Traité de sociologie générale - va. - Traité... · PDF...

Click here to load reader

  • date post

    21-Nov-2018
  • Category

    Documents

  • view

    218
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Traité de sociologie générale - va. - Traité... · PDF...

  • Vilfredo PARETO (1848-1923)

    (1917)

    Traitde sociologie gnrale

    Chapitre XII

    dition franaise par Pierre Boven revue par lauteur.Traduit de lItalien.

    Un document produit en version numrique par Mme Marcelle Bergeron, bnvoleProfesseure la retraite de lcole Dominique-Racine de Chicoutimi, Qubec

    et collaboratrice bnvoleCourriel: mailto:mabergeron@videotron.ca

    Site web: http://www.geocities.com/areqchicoutimi_valin

    Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales"dirige et fonde par Jean-Marie Tremblay,

    professeur de sociologie au Cgep de ChicoutimiSite web: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

    Une collection dveloppe en collaboration avec la BibliothquePaul-mile-Boulet de l'Universit du Qubec ChicoutimiSite web: http://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm

  • Vilfredo Pareto, Trait de sociologie gnrale (1917) : chapitre XII 2

    Un document produit en version numrique par Mme Marcelle Bergeron, bnvole,professeure la retraie de lcole Dominique-Racine de Chicoutimi, Qubeccourriel: mailto:mabergeron@videotron.casite web: http://www.geocities.com/areqchicoutimi_valin

    partir de :

    Vilfredo Pareto (1917)

    Trait de sociologie gnrale.

    dition franaise par Pierre Boven, 1917Traduit de lItalien.

    Chapitre XII (pp. 1306 1600)

    Une dition lectronique ralise du livre de Vilfredo Pareto, Trait de sociologie gnrale.dition franaise par Pierre Boven. Traduit de lItalien. 1re dition, 1917. Paris - Genve :Librairie Droz, 3e tirage franais, 1968, 1 volume, 1818 pages. Collection : Travaux de droit,dconomie, de sociologie et de sciences politiques, no 65.

    Polices de caractres utilise :

    Pour le texte: Times, 12 points.Pour les citations : Times 10 points.Pour les notes de bas de page : Times, 10 points.

    dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft Word 2001pour Macintosh.

    Mise en page sur papier formatLETTRE (US letter), 8.5 x 11)

    dition complte le 10 dcembre 2003 Chicoutimi, Qubec.

  • Vilfredo Pareto, Trait de sociologie gnrale (1917) : chapitre XII 3

    Table des matires

    Remarques sur la prsente dition numrique, dcembre 2003Prsentation de luvre et de lauteur

    Chapitre I. Prliminaires (1 144)

    nonc des rgles suivies dans cet ouvrage. - Les sciences logico-exprimentales et les sciences non-logico-exprimentales. - Leurs diffrences. - Le domaine exprimental est absolument distinct et spar dudomaine non-exprimental. - Dans cet ouvrage, nous entendons demeurer exclusivement dans le domaineexprimental. - Notre tude est essentiellement contingente, et toutes nos propositions doivent tre entenduesavec cette restriction : dans les limites du temps, de l'espace et de l'exprience nous connus. - Cette tude estun perptuel devenir ; elle procde par approximations successives, et n'a nullement pour but d'obtenir lacertitude, le ncessaire, l'absolu. - Considrations sur le langage des sciences logico-exprimentales, dessciences non logico-exprimentales, sur le langage vulgaire. - Dfinition de divers termes dont nous faisonsusage dans cet ouvrage. - Les dfinitions sont de simples tiquettes pour dsigner les choses. - Les noms ainsidfinis pourraient tre remplacs par de simples lettres de l'alphabet.

    Chapitre II. Les actions non-logiques (145 248)

    Dfinition et classification des actions logiques et des actions non-logiques. - Comment celles-ci sontparfois capables d'atteindre trs bien un but qui pourrait tre logique. - Les actions non-logiques chez lesanimaux. - Les actions non-logiques chez les hommes. - La formation du langage humain. - Chez les hommes,les actions non-logiques sont en partie manifestes par le langage. - La thologie et le culte. - Les thories et lesfaits dont elles sont issues. -Diffrence d'intensit, chez des peuples diffrents, des forces qui unissent certainestendances non-logiques, et des forces qui poussent innover. - Exemple des peuples romain et athnien, anglaiset franais. - Pouvoir occulte que les mots semblent avoir sur les choses ; type extrme des thoriesthologiques et mtaphysiques. - Dans les manifestations des actions non-logiques, il y a une partie presqueconstante et une partie trs variable. - Exemple des orages provoqus ou conjurs. - Les interprtationss'adaptent aux tendances non-logiques du peuple. - L'volution est multiple. - Premier aperu de la ncessit dedistinguer entirement la vrit logico-exprimentale d'une doctrine, de son utilit sociale, ou d'autres utilits. -Forme logique donne par les hommes aux actions non-logiques.

    Chapitre III. les actions non-logiques dans lhistoire des doctrines (249 367)

    Si les actions non-logiques ont autant d'importance qu'il est dit au chapitre prcdent, comment se fait-ilque les hommes minents qui ont tudi les socits humaines ne s'en soient pas aperus ? - Le prsent chapitrefait voir qu'ils s'en sont aperus ; souvent ils en ont tenu compte implicitement ; souvent ils en ont parl sousd'autres noms, sans en faire la thorie ; souvent ils n'ont considr que des cas particuliers, sans s'lever au casgnral. - Exemples de divers auteurs. - Comment l'imperfection scientifique du langage vulgaire contribue tendre les interprtations logiques d'actions non-logiques. -Exemples. - Les hommes ont une tendance liminer la considration des actions non-logiques, qui sont, de ce fait, recouvertes d'un vernis logique ou autre.- Classification des moyens employs pour atteindre ce but. - Examen des diffrents genres. - Comment leshommes pratiques considrent les actions non-logiques.

    Chapitre IV. Les thories qui dpassent lexprience (368 632)

    Les termes courants de religion, de droit, de morale, etc., correspondent-ils quelque chose de prcis ? -Examen du terme religion. - Examen des termes : droit naturel, droit des gens. - La droite raison, le juste,l'honnte, etc. - Les doctrines types et les dviations. - Les matriaux des thories et les liens par lesquels ilssont unis. - Exemples divers. - Comment la sociologie fait usage des faits. - L'inconnu doit tre expliqu par leconnu, le prsent sert expliquer le pass, et, d'une manire subordonne, le pass sert aussi expliquer leprsent. - La probabilit des conclusions. - Classification des propositions qui ajoutent quelque chose l'uniformit exprimentale, ou qui la ngligent. - Examen des genres de la catgorie dans laquelle les tresabstraits sont connus indpendamment de l'exprience.

  • Vilfredo Pareto, Trait de sociologie gnrale (1917) : chapitre XII 4

    Chapitre V. Les thories pseudo-scientifiques (633 841)

    Comment, une thorie tant donne, on remonte aux faits dont elle peut tirer son origine. - Examen de lacatgorie de thories dans laquelle les entits abstraites reoivent explicitement une origine trangre l'exprience. - Rsum des rsultats obtenus par l'induction. - Les principaux consistent en ce que, dans lesthories non logico-exprimentales (c), il y a une partie peu variable (a) et une partie trs variable (b) ; lapremire est le principe qui existe dans l'esprit de l'homme ; la seconde est constitue par les explicationsdonnes de ce principe et des actes dont il procde. - claircissements et exemples divers. - Dans les thoriesqui ajoutent quelque chose l'exprience, il arrive souvent que les prmisses sont au moins partiellementimplicites ; ces prmisses constituent une partie trs importante du raisonnement. - Comment de certainsprincipes arbitraires (a) on s'est efforc de tirer des doctrines (c). - Exemples divers.

    Chapitre VI. les rsidus (842 1088)

    Si l'on suivait la mthode dductive, ce chapitre devrait figurer en tte de l'ouvrage. - Ressemblances etdiffrences, quant aux parties (a) et (b), entre les sciences logico-exprimentales et les sciences non logico-exprimentales. - La partie (a) correspond certains instincts, mais ne les embrasse pas tous ; en outre, pourdterminer les formes sociales, il faut ajouter les intrts. Aspect objectif et aspect subjectif des thories. -Exemples de la mthode suivre pour sparer (a) de (b). - On donne des noms (arbitraires) aux choses (a), (b)et (c), simplement pour faciliter l'expos. - Les choses (a) sont appeles rsidus, les choses (b) drivations, leschoses (c) drives. - Correspondant aux instincts, les rsidus manquent de prcision. - Analogie entre notretude des phnomnes sociaux et celle de la philologie. - Cette analogie provient du fait que le langage est undes phnomnes sociaux. - Classification des rsidus. - Examen des rsidus de la Ie et de la IIe classes.

    Chapitre VII. Les rsidus (suite) (1089 1206)Examen des IIIe et IVe classes.

    Chapitre VIII. Les rsidus (suite) (1207 1396)Examen des Ve - et VIe classes.

    Chapitre IX. Les drivations (1397 1542)

    Les hommes se laissent persuader surtout par les sentiments (rsidus). - Comment les drivations sedveloppent. - Les drivations constituent le matriel employ tant dans les recherches non logico-exprimentales que dans les recherches logico-exprimentales ; mais les premires supposent aux drivations lepouvoir d'agir directement sur la constitution sociale, tandis que les secondes les tiennent uniquement pour desmanifestations des forces ainsi agissantes ; elles recherchent, par consquent, les forces auxquellescorrespondent, plus ou moins rigoureusement, les drivations. - La part que nous attribuons ici au sentiment at reconnue, bien qu'assez peu distinctement, par plusieurs des auteurs qui ont tudi les socits humaines. -La logique des sentiments. - La dmonstration des drivations n'est trs souvent pas le motif qui les faitaccepter. - Classification des drivations. - Examen des I-, IIe et IIIe classes.

    Chapitre X Les drivations (suite) (1543 1686)Examen de la IVe classe.

    Chapitre XI. Proprits des rsidus et des drivations (1687 2059)

    Deux problmes se posent : Comment agissent les rsidus et les drivations ? Dans quel rap