ICOMOS - Rapport annuel 2014

of 48 /48
Rapport annuel 2014

Embed Size (px)

description

 

Transcript of ICOMOS - Rapport annuel 2014

  • Rapport annuel 2014

  • Message du Prsident 4

    Un rseau actif

    Chiffres cls 8

    La 18e Assemble gnrale et son Symposium scientifique 10

    Honneurs 14

    Commmorations 15

    Contenu

    Chef de file dans la conservation du patrimoine culturel

    Diffuser les connaissances et la recherche scientifiques 18

    Le 50e anniversaire de la Charte de Venise 24

    Nara + 20 Le Document de Nara sur lauthenticit vingt ans aprs 26

    Dclaration de Florence sur le patrimoine et le paysage en tant que valeurs humaines 28

    Publications 30

  • Une organisation renforce

    Nouveaux locaux pour le Secretariat international 42

    Amendement des statuts 44

    Nouveaux principes thiques 45

    Informations financires 46

    Un engagement inbranlable en faveur de la protection du patrimoine

    Au service de la Convention du patrimoine mondial 34

    Faire face aux urgences et alertes 36

  • 4 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Message du Prsident

    Chers membres et amis de lICOMOS,

    Revenant rtrospectivement sur le cours de lanne et du triennat couls, il me semble, comme la montr notre dernire Assemble gnrale Florence, que notre principale russite aura t le dveloppement, au sein de lICOMOS, dun plus grand esprit douverture. Ouverture qui donne nos membres et nos Comits la possibilit daborder tous les sujets qui leur paraissent importants en matire de conservation du patrimoine.

    Il est absolument certain que la vritable force de lICOMOS rside dans ses membres : dans la diversit de vos appartenances culturelles et de vos expertises professionnelles, travers votre engagement inlassable, vous tes lICOMOS. Grce la richesse de vos connaissances, lICOMOS constitue la plus grande rserve dexpertises en matire de protection et de gestion du patrimoine culturel travers le monde. Je suis fier, de mme que je suis humblement reconnaissant de prsider cette organisation.

    De faon concrte, nous avons favoris les adhsions en crant des opportunits nouvelles dimplication des membres au niveau international. Parmi elles, il faut souligner le dveloppement de nos Comits scientifiques internationaux depuis ladoption des principes Eger- Xian et la mise en place du Conseil scientifique. Les Comits scientifiques internationaux sont maintenant ouverts tous ceux qui souhaitent apporter et dvelopper leur expertise. Toutefois, pour que le succs soit complet, il est important que tous les Comits sengagent dans cette voie.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 5

    De toute vidence, les choses fonctionnent ! Les trois dernires annes ont vu augmenter de 18 % le nombre de nos membres, qui sont passs de 9148 en 2012 10793 en 2014, dans 144 pays. 15 nouveaux Comits nationaux ont vu le jour, que ce soit travers la ractivation de Comits assoupis , ou la cration de nouveaux Comits. Le rseau compte aujourdhui 110 Comits nationaux, ainsi que des membres individuels dans 34 autres pays. Nous souhaitons la bienvenue ces nouveaux membres, et les flicitons pour leur tnacit asseoir la prsence de lICOMOS au Bangladesh, la Barbade, au Bnin, en Bolivie, en Hati, en Malaisie, au Mali, au Npal, au Niger, au Nigeria, en Oman, au Qatar, en Arabie Saoudite, Singapour, en Tanzanie et Trinidad & Tobago. Actuellement 3 nouveaux Comits sont en phase finale de cration, la Jamaque, la Jordanie et lAzerbadjan.

    travers ce rapport, vous dcouvrirez les nombreuses activits de notre rseau. Vous prendrez galement la mesure de lengagement inbranlable de lICOMOS au service de la conservation du patrimoine. Jespre que vous en apprcierez la lecture.

    Gustavo Araoz Prsident de lICOMOS

    Le nouveau Comit excutif de lICOMOS (dsormais nomm Conseil dadministration) 2015 2017

  • Le Baptistre de Saint-Jean, de la Piazza del Duomo, Florence, en cours de restauration et annonant la 18e Assemble gnrale de lICOMOS

  • Un rseau actif

  • 8 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Chiffres cls

    Membres : 10 793

    Comits nationaux : 110

    Prsence internationale : membres dans 144 pays

    Nouveaux Comits nationaux : 15 depuis 2012

    Comit national comportant le plus grand nombre de nouveaux membres en 2014 : ICOMOS France qui a accueilli plus de 300 nouveaux adhrents

    Comits scientifiques internationaux : 28

    Participants la 18e Assemble gnrale : 1650 participants et invits de 94 pays, 73 Comits nationaux reprsents

    Rsums reus pour le Symposium de la 18e Assemble gnrale : 1300 rsums soumis, 170 intervenants slectionns

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 9

  • 10 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    La 18e Assemble gnrale et son

    Symposium scientifique

    Place sous le haut patronage de Monsieur Giorgio Napolitano, Prsident de la Rpublique italienne et de Madame Irina Bokova, Directrice gnrale de lUNESCO, cette manifestation a runi plus de 1650 participants et invits venant de 94 pays diffrents et reprsentant 73 Comits nationaux de lICOMOS. Ce moment fort de la vie de lICOMOS sinscrit donc comme le rendez-vous incontournable des professionnels du patrimoine dans le monde.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 11

    LAssemble gnrale a galement lu un nouveau Conseil dadministration qui comprend des reprsentants des pays suivants : Afrique du sud, Allemagne, Argentine, Australie, Bulgarie, Chine, mirats Arabes Unis, Espagne, tats-Unis, Finlande, France, Grce, Inde, Irlande, Isral, Japon, Mexique et Sude. Afin damliorer la gouvernance de lorganisation, lAssemble gnrale a procd des modifications des Statuts de lICOMOS datant de 1978 et rvis les Principes thiques datant de 2002. Elle a galement adopt la Dclaration de Florence sur Patrimoine et paysages en tant que valeurs humaines , fruit du travail effectu durant le symposium scientifique, ainsi que 49 rsolutions, incluant des nouvelles directions stratgiques pour lICOMOS.

    Le prix Piero Gazzola a t dcern au Professeur Henry Cleere et 12 membres ont t levs au rang de membres dhonneur. cette occasion, lICOMOS et le TICCIH (Le Comit international pour la conservation du patrimoine industriel) ont sign un nouvel accord de partenariat, actualisant laccord prcdant sign en 2000, attestant ainsi du nombre croissant de domaines dans lesquels nos deux organisations cooprent et faisant suite ladoption en 2011 des Principes conjoints ICOMOS-TICCIH pour la conservation des sites, constructions, aires et paysages du patrimoine industriel.

    Le thme central choisi pour le Symposium scientifique tait Patrimoine et paysages en tant que valeurs humaines . Les dbats ont montr, comme la dit le Professeur Salvatore Settis, Prsident du Comit scientifique, que la tche dvaluer un site culturel ou naturel et des valeurs immatrielles, dans le cadre du patrimoine mondial, peut tre considre comme une mission humaniste qui vise sauvegarder et mettre en valeur les valeurs humaines garantissant lesprit du lieu, lidentit des peuples, et, esprons-le, damliorer la qualit de vie de ceux qui y vivent . Dans ce sens, le Symposium voulait promouvoir un large dbat destin amliorer le dialogue interculturel en plaant ltre humain au centre du dbat culturel, dont les valeurs patrimoniales et paysagres constituent une synthse commune.Slectionns parmi les quelque 1300 propositions de contributions reues en provenance de 94 pays, 170 intervenants sont venus prsenter leurs communications.

    Celles-ci, dune trs bonne teneur scientifique, ont aliment le travail en sance. Les actes du Symposium seront publis en 2015.

    La 18e Assemble gnrale a de nouveau t accompagne dun vnement destin aux tudiants et jeunes professionnels, le Festival de la jeunesse et du patrimoine de Florence, promu et organis par la Fondazione Romualdo Del Bianco avec son Institut international Life Beyond Tourism. Plus de 250 tudiants internationaux provenant de plus de 20 pays y ont particip. Des jeunes professionnels ont galement t impliqus dans les travaux du Symposium scientifique travers la mise en place de rapporteurs junior, en binme avec les rapporteurs senior. De plus, un certain nombre dtudiants en conservation dans les Universits de Florence ont pu bnficier dune participation gratuite au Symposium.

    Toujours dans le but de favoriser les changes et une meilleure connaissance rciproque, un forum des Comits scientifiques internationaux de lICOMOS a t organis pendant lAssemble gnrale. Les Comits scientifiques internationaux qui le souhaitaient pouvaient venir prsenter leurs activits, opportunit qui a rencontr un vif succs.En outre, plus de 60 vnements parallles ou en soire ont eu lieu au cours du programme de lAssemble gnrale - les plus importants tant les clbrations du 50e anniversaire de la Charte de Venise et du 20e anniversaire du Document de Nara sur lauthenticit.

    Avant lAssemble gnrale, le Comit excutif (dsormais dnomm Conseil dadministration), le Conseil consultatif, le Conseil scientifique et lAcadmie ont galement tenu leurs runions Florence. Le Conseil consultatif a examin les amendements proposs aux Statuts et aux Principes thiques ainsi que de nouvelles structures qui permettraient aux Comits nationaux de former un forum quivalent au Conseil scientifique. Le Conseil scientifique a examin le nouveau plan daction triennal scientifique. 25 Comits scientifiques et groupes de travail de lICOMOS ont par ailleurs tenu leur runion statutaire ou scientifique durant lAssemble gnrale.

    Une gnreuse subvention de la Fondation Getty et du Victoria Falls Fund de lICOMOS a aid 56 professionnels de 42 pays participer cette Assemble gnrale.

  • 12 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    RSOLUTIONS DE LA 18e ASSEMBLE GNRALE

    18AG 2014/01 Remerciements18AG 2014/02 In memoriam18AG 2014/03 lection du Prsident, de trois Vice-

    prsidents, du Secrtaire et du Rapporteur de la 18e Assemble gnrale

    18AG 2014/04 Adoption de lordre du jour18AG 2014/05 Dsignation des membres du Comit de

    Vrification des Pouvoirs, des membres du Comit des Candidatures, des membres du Comit des Rsolutions et dun Scrutateur et dau moins deux Assistants scrutateurs

    18AG 2014/06 Approbation des rapports et des comptes, quitus au Comit excutif

    18AG 2014/07 Rapport du Comit de Vrification des pouvoirs

    18AG 2014/08 Rapport du Comit des Candidatures18AG 2014/09 lection des Prsident, Secrtaire gnral,

    Trsorier gnral, Vice-Prsidents et du Comit excutif de lICOMOS (Rsultats de llection)

    18AG 2014/10 Lieu du sige de lICOMOS18AG 2014/11 Rvision de la Dclaration dengagement

    thique (Principes thiques)18AG 2014/12 Vote du projet de rsolution portant sur

    lamendement des Statuts de lICOMOS18AG 2014/13 Amendment des Statuts de lICOMOS18AG 2014/14 Autorisation de demande de reconnais-

    sance dutilit publique18AG 2014/15 Conclusions et rsolutions du Symposium

    scientifique18AG 2014/16 Nouveaux membres honoraires18AG 2014/17 Projet de programme triennal de lICOMOS

    2015-201718AG 2014/18 Orientations budgtaires pour 2015-201718AG 2014/19 Cotisations pour 2015-201718AG 2014/20 Dlgation au Comit excutif de la mise

    en uvre du programme dans le cadre des budgets annuels

    18AG 2014/21 Rsolution pour la sauvegarde du patrimoine culturel en Syrie et en Irak

    18AG 2014/22 Internationales Congress Centrum Berlin (ICC Berlin)

    18AG 2014/23 Conservation du patrimoine de lAvant-garde russe

    18AG 2014/24 Conservation et gestion de Valparaso et Chilo, biens du patrimoine mondial

    18AG 2014/25 Conservation du paysage culturel de la pninsule de Burrup dans larchipel Dampier, Australie

    18AG 2014/26 Sauvegarde du paysage minier de Rosia Montana et promotion dun modle de dveloppement durable

    18AG 2014/27 Suivi de la situation du patrimoine culturel en Crime et Ukraine orientale

    18AG 2014/28 Sauvetage du site du Patrimoine mondial de Machu Pichu

    18AG 2014/29 Sauvegarde de la place de Mayo, Centre historique de Lima, Prou

    COMIT EXCUTIF (2015-2017)

    Prsident : M. Gustavo Araoz, tats-Unis dAmriqueSecrtaire gnrale : Mme Kirsti Kovanen, FinlandeTrsorire gnrale : Mme Laura Robinson, Afrique du Sud

    Vice-Prsidents :M. Alfredo Conti, ArgentineM. Toshiyuki Kono, JaponM. Gideon Koren, IsralM. Peter Phillips, AustralieM. Grellan Rourke, Irlande

    Membres du Comit excutif :M. Nils Ahlberg, SudeMme Sofia Avgerinou-Kolonias, Grce M. Stefan Belishki, BulgarieMme Amel Chabbi, mirats Arabes UnisM. Victor Fernandez Salinas, EspagneM. Pierre-Antoine Gatier, FranceMme Pamela Jerome, tats-Unis dAmriqueM. Rohit Jigyasu, IndeMme Lu Qiong, ChineM. Christoph Machat, AllemagneMme Olga Orive, MexiqueM. Mario Santana Quintero

    Ex-officio :

    Prsidents dhonneur : M. Michael Petzet, AllemagneM. Roland Silva, Sri Lanka

    Prsident du Comit consultatif : M. John Hurd, Royaume-Uni

    Coordinateur du Conseil scientifique : M. James Reap, tats-Unis dAmrique

    Les rsultats complets et les rsolutions de la 18e Assemble gnrale sont disponibles pour tlchargement sur www.icomos.org ( propos de lICOMOS > Gouvernance > Assemble gnrale > 18e Assemble gnrale - Florence 2014)

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 13

    18AG 2014/39 Protection du patrimoine culturel urbain de Moldavie

    18AG 2014/40 Les marbres du Parthnon : initiatives pour entamer un dialogue

    18AG 2014/41 Conservation du patrimoine du ralisme socialiste et du modernisme socialiste

    18AG 2014/42 Le voyage par-del le tourisme durable : Life Beyond Tourism, voyager pour le dialogue

    18AG 2014/43 Notre dignit commune : mettre en avant les approches fondes sur les droits de lhomme dans la conservation du patrimoine

    18AG 2014/44 Accrotre la participation aux runions de lICOMOS grce aux technologies de la communication et autres moyens

    18AG 2014/45 Conception dun label spcifique afin didentifier les vnements marquant le 50e anniversaire de lICOMOS

    18AG 2014/46 Connecter les pratiques : soutenir les approches intgrant nature et culture

    18AG 2014/47 Communication des comptes financiers et du rapports financier de manire plus transparante, avant approbation

    18AG 2014/48 Bote outils du patrimoine de lICOMOS18AG 2014/49 Activitis sur les processus en amont dans

    le cadre du patrimoine mondial

    18AG 2014/30 Site historique du Jardin National dAthnes, Grce

    18AG 2014/31 Protection du patrimoine culturel et dveloppement immobilier : le Monument Jos Rizal, Manille, Philippines

    18AG 2014/32 Autoroute Camino de Santiago : une menace pour le site du patrimoine mondial du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle

    18AG 2014/33 Le patrimoine culturel en temps de crise conomique : perspectives et dfis

    18AG 2014/34 Promotion et dveloppement des Orientations pour le patrimoine du vingtime sicle (dveloppement en cours du Document de Madrid)

    18AG 2014/35 Initative pour les Paysages ruraux du monde

    18AG 2014/36 Dclaration de Canberra sur les parcs publics urbains historiques

    18AG 2014/37 Faire en sorte que la culture et le patrimoine culturel soient reconnus dans les objectifs et cibles de dveloppement durable proposs pour le Programme de dveloppement des Nations Unies pour laprs-2015

    18AG 2014/38 Cadre lgislatif pour la protection du patrimoine culturel urbain au Prou

    Accessoires de confrence et publications de la 18e Assemble gnrale

  • 14 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Henry Cleere recevant le prix de Pia Gazzola, fille de Piero Gazzola, Jean-Louis Luxen, prsident du Jury et Cevat Erder, laurat 2003 et membre du jury

    Le Prix Piero Gazzola fut cr en 1979 en mmoire dun fondateur de lICOMOS qui fut lun des plus grands dfenseurs de la conservation et de la restauration des monuments et sites historiques et son premier Prsident.

    Tous les trois ans, lors de lAssemble gnrale de lICOMOS, ce prix est dcern un individu ou un groupe de personnes ayant uvr avec distinction laccomplissement des objectifs de lICOMOS. Le laurat doit tre membre de lICOMOS et est choisi par un Comit de slection.

    Lors de la 18e Assemble gnrale, le prix Piero Gazzola a t dcern au Professeur Henry Cleere, membre dICOMOS Royaume-Uni depuis 1975 et membre du Comit excutif de lICOMOS de 1981 1990, pour sa contribution mrite au travail accompli par lICOMOS dans la mise en uvre de la Convention du patrimoine mondial, en particulier en tant que Coordonnateur du patrimoine mondial de lICOMOS de 1992 2002, ainsi que pour son travail dans le domaine de la gestion du patrimoine archologique. Henry Cleere fut, entre autres, Directeur du Conseil pour larchologie britannique de 1974 1991 ; rdacteur en chef de grands travaux sur la gestion du patrimoine archologique : Approches du patrimoine archologique (Londres, 1984) , Gestion du patrimoine archologique dans le monde moderne (Londres, 1989) ; rcipiendaire du Prix europen du patrimoine, en 2002, et du prix annuel pour la Conservation et la Gestion octroy par lInstitut archologique de lAmrique, en 2010. Il a t nomm Officier de lEmpire britannique ; Membre honoraire de plusieurs organisations scientifiques internationales ; ainsi que Membre honoraire de lICOMOS depuis 2003.

    Honneurs

    LE PRIX PIERO GAZZOLA

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 15

    loccasion de la 18e Assemble gnrale, 12 membres ont t levs au rang de membre dhonneur de lICOMOS pour les services minents quils ont rendus en faveur de la conservation des monuments et des sites.

    NOUVEAUX MEMBRES DHONNEUR

    Commmorations LA MMOIRE DES MEMBRES DE LICOMOS DISPARUS EN 2014

    Mme Kristal Buckley, AustralieM. Jukka Jokilehto, FinlandeM. William J. Murtagh, tats-Unis dAmriqueM. Eugenio Prez Monts, Rpublique DominicaineMme Angela Rojas, CubaM. Carlos Scheltema, Pays-Bas

    M. Giora Solar, IsralM. Augusto Villalon, PhilippinesM. Zsolt Visy, HongrieM. Dionysis Zivas, GrceM. Roberto Di Stefano, Italie ( titre posthume)M. Herb Stovel, Canada ( titre posthume)

    Nesreen BouzaEmploye de la DGAM Syrienne,Mme Bouza a particip au cours ICOMOS e-learning tenu Damas puis est devenue membre individuelle de lICOMOS.

    Elle tait un conservateur trs actif, diplm de lcole de Chaillot, et a particip la formation sur les mosaques lICCROM.

    Alejandro Alva BalderramaAncien directeur de larchitecture et des sites archologiques lICCROM ;Fondateur des projets Terra et Gaia ;

    Fondateur du Comit scientifique international de lICOMOS pour ltude et la conservation de larchitecture en terre en 1987 et son Prsident de 1990 1996.

    Mario Coyula CowleyDirecteur de lcole darchitecture de lInstitut suprieur polytechnique Jos Antonio Echeverria (ISPJAE) ; Chef du groupe pour le dveloppement intgr

    de la capitale ; Prsident fondateur de la Commission des monuments de La Havane ; et Directeur du Bureau darchitecture et durbanisme de la ville.Fondateur dICOMOS Cuba fond en 1982.

    Louis BergeronExpert international en patrimoine industriel ; Directeur dtudes l cole des hautes tudes en sciences sociales - EHESS - dont il dirigea le Centre

    de recherches historiques - CRH - de 1986 1992 ;Fondateur du CILAC en 1978 ; Prsident du TICCIH, Comit international pour la conservation du patrimoine industriel, de 1990-2000.

    Karel Anthonie Bakker Objecteur de conscience lapartheid ;Directeur de lcole darchitecture de Pretoria ; Expert pour lICOMOS sur les questions du patrimoine mondial ;

    Participation llaboration et suivi des travaux pour plusieurs candidatures au patrimoine mondial en Afrique ;Pionnier dans la mise en place de concepts tels que lvaluation dimpact patrimonial, linterprtation et la prsentation, les paysages urbains historiques en Afrique du Sud et au-del.

    Willem J. H. WillemsExpert en archologie romaine aux Pays-Bas ; Inspecteur gnral de larchologie lInspection dtat pour le patrimoine culturel ; Doyen de la Facult

    darchologie, Universit de Leiden ;Membre honoraire de lAssociation europenne des archologues (2003) ; Membre dICOMOS Pays-Bas et Co-Prsident du Comit scientifique international de lICOMOS sur la gestion du patrimoine archologique (ICAHM).

  • Patrimoine du socialisme : Le Caf Mockba Berlin, Allemagne

  • Chef de file dans la conservation

    du patrimoine culturel

  • Patrimoine de commmoration : lentre de Robben Island prison du Prsident Nelson Mandela et maintenant site inscrit au patrimoine mondial

    Diffuser les connaissances et la recherche scientifiques

    LE CONSEIL SCIENTIFIQUE ET LES COMITS SCIENTIFIQUES INTERNATIONAUX Les Comits scientifiques internationaux de lICOMOS sont en premire ligne pour lexploration des concepts mergents relatifs au patrimoine. Le Conseil scientifique est constitu des Prsidents de chacun des comits, ou de leur reprsentant dsign, et joue le rle dinstance de coordination et de forum de discussion. Depuis sa cration en 2005, le Conseil scientifique a contribu une plus grande ouverture des comits, puisque plus de la moiti des membres de lICOMOS appartiennent maintenant un ou plusieurs comits. En 2014, le CAR (art rupestre) sest rorganis sous limpulsion dune nouvelle direction. 2014 a galement vu sinitier un travail de cration de comits sur de nouveaux thmes, tel le PRERICO (sites religieux et lieux de rituel).

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 19

    ICOMOS Inde a lanc une initiative relative au dveloppement durable, qui sera lobjet, en 2015, dune runion rgionale TheoPhilos (thorie et philosophie) Bangalore, co-organise avec le CIVVIH (villes et villages historiques) et partie intgrante du thme Patrimoine et Dmocratie retenu pour la 19e Assemble gnrale qui se tiendra en 2017 New-Delhi ; En 2014, lISC20C (patrimoine du XXe sicle), a publi une seconde dition du Document de Madrid approches pour la conservation du patrimoine architectural du XXe sicle , prenant en compte les observations formules aprs son adoption lors de la 17e Assemble gnrale en 2011. Le Document de Madrid a depuis t traduit en 13 langues et doit tre encore dvelopp dans la perspective de la 19e Assemble gnrale. LISC20C a galement pris linitiative didentifier les diffrentes formes que revt le patrimoine matriel et immatriel de la priode socialiste. Considrant que le patrimoine du XXe sicle est sous-reprsent sur la Liste du patrimoine mondial de lUNESCO, lISC20C entend stimuler les changes et les dbats et, en particulier, mieux prendre en considration la potentielle importance du patrimoine socialiste en Europe. Les membres de lICOMOS en gnral, et plus particulirement les Comits nationaux en Europe centrale et en Europe de lEst, dans les pays de lex-URSS, ont t invits lancer des initiatives locales et nationales afin didentifier, de conserver, dinterprter, de rpertorier et protger les monuments de la priode socialiste en tant que strate patrimoniale notable, tmoin du contexte social, politique et culturel de la guerre froide dans une Europe divise et reprsentant des ralisations et conditions de vie de laprs-guerre pour les gnrations futures.

    En 2014, les travaux des Comits scientifiques internationaux ont port sur les sujets suivants : La recherche exploratoire entreprise par lICIP (linterprtation et la prsentation) sur la part des reconstructions architecturales ou archologiques dans les pratiques courantes de gestion du patrimoine. Selon la Charte de Venise, les reconstructions ne sont pas autorises ; pourtant, avec la destruction dlibre des sites culturels patrimoniaux par des groupes extrmistes que lon observe en Syrie et en Irak, la question de la reconstruction se pose, comme moyen dattnuer les dommages, comme ce fut le cas Mostar et Tombouctou. Cette question sera par la suite approfondie et une runion dexperts organise en mars 2015 sur ce sujet par ICOMOS mirats Arabes Unis ; LISCCL (paysages culturels) a lanc une initiative sur les paysages ruraux au niveau mondial, visant dfinir un ensemble de critres et un atlas mondial, mais aussi collecter des tudes de cas. Il sest galement investi dans les travaux conscutifs la Charte de Baeza qui ambitionne la reconnaissance du patrimoine agricultural et de son rapport avec les droits humains ; Lapproche du patrimoine culturel fonde sur la question des droits humains a aussi rcemment merg sous la houlette dICOMOS Norvge. En 2014, celui-ci a entre autres organis sur ce thme, en avril, Oslo, un atelier dont les rsultats ont t prsents lors dune confrence en marge de la 38e session du Comit du patrimoine mondial, en juin Doha ;

    Membres de lISC20C (CSI Patrimoine du XXe sicle) faisant la promotion du Document de Madrid loccasion de la 18e Assemble gnrale

  • 20 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Comme toujours, de nombreux vnements ont t organiss par les Comits scientifiques internationaux parmi lesquels :

    La confrence de lICLAFI (questions lgales, administratives et financires) sur Le statut des organisations non-gouvernementales et leur contribution la conservation du patrimoine et sa runion annuelle, 12-16 janvier 2014, Tibrias, Isral ; La runion de lICAHM (gestion du patrimoine archologique) organise conjointement avec la Confrence de prhistoire Indopacifique Patrimoine mondial et meilleures pratiques de gestion du patrimoine archologique en Asie du sud-est , 12-18 janvier 2014, Siem-Reap (Angkor) Cambodge ; Le symposium de lICTC (tourisme culturel), avec la participation du CIVVIH (villes et villages historiques) : Les villes cratives en tant que destination touristique du Patrimoine mondial , 13-14 mars 2014, Florence, Italie ; La runion de lISCSBH (patrimoine bti partag) : Rflexion sur le patrimoine bti partag dans les sites asiatiques du Patrimoine mondial de lUNESCO, et le patrimoine bti partag en Asie, en Australie et dans le Pacifique , 13-24 avril 2014 Melaka et Penang en Malaisie et Bandung en Indonsie ; La confrence internationale de lISCES (lnergie et le dveloppement durable) : Vivre avec le pass , portant sur lefficience nergtique dans les btiments historiques, 11 avril 2014, Dublin, Irlande ; Le symposium de TheoPhilos (thorie et philosophie) : Le patrimoine dans le miroir du changement social. La ralit de la conservation, 50 ans aprs la charte de Venise , 8-10 mai 2014, Riga, Lettonie ; La runion du sous-comit Mditerrane du CIVVIH (villes et villages historiques) : Les cits portuaires fortifies mditerranennes au XXIe sicle : sites, valeurs et gnie des lieux , 2-4 mai 2014, , Alanya, Turquie ; La runion du comit ISCEC (lconomie de la conservation) et la confrence sur La conservation intgre et les 3 dimensions du dveloppement durable , 21-23 mai 2014, Visby, Sude ; La confrence de lIPHC (patrimoine polaire) : Lavenir du patrimoine polaire , 25-28 mai 2014, Copenhague, Danemark ; La runion du comit ISCMP (peintures murales) : 30 janvier-2 fvrier, et confrence Solutions sur mesure pour rparer les dsastres commis par lhomme , 19-21 juin 2014, Esztergom, Hongrie ; Latelier dt du CIPA (documentation du patrimoine) : Surveillance et modlisation 3D du patrimoine culturel , 5-12 juillet 2014, Paestum, Italie ; La confrence internationale organise par lISCEAH (patrimoine darchitecture en terre) : Le patrimoine vernaculaire, la durabilit et larchitecture de terre , VerSus 2014, 2e MEDITERRA, 2e ResTAPIA, 11-13 septembre 2014, Valence, Espagne ; La runion annuelle de lICORP (la prparation aux risques), le 8 octobre 2014, lie la confrence Assistance culturelle le patrimoine culturel et labsence de prvention , 6-7 octobre, Porto, Portugal ; Le symposium de lICAHM (gestion du patrimoine archo-logique) : Standards universels pour la gestion du patrimoine archologique , 20-23 octobre 2014, Jishou, Hunan, Chine.

    COMITS NATIONAUX

    Les vnements organiss par les Comits scientifiques internationaux compltent bien sr les nombreux vnements scientifiques nationaux et internationaux organiss par les Comits nationaux de lICOMOS ; pour nen citer que quelques-uns, dautres tant mentionns dans les diverses sections de ce rapport :

    ICOMOS Gorgie et ICOMOS Armnie : coopration rgionale pour le dveloppement du patrimoine culturel 8e atelier international des savoir-faire constructifs - Coopration des Comits nationaux de lICOMOS des pays de lEurope centrale et de lEurope de lest pour la gestion des biens du patrimoine mondial ralis avec laide du programme partenarial culturel de lEurope de lest, 23-24 janvier 2014, Tbilissi, Gorgie ; ICOMOS Finlande : sminaire international Le patrimoine multiculturel de Vyborg et sa prservation , 13-14 fvrier 2014, bibliothque de Vyborg ; ICOMOS France : confrence internationale Le mtal en plein air sculpture extrieure mtallique du XIXe sicle au dbut du XXe identification, conservation, restauration , 4-5 dcembre 2014, Paris ; ICOMOS Italie : confrence Patrimoine culturel et techniques de restauration innovantes , 12 juin 2014, Naples ; ICOMOS Allemagne (co-organisation) : confrence internationale Protection contre les inondations dans les sites historiques , 13-14 juin 2014, Dresde ; ICOMOS Costa-Rica : forum virtuel Management intgr du risque et adaptation au changement climatique pour la conservation du patrimoine culturel et naturel , engag en juillet 2014 ; ICOMOS Royaume-Uni : confrence Patrimoine culturel immatriel au Royaume-Uni : promouvoir et protger nos cultures et modes de vie dans leurs diversits , 20 septembre 2014, Londres ; ICOMOS Hongrie : confrence Un patrimoine pour le futur, un futur pour le patrimoine , 25-26 septembre 2014, Balatonfred ; ICOMOS Seychelles : confrence Prserver et promouvoir larchitecture crole traditionnelle , 27-28 octobre 2014, Victoria ; ICOMOS Espagne : runion internationale Paysages culturels et patrimoine mondial , organis par le conseil municipal de Madrid avec lappui scientifique et la coordination dICOMOS-Espagne, 1-5 dcembre 2014, Madrid.

    En outre, dans le cadre de la subvention obtenue pour 2013-2014 de lUnion Europenne, Mme Sofia Avgerinou-Kolonias, prsidente du CIVVIH, a engag une tude, avec le soutien des Comits nationaux europens, sur les impacts de la crise conomique sur les divers champs du patrimoine en Europe.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 21

    18 AVRIL LE PATRIMOINE DE LA COMMMORATION

    Comme chaque anne, le 18 avril, lICOMOS a clbr la Journe internationale des monuments et des sites , dont le principe a t approuv lors de la 2e confrence gnrale de lUNESCO en 1983. Inspir par le centenaire, en 2014, du dbut de la Premire Guerre mondiale 1914-1918, le thme en tait Le patrimoine de la commmoration .

    Le but de cette journe internationale est dencourager les communauts locales et les personnes prives, dans le monde entier, prendre la mesure de limportance du patrimoine culturel dans leur vie, leur identit, leur systme social, et de dvelopper la conscience de sa diversit, de sa vulnrabilit et des efforts ncessaires sa protection et sa conservation.

    Les monuments et les sites, incluant les formes les plus complexes et diversifies de sites patrimoniaux que sont les paysages habits, sont les supports tangibles de la mmoire dune partie de lexprience humaine. De ce fait, par leur authenticit et leur intgrit, ils contribuent, leur manire, la commmoration et la transmission des valeurs qui intgrent lHistoire. Le thme retenu fournit ds lors lopportunit de prsenter ces difices raliss avec lintention de commmorer un vnement, une personne, une ide, etc.

    Le patrimoine commmoratif prend des formes varies : inscriptions graves, mausoles de facture architecturale exceptionnelle ou sculptures monumentales, lments plus modestes refltant des traditions vernaculaires ou lieux spcifiques, tels les cimetires ou les jardins de mmoire. Ce patrimoine inclut galement des lments auxquels on a confr une valeur commmorative : par exemple des ruines ou des vestiges industriels quips de plaques commmoratives, ou des jardins publics dont la toponymie commmore un vnement historique ou une personne.

    Les comits de lICOMOS et dautres organisateurs de plus de 45 pays ont mis en place des manifestations spcifiques pour marquer cette journe. La liste complte des vnements est disponible http://www.icomos.org/fr/what-we-do/image-what-we-do/731-18-april-events-2014

    PARTENAIRE DE LA CAMPAGNE URBAINE MONDIALEONU-Habitat est le programme des Nations Unies qui uvre pour un meilleur avenir urbain. Sa mission est de promouvoir un dveloppement social et environnemental durable des tablissements humains et la ralisation dun habitat adapt pour tous.

    Patrimoine en milieu urbain - lAcropole dAthnes, vue de la place Monastiraki

  • 22 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Pendant le 6e Forum urbain, qui sest tenu Naples en septembre 2012, trois Comits scientifiques internationaux de lICOMOS, lISCEC (conomie de la conservation), le CIVVH (villes et villages historiques) et lICLAFI (questions juridiques) ont tenu une runion commune sur Lapport de la conservation intgre du patrimoine culturel pour une ville crative, ractive et durable . Ils ont galement organis une manifestation spcifique parallle intitule LICOMOS au Forum urbain mondial anime par Luigi Fusco-Girard, prsident de lISCEC.

    Ces runions ont mis en vidence la ncessit dinclure la protection du patrimoine urbain et le rle de la culture dans les objectifs du nouvel agenda HABITAT et, pour cela, de renforcer la coopration entre lICOMOS et le programme des Nations Unies pour les tablissements humains. En 2014, lICOMOS a donc rejoint la Campagne urbaine mondiale en tant que membre associ.

    La Campagne urbaine mondiale regroupe des partenaires de la socit civile et des personnes prives, unis par le dsir commun de plaider en faveur du rle positif des villes dans le monde entier et de promouvoir des rgles, des stratgies et des pratiques durbanisation durable. Mise en place lors du 5e Forum urbain mondial en 2010, la Campagne est coordonne par le programme ONU-habitat et pilote par un comit de gouvernance issu des diffrents partenaires http://www.worldurbancampain.org/.

    travers ce partenariat, lICOMOS veut stimuler les approches cratives et linnovation dans llaboration de la rglementation rgissant la prservation et la revitalisation des cits historiques, des villes et des aires urbaines.

    Jeff Soule, membre excutif du CIVVIH (villes et villages historiques) a particip au 7e Forum urbain mondial (Medellin, Colombie, 5-7 avril 2014) et a pris part aux groupes de travail du comit de pilotage de la Campagne urbaine mondiale. Paysage agraire dans la valle

    de Lea, Grand Londres, Royaume-Uni

    CAMPAGNE VISANT INCLURE LA CULTURE DANS LES OBJECTIFS DE DVELOPPEMENT DURABLE POUR LAPRS-2015

    En 2014, lICOMOS a rejoint le noyau central du rseau conduisant la campagne pour linclusion de la culture dans les objectifs du dveloppement durable, soutenant les efforts de lUNESCO pour intgrer explicitement la culture comme un facilitateur et un moteur du dveloppement durable dans lAgenda de dveloppement pour laprs-2015. LICOMOS a t reprsent dans le groupe de campagne par M. Herv Barr (ICOMOS France) puis par M. Andrew Potts (ICOMOS tats-Unis).

    Le groupe de campagne a labor une dclaration, signe par plus de 2000 organisations et personnes prives, adresse le 10 juin 2014 aux co-prsidents du groupe de travail sur les Objectifs du Dveloppement Durable responsable de la prparation du document relatif aux cibles et aux indicateurs du dveloppement durable devant tre soumis lAssemble gnrale de lONU. Pour plus dinformations : www.culture2015goal.net.

    Lengagement de lICOMOS dans cette campagne a t confirm par une rsolution de sa 18e Assemble gnrale Florence, en novembre 2014 rsolution 18GA2014/37 demandant que la culture et le patrimoine culturel soient reconnus dans les cibles et indicateurs du dveloppement durable dans lAgenda pour laprs-2015 des Nations Unies.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 23

    25e congrs mondial de lUIA, 3-7 aot 2014, Durban, Afrique du sud ;

    Organisation des tats amricains : 6e runion interamricaine des ministres de la Culture et des Hauts fonctionnaires chargs de la culture, 12-13 aot 2014, Port-au-Prince, Hati ; 7e confrence des villes eurasiennes du patrimoine mondial, 24-27 aot 2014, Aktau, Kazakhstan ;

    Forum mondial de lUNESCO sur la culture et les industries culturelles, 2-4 octobre 2014, Florence, Italie ;

    Paysages culturels dans les sites Natura 2000 vers une nouvelle rglementation pour la gestion intgre du patrimoine culturel et naturel, 10-11 octobre 2014, Athnes, Grce ;

    13e confrence DOCOMOMO, 19-23 septembre 2014 Soul, Core ;

    Atelier international sur le dveloppement durable du paysage culturel des rizires en terrasses des Hani de Honghe, co-sponsoris par SACH et le gouvernement de la province du Yunnan et co-organis par lICOMOS Chine, le bureau du patrimoine culturel du gouvernement provincial du Yunnan et les gouvernements locaux, sur le site du Patrimoine mondial, 27-31 octobre 2014 ;

    Confrence rgionale de haut niveau La rhabilitation du patrimoine culturel comme cl du dveloppement durable, 27-28 octobre 2014, Dubrovnik, Croatie ;

    Confrence Euromed 2014, 3-8 novembre 2014, Limassol, Chypre ;

    Denkmal 2014 crmonie douverture, foire de Leipzig, 5 novembre 2014, Leipzig, Allemagne ;

    ICCROM, 84e runion du Conseil, 17-19 novembre 2014, Rome, Italie ;

    9e session du Comit intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatriel, 24-28 novembre 2014, UNESCO, Paris, France ;

    Conseil de lEurope, Assemble parlementaire, Comit culture, science, ducation et mdia, 5 dcembre 2014, Paris, France.

    INVITATIONS AUX MANIFESTATIONS SCIENTIFIQUES INTERNATIONALES

    Les vnements suivants ne reprsentent quune partie de tous ceux auxquels lICOMOS a particip tout au long de lanne :

    Patrimoine dabord : vers une approche commune pour une Europe durable , prsidence grecque de lUE (1er semestre 2014), ministre de la Culture et des Sports, 6-8 mars 2014, Athnes, Grce ;

    Premire confrence internationale darchitecture et de design, 29-30 avril 2014, Amman, Jordanie ;

    16e table ronde des experts de la fondation Romualdo del Bianco, 8-9 mars 2014, Florence, Italie ;

    Conseil de lEurope : 3e runion du Comit directeur de la culture, du patrimoine et du paysage (CDCPP), 19-21 mars 2014, Strasbourg, France ;

    194e session du Conseil excutif de lUNESCO, 2-15 avril 2014, Paris, France ;

    Vision de lAfrique urbaine - Pour un agenda urbain africain , 3 avril 2014, Bruxelles, Belgique ;

    Groupe de rflexion 2014 sur le patrimoine en Europe, ministre franais de la Culture, 7-8 avril, Paris, France ;

    Confrence europenne pour la mise en uvre du programme conjoint UNESCO-SCBD sur la diversit bioculturelle, 11-12 avril 2014, Florence, Italie ;

    Runion pour linscription de lensemble transnational des fortifications ctires de lest-Carabes, 8-10 mai 2014, St Maarten ;

    5e session de lAssemble gnrale des tats-parties la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatriel, 2-5 juin 2014, UNESCO, Paris, France ;

    5e runion du Comit scientifique et technique de la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique de 2001, 11 juin 2014, Paris, France ;

  • 24 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Piero Gazzola, futur Prsident fondateur de lICOMOS, ainsi que des reprsentants de la ville de Venise, lors du deuxime congrs international de Venise en 1964

    Le 50e anniversaire de la Charte de Venise

    Lanne 2014 a marqu le 50e anniversaire du deuxime congrs international des architectes et techniciens des monuments historiques, ainsi que ladoption de la Charte internationale en faveur de la conservation et de la restauration des monuments et des sites, plus connue de nos jours sous le nom de Charte de Venise. Les futurs fondateurs de lICOMOS y jourent un rle central : Raymond Lemaire fut le rapporteur du deuxime congrs international et co-auteur, avec Piero Gazzola et Roberto Pane, de la version dfinitive de la Charte de Venise.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 25

    Dans la mesure o il sagit de son document fondateur, lICOMOS a clbr ces noces dor en le mettant une fois de plus en lumire lors sa 18e Assemble gnrale, dans le cadre dune table ronde anime par Francesco Bandarin, ancien directeur gnral adjoint de la culture de lUNESCO, autour dintervenants distingus tels que Jukka Jokilehto, Stefano Gizzi, Carlos Flores Marini, Guo Zhan, Gustavo Araoz, Michael Petzet, Kristal Buckley et Pamela Jerome.

    Ce fut malheureusement le dernier vnement international de lICOMOS auquel participa notre membre honoraire Carlos Flores Marini, ancien prsident dICOMOS Mexique, membre du Comit excutif de lICOMOS de 1965 1972 et lun des signataires de la Charte de Venise, dcd en janvier 2015.

    De nombreux Comits nationaux et scientifiques internationaux ont galement consacr en 2014 des manifestations spcifiques cet important jubil, notamment le Comit scientifique international en charge de la thorie et de la philosophie de la conservation et de la restauration, qui a organis une confrence intitule Les tendances du patrimoine dans le miroir du changement social. Ralit de la conservation 50 ans aprs la Charte de Venise Riga (Lettonie) du 8 au 10 mai 2014. De mme, ICOMOS tats-Unis a consacr son 17e symposium annuel international, qui sest tenu du 3 au 5 avril 2014 Philadelphie, Pensylvanie, au thme The Venice Charter at Fifty - A Critical Appraisal of the Venice Charter and Its Legacy , tandis que de son ct ICOMOS Prou runit, du 6 au 9 octobre 2014, un symposium international sur le thme Conservacin y patrimonio : Reflexiones a los 50 aos de la Carta de Venecia Lima, en prsence notamment de Carlos Flores Marini.

    En tendant le concept de patrimoine universel, formul pour la premire fois Athnes en 1931, la Charte de Venise a cherch apprhender la complexit croissante du patrimoine culturel, pour rpondre notamment une Europe daprs-guerre et une classification du patrimoine en expansion. La Charte de Venise a tent de poser le cadre de la valeur universelle, en partant du principe quen tant que culture matrielle, les uvres cratives incarnent des formes varies de connaissance humaine.

    Au cours des cinquante annes qui ont suivi sa promulgation, la Charte de Venise na cess de retenir lattention de toutes les gnrations de thoriciens, lgislateurs, universitaires et praticiens du patrimoine du monde entier la recherche de conseils, dinspiration et dune validation de leurs efforts pour la sauvegarde du patrimoine culturel. Son indfectible pertinence a t de nombreuses fois scrute et passe au crible dinterminables exercices exgtiques cherchant interprter et expliquer sa signification dans un monde en mutation, o le rle et la nature intrinsque du patrimoine ne cessent dvoluer.

    La pratique contemporaine de la conservation sen est longtemps tenue aux principes de la Charte de Venise, tout en affirmant que la valeur et la signification sont dtermines culturellement, point qui figure galement clairement dans le prambule de la Charte de Venise originale. Au cours des dernires dcennies, un certain nombre de principes et de prsupposs de la Charte de Venise ont t critiqus, adapts et rajeunis. Les changements sociaux, conomiques, technologiques et culturels de ces cinquante dernires annes ont rendu ncessaire un examen critique de la Charte de Venise et de son influence.

  • Travaux de rnovation grande chelle du temple Shoko-ji, dsign Bien culturel important, ville de Takaoka, Japon

    Nara +20 Le Document de Nara

    sur lauthenticit vingt ans aprs

    Vingt ans aprs la confrence de Nara organise en novembre 1994, lICOMOS a fait uvre de prcurseur en approfondissant et en explorant les perspectives socio-culturelles dgages lpoque par le document de Nara.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 27

    Le Document de Nara et lavenir : Nara +20

    En reconnaisant que lauthenticit sinscrit dans un contexte socio-culturel spcifique, le document de Nara a pos de nouvelles questions. Certaines dentre elles ont t abordes dans les Recommandations dHimeji publies loccasion de la clbration du 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial, accueillie Kyoto par le gouvernement japonais.

    Ltendue et la profondeur du dbat qui a eu lieu Himeji ont convaincu Bunka-cho (lagence japonaise en charge des affaires culturelles), ICOMOS Japon, Toshiyuki Kono (Vice Prsident de lICOMOS international), ainsi que les autres participants la manifestation de la ncessit de poursuivre la rflexion. Ceci a eu lieu dans le cadre de deux runions ultrieures, avec une participation plus large, qui se sont droules luniversit Kyushu de Fukuoka en 2013 et dbut 2014 . Ces runions ont t suivies par la seconde confrence de Nara, qui a eu lieu du 22 au 24 octobre 2014 la Prefectural New Public Hall de Nara, Japon. la suite de discussions particulirement riches, les experts qui participrent la confrence ont adopt lunanimit un nouveau document qui dveloppe les recommandations dHimeji et porte le titre de Nara + 20. Le document Nara + 20 peut-tre tlcharg sur les sites suivants :Anglais : http://www.japan-icomos.org/pdf/nara20_en.pdfFranais : http://www.japan-icomos.org/pdf/nara20_fr.pdf

    Une voie vers le futurIl est important de souligner que Nara + 20 sadresse tous les acteurs de la communaut internationale concerns par la protection du patrimoine. Il na pas t conu comme un nouveau document doctrinal, mais comme une invitation poursuivre le dialogue, la recherche et approfondir un certain nombre de concepts nouveaux, souvent controverss, de la conservation du patrimoine.Chaque paragraphe du document Nara + 20 appelle des actions. Ainsi, lors de la runion qui a eu lieu Nara en octobre 2014, une srie de propositions ont t faites au cours du dbat gnral, traiter par les diverses parties prenantes concernes, et notamment :

    la collectivit en tant quacteur principal et les praticiens du patrimoine en tant quusagers,

    collaborations interdisciplinaires ; synergies rsultant de la coopration,

    reconstruction ; patrimoine vivant ; paysage culturel

    rapport entre authenticit et intgrit patrimoine matriel et immatriel - patrimoine culturel et naturel,

    confiance et thique ; dialogue entre les multiples acteurs.

    La confrence de Nara et le Document de Nara

    La notion de lauthenticit a t incluse dans les directives oprationnelles de la Convention du patrimoine mondial lors du premier Comit du patrimoine mondial de 1977. Pourtant, ces directives oprationnelles furent mises lpreuve ds 1978, loccasion de la proposition dinscription du centre historique de Varsovie. Dans la mesure o Varsovie avait t entirement reconstruite la suite de la Seconde guerre mondiale, la recommandation de lICOMOS souleva la question de lauthenticit et le Comit dcida de diffrer sa dcision. La seconde recommandation, en 1980, souligna que le critre de lauthenticit ne sappliquait certes pas au sens strict du terme, mais conclut que lauthenticit de Varsovie tait pourtant en lien avec cette ralisation unique des annes 1945 1966 et recommanda ainsi linscription de ce centre historique dtruit plus de 85 % et presque totalement reconstruit. En considrant le sens courant de ce terme, cette interprtation de lauthenticit napparait pourtant pas totalement convaincante. Ainsi, on voit que les difficults trouver un quilibre entre le cadre conceptuel initial de la Convention sur le patrimoine mondial et les exigences lies la diversit des cultures varies sont apparues trs tt.

    Linitiative de ce quon a appel ltude globale fut lance en1988, destine analyser la Liste du patrimoine mondial ainsi que les listes indicatives, pour en identifier les lacunes et les redondances possibles. Quand un groupe dexperts tenta den laborer le cadre thorique, il savra incapable de dgager un consensus sur la mthodologie adopter, conduisant ainsi un constat dchec. Ceci tant, au cours de ce processus, les approches privilgiant la signification des sites plutt que leur matrialit recueillirent une plus large adhsion, soulignant ainsi la ncessit de renouveler la rflexion en matire dauthenticit.

    En 1992, le Comit du patrimoine mondial demanda que le concept dauthenticit et ses modalits dapplication soient approfondis. Le Japon offrit alors dorganiser une confrence internationale dans la ville historique de Nara, o se droula donc la confrence de Nara en novembre 1994.

    Le rsultat a t le document de Nara, qui dfinit lauthenticit comme tant le facteur qualificatif essentiel quant aux valeurs et affirme galement que tant les jugements sur les valeurs reconnues au patrimoine que sur les facteurs de crdibilit des sources dinformation peuvent diffrer de culture culture, et mme au sein dune mme culture (art.11). Lauthenticit est ainsi dissocie des aspects matriels dorigine du patrimoine, et dfinie comme un outil danalyse de la crdibilit des sources dinformation. Le document de Nara fournit une liste non exhaustive de quatorze sources dinformation (art. 13). Cette liste inclut des lments immateriels et dynamiques tels que lusage et la fonction, les traditions et les techniques, lesprit et lexpression. Quoique le document de Nara nait pas de force contraignante, il a imprgn les pratiques de conservation dans diverses rgions et son influence sest graduellement renforce, de telle sorte quil a fini par tre intgr aux directives oprationnelles de 2005, acqurant ainsi un statut vritablement normatif.

  • 28 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Danse effectue au cours de la Fte du Dragon ivre, un festival folklorique traditionnel et unique clbr par les poissonniers de Macao

    Dclaration de Florence sur le patrimoine

    et le paysage en tant que valeurs humaines

    La Dclaration de Florence sur le patrimoine et le paysage en tant que valeurs humaines a t adopte par la 18e Assemble gnrale de lICOMOS et est le fruit du Symposium scientifique consacr au thme Patrimoine et paysage en tant que valeurs humaines organis cette occasion Florence du 10 au 14 novembre 2014, et auquel ont particip plus de 1650 spcialistes du patrimoine provenant de 94 pays.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 29

    Dveloppement durable grce aux savoirs traditionnelsLes pratiques et les techniques traditionnelles sont des ressources fondamentales pour la gestion du patrimoine culturel, la fois matriel et immatriel. Elles occupent une grande place dans la bote outils de la conservation du patrimoine. Les savoirs traditionnels doivent tre considrs comme un lment fondamental pour des programmes de dveloppement technologiquement quilibrs et novateurs, ainsi que, plus gnralement, pour le dveloppement durable. Dans chaque pays, une telle dmarche renforce la qualit de vie et encourage des techniques rsilientes permettant de faire face aux dfis et aux risques globaux.

    Initiative et responsabilit des communauts en matire de conservation Lavenir du patrimoine culturel rside dans la participation active des communauts dont le patrimoine constitue un lment vital du dveloppement local durable. Cette problmatique couvre plusieurs aspects tels que : engagement commun dans la mise en valeur du patrimoine, approche de bas en haut indispensable dans le cadre dune sauvegarde et dune gestion effectives du patrimoine, association de la conservation du patrimoine et dun dveloppement socio-conomique durable.

    Nouveaux instruments destins la pratique de la conservationToute une gamme de nouveaux instruments est en cours dlaboration en ce qui concerne la pratique de la conservation de la science pure et du dbat thorique aux mthodologies oprationnelles, des phases de test la mise en uvre dans le monde entier. Il est indispensable dencourager les nouvelles technologies susceptibles de promouvoir une croissance culturelle partage, de manire galement faciliter la collaboration pour la standardisation et la simplification des procdures et des instruments.

    En conclusion, il est important de souligner que la Dclaration de Florence sur le patrimoine et le paysage en tant que valeurs humaines a pour ambition de placer la population au centre de la sauvegarde du patrimoine culturel et du paysage. Elle vise prendre en compte la responsabilit et la dimension thique de la sauvegarde de ce patrimoine pour les gnrations futures, tout en soulignant le rle des communauts locales et des biens culturels dans le cadre dun dveloppement durable et harmonieux.

    La dclaration de Florence peut tre tlcharge sur le site Internet de lICOMOS www.icomos.org sous ( propos de lICOMOS > Gouvernance > Assemble gnrale > 18e Assemble gnrale Florence 2014)

    Ce texte important, dont le titre complet est Dclaration des principes et recommandations concernant la valeur culturelle du patrimoine et des paysages en vue de promouvoir des socits dmocratiques et pacifiques , se fonde sur la comprhension des droits des individus et des communauts bnficier du patrimoine culturel, y compris du paysage, droits symtriques leur devoir commun den prserver lauthenticit et la diversit culturelle. La dclaration est destine favoriser une rflexion de fond sur la gestion du patrimoine, sur lthique et les pratiques. Elle sinscrit dans une vision holistique dun dveloppement harmonieux centr sur limportance du patrimoine culturel comme tmoignage de paix et de cohsion. Le patrimoine culturel et le paysage sont fondamentalement indissociables du bien-tre et de lamlioration de la qualit de vie des communauts, ainsi que du renforcement de leur identit.Lobjectif principal du symposium a t de contribuer au dbat et de dfinir des principes, des stratgies, des normes et des pratiques susceptibles de contribuer la reconnaissance des valeurs humaines du patrimoine culturel, ainsi qu la sauvegarde de la diversit culturelle. Il sagit ainsi de placer lhomme au centre du dbat culturel, dans le cadre dun dveloppement durable, harmonieux et interculturel.

    En conclusion des dbats du symposium, la dclaration identifie cinq points principaux, incluant la fois des principes et des recommandations :

    Partage et exprimentation de lidentit commune travers le tourisme et linterprtationCe point recouvre plusieurs aspects importants, tels que la possibilit de responsabiliser et de renforcer lautonomie tant des communauts que des touristes ; il voque des thmes tels que linteraction et la communication culturelles, le dveloppement des connaissances et lvolution des perceptions, ou llaboration de cadres conceptuels pour le dveloppement du patrimoine culturel.

    Le paysage comme habitat culturelLe paysage est reconnu comme faisant partie intgrante du patrimoine, en lien avec les valeurs de la nature et la biodiversit. Il sagit dun lment central de lidentit collective, qui doit tre gr selon une approche holistique et collective. Il existe des lieux dans lesquels des stratgies de dveloppement durable peuvent tre mises en uvre avec succs. La prise de conscience et laction publiques sont indispensables.

  • 30 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Publications

    COMITS NATIONAUXICOMOS Argentine40 Aos - ICOMOS Argentina. (40 annes- ICOMOS Argentine). Delheye, Pedro (ed.) ; Ciudad Autonoma de Buenos Aires, ICOMOS Argentina, 2014. 230 p., illus. ISBN : 978-987-29432-1-9

    Contact et commande : ICOMOS Argentine

    ICOMOS FranceLes biens en srie du Patrimoine mondial : Nouvel enjeu, nouveaux critres. Actes numriques du colloque de Poitiers, France, 17-18 dcembre 2012. Martinot-Lagarde, Jean-Louis (d.) ; Palmi, Isabelle (d.) ; Gottfried, Cdric (d.). Paris, ICOMOS France, mai 2014. 196 p., illus. (Fre)

    E-publication disponible au tlchargement (pas de version papier) : http://france.icomos.org/fr_FR/Formations/Les-publications/Autres-publications/Les-biens-en-serie-du-patrimoine-mondial

    ICOMOS AustralieHistoric Environment, Vol. 26, No. 2 : World Heritage at 40 - The view from Australia. (Le patrimoine mondial 40 ans, le point de vue australien). Winter, Tim (d.). Victoria, Australia, Australia ICOMOS, 2014. 128 p., illus. ISSN : 0726-6715 (Eng)

    Rsum : http://openarchive.icomos.org/1509/Contact : georgia.meros[at]deakin.edu.au

    ICOMOS FinlandeLa conservation du patrimoine construit notre poque : Essaie sur la conservation environnementale / Rakennussuojelu Ajassa : Pohdintoja rakennetun ympristn suojelusta. Kovanen, Kirsti (d.), Ehrstrm, Margaretha (d.), Hyrynen, Maunu (d.), Veps, Marjo (d.), Kivilaakso, Aura (d.).Helsinki, Finnish National Committee of ICOMOS, 2014. 175 p., ill., index. (Mul. : Eng/Fin) ISBN:978-952-67465-3-1

    Dans le cadre du quarantenaire de la Convention du Patrimoine mondial, ce colloque a abord la notion de biens en srie par une approche transversale. une explication pistmologique de la notion de paysage, en Europe et en France, a succd un expos du contexte politique et du cadre administratif de la gestion patrimoniale du territoire. La seconde session sest penche sur des cas dtude de projets et sur limplication des diffrents intervenants dans les biens en sries, les biens ayant rcemment subi une extension, quils soient inscrits et ou en voie de ltre, franais, transfrontaliers ou dans des pays voisins.

    ICOMOS JaponProgress report of Great East Japan Earthquake recovery : Present state of affected cultural heritage. (Rapport davancement de la reprise aprs le Sisme au Japon : Etat actuel du patrimoine culturel affect). Hanazato, Toshikazu (d.), Kariya, Yuga (d.), Yano, Kazuyuki (d.).Tokyo, Japan ICOMOS National Committee / Japan Cultural Heritage Consultancy, 2014. 25 pages : illustrations. (Eng.)

    Ce rapport rsume les projets de restauration entrepris sur

    Cette publication prsente les principes de la restauration, ainsi que des articles mettant en lumire la recherche et diffrentes notions concernant la restauration. La slection de ces articles a t inspire la fois de la recherche finlandaise et des thmatiques mergeantes autour de la restauration et de la conservation des uvres de la fin du XXe sicle. Les auteurs dveloppent la fois thories et applications pratiques.

    Commande auprs dICOMOS Finlande.

    le patrimoine culturel qui a t touch par le tremblement de terre dans la rgion du Grand-Est japonais. Le rapport fait galement mention des mesures de prparation aux risques qui doivent tre mises en place lavenir.

    Contact et commande : ICOMOS Japon

    Sauf mention contraire (vendeur externe), les publications peuvent tre commandes via le Centre de documentation de lICOMOS

    http://www.icomos.org/en/documentation-center

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 31

    CSI de lICOMOS sur la conservation des villes et villages historiques (CIVVIH)The role of the integrated conservation of cultural heritage for a creative, resilient and sustainable city (Rle de la conservation intgre du patrimoine culturel pour une ville crative, rsiliente et soutenable). Actes du colloque ICOMOS-CIVVIH, Naples, septembre 2012. Colletta, Teresa (d.). Milan, FrancoAngeli, 2014. 150 p., illus. (Textes varis en Eng, Fre) ISBN : 978-88-204-5079-3. Commander (20 ) : https://www.francoangeli.it/Ricerca/Scheda_libro.aspx?ID=21422

    ICOMOS SerbieModern Conservation. 2nd issue. (Conservation moderne. 2e dition) ekaric, Branka (ed.). Belgrade, ICOMOS Serbia, 2014. 315 p., illus.ISSN : 2334-9239. Contact : [email protected]

    Le deuxime numro de Conservation moderne contient des chapitres portant sur lhistoire, la thorie, la philosophie de la

    Secrtariat international de lICOMOS Unit du Patrimoine mondialThe Silk Roads : an ICOMOS Thematic Study (Les Routes de la soie : une tude thmatique de lICOMOS). Williams, Tim. Paris, ICOMOS, 2014. 152 p., illus., cartes. (Eng)ISBN : 978-2-918086-12-3. E-publication disponible au tlchargement http://www.icomos.org/images/mediatheque/ICOMOS_WHThematicStudy_SilkRoads_final_lv_201406.pdf

    ICOMOS international (ICOMOS-Allemagne)Patrimoine en pril : Rapport mondial 2011-2013 sur les monuments et les sites en pril Machat, Christoph ; (ed.) Petzet, Michael (ed.) ; Ziesemer, John (ed.). Berlin, hendrik Bler verlag. Berlin 2014ISBN 978-3-930388-24-0E-publication disponible pour tlchargement http://www.icomos.org/images/DOCUMENTS/Publications/HR2011-13final.pdf

    Le Rapport mondial 2011-2013 sur

    Comit consultatif de lICOMOS (ICOMOS Chine)Tangible risks, intangible opportunities : Long-term risk preparedness and responses for threats to cultural heritage.Actes du Symposium scientifique de lICOMOS, 31 octobre 2012, Pkin, Chine. Chabbi, Amel (d.), Jerome, Pamela (d.), Jigyasu, Rohit (d.), Kelley, Stephen J. (d.), Reap, James (d.). Charenton-le-Pont, France, ICOMOS, 2014. 222 p., ill. (Eng)ISBN:978-2-918086-14-7E-publication disponible pour tlchargement sur : http://openarchive.icomos.org/1509/

    ICOMOS Slovnie International legal standards for heritage protection in a period of economic recession and tools for safeguarding protection standards. (Normes juridiques internationales pour la protection du patrimoine en priode de rcession conomique et outils pour les sauvegarder). Stokin, Marko (ed.), Ifko, Sonja (ed.) ; Ljubljana, ICOMOS International Council on Monuments and Sites, Zdruzenje za ohranjanje spomenikov in spmeniskih obmocij, 2014. 77 p., illus. (Publications monographiques de lICOMOS Slovnie ; 01) (Eng)ISBN : 978-961-281-627-8Contact : ICOMOS Slovnie

    COMITS SCIENTIFIQUES INTERNATIONAUX

    INTERNATIONAL

    conservation, la pratique de la conservation, des entretiens et des critiques. Il prsente des cas dtude locaux et internationaux mais galement en point phare une interview de Todor Krestev, expert bulgare de renomme internationale. Les tudes thmatiques constituent une synthse de la recherche

    et des connaissances les plus rcentes dans un domaine prcis. Lobjectif de cette tude est doffrir une analyse des sites qui jalonnent les Routes de la Soie, susceptible dtre utilise comme base danalyse comparative par les tats-parties qui souhaitent proposer des sites en srie pour inscription au Patrimoine mondial des Routes de la Soie.

    le Patrimoine en pril est le dernier volume dune srie de Rapports mondiaux dont le premier a t publi en 2000. Dune approche strictement fonde sur la conservation, cette srie de publications apporte des informations sur les dangers qui menacent notre patrimoine culturel dans le monde entier afin doffrir de laide en cas de risques et de promouvoir des mesures pratiques pour les viter ou du moins les attnuer.

    Le patrimoine culturel est expos de nombreuses catastrophes dcoulant de risques naturels tels que les tremblements de terre, les inondations, les cyclones et, de plus en plus, les risques dorigine humaine, comme les incendies criminels, les conflits arms et les troubles civils. Compte tenu de ces dfis, le symposium du Comit consultatif de lICOMOS Pkin sest propos dvaluer ces risques et de mettre au point des politiques, des stratgies et des techniques de rduction des risques, de rponses durgence et de rcupration en cas de catastrophes.

    Le livre offre un aperu complet du dveloppement intellectuel dans le domaine de la conservation urbaine au XXIe sicle, sur la base de lvolution et du contexte oprationnel de la gestion urbaine, ainsi que du dveloppement des politiques de conservation urbaine et des pratiques locales menes par les experts de lICOMOS.

  • Le Panneau des chevaux, Grotte Chauvet-Pont dArc, Ardche, France, inscrite au patrimoine mondial en 2014

  • Un engagement inbranlable en faveur

    de la protection du patrimoine

  • 34 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Le Qhapaq an - rseau de routes andin - Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, Equateur, Prou - inscrit sur la liste du patrimoine mondial en 2014

    Au service de la Convention

    du patrimoine mondial

    La Convention pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel a t adopte lors de la Confrence gnrale de lUNESCO du 16 novembre 1972. Depuis la premire runion du Comit du patrimoine mondial, lICOMOS a jou un rle significatif en tant quorganisation consultative, dont les missions principales consistent valuer les biens culturels et mixtes proposs pour linscription sur la Liste du patrimoine mondial, effectuer des missions de suivi et tablir des rapports sur ltat de conservation des biens culturels et mixtes du patrimoine mondial, valuer les demandes dassistance internationale au titre du Fonds du patrimoine mondial, effectuer des missions de conseil et des tudes thmatiques, et contribuer aux objectifs de la Stratgie globale.

    Pour plus dinformations sur le mandat de lICOMOS:http://www.icomos.org/en/what-we-do/involvement-in-international-conventions/world-heritage

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 35

    la 38e session du Comit du patrimoine mondial. LICOMOS a galement examin 121 dclarations relatives des biens situs en Europe et en Amrique du Nord.

    38e session du Comit du patrimoine mondial

    La dlgation de lICOMOS la 38e session du Comit du patrimoine mondial (Doha, 15-25 juin 2014) tait compose du Prsident accompagn de reprsentants de lICOMOS, de personnel de lUnit du patrimoine mondial ainsi que de conseillers.

    Rvision des mthodes de lICOMOS concernant lvaluation des candidatures

    En 2014, lICOMOS a initi un processus de rvision de ses mthodes et procdures dvaluation des candidatures la Liste du patrimoine mondial. Tout en poursuivant la mise en uvre des recommandations du rapport 2010, lICOMOS sest fix pour priorit de renforcer le dialogue et la coopration avec les tats parties. Une communication directe avec nos personnels et conseillers devrait permettre de rendre plus intelligibles les recommandations de notre Commission pour le patrimoine mondial, et ainsi aider les tats parties mieux les prendre en compte pour apporter des rponses plus adquates.

    Autres activits

    En 2014, lICOMOS tait prsent plusieurs runions lies au dveloppement de la Stratgie globale, et plus gnralement dautres aspects concernant la mise en uvre de la Convention du patrimoine mondial tels que la runion pour llaboration dun Plan daction rgional pour lAmrique latine et les Carabes (Brasilia, 24-25 avril), et la rvision des listes indicatives de lquateur (Quito, 8-11 septembre) et de la Mongolie (Oulan Bator, 6-7 octobre).

    En ce qui concerne les processus en amont et autres missions de conseil, lICOMOS a assur la mise en uvre des dcisions du Comit du patrimoine mondial, en particulier des projets pilotes visant identifier des possibilits nouvelles et laborer des dossiers de candidature. Des runions ont t organises avec les tats parties concerns et des tudes de faisabilit ont t entreprises pour certains des projets pilotes.

    valuation des candidatures la Liste du patrimoine mondial

    Les 5 et 6 mars 2014, le Groupe de travail du patrimoine mondial de lICOMOS a valu les informations complmentaires fournies par les tats parties et finalis les recommandations pour le Comit du patrimoine mondial relatives aux inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial en 2014. LICOMOS a reu de lUICN des commentaires relatifs 3 demandes dinscription de paysages culturels, qui ont t intgrs dans les rapports dvaluation et pris en compte par lICOMOS dans les recommandations

    Le cycle des valuations pour 2015 a commenc en mars 2014 avec la rception des dossiers de propositions dinscription et le dmarrage du processus de slection des valuateurs et des experts missionnaires, en consultation avec les Comits scientifiques internationaux et les Comits nationaux de lICOMOS. Des missions dvaluation ont t effectues en septembre et octobre 2014.

    La Commission pour le patrimoine mondial de lICOMOS sest runie Paris du 1er au 6 dcembre 2014 afin dexaminer 35 propositions dinscription sur la Liste du patrimoine mondial, incluant 2 propositions dextension de biens du patrimoine mondial. La Commission pour le patrimoine mondial tait compose dexperts de la conservation originaires de 18 pays couvrant lensemble des rgions du monde. Pralablement la tenue des discussions, les membres de la Commission pour le patrimoine mondial ont soumis un examen rigoureux un ensemble de documents comprenant les dossiers de candidature prpars par les tats parties et diverses informations additionnelles, ainsi que les rapports des missions dvaluation de lICOMOS et autres analyses fournies par des experts choisis pour leurs comptences scientifiques eu gard aux sites considrs.

    Rapports sur ltat de conservation

    En 2014, lICOMOS a organis 10 missions de suivi ractif, tabli 55 projets de rapports sur ltat de conservation de biens culturels et mixtes et examin 43 rapports qui ont t prsents la 38e session du Comit du patrimoine mondial. Les rapports sur ltat de conservation ont t discuts lors de deux runions qui se sont tenues au Centre du patrimoine mondial de lUNESCO en mars et avril 2014.

    Dclarations rtrospectives de Valeur universelle exceptionnelle

    LICOMOS a pris part au processus de rvision des dclarations rtrospectives de valeur universelle exceptionnelle, en lien avec le second cycle du rapport priodique. Ce processus est organis selon le calendrier rgional ; 80 dclarations rtrospectives de valeur universelle exceptionnelle en provenance dAmrique latine et des Carabes ont t rvises pour prsentation

  • Apame, Syrie - lun des sites les plus touchs en raison de fouilles illgales, systmatiquement effectues, employant des bulldozers et outils lectroniques pour rechercher des mtaux, ciblant les mosaques. Des fosses de jusqu 20 m de profondeur ont t signales travers le site

    Faire face aux urgences et aux alertes

    SYRIE ET IRAKUne terrible guerre civile fait rage en Syrie depuis 2011. Le groupe extrmiste Daesh, ou soi-disant tat islamique , sest empar de Mossoul et a conquis une partie de lIrak en 2014. La destruction systmatique et dlibre du patrimoine culturel par des groupes fondamentalistes lis Al Qaida stend de Bamyan (Afghanistan) Tombouctou (Mali) et touche dsormais galement, outre la Syrie et lIrak, la Libye, la Tunisie et le Ymen.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 37

    Deuxime protocole de 1999 la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit arm. Prpares avec la participation de lICORP (Comit scientifique de lICOMOS sur la prparation aux risques), les deux tudes comprennent : une comparaison du Deuxime protocole de 1999 et de la Convention pour la protection du patrimoine mondial de 1972, et plus particulirement sur le concept de plus haute importance pour lhumanit en regard de celui de valeur universelle exceptionnelle ; une proposition de clarification du concept de plus haute importance pour lhumanit , pour les patrimoines culturels immobilier comme mobilier, visant dterminer une approche commune ;une proposition de critres dvaluation et dapplication de ce concept sagissant de patrimoine culturel immobilier ;enfin, une proposition destine amliorer le formulaire de demande doctroi de protection renforce pour les biens culturels immobiliers, lusage des tats-Parties. Il sagit de permettre une meilleure apprhension du bien considr, de la planification le concernant (par exemple pour les programmes de gestion, de conservation, de prvention des risques), mais galement de prendre des engagements pour assurer la protection du bien et enfin doffrir une mthode destine guider lvaluation des nominations en vue dune protection renforce.

    Ces rapports ont t prsents par lICOMOS devant le Comit de lUNESCO pour la protection des biens culturels en cas de conflit arm lors de sa 9e runion en dcembre 2014. Les tats parties se sont accords pour dire que les recommandations de lICOMOS devraient servir de base la proposition damendements des Principes directeurs pour lapplication du Deuxime Protocole, auprs du Secrtariat de lUNESCO, en vue dun examen par les membres du Comit lors de sa 10e runion. LICOMOS a t sollicit pour apporter son aide aux rvisions durant la priode 2015-2016.En 2014, lICOMOS a galement poursuivi sa participation au rseau Bouclier bleu prenant part aux runions de Paris et de Rome, les 24 janvier et 16 mai 2014.

    LINITIATIVE VOUS POUVEZ SAUVER LE PATRIMOINE Lanc en septembre 2014 avec des partenaires de projet tels quICOMOS-ICORP (Comit scientifique sur la prparation aux risques), YTU ICUS - (Universit technique de Yildiz, Istanbul, Centre international dtudes urbaines) et GEA SAR - Groupe de recherche et de sauvetage du GEA (Terre-Mre), le projet a pour but de sensibiliser et dveiller les consciences la manire dont les risques peuvent menacer lexistence du patrimoine culturel, et comment les menaces et les dommages qui affectent le patrimoine architectural, peuvent tre attnus par le biais de stratgies pro-actives dans les diffrentes phases de gestion, allant de la prparation et de la rduction des risques au sauvetage et la reconstruction.

    Les activits comprennent divers expositions, confrences, ateliers et publications.

    Groupe de travail de lICOMOS pour la Syrie et lIrak

    Un groupe de travail a t mis en place, dabord de manire informelle en 2012 pour la Syrie, puis de manire plus formelle conscutivement au vote unanime dune rsolution en faveur de la protection du patrimoine culturel en Syrie et en Irak lors de lAssemble gnrale de lICOMOS Florence en novembre 2014. Les membres de ce groupe de travail sont actuellement Kirsti Kovanen, Rohit Jigyasu, Samir Abdulac, Bijan Rouhani, Gaia Jungeblodt et Regina Durighello.

    Ses activits en 2014 : Runion internationale dexperts de lUNESCO Ralliement de la communaut internationale pour sauvegarder le patrimoine culturel syrien organise par lUNESCO (26 - 28 mai 2014). LICOMOS tait reprsent cette runion de 3 jours par Samir Abdulac et Bijan Rouhani. Deux objectifs principaux avaient t fixs : dune part lexamen de la situation prsente en Syrie, assorti de la proposition de rponses concrtes la sauvegarde du patrimoine culturel syrien ; dautre part poser les bases dune future coopration oprationnelle lors de la phase de reconstruction et de rcupration post-conflit.Runion durgence dexperts pour la sauvegarde du patrimoine culturel irakien (17 juillet 2014). Samir Abdulac, Regina Durighello et Bijan Rouhani ont particip cette runion durgence dexperts organise par le bureau irakien de lUNESCO en troite coopration avec le Centre du patrimoine mondial de lUNESCO. Participaient galement cette runion des reprsentants du ministre irakien du Tourisme et des Antiquits, du ministre irakien de la Culture, de la Dlgation permanente de lIrak auprs de lUNESCO, dINTERPOL, de lICCROM, de lICOM et de lIFLA. LICOMOS, partenaire du projet UE-UNESCO de Sauvegarde durgence du patrimoine culturel syrien . En octobre 2014, lICOMOS a sign un accord-cadre de coopration avec lUNESCO et lICCROM pour la sauvegarde durgence du patrimoine culturel syrien.Participation de lICOMOS la formation consacre l Aide durgence au patrimoine bti de Syrie . Cette formation tait organise conjointement par lUNESCO, le Centre de conservation rgional de lICCROM-ATHAR et le Centre rgional arabe pour le patrimoine mondial de Bahrain (ARC-WH), dans le cadre du projet UE-UNESCO de Sauvegarde durgence du patrimoine culturel syrien. Le stage, qui comprenait plusieurs visites sur le terrain de sites archologiques et culturels majeurs sur le territoire libanais, a eu lieu du 24 novembre au 6 dcembre 2014 au bureau de lUNESCO de Beyrouth. Deux membres du Comit scientifique international de lICOMOS pour la prparation aux risques, Rohit Jigyasu et Bijan Rouhani, figuraient au nombre des formateurs.

    CONVENTION DE LA HAYE DE 1954LICOMOS a t mandat par lUNESCO pour la prparation de deux rapports sur lvaluation des biens culturels immobiliers soumis pour protection renforce, au titre du

  • 38 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    ALERTES PATRIMOINE

    Les rseaux publics et professionnels de lICOMOS interviennent dans la procdure dAlerte patrimoine destine promouvoir la conservation du patrimoine culturel et attirer lattention sur les menaces qui psent sur lui, mais aussi pour promouvoir de bonnes solutions de conservation.

    Ville historique de Bucarest RoumanieLICOMOS a exprim, par la voix du CIVVIH (CSI sur les villes et villages historiques) et de son Comit national roumain, sa profonde proccupation quant la sauvegarde du patrimoine de la ville historique de Bucarest dans une lettre date du 18 avril 2014, adresse aux plus hautes autorits du gouvernement roumain, au ministre roumain de la Culture, et ladministration de la ville de Bucarest. Inquiet de la dgradation du patrimoine architectural et culturel de Bucarest, occasionne par les dmolitions, ltat dabandon de btiments historiques, le dveloppement urbain inconsidr et la prise de mesures de rhabilitation inappropries, lICOMOS a appel les autorits roumaines, entre autres mesures, faire cesser de telles dmolitions et destructions, et offert son aide pour le dveloppement de stratgies locales destines la prservation du patrimoine architectural de Bucarest, fondes sur un dveloppement conomique et social durable et une stratgie de conservation intgre. Cette aide pourrait galement tre apporte dans des cas denjeux techniques dlicats, ou lorsque des contraintes durbanisation problmatiques menaceraient le patrimoine bti.

    Tour de Shukhov, Moscou RussieLICOMOS a exprim en mars 2014, par la voix de deux de ses Comits scientifiques internationaux - lISC20C (Patrimoine du XXe sicle) et lISCARSAH (Analyse et restauration des structures du patrimoine architectural), son inquitude devant la situation alarmante pour lavenir de la Tour de Radio Shukhov, conue par Vladimir Shukhov en 1919-1922 Moscou, Russie. Cette structure unique, chef-duvre du XXe sicle clbre dans le monde entier et illustrant les talents de larchitecture et de lingnierie russes, se voit cependant menace dtre mise en pices et de disparatre. Des lettres ont t envoyes son Exc. Vladimir Poutine, prsident de la Fdration de Russie, demandant que les autorits prennent des mesures immdiates pour prvenir dautres ngligences et le maintien en ltat de ce prcieux tmoin de la Russie du XXe sicle.

    Palacio Bellas Artes, Saint-Sbastien/Donostia EspagneCe Cinma des beaux-arts, dont on a clbr le centenaire le 12 septembre 2014, tait menac par un projet de redveloppement inadquat. Grce aux inquitudes exprimes par lICOMOS par la voix de lISC20C (CSI sur le patrimoine du XXe sicle) et les courriers adresss au gouvernement basque ainsi qu la municipalit de Saint-Sbastien demandant instamment que le btiment soit trait avec soin en gardant intactes son intgrit et son authenticit. Et suite laction conjointe de la socit civile une Alerte patrimoniale a pu tre vite. Le directeur gnral du gouvernement basque a finalement annonc que le Palacio Bellas Artes serait protg en tant que Bien de Interes Cultural, niveau de protection le plus lev en Espagne.

    Dclaration du Bouclier bleu UkraineLe rseau du Bouclier bleu, dont lICOMOS est lun des membres fondateurs, a publi en fvrier 2014, en relation avec ICOMOS Ukraine et le Comit ukrainien du Bouclier bleu prsid par le prsident dICOMOS Ukraine, Mykola Yakovyna, une dclaration faisant tat de sa profonde inquitude pour la protection et la sauvegarde de linestimable patrimoine historique et culturel ukrainien, aussi bien pour les institutions qui les abritent que les hommes qui en prennent en soin devant le conflit civil qui branle le pays. Cette dclaration a t suivie en novembre 2014 par une rsolution de la 18e Assemble gnrale de lICOMOS relative la situation du patrimoine culturel de Crime et dUkraine orientale.

    RSOLUTIONS DE LA 18E ASSEMBLE GNRALEEn complment des lments ci-dessus, la 18e Assemble gnrale de lICOMOS a galement pris des rsolutions concernant : la sauvegarde du patrimoine culturel en Syrie et en Irak ; lInternationales Congress Centrum Berlin (ICC Berlin) ; la conservation du patrimoine de lAvant-Garde russe ; la conservation et la gestion des sites du patrimoine mondial de Valparaso et de Chilo ; la conservation du paysage culturel de la pninsule de Burrup dans larchipel Dampier ; le sauvetage du paysage minier de Roia Montan et la promotion dun modle de dveloppement durable ; le sauvetage du site du patrimoine mondial de Machu Picchu ; le rtablissement de la place Mayo, dans le centre historique de Lima, Prou ; le site historique du jardin national dAthnes, Grce ; le monument de Rizal, Manille, Philippines ; lautoroute Camino de Santiago : une menace pour le bien du patrimoine mondial de la Route de Saint-Jacques de Compostelle ; le cadre lgislatif pour la protection du patrimoine culturel urbain du Prou ; et enfin la protection du patrimoine culturel urbain de Moldavie.

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 39

    Une action conjointe de lICOMOS et de la socit civile locale couronne de succs : la sauvegarde du Palacio Bellas Artes, San Sebatian/Donista - Espagne

  • Laile du btiment occup par lICOMOS sur le site de Mdiathque de lArchitecture et du Patrimoine

  • Une organisation renforce

  • Nouveaux locaux pour le Secrtariat

    international

    En mai 2014, le Secrtariat international a dmnag de ses bureaux de la rue de la Fdration vers ses nouveaux locaux Charenton-le-Pont. Toute lquipe du Secrtariat international a travaill dur pour que ce dmnagement affecte le moins possible la bonne marche des services un moment crucial du calendrier du patrimoine mondial, et dans la priode prparatoire de notre Assemble gnrale triennale.

    Lintrieur et lextrieur de la faade principale de la Mdiathque de lArchitecture et du Patrimoine, rhabilite par Pierre Louis Faloci

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 43

    Nous sommes dsormais logs dans laile dun btiment historique appartenant au Ministre franais de la culture et de la communication, rhabilit pour le compte de la Mdiathque de lArchitecture et du Patrimoine par Pierre-Louis Faloci, architecte franais qui fut pralablement charg, entre autres, de la rhabilitation du muse Rodin. Situs 10 minutes de mtro peine de la place de la Bastille, les nouveaux bureaux sont aisment accessibles depuis le centre de Paris.

    La Mdiathque est charge de la collecte, de ltude, de linventaire, de la conservation et de la mise disposition des ressources documentaires de la Direction gnrale franaise du patrimoine. Elle abrite des documents remontant la naissance du Service franais des monuments historiques - parmi lesquels, notamment, les archives dEugne Viollet-le-Duc - ainsi que lensemble des dossiers relatifs aux btiments depuis leur date dinscription (archives, cartes, photographies, livres et priodiques).

    La synergie du Centre de documentation de lICOMOS avec la Mdiathque est vidente - la salle de lecture ultra-moderne de cette dernire sera dailleurs la disposition de nos visiteurs pour la consultation des documents de lICOMOS.

    Outre lICOMOS, dautres organisation franaises ddies au patrimoine sont hberges sur le mme site, ce jour la Donation Lartigue et le Laboratoire danthropologie et dhistoire de linstitution de la culture (LAHIC).

    De plus, un auditorium et divers espaces de runion sont la disposition tant des comits de lICOMOS que de son Secrtariat international, ressource de choix pour se rencontrer et organiser des manifestations, tout en nous permettant de conduire dans les meilleures conditions de confort les runions de travail ncessaires laccomplissement de notre mission de conseil et dvaluation dans le cadre de la Convention du patrimoine mondial.

    Vous y serez les bienvenus lorsque vous viendrez nous rendre visite Paris !

  • 44 Rapport annuel 2014 de lICOMOS

    Amendement des statuts

    Les statuts de lICOMOS ont t adopts en 1965 et amends une seule fois en 1978. Cependant, lICOMOS a volu de manire significative depuis 1978 et le monde dans lequel il agit a lui aussi chang.Par sa rsolution 17GA 2011/10, la 17e Assemble gnrale a cr un groupe de travail afin que des amendements aux statuts de lICOMOS et des propositions de rglement intrieur soient soumis pour adoption la 18e Assemble gnrale, en 2014.Le groupe de travail sur la rvision des statuts, ainsi que les membres dsigns par le Comit excutif, ont form le groupe de travail consolid , co-prsid par les prcdents Secrtaires gnraux Bndicte Selfslagh et Dinu Bumbaru.

    Ces amendements ont t labors au terme dun processus de consultation extensif, transparent et document de trois ans au cours duquel les suggestions des membres et des instances de lICOMOS ont t prises en compte et des juristes consults. LAssemble gnrale runie Florence, en novembre 2014, a adopt la majorit statutaire aux 2/3 la proposition soumise conjointement par le groupe de travail consolid et le Comit excutif, en y apportant des modifications mineures qui prenaient en compte les recommandations du Comit consultatif au stade de la dernire version de travail du projet.

    Les nouveaux statuts sont entrs en vigueur le 1er janvier 2015. Par la suite, selon un agenda tabli au cours de la 18e Assemble gnrale, lensemble des points du rglement intrieur seront labors en vue de leur adoption par lAssemble gnrale de 2017.

    Les nouveaux statuts refltent les normes et pratiques actuelles sans modifier la structure de lassociation ; ils clarifient la gouvernance et offrent de nouvelles pistes pour lamlioration de la situation financire.

    Les principaux changements sont les suivants : la reconnaissance de la dimension immatrielle du patrimoine culturel, le respect des principes thiques de lICOMOS, partie intgrante des conditions dadhsion des membres, ladoption dune politique sur la diversit culturelle et le multilinguisme afin de favoriser lutilisation de plus de langues, la mise en place dune nouvelle catgorie de membres, constitue des jeunes, lextension du droit de vote aux membres individuels mme sil nexiste pas de Comit national dans leur pays,une meilleure transparence dans le domaine des finances et des comptes-rendus.

    Dautres changements concernent : la possibilit de crer des Comits transnationaux, linstitution des affilis comme catgorie de membres, la reconnaissance du Conseil scientifique, la clarification des rles des organes statutaires et des membres lus, une pondration des votes qui tient mieux compte du nombre de membres, et enfin lorganisation dune Assemble gnrale annuelle conjointement avec les runions annuelles du Comit consultatif (dsormais appel Conseil consultatif) en vue dadopter les comptes et le budget.

    Les nouveaux statuts de lICOMOS ainsi que lensemble de la documentation relative au processus damendement sont disponibles sur le site de lICOMOS (partie rserve aux membres) ladresse suivante : http://www.icomos.org/fr/a-propos-de-licomos/mission-et-vision/statuts-et-politique

    Dbats en sance plnire lors de la 18e Assemble gnrale

  • Rapport annuel 2014 de lICOMOS 45

    Quelle est la relation des principes thiques avec les statuts ainsi quavec les textes doctrinaux et autres politiques de lICOMOS ?Les nouveaux statuts de lICOMOS font expressment rfrence aux principes thiques dans le prambule et le premier paragraphe de larticle 6 sur les droits et devoirs des membres. Les principes thiques prcisent que les membres doivent respecter les statuts de lICOMOS, ceux de leur Comit national et le rglement de leur Comit scientifique international (article 6-f-1), les membres adhrent aux principes thiques en devenant membre et en renouvelant leur adhsion (article 1-b). Les membres de lICOMOS ont lobligation de prendre connaissance des textes doctrinaux de lICOMOS. Les dispositions thiques incluses dans les documents tels que les Principes dapplication du mandat de lICOMOS pour le patrimoine mondial et dautres politiques ont t intgres dans les nouveaux principes thiques.

    Comment distinguer le caractre obligatoire ou non des dispositions ?Les principes thiques de lICOMOS tablissent des normes thiques dans nos propres domaines dexpertise et contiennent la fois des principes et des rgles. La formulation permet didentifier clairement les dispositions qui ont un caractre contraignant.

    Quel est le rle des Comits nationaux et scientifiques internationaux par rapport aux principes thiques ? Le rle des Comits nationaux et scientifiques internationaux par rapport la diffusion et mise en uvre des principes a t renforc (article 7-a). Les Comits sont invits sensibiliser leurs membres aux principes thiques et assurer la traduction de ces principes dans le plus grand nombre de langues possible.

    La 18e Assemble gnrale runie Florence en novembre 2014 a adopt par acclamation les principes thiques proposs par le groupe de travail con