rue Henri Dunant, Nivroz (01). Terrassement, bordures, enrob, marquage au sol.

    LanguesangLais: Lu, crit, parLespagnoL: notions

    LogicieLs [WindoWs & Mac os X]autocadindesiGnillustratorphotoshopsketchupWordexcelpoWerpoint

    tituLaire du perMis B / vhicuLe

    organise

    consciencieuse

    autonoMe

    efficace

    travaiL en quipe

    Musiquesportcuisine & ptisseriecinMaphotographieModetechnoLogies & Mdiasvoyages (canada, anGleterre, alle-

    maGne, inde, thalande, chine)

    COMPTENCES QUALITSINTRETS

  • ECO-QUARTIER DE LOUVRES ET PUISEUX-EN-FRANCEatelier roland castro sophie denissof et associs

    ZAC DE LA GARE DE MONTIGNY-BEAUCHAMPatelier roland castro sophie denissof et associs

    MMOIRE DE FIN DTUDESinstitut durbanisme de grenoble

    TRAVAUX TUDIANTSinstitut durbanisme de grenoble

    PHOTOGRAPHIE

    01

    02

    03

    04

    05

  • MATRISE DOUVRAGEEPA Plaine de France (public)Communaut dAgglomration

    Roissy Porte de FranceVilles de Louvres et de Puiseux-en-

    France

    MATRISE DOEUVREAtelier Roland Castro, Sophie

    Denissof et Associs, Architecte en chef de la ZAC et matre doeuvre des espaces publics du quartier Gare

    HYL, Matre doeuvre des espaces publics du reste de la ZAC

    QUIPE2DKS, cologie urbaineMANDRAGORE, PaysagisteTALBOT, conomisteINFRASERVICES, BET Rseaux

    ASSISTANCE MATRISE DOUVRAGE

    Programmation, VRD, Dveloppement durable, Dplacements, Commerces, Concertation, Acoustique, Pollution, Etude finances locales, Collecte des dchets, Assistance juridique, Passage sous voies ferres.

    PARTENAIRESEtat et directions rgionales,

    Conseil rgional dIle de France, Conseil Gnral du Val dOise, ADEME, EPFVO, AFTRP, RTE, RFF, SNCf, STIF, SIGIDURS, SIAH.

    PROGRAMMEConstruction, sur trois quartiers,

    de 3500 logements, dquipements publics, de commerces, de services et de bureaux.

    Parcours de circulations douces, traitement des eaux uses, recyclage des dchets, continuit cologique.

    SURFACE125,4 Hectares

    CALENDRIERtudes 2008-en coursRalisation 2012-2022

    ECO-QUARTIER DE LOUVRES ET PUISEUX-EN-FRANCEarchitecte en chef de la zac + matre doeuvre des espaces publics du quartier gare125 Hectares - Cration de 3500 logementsCalendrier: 2008 - 2022

    01

  • Limite de constructibilit

    Trapil

    Promenade de Bord de Bl

    Rue Principale

    Habitat individuel en bande en faade sur rue

    Habitat individuel isol accessible depuis la rue

    Habitat intermdiaire

    Perce

    Perce

    Venelle pitonne prive

    Jardin commun en partie circul ouvert sur la rue

    Alle de desserte prive dans la zone non constructible

    Habitat individuel accessible depuis la perce

    Promenade de Derrire les Bois

    VOIE PUBLIQUE

    CLTURE

    LIMITES DU PARCELLAIRE PRIV

    LIMITE SPARATIVE

    IMPLANTION FAVORISE DU BTI LALIGNEMENT

    BTI LALIGNEMENT POSSIBLE OU RETRAIT DE 3m MINLIMITE DE CONSTRUCTIBILIT(10m DE LAXE DE TRAPIL)

    COEUR DLOT VEGETALIS CIRCUL

    ESPACE PUBLIC PAYSAGER

    PARKING SOUTERRAIN

    PERCE VISUELLE

    ACCS VHICULE INDIVIDUEL

    ACCS VHICULE PARKING SOUTERRAIN

    ACCS VHICULE COMMUN DEPUIS LESPACE PUBLIC

    ACCS PITON

    JARDINS PRIVS

    0 50 mN

    Voie de desserte

    Voie de desserte

    Voie daccs prive

    Habitat individuel en bande le long des voies de desserte

    Habitat individuel isol le long du Parc Linaire

    Habitat intermdiaire

    Promenade des Pom

    miers

    VOIRIE

    PARKING SOUTERRAIN

    CLTURE

    LIMITES PARCELLAIRE PRIVE

    RETRAIT DE 3m MIN, 20% 6m

    ALIGNEMENT POSSIBLE

    COEUR DLOT VGTALIS CIRCUL AVEC STATIONNEMENT DE SURFACE

    JARDINS PRIVS

    ESPACE PUBLIC PAYSAGER

    PERCE VISUELLE

    ACCS VHICULE INDIVIDUEL

    ACCS VHICULE COMMUN DEPUIS LESPACE PUBLIC

    ACCS PITON

    ACCS VHICULE PARKING SOUTERRAIN

    0 50 mN

    01

  • 01

  • 01

  • Il sagit, dans le Cahier des Prescriptions Architecturales, Urbaines et Paysagres, de donner le cadre damnagement gnral pour lensemble des quartiers. Il permet de caractriser leur ambiance en fonction des contraintes et des atouts du site, des envies formules par la matrise douvrage, et de nos ambitions pour ce territoire fort potentiel de la mtropole parisienne, retenu parmi les sites prioritaires du gouvernement dans la Grand Paris pour lobjectif de construction de 70 000 logements par an.

    Dans ce document, nous avons explicit les directions suivre pour les concepteurs quant la trame urbaine du site, larchitecture souhaite et les ambitions paysagres. Ainsi, nous avons abord diffrents thmes parmi lesquels:- les ambitions du territoire- la trame viaire du quartier- le programme- les typologies et morphologies dhabitat- la relation entre lespace public et lespace priv- le confort des logements - la gestion du stationnement- le parti paysager.Transmis la matrise douvrage ds sa rdaction, ce document est actualis en parallle des volutions du schma directeur et constitue, conjointement aux fiches de lots, le cadre de la ngociation avec les promoteurs pour la signature de promesses de vente.

    27

    2) LE PARC LINAIRE

    Dans ce parc de prs de 3 hectares, diffrentes squences se succdent, g-nrant diffrents types despaces ddis toutes les populations.

    Il longe la rue des Frais-Lieux au nord-ouest, souvre sur le parc central, dbouche sur la place du Commerce et, au-del, se prolonge par une longue promenade plante jusqu la route de Marly et le parc des Sports.

    Le parc linaire permet dassurer une relation entre lhabitat existant et lhabi-tat nouveau.

    Dans la continuit du parc linaire, la place du Commerce permet doffrir une squence plus urbaine la promenade.

    II LES ESPACES PUBLICS MAJEURS

    Plan de principe du Parc Linaire des Frais-LieuxPlan de situation du Parc Linaire des Frais Lieux

    Rfrences dambiances

    Limite de ZAC

    15 m15 m

    Plan de situation de la promenade du Bord de Bl

    53

    V MORPHOTYPOLOGIELe projet favorise la cohabitation de

    typologies bties et dchelles contrastes qui peuvent tre dcomposes en squences successives. Globalement, les jeux dchelles, de ruptures, et la fragmentation des volumes sont encourags de manire produire un ensemble complexe, une succession de petits vnements urbains aux formes distinctes.

    Cette varit dchelles et de modes dhabiter nexclut cependant pas une certaine unit permise, par exemple, par un thme commun de clture sur lespace public et sur lespace intrieur.

    47

    1) IMPLANTATION, ALIGNEMENT

    > Cf PLU.Les caractristiques de chaque lot seront

    prcises dans les ches de lot.

    A n de matrialiser clairement la limite entre espaces public et priv et dviter les dif cults de gestion despaces privs non clos, limplantation lalignement sur rue doit tre principalement assure par des cltures. Ces dernires sont considres comme des lments participant la faade et laccompagnement qualitatif de la rue.

    Ainsi, le traitement des premiers plans de jardins privs en bordure de voirie participe la quali cation de lespace public. En fonction de leur profondeur, ils accueillent des vgtaux de taille et de types diffrents.

    Le long des voies, lorsque lalignement est assur par une clture, pour pallier les nuisances en termes dintrusion visuelle et de dfaut dintimit, les btiments sont de prfrence implants en retrait. Des jardins privatifs vgtaliss mais plus ou moins plants servent despaces de transition entre lespace public et lintimit du logement.

    En effet, le long des axes majeurs, un retrait de 3 mtres permet la cration dune cour de premier plan et un retrait plus important offre un jardin arbor en faade (cf. schmas de principe). Ladresse tout comme laccs piton est lavant sur rue; laccs vhicule est, lui, larrire.

    Le long des voies de desserte, limplantation est autorise lalignement, en retrait de 3 mtres ou de 6 mtres environ (cf. schmas de principe). Ladresse, comme laccs vhicule, est sur la rue alors que les accs pitons peuvent se faire des deux cts.

    V MORPHOTYPOLOGIE

    Coupes et plans de principe de morphologie dune parcelle donnant sur une voie principale: accs vhicule larrire de la parcelle

    accs vhicule

    accs piton

    Coupes et plans de principe de morphologie dune parcelle donnant sur une voie de desserte: accs vhicule par la rue

    01

  • SOCLE DE PARKING

    2m

    COEU

    R DILO

    T

    VOIES FERRES

    Faade cran

    Extension possible Pices de vie

    Pices techniques

    Faade cran

    COEUR DILOT

    VENELLE PIETONNE

    Extension possible

    4Atelier Castro Denissof & Associs - Mandragore - ZAC de lEco-quarti er de Louvres et Puiseux-en-France - EPA Plaine de France - Frais-Lieux - Fiche de lot - Ilot I3

    2.SYNTHSE DES PRESCRIPTIONS URBAINES ET ARCHITECTURALES

    12Atelier Castro Denissof & Associs - Mandragore - ZAC de lEco-quarti er de Louvres et Puiseux-en-France - EPA Plaine de France - Frais-Lieux - Fiche de lot - Ilot I3

    LIMITESSur rue des Frais-LieuxLe traitement de la limite public/priv devra tre

    conti nu et cohrent tout le long de la rue des Frais-Lieux.

    Sur cett e rue, une grille ajoure de type barreaudage verti cal avec ou sans mur bahut permett ra dassurer une certaine transparence sur la vgtati on des jardins privs en premier plan. A n de garanti r linti mit des logements rez-de-chausse, elle sera double dune haie sur lespace priv et pourra att eindre une hauteur comprise entre 1,50 mtres et 2,10 mtres. Les murs bahut seront traits par un revtement qualitati f tel la pierre ou la brique.

    Lorsque le parking est mergent tel un socle, il pourra tre implant lalignement et trait qualitati vement par un revtement en pierres ou en briques et parti ciper ainsi la compositi on de la faade principale de llot.

    Le socle de parking peut galement mnager des terrasses pour les logements. Il sera alors dot de garde-corps penss dans la conti nuit des cltures.

    Sur voie prive mutualiseSur la voie mutualise prive, une grille ajoure de

    type barreaudage verti cal permett ra de dlimiter le lot I3 du lot J. Dune hauteur d1,50 mtres maximum, elle sera de prfrence transparente a n de rendre percepti ble le coeur dlot commun et de permett re les conti nuits visuelles entre les di rents lots.

    En limite sparati veEn limite sparati ve des lots I3 et I2, une grille

    ajoure de type barreaudage verti cal permett ra une conti nuit visuelle entre les di rents lots. Dune hauteur d1,50 mtres maximum, elle assurera la conti nuit de lambiance de bois habit souhaite sur lensemble du secteur 1.

    En limite au sein de llotEn limite au sein de llot, linti mit des jardins

    privs sera assure par une clture opaque: une grille pleine, une grille ajoure de type barreaudage verti cal double dune haie, ou un mur plein trait qualitati vement.

    Exemples de grille ajoure

    Principe de clture en bordure despace public

    Principe de clture au sein de llot

    Principe de traitement de la limite sur rue des Frais-Lieux

    Aspects acousti quesDans le rapport la voie ferre, les dispositi fs

    constructi fs visent protger le cur dlot du bruit ferroviaire. En revanche, le rapport la rue des Frais Lieux, la voie prive mutualise, aux autres curs dlots, doit rester en parti e permable aux bruits a n de consti tuer un fond sonore urbain vari, permett ant de prserver linti mit des espaces. Avec un bruit de fond trop faible, les mergences dues aux jeux/cris des enfants, les acti vits extrieures, les discussions, seraient plus drangeantes

    Exemples : clture vgtalise

    Les fiches de lots donnent les rgles de constructibilit lchelle de llot et viennent complter le cahier des prescriptions. Il sagit dexpliciter les caractristiques de llot, ses contraintes, son programme, les rgles dimplantation du bti, la gestion des limites, le parti paysager, la gestion du stationnement, les adresses, etc.

    01

  • 01

  • MATRISE DOUVRAGESARRY 78 (public)Ville de Montigny-ls-Cormeilles

    MATRISE DOEUVREAtelier Roland Castro, Sophie

    Denissof et Associs, Architecte en chef de la ZAC

    QUIPEMANDRAGORE, PaysagisteSETU, BET Rseaux

    PROGRAMMEConstructionde prs de 50 000m2 de

    SDP de logements, dquipements publics, de commerces, de services et de bureaux.

    SURFACE49 Hectares

    CALENDRIERtudes 2010-en cours

    ZAC DE LA GARE DE MONTIGNY-BEAUCHAMParchitecte en chef de la zac49 Hectares - Cration de 49 600 m2 SDPtudes en cours depuis 2010

    02

  • 02

  • 02

  • 02

  • 02

  • RSUMLa fabrique de la ville se fait-elle aujourdhui selon les mmes

    principes quaux cours des derniers sicles? Aprs la composition dHaussmann, la dcomposition du Mouvement Moderne et la recomposition de lurbanisme de ZAC, llot prend aujourdhui une forme nouvelle, plus grande, plus dense, plus mixte: le macrolot. Il se caractrise par une diversit programmatique, une mixit sociale et une varit architecturale, garantes de lanimation et de la prennisation dun quartier une poque o la crise conomique, laugmentation constante du cot du foncier et le retour en force des proccupations environnementales gnrent de nouvelles contraintes urbaines. Bas sur une mutualisation forte des espaces, le macrolot rduit fortement les possibilits dvolution, pourtant indispensables au maintien de la ville. Le montage oprationnel du macrolot est, lui aussi, indit, donnant une place prpondrante aux acteurs privs auxquels les pouvoirs publics doivent sassocier afin de ne pas perdre la main sur la fabrique de la ville de demain.

    INTRODUCTIONtymologiquement, le terme dlot signifie petite le. Dans les

    disciplines qui touchent la fabrique de la ville, llot correspond une partie du territoire urbain isole de ses voisines par des rues. Llot ne se caractrise non pas par sa forme architecturale mais par un ensemble de parcelles solidaires et une relation dialectique avec le maillage des voies. Il est rarement homogne et son bti correspond des logiques qui faonnent les rues. Le trac des voies, le maillage des villes, faonne le tissu urbain en gnrant les entits partir desquelles il se compose.

    La relation dialectique entre la rue et les parcelles fonde lexistence du tissu et cest dans la permanence de cette relation que sont permises la modification, lextension, la substitution des btiments et la capacit de la ville sadapter aux changements dmographiques, conomiques et culturels. Les parcelles constituent le cadre foncier et juridique

    qui conditionne lvolution du bti et des pratiques. La largeur et la profondeur des parcelles influent sur les types de bti; le regroupement et la subdivision permettent dintgrer de nouvelles typologies.

    lment central de la fabrique de la ville, chelon durbanit intermdiaire entre le btiment et le quartier, llot a cristallis lattention des amnageurs qui nont pas hsit lui donner des formes diverses travers les poques.

    Dlimit par les axes de circulations - quelles que soient leur taille, leur chelle dans le systme global de la ville, et leur fonction - il a dabord rgn en matre sur le tissu urbain de la ville que lon appelle aujourdhui historique. Participant la lisibilit des voies et la cohrence dun quartier, il tait bti sur toute sa priphrie et proposait un alignement tenu.

    Suite des volutions socitales et techniques, les considrations des urbanistes et architectes les ont conduit reconsidrer la manire de fabriquer la ville. Les voies et les btiments prennent de nouvelles formes, devant rsorber des problmes dhygine publique mais aussi assurer une production massive de logements en priode de pnurie tout en garantissant un certain confort pour leurs occupants. Les grands ensembles et units dhabitation gnrs par cette politique de construction dhabitat ont profondment boulevers le paysage urbain, rompant avec lalignement et faisant disparatre llot.

    Quelques dcennies et bouleversements socitaux plus tard, il est pourtant rapparu sous une forme indite, presque hybride de ses morphologies passes. Maintenant ouvert, il assure la lisibilit des voies, la cohrence du quartier et le confort de ses occupants.

    Mais les crises conomiques et proccupations cologiques de ces dernires annes ont conduit les architectes et urbanistes a imaginer une nouvelle forme dlot, plus dense, plus mixte, plus conome, plus abordable.

    MMOIRE DE FIN DTUDESmaster sciences du territoire, spcialit urbanisme et projet urbainDe llot au macrolot: quelle ville pour demain? Le macrolot, nouvelle faon de fabriquer la ville?

    03

  • Cet expos reviendra dabord sur les diffrentes mutations qu connu llot - sa composition/dcomposition/recomposition au fil des poques - et tentera de comprendre les effets sur la ville des formes quil a adopt au fil des dcennies et les mcanismes qui ont conduit construire la ville de la faon dont on le fait aujourdhui.

    Il cherchera ensuite expliciter un nouveau type dlot, de grande taille, extrmement dense et mixte, qui prolifre dans les grandes villes hexagonales: le macrolot. Il essayera de comprendre comment cet lot sest impos, quelles logiques il rpond et quels impacts il possde sur le tissu urbain et les pratiques qui y sont lies. Cet expos tentera galement dtudier la morphologie et les caractristiques de ce mga-lot afin dimaginer la ville de demain, que nous, no-urbanistes, devrons la fois protger et transformer.

    La dmarche de cet expos a t gnre par une double considration.Le travail en agence darchitecture et durbanisme nous pousse

    imaginer des projets en respectant de nombreuses contraintes, tablies par des acteurs aux intrts divers (promoteurs, lus, respect dune approche conomique, dune vision cologique, etc) et ce dans des dlais de plus en plus courts. Ces contraintes nous amnent penser la ville de faon relativement pragmatique et laborder souvent selon les mmes angles. Le diagnostic de lexistant nous pousse redfinir le maillage, redcoupant des lots, imaginer leur forme, leur taille et surtout leur densit tout en faisant attention de gnrer un quartier appropriable par le plus grand nombre et respectueux de lenvironnement. Les programmes et les surfaces sortir de terre ne sont plus des donnes variables, elles sont communiques en amont du projet, larchitecte et lurbaniste devant mettre en forme des ambitions politico-socio-conomiques. Mais alors que cre-t-on vraiment? Que laisserons nous dans le Grand Paris de 2050?

    Les interventions dans le cadre de lAtelier International du Grand Paris nous obligent adopter une rflexion urbaine grande chelle mais aussi considrer la ville travers dautres prismes: gouvernance, architecture, transports, solidarit, conomie, environnement, etc. Les lus des communes et intercommunalits souhaiteraient avoir une vision de Paris dans 10, 20, 50 ans, mais comment imaginer ce que sera la capitale dans autant de temps? La ville est par essence issue de transformations successives en fonction de la chronologie de la socit, alors comment limaginer fige dans 50 ans, comme une immense ZAC, alors que bien des lments nous chappent encore et que des bouleversements socitaux auront forcment lieu dici l?

    CONCLUSIONLurbanisme imagin par Haussmann possde la capacit de sadapter,

    de suturer, dincruster des oprations de grande envergure dans le tissu existant. Il gnre cependant de grands travaux, la destruction de morceaux entiers de ville pour raliser des perces dchelle globale et a tendance gnrer des faades larchitecture rptitive. Ces caractristiques se retrouvent dans lurbanisme actuel par la cration de macrolots sur de grands morceaux de ville btis ex nihilo. La forme de llot a cependant volu, se faisant dans la ligne de celle des lots ouverts imagins par Christian de Portzamparc, permettant de tenir lalignement le long des rues tout en facilitant lappropriation du coeur dlot et le confort des logements. Les macrolots cherchent rompre la fois avec la sgrgation fonctionnelle et avec la discontinuit du tissu urbain gnres par lurbanisme de lpoque moderne. Contrairement lurbanisme de dalle, les commerces et activits en rez-de-chausse des macrolots donnent directement sur la rue, crant des vitrines la place des murs aveugles, et participant de lanimation de lespace public. Laccs aux logements se fait lui aussi depuis la rue, par des escaliers et ascenseurs qui traversent le socle de commerces ou quipements, confrant une vraie adresse aux habitants et crant une continuit

    03

  • avec lespace public. Ces mga-lots mixtes et denses tirent parti des problmes identifis dans lurbanisme du pass tout en essayant de rpondre aux proccupations contemporaines telles que la crise conomique, la pnurie du foncier ou le respect de lenvironnement et la protection des ressources.

    La ville, pour pouvoir offrir le meilleur cadre de vie ses occupants et usagers, doit satisfaire des invariants parmi lesquels la gnration de lurbanit via des adresses, des rapports lespace public, des connexions au tissu urbain alentour, des usages en coeurs dlot mais aussi la capacit de se renouveler au mme rythme que son environnement. Or, le macrolot a tendance limiter la rversibilit, la mutabilit des formes et des fonctions qui fait la complexit de la ville.

    Le macrolot peut constituer une des multiples faons de fabriquer la ville mais doit sattacher rpondre certains objectifs, ne pas devenir un simple produit immobilier et par consquent garant dune rentabilit. Le maintien ou laugmentation de la qualit de vie doit tre le moteur de telles oprations qui permettent de construire dense, dans des centres villes o lespace manque cruellement, offrant une urbanit et une certaine libert.

    Il est ncessaire de ne pas tomber dans lexcs et de ne pas multiplier ce genre doprations sur lensemble du territoire hexagonal. Agir avec parcimonie permet de garantir la prennisation de lurbain, toutes les villes ne pouvant pas absorber de telles oprations aussi facilement que les grandes agglomrations telles que Paris ou Lyon. Nous possdons aujourdhui une profusion de connaissances dans les domaines de larchitecture et de lurbanisme et des outils et moyens techniques qui nous permettent de multiplier les types, les formes et les tailles doprations, garantissant ainsi la mixit de la ville, sa prennisation et sa constante volution.

    Faire urbain cest ne pas formuler de solutions strotypes, cest inscrire les btiments dans une pense sur le territoire et sa transformation, cest situer un programme ou un projet sa juste place dans lembotement des chelles qui caractrise chaque ville aprs en avoir saisi les enjeux urbains. Le macrolot ne doit pas devenir un rflexe pour crer un morceau de ville sur un site qui chappe aux critres de la ville constitue. une poque o la standardisation fait rage et o les modes sont aussi suivies quphmres, il faut relativiser la question dun style et dpasser les querelles des tendances.

    La forme du macrolot va certainement, elle aussi, tre amene connatre des mutations au cours des prochaines dcennies afin de palier les ventuels problmes rencontrs et rpondre de nouveaux besoins urbains.

    Peut-on considrer que le macrolot est compos de plusieurs petites entits, pouvant ainsi tre dcoup en micro-lots et renouant avec un chelon se rapprochant de celui de la parcelle, contribuant la sdimentation, facilitant lvolutivit mais aussi laction des pouvoirs publics? Ce nouvel chelon peut-il devenir lunit de base de fabrique de la ville?

    Le macrolot, plus quune juxtaposition de fonctions et de formes doit permettre de repenser la ville travers des changements dans les concepts de proprit, durbanit, dusage, de pratique, etc.

    Le macrolot est avant tout le rsultat architectural et urbain dune quation complexe entre continuit/rupture des thories passes, usages, systme politique et contexte conomique; le reflet dune socit un moment donn. Il reste apprhender la dure potentielle de cette tape et anticiper les caractristiques de la prochaine afin dassurer la cohrence de la ville dans son ensemble.

    03

  • TRAVAUX TUDIANTSinstitut durbanisme de grenobleWORKSHOP - PLAINE DES SPORTS DE GRENOBLE ET SAINT-MARTIN-DHRES04

    DENSIFIER REQUALIFIER TRAVERSER

    OUVRIR POUR TISSER LES ESPACESQUALIFIER POUR DONNER UNE IDENTITDENSIFIER POUR STRUCTURER

    La densification se fera au Nord et au Sud du site en suivant des dynamiques Est/Ouest existantes aux abords du primtre oprationnel. La densification se fera galement lEst du site, autour de lHeure Bleue. Le vide central cr par la densit btie sur les franges sera pleinement assum.

    LHeure Bleue, lEst du primtre oprationnel, se verra conforte par ltablissement dune centralit autour delle et lamnagement dun espace public fort. Les espaces centraux du site seront rationaliss (regroups, rorients, requalifis) afin de laisser place un parc de qualit et des espaces de loisirs accessibles.

    Le site sera remaill afin de se raccrocher au tissu existant mais galement dans le but de crer de vritables perces Est/Ouest et Nord/Sud rendant le primtre oprationnel permable. Les traverses joueront sur laccessibilit aux voitures ou uniques aux pitons et cyclistes afin de conserver une cohrence et un respect des espaces.

  • Esplanade d'Apvril

    Opration mixte - Logements + Equipements

    Opration mixte - Logements + EHPAD

    Place Valentin Hay

    Place Andr Malraux

    Pergola

    Hotel 4*Opration de logements

    Opration de logements

    Parkings

    TRAVAUX TUDIANTSinstitut durbanisme de grenobleWORKSHOP - LOT HOCHE, CENTRE VILLE DE GRENOBLE04

  • TRAVAUX TUDIANTSinstitut durbanisme de grenobleDESSIN DESPACE PUBLIC - MAISON DE LA CULTURE (MC2)04

  • PHOTOGRAPHIE05

  • 05

  • 05

  • 05

    Page viergePage viergePage viergePage viergePage viergePage viergePage viergePage vierge