Revue des Études de la Langue Française -...

of 14 /14
Revue des Études de la Langue Française Volume 9, Issue 2, 2017 (N° de Série 17), pp. 33-46 http://relf.ui.ac.ir DOI: 10.22108/relf.2017.101461.1004 ________________________________________ * Auteur Correspondant. Addresse e-mail: [email protected] © 2016 University of Isfahan. All rights reserved Différentes stratégies et l'aporie de l'énonciation dans La Reprise d'Alain Robbe-Grillet Athari Nikazm, Marzieh 1 *; Zaker Hosseini, Shakiba 2 1 Maître-assistante à l'Université Shahid Beheshti, Téhéran, Iran 2 Doctorante, l'Université Shahid Beheshti, Téhéran, Iran Reçu: 2017/01/01, Accepté: 2017/12/28 Résumé: Dans La Reprise (2001), Robbe-Grillet crée les labyrinthes textuels où le lecteur se perd et s’embrouille. En effet, en montrant un nouveau style de l’écriture, l’auteur expose son art de créer un Nouveau Roman. Il se méfie d’une énonciation simple et se penche vers une écriture complexe et labyrinthique. Les énonciations sont très embrouillées et compliquées et sont difficiles à comprendre. Le trouble mental des personnages est perceptible et évident à travers des écheveaux de l’énonciation et les aventures langagières de l’écriture. Les questions essentielles qui se posent sont: comment les énonciations sont-elles compliquées et peut-on trouver une similitude entre ces énonciations variées et superposées et le flux de la conscience, l’une des caractéristiques essentielles du Nouveau Roman. Notre hypothèse est que ce sont les différentes stratégies des énonciateurs qui compliquent l’énonciation et ces énonciations embrouillées en traînent dans le texte ce que les critiques appellent le flux de la conscience. L’objectif de cette recherche est de montrer que différentes formes de l’énonciation, différentes stratégies et les jeux de l’embrayage et du débrayage, tout en compliquant le récit, sont conforme s au flux de la conscience. La méthode employée est la sémiotique de l’école de Paris. Cette approche étudie les structures signifiantes prof ondes du texte et nous aide à mieux comprendre le sens du discours. Mots-clés: Énonciation, embrayage, débrayage, Nouveau Roman, flux de conscience. ____________________________________________________________________________________________________ Different strategies and the aporia of enunciation in La Reprise by Alain Robbe-Grillet Marzieh Athari Nikazm 1* , Shakiba Zaker Hosseini 2 1 Assistant Professor, Shahid Beheshti University, Tehran, Iran 2 PhD Candidate, Shahid Beheshti University, Tehran, Iran Received: 2017/01/01, Accepted: 2017/12/28 Abstract: In La Reprise (2001), a spy-police story, Robbe-Grillet creates textual labyrinths where the reader gets lost and confused. Indeed, by showing a new style of writing, the author exposes his art of creating a New Roman. He ignores a simple enunciation and leans toward a complex and labyrinthine writing. The enunciations are very confused, complicated and difficult to understand. The mental disorder of the characters is perceptible and evident through the enunciation and the language adventures of writing. The essential questions are: how the enunciations are complicated and can we find a similarity between them and the stream of consciousness, one of the essential characteristics of the New Roman. Our hypothesis based on the different strategies that complicate the enunciations and these confused utterances in the text what critics call the stream of consciousness. The aim of this research is to show that different forms of enunciation, different strategies and the play of “shifting in” and “shifting out”, complicating the narration, are in accordance with the stream of consciousness. The method used is the semiotics of the Paris school. This approach studies the deep meaningful structures of the text and helps us better understand the meaning of the discourse. Keywords: Enunciation, Shifting in, Shifting out, New Novel, Stream of consciousness ____________________________________________________________________________________________________ راتژیگونی است گونازی در رمان و معضل گفته پردا ها" ری از سر گی" آلن رب اثر- گریه مرض یطهار ه ا ی ن ی ک عزم1 * ، شک ی ذاکر با حس ی ن ی2 1 ستادیار اانشکده د ادب ی ات و علومنسان ا ینشگاه دا شه ی د بهشت ی ، تهران، ایران2 دانشجو دکتراانشکده د ادب ی ات و علومنسان ا ینشگاه دا شه ی د بهش ت، تهران، ایران ی تار ی خ در ی افت: 12 / 11 / 1931 ، تار ی خ پذ ی رش: 10 / 11 / 1931 چکیده: آلن رب- یه در رمان گر" ری از سر گی" که محصول سال2111 ز گفتمانی ا خلق هزارتوی است، بهم تنیدهف در هه در میان کند خوانه است وگون پرداخت های گونا ای از حوادث رها می شود. رب- یه در ا گره است. گذاشتز به نمایش نو را نی خود در خلق رمان، هنر در نوشتار جدیدویکرددن ر نمایان ضمن رمان ین پیچیدهده و نگارشیجتناب کرده ازی سا از گفته پرداح میا ترجی تو در تو ر وستان دچار مشکل میا برای فهم دانده ری که خوانهد تا جای د شخصیت سازد. آشفتگی روحیستانی دا هادگیل پیچی از خای گفته هیجراجویزی و ما پردا هایوس میلم م زبانی در نگارش کام اصلی گردد. سوال اینست که آیا ان گفته پردازی چگونه ایا پیچیده شده ه چگونه اند و می توان آن هاژگی از ویکین که یان سیال ذها به جری ر اصلی های داد؟ نو است پیوند رمان بر این اس فرض ماراتژی که است ت گفتهید مختلفای د و زوای هاده می را پیچی پردازی و در متن مسئله کنندجود می ای را به وان سیالا جری آن رتقدین آورد که من ذهن میامند. هد ناگون گفتهشکال گونن دهیم است که نشاله آن این مقا ف از ارائه ا پردازی،راتژی است های مختلف و بازیت و اتصای ا ها گفتمانیت نفصا، ت را پیچیده آنکه روایوه بر ع میجود مین را به وان سیال ذه سازد، همان جری آورد. روش به کار رفته مکتب پاریسه معناشناسی نشان می باشدرسیویکرد با بر . این ر ساختارهای معنا سازبال کردنانش و دن متن خو پیچیده معنایستان دای مخاطب آسانا برا ر تر می ک ند. واژ گاندی: کلیل و انصا گفته پردازی، ا نف سیال ذهن.و، جریان نی، رمان صال گفتمان

Embed Size (px)

Transcript of Revue des Études de la Langue Française -...

  • Revue des tudes de la Langue Franaise Volume 9, Issue 2, 2017 (N de Srie 17), pp. 33-46 http://relf.ui.ac.ir DOI: 10.22108/relf.2017.101461.1004

    ________________________________________

    * Auteur Correspondant. Addresse e-mail: [email protected]

    2016 University of Isfahan. All rights reserved

    Diffrentes stratgies et l'aporie de l'nonciation dans La Reprise d'Alain Robbe-Grillet

    Athari Nikazm, Marzieh1*; Zaker Hosseini, Shakiba

    2

    1 Matre-assistante l'Universit Shahid Beheshti, Thran, Iran

    2 Doctorante, l'Universit Shahid Beheshti, Thran, Iran

    Reu: 2017/01/01, Accept: 2017/12/28

    Rsum: Dans La Reprise (2001), Robbe-Grillet cre les labyrinthes textuels o le lecteur se perd et sembrouille. En effet, en montrant un

    nouveau style de lcriture, lauteur expose son art de crer un Nouveau Roman. Il se mfie dune nonciation simple et se penche vers une

    criture complexe et labyrinthique. Les nonciations sont trs embrouilles et compliques et sont difficiles comprendre. Le trouble

    mental des personnages est perceptible et vident travers des cheveaux de lnonciation et les aventures langagires de lcriture. Les

    questions essentielles qui se posent sont: comment les nonciations sont-elles compliques et peut-on trouver une similitude entre ces

    nonciations varies et superposes et le flux de la conscience, lune des caractristiques essentielles du Nouveau Roman. Notre hypothse

    est que ce sont les diffrentes stratgies des nonciateurs qui compliquent lnonciation et ces nonciations embrouilles entranent dans le

    texte ce que les critiques appellent le flux de la conscience. Lobjectif de cette recherche est de montrer que diffrentes formes de

    lnonciation, diffrentes stratgies et les jeux de lembrayage et du dbrayage, tout en compliquant le rcit, sont conformes au flux de la

    conscience. La mthode employe est la smiotique de lcole de Paris. Cette approche tudie les structures signifiantes profondes du texte

    et nous aide mieux comprendre le sens du discours.

    Mots-cls: nonciation, embrayage, dbrayage, Nouveau Roman, flux de conscience.

    ____________________________________________________________________________________________________

    Different strategies and the aporia of enunciation in La Reprise by Alain Robbe-Grillet

    Marzieh Athari Nikazm1*

    , Shakiba Zaker Hosseini2

    1 Assistant Professor, Shahid Beheshti University, Tehran, Iran

    2 PhD Candidate, Shahid Beheshti University, Tehran, Iran

    Received: 2017/01/01, Accepted: 2017/12/28

    Abstract: In La Reprise (2001), a spy-police story, Robbe-Grillet creates textual labyrinths where the reader gets lost and confused.

    Indeed, by showing a new style of writing, the author exposes his art of creating a New Roman. He ignores a simple enunciation and leans

    toward a complex and labyrinthine writing. The enunciations are very confused, complicated and difficult to understand. The mental

    disorder of the characters is perceptible and evident through the enunciation and the language adventures of writing. The essential questions

    are: how the enunciations are complicated and can we find a similarity between them and the stream of consciousness, one of the essential

    characteristics of the New Roman. Our hypothesis based on the different strategies that complicate the enunciations and these confused

    utterances in the text what critics call the stream of consciousness. The aim of this research is to show that different forms of enunciation,

    different strategies and the play of shifting in and shifting out, complicating the narration, are in accordance with the stream of

    consciousness. The method used is the semiotics of the Paris school. This approach studies the deep meaningful structures of the text and

    helps us better understand the meaning of the discourse.

    Keywords: Enunciation, Shifting in, Shifting out, New Novel, Stream of consciousness

    ____________________________________________________________________________________________________

    - " " 2 *1

    1 2

    10/11/1931: 12/11/1931: 2111 " " - : . - .

    . .

    .

    . . .

    . :

  • 34/ Revue des tudes de la Langue Franaise, Volume 9, Issue 2(N de Srie 17), 2017

    Introduction

    Alain Robbe-Grillet, chef de file des nouveaux

    romanciers, reprsente dans La Reprise le rcit

    dun agent subalterne dun service despionnage

    franais, HR qui vient Berlin afin daccomplir

    une mission secrte pendant laquelle il rencontre

    son double (son jumeau) et il tente retrouver

    son identit. Le personnage se rveille chaque

    dbut de chapitre, ce qui peut nous inciter

    penser que l'histoire n'a aucun intrt en elle-

    mme puisque tout pourrait tre faux, du

    domaine du rve. Ce rcit a trois nonciateurs,

    lun principal qui raconte lhistoire, lautre, qui

    est son double, reprend ses propos, les modifie

    et les corrige dans les notes de bas de pages. Il

    existe galement un troisime nonciateur qui

    prend la parole de temps en temps et donne des

    dtails et des informations superflues. A tout

    cela sajoutent plusieurs analepses et prolepses

    temporels et un espace bourr dimages et de

    reflets qui chappe toute tentative

    didentification et qui rend lhistoire difficile

    comprendre. Robbe-Grillet se mfie dune

    nonciation simple et se penche plutt vers des

    cheveaux de lnonciation et une criture

    complexe et labyrinthique. Ajoutons que ce

    roman contient plusieurs notes de bas de pages

    qui s'adressent au lecteur, le prennent tmoin

    et le mettent en garde sur la vracit des dires de

    lnonciateur. Cela renforce la confusion et

    convient tout fait au principe du Nouveau

    Roman, qui veut que l'criture mne l'aventure.

    Cette aventure de lcriture suscite une sorte de

    varit dans la situation dnonciation du point

    de vue actantiel et spatio-temporel. Nous

    voulons savoir comment cette nonciation

    complique est-elle en relation avec le flux de la

    conscience dont parlent les critiques? Notre

    hypothse est que la diversit des nonciateurs,

    de lespace et du temps met en relief laspect de

    fluidit de la conscience qui est lun des traits

    spcifiques du Nouveau Roman.

    Pour la mthode danalyse, nous avons

    choisi la smiotique de lcole de Paris. Celle-ci

    est, pour tre bref, la discipline qui tudie les

    structures signifiantes du texte et la relation

    logique entre elles. travers lexplication des

    embrayages et des dbrayages des nonciateurs

    par rapport la situation dnonciation, nous

    pourrons lucider la conformit entre le courant

    de la conscience des personnages et les

    cheveaux de lnonciation.

    Aprs avoir dfini lnonciation daprs

    certains thoriciens, nous allons expliquer

    brivement la notion du flux de conscience. Par

    la suite, nous allons nous concentrer sur les

    notions de lembrayage et du dbrayage qui

    complexifie lnonciation et finalement la

    relation proche et directe de la complexit de

    lnonciation de ce roman et le flux de la

    conscience sera discut.

    La dfinition de lnonciation, de

    lnonciateur et le flux de conscience

    Concernant la dfinition de lnonciation, si on

    envisage lhistoire de la linguistique en France,

    la question de lnonciation entre dans le

    cadre de la grammaire structurale, dans les

    annes 1970-80 qui la suite du structuralisme,

    est appele lnonciation. Au cours de cette

    priode-l, nous tions plutt intresss par le

    sens en action et la dimension performative

    du langage (Bertrand, 2000:49).

    Ce courant nonciatif, qui approfondit le

    concept propos en linguistique par .

    Benveniste et en effet dvelopp dans la

    smiotique par Greimas, fait tous ses efforts

    pour ne pas considrer la langue comme un

    objet inerte, par contre il faut tenir compte de la

    position de lnonciateur dans la production de

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouveau_Romanhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Nouveau_Roman

  • Diffrentes stratgies et l'aporie de l'nonciation dans La Reprise d'Alain Robbe-Grillet /35

    lnonc. Nous pouvons dfinir lnonciation

    selon plusieurs linguistes et smioticiens,

    pourtant nous rcapitulons ici quelques

    dfinitions qui nous aident rendre clair cette

    notion. De prime abord, il faut dire que

    lnonciation est lacte individuel de production,

    dutilisation de la langue dans un contexte

    dtermin, ayant pour rsultat lnonc.

    Lnonciation est un acte de cration.

    Il faut galement ajouter la dfinition dA. J.

    Greimas donne en smiotique sur cette notion -

    l : acte de structuration du sens et de position

    dun sujet dans le discours. Selon . Benveniste

    qui donne une dfinition basique de

    lnonciation, lnonciation est cette mise en

    fonctionnement de la langue par un acte

    individuel dutilisation (Benveniste, 1969: 80).

    Dans la thorie de Benveniste, lnonciation est

    la mise en uvre singulire de la langue et

    lnonc, selon Courts, cest lobjet produit

    par lacte dnonciation (Courts, 1991: 245).

    Relativement la diffrence de lnonc et

    lnonciation, il faut faire cette remarque:

    lnonc est un participe pass devenu

    substantif: ce qui est nonc, pass avec valeur

    rsultative. Cest le rsultat de lnonciation,

    cest le message abord. Lnonciation: la

    suffixation marque laction. Cest la prise en

    compte de lacte et de la manire dnoncer

    mais aussi la situation (temps, lieu...) et celui

    qui est son origine: lnonciateur. Comme

    mentionn antrieurement, il y a de multiples

    perceptions et dfinitions de lnonciation, on ne

    saurait passer sous silence cette dfinition

    remarquable, lnonciation est:

    Lensemble des lments absents dont

    la prsence est nanmoins prsuppose

    par le discours grce des marques qui

    aident le locuteur comptent les

    rassembler afin de donner un sens

    l'nonc. Il est galement traditionnel,

    du moins chez Greimas, de distinguer

    soigneusement l'nonciation telle

    qu'elle installe ou inscrite dans le

    discours, de l'nonciation proprement

    dite qui est toujours seulement

    prsuppose. Enfin, il est admis,

    toujours chez Greimas, de ne pas

    considrer l'nonciation comme

    l'ensemble des conditions sociales,

    conomiques, matrielles,

    psychologiques ou pragmatiques qui

    entourent l'nonc.1

    Il y a deux figures qui sont toujours

    associes la notion de lnonciation, si nous

    considrons le discours comme le produit dun

    acte dnonciation, il garde normalement les

    traces dun sujet comptent qui met en uvre

    les structures de la langue, et cest l o nous

    devrions dfinir: lnonciateur et lnonciataire.

    On appellera nonciateur, le destinateur

    implicite de l'nonciation (ou de la

    communication), et le distinguant ainsi du

    narrateur - tel le je par exemple - qui est un

    actant obtenu par la procdure du dbrayage et

    install explicitement dans le discours.

    Paralllement, l'nonciataire correspondra au

    destinataire implicite de l'nonciation, la

    diffrence donc du narrataire (par exemple: le

    lecteur comprendra que...) qui est

    reconnaissable comme tel l'intrieur de

    l'nonc. Ainsi compris, l'nonciataire n'est pas

    seulement le destinataire de la communication,

    mais le sujet producteur du discours, la lecture

    tant un acte de langage (un acte de signifier) au

    mme titre que la production du discours

    proprement dite. Le terme sujet de

    l'nonciation employ souvent comme

    synonyme d'nonciateur, recouvre en fait les

    deux positions actantielles d'nonciateur et

    1 http://www.bruno-latour.fr/sites/.../75-FABBRI-FR.pdf

  • 36/ Revue des tudes de la Langue Franaise, Volume 9, Issue 2(N de Srie 17), 2017

    d'nonciataire.1 Tout compte fait, lnonciateur

    envoie le message et lnonciataire le reoit.

    On pourra dfinir lnonciateur, quelquun

    qui, dans la situation dnonciation dans un

    moment donn et un lieu donn, dans une

    certaine disposition desprit, avec une certaine

    intention, transmet un message un destinataire.

    Un nonciateur est une personne qui est

    lorigine dun nonc de quelque type quil soit.

    Lnonciateur peut-tre lauteur dune

    production crite, dun discours fait loral ou

    dune production graphique.2 Ou bien (Celui,

    celle, ce) qui nonce quelque chose.3

    Lnonciateur dispos dans le discours, possde

    des fonctions diverses. Celui-ci prenant des

    diffrentes faons de mettre le message en

    circulation, ou bien offrir le message au public,

    produit certains effets dans le discours. Lune

    des fonctions dcisives, cest le point de vue

    exprim par lnonciateur, celui-ci est quelquun

    qui voit et qui pourrait voir de diffrentes

    manires et diffrents angles. En choisissant un

    point de vue particulier, dit stratgie en

    smiotique dont nous allons expliquer plus tard,

    lnonciateur choisit ce que lnonciataire va

    voir (lire) et comprendre. Cest avec le point de

    vue que lnonciateur influence et directe

    lnonciataire ds le dbut jusquau point final

    de chaque nonc. En effet, le point de vue,

    cest la perspective selon laquelle les

    vnements du discours ou du rcit seront

    perus et prsents.4

    Lorsquon aborde la problmatique de

    lnonciation, il sensuit que nous serons

    sensibles deux notions fondatrices attaches

    1 Rigobert, Mukendi, Analyse pragmatique du discours de

    Barack H. Obama Accra. Approche nonciative. [Document

    lectronique]. Disponible sur http://www.memoireonline.com

    consult en 2010. 2 http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr 3 http://www.cnrtl.fr/lexicographie 4 http://xn--coursdefranais-qjb.net/narration.htm

    ce sujet caution: embrayage et dbrayage. Ce

    jeu de lembrayage et dbrayage joue un rle

    fondamental dans notre corpus et comme nous

    lavons dj signal, la question du temps de

    lespace et des nonciateurs, est extrmement

    complique et confuse et cela accentue laspect

    nigmatique du texte.

    En ce qui concerne le flux de conscience, il

    faut brivement dire que celui-ci est une

    technique littraire qui cherche dcrire le point

    de vue cognitif dun individu en prsentant crit

    du processus de pense du personnage. La

    technique du flux de conscience dvoile un tat

    subconscient ou prconscient de la vie intrieure

    du personnage et le mouvement processuel de

    lintriorit humaine qui se passe chez le

    personnage. Cette technique montre le flux de

    myriade dimpressions qui affectent la

    conscience de lindividu. Cette sorte dcriture,

    sous la forme du courant de conscience est

    associe bien avec la littrature moderniste et le

    Nouveau Roman. La conscience apparat

    comme un monologue intrieur partout prsente

    dans notre corpus. Cela rend la lecture du texte

    difficile suivre. En fait, on peut bien indiquer

    que dans le corpus soumis notre tude, ce flux

    de conscience rend la ralit des vnements

    narrs de plus en plus relative. On peut voir que

    la complexit de la vie psychique et la pense

    des nonciateurs se met trs bien en relation

    directe et immdiate avec le langage qui se

    prsente dans lnonciation. En fait, le flux de

    conscience des nonciateurs apparat

    normment et vivement dans llaboration

    nonciative et met lorganisation spatiale et

    temporelle de ce rcit en dsordre. Maintenant

    nous allons voir les diffrentes situations de

    lnonciation dans cet ouvrage.

  • Diffrentes stratgies et l'aporie de l'nonciation dans La Reprise d'Alain Robbe-Grillet /37

    Lnonciation embrouille dans La

    Reprise et diffrentes stratgies

    Comme nous lavons dj prcis dans

    lintroduction, les nonciations sont dans La

    Reprise embrouilles et compliques. En

    utilisant des phrases trop longues et mal

    structures, les nonciateurs tourmentent et

    perturbent les lecteurs. En effet, La Reprise est

    le dialogue interne des phrases, des mots et

    mme des sons et des lettres. Parfois le discours

    est en lutte sadiquement contre lui-mme et

    parfois sembrasse affectueusement. Il introduit

    les lecteurs dans les labyrinthes textuels et se

    perd parfois avec le lecteur dans ces labyrinthes

    et sembrouille. Lnonciation est ainsi une

    nigme qui slucide en profitant de

    lnonciation elle-mme. Cette complexit met

    en retard lapparition du sens.

    Au cours de la lecture, nous nous affrontons

    la pluralit dnonciateurs, qui de temps en

    temps lun entre autres prend le rle principal et

    parfois le premier nonciateur est jug par un

    second qui le reprend, le corrige et met en ordre

    apparemment les propos du premier. Cette

    correction se passe normalement dans les notes

    de bas-de-page, et ce fait nous met dans un

    abme et casse la dmarche habituelle et routine

    du texte. Dailleurs, il faut aussi signaler le

    dplacement nigmatique des nonciateurs : lun

    commence le prologue et lautre finit lpilogue.

    Il y a en outre un autre nonciateur qui nest pas

    parmi les personnages du rcit, il raconte des

    scnes et prsente des descriptions. Donc, ce jeu

    de multiples nonciateurs, qui prend, de temps

    autre la parole, cre une nonciation complique

    et confuse.

    Bref, la diversit de lnonciateur multiplie

    non seulement les personnages mais aussi les

    personnages marginaux qui possdent les rles

    principaux. Les nonciateurs cherchent la trace

    de certitude et ils essaient de sloigner de ses

    illusions, des interprtations fausses et des

    donnes errones qui trompent les locuteurs.

    Dans tous ces jeux, lnonciateur est en train de

    nous mettre dans le dilemme du vrai et du faux

    et nous oblige de participer dans la file de

    lnonciation et nous fait accompagner dans son

    flux de conscience.

    Soulignons de nouveau que La Reprise nous

    reprsente deux nonciateurs principaux et le

    troisime secondaire. Les deux premiers sont

    jumeaux, qui sont en mme temps les

    personnages (si on pourrait dfinir des

    personnages pour le Nouveau Roman) centraux

    et dcisifs. Lun parle, lautre remanie ce mme

    propos et lajuste et le troisime nonciateur

    rectifie les notes de bas de page. Lun

    commence le roman, lautre le termine. Et de

    temps en temps les nonciateurs bougent et

    changent la position et lordre. Ce jeu des

    nonciateurs et les diffrentes stratgies (point

    de vue) manipules par eux, accentue tout

    dabord les attraits nigmatiques du Nouveau

    Roman et ajoute la complexit de celui-ci, de

    plus dsoriente lnonciataire et en fin retarde

    lapparition du sens. Il faut mentionner que

    malgr ce fait, nous sommes tmoins dune

    sorte de linarit dans lordre des nonciateurs.

    Cette linarit devient un faux-semblant, une

    apparence qui finira invitablement par se

    dissoudre au gr de l'annotateur ou d'un nouveau

    dveloppement. Et cette linarit deviendra elle-

    mme un faux-semblant dans les dernires

    pages, o la fragile assurance gagne par le

    lecteur volera en clats. Bref, lnonciateur

    varie, le point de vue diversifie et la diversit du

    point de vue entrane une lecture difficile. Pour

    analyser les diffrentes stratgies que prend

    lnonciateur, il nous faut nous rfrer aux

    dfinitions de Jacques Fontanille. Il en dfinit

  • 38/ Revue des tudes de la Langue Franaise, Volume 9, Issue 2(N de Srie 17), 2017

    quatre diffrentes: Stratgie englobante,

    Stratgie cumulative, Stratgie lective et

    Stratgie particularisante

    La stratgie englobante

    Selon J. Fontanille, la stratgie englobante

    donne lieu par exemple des points de vue

    omniscients. Au prix, dans certains cas, dune

    trs grande distance, mais aussi des

    phnomnes relevant du sommaire narratif,

    voire de la gnralisation; elle a pour principe la

    domination et la comprhension des tats des

    choses, et naccord de la valeur qu leur

    ensemble cohrent, leur totalit. Certains

    verbes de perception en relvent, comme

    considrer, contempler, ou embrasser du

    regard. (Fontanille, 1999: 51)

    De ce fait, nous pourrions comparer la

    stratgie adopte par lnonciateur avec une

    camra qui donne sur un paysage ou un objet

    prcis, dune distance dtermine, mais cette

    camra prpare cette possibilit de voir tout le

    paysage, pas surtout en dtail, mais on pourrait

    le voir en gnral et nous serons dans la

    situation davoir une certaine information et une

    ide propos du paysage. On aura cette

    impression que lnonciateur est loin des dtails

    mais cette gnralisation sera quand mme assez

    pratique pour lnonciataire. Dans ce cas-l,

    lnonciateur aura cette capacit de prsenter

    lambiance gnrale du paysage. Il faut faire

    attention que lnonciateur (la camra) partage

    cette faon de voir (point de vue) avec son

    nonciataire et celui-l cherche garder la

    distance, et ainsi lnonciateur ne veut que

    lnonciataire ait sa disposition des

    explications avec prcision. Prenons quelques

    exemples du livre soumis nos tudes: Au

    cours de l'interminable trajet en chemin de fer,

    qui, partir d'Eisenach, me conduisait vers

    Berlin travers la Thuringe et la Saxe en

    ruines (La Reprise, p.9) comme nous voyons

    dans ces phrases, lnonciateur donne une image

    gnrale de Saxe afin de nous fait entrer dans

    lambiance et cest: Saxe en ruine. Ou bien

    Dehors, il faisait dj presque nuit, et les quais

    au sol ingal, bossel, paraissaient tout fait

    dserts sur l'une et l'autre rives. (La Reprise,

    p.216), cela nous de mme donne une vue

    gnrale.

    La stratgie cumulative

    Selon la dfinition de Jacques Fontanille: la

    stratgie cumulative, ayant dispos les aspects

    dune situation ou dune question en sries, ne

    sait que les parcourir les uns aprs les autres, et

    elle ne saccomplira quen visant lexhaustivit,

    la seule valeur admise ici. Le roman qui

    multiplie les points de vue, qui change sans

    cesse de personnage-observateur, voire qui

    combine plusieurs points de vue sur chaque

    scne en est une ralisation. Mais, un tout

    autre niveau danalyse, des verbes comme

    prospecter ou explorer en fournissent aussi une

    bonne illustration. (Fontanille, 1999: 51)

    En ce qui concerne la stratgie cumulative,

    on pourrait comparer le rle de lnonciateur

    avec une camra qui a une certaine distance

    avec un paysage et il observe tout le paysage

    dans une gradation. Il parcourt le paysage, va

    dans toutes les parties et traverse dune partie

    lautre et cela a cette possibilit de voir tout en

    dtail. En comparaison avec la stratgie lective,

    on pourrait voir le paysage complet dans une

    manire transparente et par rapport la stratgie

    particularisante le cadre est plus vaste et de plus

    lnonciateur prend plus de distance. Il suffit de

    donner comme exemple issu du corpus:

    Le Thtre Royal au centre, l'glise

    des Franais droite et la Nouvelle

    glise gauche, trangement

    semblables l'une l'autre en dpit de

  • Diffrentes stratgies et l'aporie de l'nonciation dans La Reprise d'Alain Robbe-Grillet /39

    l'antagonisme des confessions, avec la

    mme flche statuaire terminant un

    clocher en rotonde qui domine les

    mmes quadruples portiques colonnes

    no-grecques. Tout cela s'est croul,

    rduit dsormais d'normes

    entassements de blocs sculpts o l'on

    distingue encore, sous la lumire

    irrelle d'une glaciale pleine lune, les

    acanthes d'un chapiteau, le drap d'une

    statue colossale, la forme ovale d'un

    il-de-buf. Au milieu de la place, se

    dresse le socle massif, peine corn

    par les bombes, de quelque allgorie en

    airain aujourd'hui disparue, symbolisant

    la puissance et la gloire des princes par

    l'vocation d'un terrible pisode

    lgendaire, ou bien reprsentant tout

    autre chose, car rien n'est plus

    nigmatique qu'une allgorie. Franz

    Kafka l'a bien sr longuement

    contemple, il y a juste un quart de

    sicle, lorsqu'il vivait dans son

    voisinage immdiat, en compagnie de

    Dora Dymant, le dernier hiver de sa

    brve existence. Guillaume de

    Humboldt, Henri Heine, Voltaire, ont

    aussi habit sur cette place des Gens

    d'Armes. (La Reprise, p.28)

    Comme il est vident dans lexemple donn,

    lnonciateur parcourt son entourage et il nous

    prsente une explication dtaille de ce quil

    voit.

    La stratgie lective

    J. Fontanille explique la stratgie lective de

    manire suivante: La stratgie lective,

    recherche, parmi tous les aspects, le meilleur

    exemplaire possible, celui dont lclat dispense

    de chercher plus avant, car il vaut pour tous les

    autres; ds lors, laspect lu retiendra

    lattention, et focalisera le discours; le principe

    qui guide en sous-main une telle stratgie est

    celui du choix: sslectionner et focaliser pour

    connaitre et agir. La valeur requise est ici la

    reprsentativit ou lexemplarit. Bien des

    points de vue qui se prsentent comme

    omniscient en relvent pourtant: mais ils font

    illusion parce que tout autre aspect de lhistoire

    ou de la situation prsente a t soigneusement

    occult. des verbes de perception comme

    fixer, examiner sont aussi susceptibles dy

    participer. (Fontanille, 1999: 51)

    Ainsi, il est galement possible de comparer

    la stratgie lective de lnonciateur avec une

    camra qui pourrait donner sur un paysage

    gnral, et on peut aussi considrer quil voit

    tout le site, pourtant cest seulement une partie

    particulire de ce panorama est transparente,

    claire et pntrante et dautres fragments sont

    insaisissables et brumeux. Cest comme si

    lnonciateur ou la camra oriente le regard de

    lnonciataire et choisit des parties quil faut

    attentivement voir. On pourrait dire que la

    distance est moins que celle de la stratgie

    englobante. Bref une certaine partie est lue

    voir. Lnonciateur fait lnonciataire de se

    concentrer sur une seule partie du paysage. Par

    exemple:

    Devant nous se tenait immobile un

    groupe compact d'hommes plutt

    grands, trs maigres, avec de longs

    manteaux noirs ajusts et des chapeaux

    en feutre larges bords, noirs

    galement, attendant on ne savait quoi,

    puisque le convoi qui venait de Halle,

    Weimar et Eisenach, tait dj l depuis

    quelque temps. Par-del cette masse

    funbre, ou religieuse, j'ai cru

    apercevoir Pierre Garin. Mais sa figure

    avait un peu chang. Une barbe

    naissante, qui pouvait avoir au moins

    huit jours, couvrait ses joues et son

    menton d'un indcis masque d'ombre.

  • 40/ Revue des tudes de la Langue Franaise, Volume 9, Issue 2(N de Srie 17), 2017

    Et des lunettes noires cachaient ses

    yeux (La Reprise, p.252)

    Lnonciateur oriente le regard de

    lnonciataire vers un homme qui ressemble

    Pierre Garin (jai cru), il focalise sur lui et

    cela donne cette impression que cest seulement

    Pierre Garin qui existe dans cet endroit et les

    autres nont aucune importance et ils nattirent

    pas le regard de lnonciateur.

    La stratgie particularisante

    Daprs J. Fontanille: La stratgie

    particularisante est certes quelque peu

    myope, car elle se suffit du dtail quelle est

    parvenue isoler ; mais, puisquelle naccorde

    aucun prix la matrise des grands ensembles,

    elle se satisfera de la spcificit de la partie

    isole. Le nouveau roman, notamment chez

    Robbe-Grillet, offre un large ventail de tels

    points de vue, faiblement reprsentatifs, limit

    et droutants. Des verbes de perception tel

    quapercevoir ou scruter en relvent souvent.

    (Fontanille, 1999: 51)

    De mme, si on met en parallle la stratgie

    particularisante avec une camra lorsque celle-ci

    zoome sur une partie dtermine et particulire

    afin de pointer quelque chose de spcifique, en

    fait on insiste sur un fragment et les autres

    parties ne sont mme pas dans le cadre. Donc

    nous navons plus un paysage gnral,

    totalement au contraire de la stratgie

    englobante et de plus dans ce cas, lnonciateur

    donne plus de dtail possible. La distance de la

    camra avec lobjet ou le paysage est diminue

    au moindre possible. En outre il faut signaler

    quen choisissant cette stratgie, lnonciateur

    droute lnonciataire vers une petite partie de

    ce qui est en train dtre dcrit, et nous oblige

    voir une seule partie dun tout. De plus

    lnonciateur (la camra) dtermine des limites,

    les forme et nous restreint. Il y aura une sorte

    dimpossibilit pour lnonciataire de voir les

    autres parties et de se familiariser avec

    lambiance gnrale du paysage.

    Prenons pur exemple:

    Contre la paroi de droite (pour

    l'observateur plac dos la fentre) se

    dresse une grosse armoire glace, assez

    profonde pour servir de penderie, dont

    l'pais miroir aux biseaux trs marqus

    occupe en presque totalit la porte un

    seul battant, o l'on aperoit l'image du

    tableau, mais inverse, c'est--dire que

    la partie droite de la toile peinte se

    retrouve dans la moiti gauche de la

    surface rflchissante, et

    rciproquement, l'exact milieu du

    chssis rectangulaire (matrialis par la

    tte au port noble du vieillard)

    concidant de faon prcise avec le

    point central de la glace pivotante, qui

    est close et donc perpendiculaire au

    tableau rel, ainsi d'ailleurs qu' sa

    virtuelle duplication. Sur cette mme

    paroi, entre l'armoire place presque

    dans l'angle et le mur extrieur o se

    situe la fentre, entirement soustraite

    aux regards par les lourds rideaux

    ferms, s'adosse la tte des deux lits

    jumeaux, qui ne sont gure utilisables

    que pour de trs jeunes enfants, tant

    leurs dimensions sont rduites: moins

    d'un mtre cinquante de longueur sur

    environ soixante-dix centimtres de

    large (La Reprise, p.107)

    Comme nous voyons, en choisissant

    diffrentes stratgies, nous sommes face une

    nonciation qui manque de simplicit et

    complique la comprhension du texte et en effet,

    cette complexit met en retard lapparition du

    sens de lnonc. Tout cela cre une sorte de

    lecture qui nous empche et nous droute

    darriver un but. A part des stratgies, nous

    pouvons analyser galement les diffrents

  • Diffrentes stratgies et l'aporie de l'nonciation dans La Reprise d'Alain Robbe-Grillet /41

    brayages dans le test qui sont lis lespace et

    au temps.

    La question de lembrayage et du

    dbrayage dans La Reprise

    La thorie des embrayages et des dbrayages a

    t labore par A. J. Greimas partir du

    concept de shifters qui, chez Jacobson,

    dsignait les lments de la langue susceptibles

    de manifester la prsence de lnonciation.

    (Courts, 1991: 98) Elle montre la relation de

    lnonciation et de lnonc, de deux

    faons. Soit lnonc est entirement plant dans

    la situation de lnonciation, cest l o nous

    avons cette impression que lnonciateur a cette

    tendance de personnaliser lnonc, soit dans le

    cas contraire, lnonc sloigne de la situation

    de lnonciation et il la disjoint, dans ce cas-l,

    on juge que lnonciateur dpersonnalise

    lnonc.

    En effet, soit on prsente un monde autre

    que celui dans lequel se trouve lnonciateur,

    soit nous sommes face un monde propre

    (Courts, 1991:96) qui est le monde de je, ici,

    maintenant de lnonciateur. Selon

    Dictionnaire de Greimas et Courts, le

    dbrayage est dfini en tant que leffet de

    retour lnonciation, produit par la suspension

    de lopposition certains termes des catgories de

    la personne et/ou de lespace et/ou du temps,

    ainsi que la dsignation de linstance dnonc.

    (Greimas et Courts, 1798: 54). De son ct,

    Jacques Fontanille dfinit lembrayage et le

    dbrayage de manire suivante: Le dbrayage

    est dorientation disjonctive. Grce lui, le

    monde du discours se dtache du simple \vcu \

    indicible de la prsence; le discours y perd en

    intensit, certes, mais gagne en tendue: de

    nouvel espace, de nouveaux moments peuvent

    tre explors, et dautres actants tre mis en

    scne. Le dbrayage est donc par dfinition

    pluralisant, et se prsente comme un

    dploiement en extension ; il pluralise linstance

    de discours1: le nouvel univers du discours qui

    est ainsi ouvert comporte, au moins

    virtuellement, une infinit despaces, de

    moments et dacteurs. Lembrayage est en

    revanche dorientation conjonctive. Sous son

    action, linstance de discours sefforce de

    retrouver la position originelle. Elle ne peut y

    parvenir, car le retour la position originelle est

    un retour lindicible du corps propre, au

    simple pressentiment de la prsence. Mais elle

    peut au moins en construire le simulacre. Cest

    ainsi que le discours est mme de proposer une

    reprsentation simule du moment (maintenant),

    du lieu (ici) et des personnes de lnonciation

    (je/tu). Lembrayage renonce ltendue, car il

    revient au plus prs au centre de rfrence, et

    donne la priorit lintensit ; il concentre une

    nouvelle instance de discours (Fontanille, 2003:

    92). Compte tenu de ce qui prcde, alors le

    dbrayage est une sorte de sparation dune

    situation rfrence de lnonciation qui sont: je,

    ici et maintenant. Alors dans le dbrayage, en

    effet nous sommes coups de la situation

    dnonciation. Ainsi je devient non-je et les

    pronoms personnels sont exclusivement: \il(s)\

    et \elle(s)\, de plus maintenant devient non-

    maintenant et les temps ne font jamais

    rfrences la situation de rfrence et puis,

    ici devient non-ici qui ne fait pas rfrence

    la situation dnonciation. Bref, nous sommes

    loigns de la situation dnonciation, par contre

    dans lembrayage, on reste toujours attach la

    situation dnonciation. Dans un autre terme: Le

    dbrayage est une opration nonciative qui

    consiste distinguer linstance nonciative de

    linstance noncive. Lnonciateur abandonne

    1 Note la fin.

  • 42/ Revue des tudes de la Langue Franaise, Volume 9, Issue 2(N de Srie 17), 2017

    linstance fondatrice de lnonciation (je, ici,

    maintenant) en projetant dans lnonc un non-

    je par le dbrayage actanciel, un non-ici par le

    dbrayage spatial et un non-maintenant par le

    dbrayage temporel. Le sujet, le temps et le lieu

    de lnonciation (je, ici, maintenant) se sparent

    des reprsentations actancielles, spatiales et

    temporelles (non-je, non-ici, non-maintenant)

    par le dbrayage.

    Rcapitulons nos propos avec une phrase de

    Denis Bertrand lembrayage construit un

    nonc ancr dans la situation dnonciation et

    le dbrayage construit un nonc coup de la

    situation dnonciation (Bertrand, 2000: 58). Si

    nous retournons notre corpus, comme nous

    lavons dj signal, nous sommes envahis par

    la perplexit et lincertitude issues de plusieurs

    ruptures actancielles, spatiales et temporelles.

    Par le biais de cette diversit on peut bien

    montrer la technique du flux de conscience. En

    fait par lintermdiaire de lnonciation

    complique, nous allons arriver au chaos et

    fluidit de la conscience. En effet en lisant La

    Reprise, nous entrons dans un jeu dembrayage

    et de dbrayage et nous voyons huit diffrentes

    positions de je, ici maintenant dans leurs

    rapports lun lautre.

    1) Lactant (Je), lespace (ici) et le temps

    (maintenant) sont tous, compltement lis la

    situation dnonciation, nous sommes dans

    lembrayage total avec la situation de

    lnonciation. Par exemple: Ici, donc, je

    reprends, et je rsume. (Robbe-Grillet, 2001:

    9) Je n'ai pas de carte sur moi, mais je vois

    mal que les alas du rail nous aient

    aujourd'hui. (P. 11) Et voil que je me

    remets ce manuscrit aprs une anne entire

    de rdaction cinmatographique entrecoupe

    de trop nombreux voyages, quelques jours

    peine aprs la destruction d'une part notable de

    ma vie, me retrouvant donc Berlin (82)

    Dans les exemples ci-dessus, lnonciateur

    reste tout fait attach la situation

    dnonciation. Lnonciateur se prsente sous la

    forme du pronom Je, et ici montre le lieu

    o se trouve la personne qui parle

    (lnonciateur) pendant lnonciation et le verbe

    au prsent, de mme, indique ce fait que laction

    aborde par lnonciateur, se passe dans le

    temps actuel, li la situation de Je( lactant

    et lnonciateur) et ici(lespace)

    2) Lactant (Je), lespace (ici) sont attachs

    la situation dnonciation donc nous avons

    lembrayage actanciel et spatial, par contre

    nous avons une rupture temporelle, un

    dbrayage temporel avec la situation de

    lnonciation:

    Au bout du canal mort, en face de moi,

    le souvenir d'enfance tait toujours en

    place, immobile et ttu, menaant peut-

    tre, ou bien seulement dsespr. Un

    rverbre archaque, plac juste au-

    dessus, clairait de sa lueur bleuie par le

    brouillard naissant, dans un halo

    thtral savamment calcul, le squelette

    de bois pourri du voilier fantme,

    ternis en plein naufrage... (Robbe-

    Grillet, 2001: 216)

    Dans cette partie nous avons signal que

    lnonciateur actant et lespace restent lis la

    situation, tandis que nous sommes face un

    dbrayage temporel, lactant se distancie de

    point de vue temporel de la situation de

    lnonciation en utilisant le verbe au pass.

    3) Lactant (je) reste li la situation

    dnonciation, donc nous avons embrayage

    actanciel, mais lespace (ici) et le temps

    (maintenant) sont dtachs de la situation

    dnonciation, cest--dire nous avons le

    dbrayage spatiotemporel.

  • Diffrentes stratgies et l'aporie de l'nonciation dans La Reprise d'Alain Robbe-Grillet /43

    Jai arrach vivement ma lourde sacoche du

    filet valises, juste au-dessus de cette tte qui

    ne m'appartenait pas, bien qu'tant sans

    conteste la mienne (plus authentique, mme,

    en un sens), et je suis ressorti du

    compartiment (Robbe-Grillet, 2001: 14).

    Quand j'atteins enfin le fond de cette spirale

    qui me semblait interminable, jalonne

    seulement par de rares veilleuses beaucoup

    trop espaces, j'ai devant moi l'entre d'une

    galerie qui, elle, n'est plus claire du tout

    (167).

    En ce qui concerne les exemples prcdents,

    vident cest que lactant reste attach la

    situation de lnonciation en utilisant le pronom

    Je, cependant il y a une distance

    spatiotemporelle par rapport la situation

    dnonciation. Cette distance est bien dsigne

    par les verbes au pass et les espaces qui ne sont

    absolument pas ici par exemple: lentre

    dune galerie.

    4) Lespace (ici) et le temps (maintenant)

    restent en contact direct avec la situation

    dnonciation, ainsi nous avons lembrayage

    spatiotemporel, et lactant (Je) est spar de

    cette situation et donc cest un dbrayage

    actanciel.

    Sans se gner, le prtendu pcheur tourne

    progressivement la tte pour suivre des yeux

    cet improbable bourgeois en pelisse qui longe

    les maisons d'un pas de promenade, sur la

    berge oppose, c'est--dire du ct pair de leur

    numrotation, s'arrte mi-chemin

    (Robbe-Grillet, 2001: 80)

    Peut-tre cause du poids de son bagage,

    dont il a maintenant pass la courroie sur son

    paule gauche, la rue Frdric lui parat plus

    longue qu'il ne l'aurait cru (50).

    Dans les exemples ci-dessus, nous avons bien

    remarqu la distance actantielle par rapport

    la situation de lnonciation indiqu par le

    pronom il ou bien son qui ne sont

    videmment pas je, alors que le temps et

    lespace restent attachs cette situation.

    5) Le temps (maintenant) garde son rapport

    avec la situation dnonciation, ainsi nous

    avons lembrayage temporel, et linverse

    lactant (Je), lespace (ici) sont carts de la

    situation dnonciation, cest le cas du

    dbrayage actanciel et spatial.

    Et c'est dans un silence total, trop

    parfait, un peu inquitant, que Franck

    Matthieu (ou aussi bien Mathieu Frank,

    puisqu'il s'agit l en vrit de ses deux

    prnoms) se rveille, on ne saurait dire

    au bout de combien d'heures, dans une

    chambre familire, dont il lui semble du

    moins reconnatre les moindres dtails,

    bien que ce dcor soit pour le moment

    impossible situer, dans l'espace

    comme dans le temps. Il fait nuit. Les

    pais doubles rideaux sont ferms

    Suspendu au centre de la paroi face la

    fentre invisible, il y a le tableau

    (Robbe-Grillet, 2001: 106).

    Lexemple prcdent montre bien

    lembrayage temporel en profitant bien des

    verbes au prsent, alors que lactant et lespace

    sloignent de la situation dnonciation. On

    peut bien voir que lactant nest plus je et se

    change en il ou bien Mathieu Frank,

    dautre part laction se passe dans un endroit qui

    nest srement pas ici mais une chambre

    familire.

    6) Lactant (Je), lespace (ici) et le temps

    (maintenant) sont tous dtachs de la situation

    dnonciation, autrement dit, nous sommes

    dans un dbrayage total avec la situation

    dnonciation.

    Tandis qu'il range en y mettant tout son soin

    habituel contenu de la grosse sacoche, Boris

    Wallon, dit Wall pour la circonstance, se

  • 44/ Revue des tudes de la Langue Franaise, Volume 9, Issue 2(N de Srie 17), 2017

    souvient tout coup d'un rve qu'il a fait cette

    nuit (Robbe-Grillet, 2001: 77)

    HR, en tout cas, possde dsormais

    une certitude : il a retrouv sa chambre

    d'htel et c'est l qu'il a pass la fin

    d'une nuit agite. Cependant, s'il a

    conscience d'tre rentr fort tard, il ne

    se souvient pas d'avoir demand qu'on

    le rveille, quelque heure que ce soit,

    et il a maintenant omis de se le faire

    rpter d'une faon moins vague par le

    patron grincheux, compensant alors le

    manque d'une montre en bon tat de

    marche. Au reste, on dirait que la notion

    d'heure, exacte ou mme

    approximative, a perdu toute

    importance ses yeux, peut-tre parce

    que sa mission spciale se trouve mise

    en suspens, ou bien seulement depuis

    qu'il s'est perdu dans la contemplation

    du tableau de guerre ornant sa chambre

    d'enfant, chez la maternelle et

    troublante Io (157)

    Les exemples donns indiquent tout fait le

    dbrayage actantiel et spatiotemporel. Les

    pronoms il ou les noms propres comme

    H.R. qui ne sont videmment pas je,

    lutilisation des verbes au pass et la chambre

    dhtel en que lespace montrent bien ce

    dbrayage par rapport la situation

    dnonciation. Nous sommes tout fait hors du

    cadre je, ici, maintenant.

    7) Lactant (Je) et le temps (maintenant)

    restent attachs la situation dnonciation,

    pourtant lespace (ici) est cart de cette

    situation. Ainsi nous avons le dbrayage

    spatial et lembrayage actanciel et temporel.

    Le souvenir d'enfance est alors revenu dans

    toute son intensit. Je dois avoir sept ou huit

    ans, espadrilles, culotte courte, chemisette

    bruntre dlave, ample pull-over dform par

    l'usage. Je marche sans butC'est l'hiver qui

    commence. La nuit tombe vite (Robbe-Grillet,

    2001: 19).

    Le cas prcdent qui est un exemple

    intressant puisque lnonciateur (lactant)

    commence raconter une mmoire de son

    enfance en se gardant attach au prsent de

    lindicatif pourtant en mme temps il substitue

    ici par un autre espace qui appartient la

    mmoire de lenfance soudainement tale. Bref

    nous visons au dbrayage spatial et

    lembrayage actantiel et temporel.

    8) Lactant (Je), le temps (maintenant)

    dsenchanent de la situation dnonciation, de

    ce fait nous avons le dbrayage actanciel et

    temporel, tandis que lespace reste attach la

    situation dnonciation do nous avons

    lembrayage spatial. Lorsque les policiers

    allemands viennent de demander H.R des

    questions:

    Dans la salle du Caf des Allis, peu

    frquente d'une faon gnrale, les

    deux hommes qui demandaient me

    voir, sans pourtant manifester

    d'impatience, taient identifiables trs

    aisment: il n'y avait aucun autre

    consommateur.leur costume qu'il

    s'agissait de policiers allemands en

    civil, qui m'ont d'ailleurs, en guise de

    prambule, prsent les cartes

    officielles attestant leur fonction et le

    devoir dans lequel ils taient d'obtenir

    de moi des rponses prcises,

    vridiques (Robbe-Grillet, 2001:

    201)

    Cest exactement l, le cas que nous avons

    expliqu:

    Peut-on savoir alors o vous avez pris cette

    lingerie poignarde, dcouverte ici-mme dans

    votre salle de bains ? (210)

    Dans ces exemples, comme nous lavons

    signal, lactant et le temps de dtachent de la

    situation dnonciation, lun en utilisant les

  • Diffrentes stratgies et l'aporie de l'nonciation dans La Reprise d'Alain Robbe-Grillet /45

    deux hommes la place de je et lautre en

    employant les verbes au pass. Mais en ce qui

    concerne lespace, celui-ci reste li la

    situation. Ladverbe ici-mme en est un

    indice.

    Tout ce quon vient de prsenter travers les

    exemples montre une sorte de chaos dans la

    dmarche de lnonciation, une sorte derrance

    nonciative o le changement perptuel de

    lactant, du temps et de lespace met le lecteur

    dans la difficult suivre le courant normal du

    rcit. Cette errance qui existe dans les diffrents

    discours de cet ouvrage et galement dans

    lunivers romanesque labyrinthique de La

    Reprise, reprsente et met en relief la fluidit du

    courant de conscience des personnages.

    Lnonciateur, qui change de temps en temps

    dans ce roman, met le lecteur dans un jeu de

    lembrayage et du dbrayage qui perturbe la

    lecture. En effet cette dconstruction de la

    dmarche normale du rcit qui est lune des

    caractristiques du Nouveau Roman

    En effet cette diversit dans la situation des

    nonciateurs quon vient dexpliquer, montre

    galement lomniprsence de lun des traits du

    Nouveau Roman qui est le courant de

    conscience. Celui-ci est tram de perceptions

    actuelles servant de stimuli des penses et

    des souvenirs. Le dveloppement de ces tats de

    conscience successifs se fait selon une double

    ligne: dune part lancrage dans lenvironnement

    (le personnage se dplace, peroit les objets, les

    personnes, les lieux autour de lui); et dautre

    part une logique intrieure faite dassociations

    dides, de rminiscences du pass et de projets

    davenir. On peut dire quon se trouve tout fait

    dans la voie dune comprhension difficile et

    tardive et dans un labyrinthe o cest trs

    difficile sen dgager et sen dlivrer. Il faut

    dire que la prsence perptuelle du flux de

    conscience est belle et bien mis en relief par les

    diffrentes stratgies choisies par les

    nonciateurs et la complexit spatio-temporelle.

    Cette aporie de lnonciation robbe-grilletienne

    nous offre une lecture gnante mais galement

    captivante.

    Conclusion

    Lunivers romanesque dAlain Robbe-Grillet,

    dans cet ouvrage, natteint une cohrence non

    seulement au niveau de lnonciation mais de

    plus au niveau de la conscience du personnage

    qui se met toujours dans un chaos et dans une

    sorte de fluidit. La Reprise de Robbe-Grillet se

    prsente comme laccomplissement de lerrance,

    de la mobilit spatiotemporelle et de la

    perturbation narratologique. Loin daucune

    analyse psychologique, on peut bien voir les

    troubles psychiques des personnages par le biais

    des discours prsents et le flux de la

    conscience. Dans lensemble, part des effets

    nigmatiques produits par la complexit de

    lnonciation, Alain Robbe-Grillet range bien un

    labyrinthe o le lecteur senferme ds le dbut

    jusqu la fin du livre, il devient ainsi lesclave

    de cette manire dcriture et de cette

    laboration des noncs. Le point qui nous

    frappe galement dans ce livre, cest que La

    Reprise est bourre de la stratgie

    particularisante qui nous permet dentrer dans

    les dtails des objets. Cest l o lnonciateur

    nous introduit dans un monde des objets qui

    sont l et qui donne les informations prcises sur

    lambiance. Avec toutes ces prcisions,

    lnonciateur fait tomber lnonciataire dans

    lunivers qui est autour de lui, cet univers est

    bien sr tourn vers lextrieur cest--dire le

    monde objectif de lnonciateur. la lumire de

    ce qui prcde, cela serait possible de dire que

    cette prsence perptuelle de la stratgie

  • 46/ Revue des tudes de la Langue Franaise, Volume 9, Issue 2(N de Srie 17), 2017

    cumulative et la stratgie particularisante, mette

    laccent sur limportance des objets dans le

    Nouveau Roman. Les personnages du Nouveau

    Roman existent travers le regard quil pose sur

    le monde extrieur et sur les objets. Cest

    travers le monde objectif que lnonciateur se

    trouve graduellement.

    Note

    Linstance de discours: linstance dsigne alors

    ensemble des oprations et des oprateurs et des

    paramtres qui contrlent le discours. Ce terme

    gnrique permet dviter notamment

    dintroduire prmaturment la notion de sujet.

    Jacques, Fontanille (2003), Smiotique du discours,

    Limoges, Pulim, p. 92.

    Bibliographie

    Benveniste, . (1966). Problmes de

    linguistique gnrale II. Paris: Gallimard.

    Bertrand, D. (2000). Prcis de smiotique

    littraire. Paris: Nathan.

    Bertrand, D. (1993). Le langage spatial dans la

    bte humaine, in Mimesis et Smiosis.

    Littrature et reprsentation, miscellanes

    offertes Henri Mitterrand. Paris: Nathan

    Courts, J. (1991). Analyse smiotique du

    discours: De lnonc lnonciation. Paris:

    Hachette.

    Fontanille, J. (2003). Smiotique du discours.

    Limoges: Pulim.

    Fontanille, J. (1999). Smiotique et littrature,

    essai de mthode. Paris: PUF.

    Robbe-Grillet, A. (2001). La Reprise. Paris:

    dition de Minuit.

    Robbe-Grillet, A. (1963). Pour un nouveau

    roman. Paris: dition de Minuit.

    Sitographie

    http:// asl.univ-montp3.fr/ sites/.../ 2-Enonce -

    enonciation_synth.pdf

    http://bible-semiotique.com/documents/lp intro

    semiotique.pdf>, consult le 5 aot 2011.

    http://asl.univ-montp3.fr/.../2-Enonce-

    enonciation_synth.pdf

    http://www.bruno-latour.fr/sites/.../75-FABBRI-

    FR.pdf

    http://www.memoireonline.com consult en

    2010.

    http: // theses.univ-lyon2.fr consult le

    05/08/2014.

    http: //bible-smiotique.com/documents/IP intro

    smiotique PDF, consult le 25/06/2014