Caract eristiques et fonctions du r ecit radiophonique .finalit© double : ... au Chevalier...

download Caract eristiques et fonctions du r ecit radiophonique .finalit© double : ... au Chevalier d’Eon

of 19

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Caract eristiques et fonctions du r ecit radiophonique .finalit© double : ... au Chevalier...

  • Caracteristiques et fonctions du recit radiophonique

    daffaire judiciaire : Cafe Crime

    Severine Equoy Hutin

    To cite this version:

    Severine Equoy Hutin. Caracteristiques et fonctions du recit radiophonique daffaire judiciaire: Cafe Crime. Communication presentee a loccasion du Colloque Radio et narration:reenchantement?, organise p.. 2010.

    HAL Id: halshs-00649963

    https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00649963

    Submitted on 9 Dec 2011

    HAL is a multi-disciplinary open accessarchive for the deposit and dissemination of sci-entific research documents, whether they are pub-lished or not. The documents may come fromteaching and research institutions in France orabroad, or from public or private research centers.

    Larchive ouverte pluridisciplinaire HAL, estdestinee au depot et a la diffusion de documentsscientifiques de niveau recherche, publies ou non,emanant des etablissements denseignement et derecherche francais ou etrangers, des laboratoirespublics ou prives.

    https://hal.archives-ouvertes.frhttps://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00649963

  • Caractristiques et fonctions du rcit radiophonique daffaire judiciaire : Caf Crime (Europe 1) Par Sverine Equoy Hutin (LASELDI, Universit de Franche Comt) Introduction Le fait divers prend une place importante dans les medias : ceux-ci sattardent volontiers sur cette matire intressante parce quattractive pour un vaste public, que tous cherchent capter en inventant mille et une faons de transmettre ces rcits. (Dubied et Lits 1999 : 43). Selon la nature du support mdiatique et selon le traitement qui lui est accord, le fait divers semble en effet trouver, dans chacune de ses modulations mdiatiques, une nouvelle manire de spanouir (Ibid. : 44) : cette transmdiaticit suppose donc une mise en rcit spcifique pour chaque media. Ainsi, dans la perspective de lessor que connat le narratif radiophonique, il sagit ici de sinterroger sur le rcit radiophonique de fait divers et daffaires criminelles. Lanalyse et la rflexion qui vont tre menes prennent pour objet danalyse une mission quotidienne consacre aux grandes affaires criminelles et judiciaires : lmission Caf Crime prsente par Jacques Pradel et diffuse sur la station Europe 1, station hertzienne de grande coute, recourt en effet systmatiquement un rcit de laffaire qui fait lobjet de lmission du jour. Lobjectif de la prsente tude est de montrer que le rcit radiophonique de fait divers repose sur une mise en scne spcifique de linformation dune part et sur diffrents degrs et modalits dintrusion du narrateur et de sollicitation de lauditeur. Cette communication se situe dans le cadre de lanalyse du discours : elle prend appui sur lide que tout discours est motiv par une finalit communicationnelle qui vise atteindre lautre, et pour la ralisation de laquelle le sujet procde telle ou telle organisation discursive selon la situation de communication dans laquelle il se trouve (Charaudeau 1994 : 24). Ainsi, le contrat de communication mdiatique se caractrise par une finalit double : une finalit thique de transmission dinformations [] ; une finalit commerciale de conqute du plus grand nombre de lecteurs, auditeurs, tlspectateurs (2006 : 31-32). Il manifeste donc une tension entre la vise dinformation et la vise de captation. Partant du principe que le rcit nest pas une simple transmission de savoirs, dinformations ou de connaissances positives (Bhler 1988 : 11), cette analyse se donne pour objectif danalyser le fonctionnement narratif rcurrent de ce rcit en tenant compte de la nature du contrat de communication mdiatique mais galement du contexte de diffusion, des contraintes imposes par le medium et de lhyperstructure de lmission qui y recourt. Elle propose dexaminer les modalits par le biais desquelles le rcit radiophonique de fait divers

  • rpond la double finalit qui anime le contrat mdiatique et notamment les stratgies utilises pour alimenter et stimuler lattention de lauditeur. Le propos dvelopp ici sorganise en trois parties. La premire partie propose une prsentation de lmission Caf Crime . La deuxime partie dveloppe une analyse du rcit consacr laffaire Jacques Viguier : travers lanalyse de quelques stratgies rcurrentes utilises dans ce rcit, il sagit de montrer que lauditeur nest pas simplement invit couter mais quil devient un tmoin, acteur voire co-narrateur des vnements raconts. Enfin, la troisime partie resitue le rcit dans lhyperstructure de lmission dans la perspective de mettre en vidence les interrelations entre le rcit et les contraintes pragmatiques et structurelles imposes par le support radiophonique.

    I. Lmission radiophonique Caf Crime

    I.1. Objectifs de lmission Caf Crime est une mission radiophonique en direct prsente par Jacques Pradel et diffuse quotidiennement de aot 2008 Aot 2010 sur la station Europe 1. Elle raconte et analyse les grands faits divers judiciaires que la France a connus ou pour lesquels les mdias franais se sont passionns. Il peut sagir daffaires contemporaines comme les disparues de lYonne, laffaire Fourniret, laffaire Marc Dutroux ou plus anciennes consacres par exemple au Chevalier dEon ou Charlotte Corday. Lmission affiche lambition de sen tenir la vrit judiciaire dans un souci de fidlit et de neutralit que lanimateur ne manque pas de rappeler dans ses missions. Caf Crime entend clairer les zones dombres de ces affaires. Le contrat de communication qui stablit entre lanimateur de lmission et lauditeur repose sur une vise informative voire hermneutique en ce sens quil sagit de dpasser linformation telle quelle peut tre livre dans un journal tlvis, dans la presse ou un bulletin dinformation radiophonique et de mieux faire comprendre des faits rels ; mais galement sur une vise de captation puisquil sagit dattirer lattention de lauditeur et, lchelle de la station, de le fidliser

    I.2. La matire de lmission : le fait divers et les grandes affaires criminelles Comme lintroduction de cette contribution la soulign, la matire de lmission, le fait divers, fait lobjet dun attrait particulier de la part des mdias. Mme sil ne faut pas gnraliser, le fait divers a souvent t domin par des thmatiques criminelles (Dubieds et Lits, 1999 : 52). Globalement, celui-ci repose sur un renversement ou la perturbation dune normalit : il sagit dun trouble de lordre, une rupture dans le droulement quotidien (Dubied et Lits, 1999 : 53) qui interpelle en tant quelle saisit des protagonistes ordinaires dans leur vie de tous les jours, ce qui, du point de vue de la rception, facilite lidentification et une rponse motionnelle (Ibid : 59). Le fait divers ne requiert donc aucune comptence particulire, ni aucune connaissance spcifique, except peut-tre dans le cas daffaires financires ou criminelles complexes, mais celles-ci sont rarement traites comme des faits divers. Dans ce cas de figure, le rcit synthtique peut permettre la construction dune vision densemble et occuper ainsi une fonction plus communicationnelle : le rcit peut permettre de traduire dans un langage accessible une affaire financire comme laffaire Madoff (Caf Crime, mission du 26 mai 2010) ou offrir une vision synthtique de la complexe et encore non lucide affaire Grgory (Caf Crime, mission du 15 octobre 2009). Le fait divers constitue donc demble un terreau favorable la captation de lauditeur. La nouvelle qui va

  • faire lobjet de lmission va tre prsente comme tant digne dintrt (Ibid.). Elle va donc faire lobjet dun grossissement (Charaudeau, 2002 : 36) ou procd de focalisation (Ibid.) qui va remplir cette fonction auprs de lauditeur. Et cest prcisment la faon dont le journaliste va prsenter les vnements travers son rcit pour attirer lattention de lauditeur dans le cadre de la spcificit et des contraintes du support radiophonique qui fait lobjet de cette tude.

    I.3. Structure de lmission Lmission Caf Crime a t diffuse jusquen aout 2010, du lundi au vendredi de 13H30 15H00. Elle se structure systmatiquement en 2 temps : la premire partie dune dure de 30 minutes est consacre au rcit de laffaire qui fait lobjet de lmission du jour et la seconde qui stend sur environ 55 minutes est ddie la partie magazine de lmission et un dialogue avec l/les invit/s (avocat, enquteur, juge, protagonistes) qui vient/viennent commenter laffaire ou largir le dbat. Le rcit qui constitue la premire partie de lmission est un rcit crit et lu par lanimateur. Il est prcd dune introduction gnrale qui prsente trs succinctement laffaire en oprant, si ncessaire un lien avec lactualit contemporaine (la tenue rcente dun procs, des rvlations de protagonistes, la sortie dun ouvrage consacr laffaire).

    I.4. Figure de lanimateur Jacques Pradel Lanimateur, Jacques Pradel, qui est galement le narrateur du rcit, est un animateur bien connu en France et notamment pour sa passion des faits divers : depuis une vingtaine dannes, il a prsent plusieurs missions tlvisuelles et radiophoniques consacres aux affaires judiciaires et criminelles. Accus, lorsquil tait en contrat avec TF1 dans les annes 90, de prsenter des missions racoleuses, manipulatrices et truques, il a quitt la tlvision pour revenir la radio, quil avait quitt quelques annes plus tt. Jacques Pradel a publi un ouvrage sur les disparues de lYonne et plusieurs recueils de rcits de faits divers extrait de lmission Caf Crime . Charaudeau rappelle que, dans le contrat mdiatique, le sujet qui informe est lgitim par avance (2006 : 36). Et lexprience mdiatique et surtout radiophonique de Jacques Pradel dans le domaine du fait divers et des affaires criminelles le constitue en autorit lgitime (Fenoglio, 1994 : 64). Cette position est renforce par le fait que celui-ci fasse intervenir dans la partie Magazine de son mission des journalistes spcialiss, des enquteurs, danciens magistrats, avocats de laccusation ou de la dfense