Un peu de tenue quand la mort menace. Georges Bataille et ...f. · PDF fileGeorges Bataille et...

Click here to load reader

  • date post

    03-Apr-2018
  • Category

    Documents

  • view

    220
  • download

    6

Embed Size (px)

Transcript of Un peu de tenue quand la mort menace. Georges Bataille et ...f. · PDF fileGeorges Bataille et...

  • Un peu de tenue quand la mort menace.

    Georges Bataille et le Collge de Sociologie.

    Lorsque Nietzsche, entre 1920 et 1923, tire progressivement, mais dfinitivement, Georges

    Bataille des ornires dun catholicisme fervent o la premire guerre mondiale et la tragdie

    paternelle lavaient prcipit, cest pour celui-ci non seulement la dcouverte du nant

    fondamental et angoissant dont procde lhomme, mais simultanment toute vellit

    communautaire qui vole en clats, au nom dsormais du seul gnie individuel de ltre. A

    commencer dailleurs par le sien, dont Nietzsche la vite persuad1. Il ny a ds lors pour

    Bataille dautre communaut pensable, dautre communaut possible quune communaut

    forge linstar de la communaut idaliste et mensongre de lglise, communaut

    dpersonnalisante, alinante et sourde la vrit pulsionnelle du corps. Nouvelle vertu

    cardinale, cette facult dtre autre et seul de son parti dont parle Nietzsche2.

    De sorte quaprs tant dentreprises collectives refuses (le surralisme3) ou dlibrment

    perverties (Documents4 puis La Critique sociale5), Georges Bataille doit attendre octobre

    1 Il me semble aujourdhui devoir dire : ceux qui [lisent Nietzsche] ou ladmirent ou le bafouent []. Sauf moi ? (je simplifie). [] Cette totale libration du possible humain quil a dfinie, de tous les possibles est le seul sans doute quon nait pas tent (je me rpte : en simplifiant, sauf moi ( ?)) , Georges Bataille, Sur Nietzsche, volont de chance (1944), OC VI, Gallimard, 1973, p. 13. 2 Friedrich Nietzsche, Dithyrambes de Dionysos, cit daprs Michel Onfray, La Sagesse tragique. Du bon usage de Nietzsche, Biblio essais, Le Livre de Poche, 2006, p. 172. 3 Sur la rencontre Bataille-Breton dbut 1925, et le refus du premier dentrer dans la communaut surraliste du second, voir Frdric Aribit, Georges Bataille, Andr Breton : de la grenouille et du buf surraliste en 1925 , Colloque Des autres soi-mme les voies du retour (Ecriture et pratiques discursives), 23-24 mai 2008, Universit de Bacau, Roumanie, 2008 (actes paratre). 4 Fonde sur les cendres dArthuse, la revue Documents (1929-1930) connat une brve mais dcisive existence. Aprs quinze numros peine, Bataille, secrtaire gnral ( une sorte de direction dguise , selon Surya), est cart du comit de rdaction, avant que la revue ne priclite bientt. Deux tendances sy opposent demble, les scientifiques (Babelon, dEspzel) et les artistes , Bataille entranant dans cette seconde faction avec lui les premiers transfuges du surralisme (Leiris, Limbour, Desnos, Vitrac). [Entre] les plus suspects et les moins prvisibles parmi les jeunes crivains contemporains et ceux quil convient de qualifier de conservateurs parmi les personnalits du comit de rdaction sengagea un trange bras de fer dont il nest pas sr que ces derniers comprissent la raison dtre et dont les diteurs eurent plus dune fois loccasion de se plaindre , observe Michel Surya, qui ajoute qu [il] ne fait pas de doute que, patiemment, obstinment, [Bataille] conut Documents comme une machine de guerre contre le surralisme ; comme une position avance sur ses terres

  • 2

    1935 et Contre-Attaque pour sessayer enfin, pour la premire fois, une communaut

    paradoxale , susceptible de trouver dans les thories sociales formules ici ou l6, et

    notamment sous le nom d htrologie 7, son propre ciment.

    Rappelons-en (trop) brivement les principes : lide, qui entremle des considrations qui

    doivent indiffremment Freud, lethnologie (Durkheim, Mauss), Marx, sarticule

    autour de lantagonisme utilit / inutilit , appliqu lobservation la plus large de la

    socit humaine, o elle distingue entre principes daccumulation et principes de dpense. Il

    est dusage de confrer une valeur dutilit aux premiers (production, acquisition et

    conservation) et dinutilit aux seconds (gaspillage dargent ou de temps, dbauche,

    jeu) : cest ce constat que Bataille dmolit, en suggrant qu une socit puisse avoir []

    intrt des pertes considrables, des catastrophes qui provoquent, conformment des

    besoins dfinis, des dpressions tumultueuses, des crises dangoisse et, en dernire analyse,

    un certain tat orgiaque 8. Pour dmontrer la ncessit de linutile (sa fonction sociale),

    Bataille sappuie sur une observation phnomnologique qui inscrit dans un jeu danalogie,

    diffrents domaines de lexprience humaine, pareillement rgis par la vrit de la dpense,

    dpense inutile, dpense improductive (des bijoux, dont la valeur symbolique est dautant

    quun un rallieraient ses dissidents . Voir Michel Surya, Georges Bataille, la mort luvre, Gallimard, 1992, pp. 148-150. 5 En 1931, la rencontre de Boris Souvarine et de Jean Bernier entrane la cration de cette revue marxiste en marge du stalinisme (et donc du parti communiste) et du trotskisme. La Critique sociale offrira une tribune aux rflexions menes au sein du Cercle communiste dmocratique, fond ds juin 1930 par refonte de lancien Cercle Marx-Lnine, et dont Maurice Nadeau affirme quelle est lorgane officieux . Voir Maurice Nadeau, Prface Anne Roche (sous la direction de), Boris Souvarine et La Critique sociale, ditions La Dcouverte, 1990, p. 8. Bataille, bien quassez isol au sein didologues et dconomistes, y participe cependant activement, signant pas moins de vingt contributions entre octobre 1931 et mars 1934. Parmi les autres collaborateurs, citons Baron, Queneau et Leiris, mais aussi les philosophes Simone Weil ou Jean Piel. On y trouve galement Colette Peignot, dite Laure. Lclectisme idologique de la revue se complique ainsi de questions personnelles toujours susceptibles de dgnrer en conflits. 6 Voir notamment Georges Bataille, La notion de dpense (La Critique sociale n7, janvier 1933), La structure psychologique du fascisme (La Critique sociale n10 et 11, novembre 1933, mars 1934), OC I, Gallimard, 1970 ainsi que La valeur dusage de D.A.F. de Sade, Dossier de la polmique avec Andr Breton , OC II, Gallimard, 1970. 7 Ou pas. Francis Marmande a relev la constellation terminologique qui dcline dans luvre de Bataille cette mme recherche, comme cest dailleurs le cas pour chacune des notions fondamentales chez lui. Ainsi, pour le mot htrologie : agiologie , scatologie , htrodoxie , athologie Voir Francis Marmande, Georges Bataille politique, Presses Universitaires de Lyon, 1985, pp. 114-115. 8 Georges Bataille, La notion de dpense (La Critique sociale n7, janvier 1933), OC I, Gallimard, 1970, p. 303.

  • 3

    plus grande quon leur a sacrifi inutilement une somme plus importante, jusquaux

    excrments, au sacrifice religieux menant la mort, la posie, cette cration au moyen de

    la perte 9). Donne leur sens profond, toutes ces formes de dpense, lconomie du potlatch,

    cette forme archaque de lchange identifie par Mauss, et qui consiste en un don

    considrable de richesses offertes ostensiblement dans le but dhumilier, de dfier et dobliger

    un rival 10 (ce don peut, en pratique, se traduire par une destruction dlibre de ses propres

    richesses, une dpense somptuaire engage pour la collectivit par exemple). Le pouvoir nest

    ainsi plus attach lacquisition et la conservation, mais la propension la perte,

    socialement fonctionnelle. De l, donc, limpratif rvolutionnaire selon Bataille, condition

    de lentendre cependant avec tout ce qui le distingue de son expression marxiste, notamment

    si la rvolution, loin dtre le moyen de la libration humaine, en est bien selon lui le seul et

    unique terme11. Bataille est en effet prt avec Marx admettre la ncessit historique dune

    telle libration, mais il refuse tout idalisme qui finalement dissiperait limpratif de la

    destruction et de toutes les dynamiques mises jour par lhtrologie12.

    Bref, la rvolution doit momentanment mettre les puissances excrtoires du proltariat au

    service de la libration sociale, pour conduire vers une communaut politique capable de

    garantir en toute lucidit ces mmes puissances, parce quelles nauront absolument pas

    disparu du fait de leur vrit inhrente la condition humaine, des phases dpanchement. De

    cela, et juste avant les expriences dAcphale et du Collge de Sociologie, Contre-Attaque

    9 Ibid. Perte du sens, de lordre, du langage 10 Ibid., p. 309. Bataille sappuie sur larticle de Marcel Mauss, Essai sur le don, forme archaque de lchange , paru dans Anne sociologique en 1925. 11 Bataille nhsite pas affirmer dailleurs que la rvolution est un mouvement impossible contenir et diriger vers un but limit , Ibid., p. 320. 12 Il est donc selon lui ncessaire denvisager deux phases distinctes dans lmancipation humaine : dabord une phase rvolutionnaire proprement parler, qui ne se terminera que par le triomphe mondial du socialisme , offrant une sorte de voie dcoulement aux puissances dexcrtion de la masse ; ensuite une phase post-rvolutionnaire, qui implique la ncessit dune scission entre lorganisation politique et conomique de la socit dune part et dautre part une organisation antireligieuse et asociale ayant pour but la participation orgiaque aux diffrentes formes de la destruction , Georges Bataille, La valeur dusage de D.A.F. de Sade, Dossier de la polmique avec Andr Breton , OC II, Gallimard, 1970, p. 68. Signalons que ce partage ne fait en un sens que donner une large dimension politique la manire schizophrnique dont Bataille mne au mme moment sa propre vie, entre une face diurne de fonctionnaire courtois et discret et une face nocturne de dbauch