Repères pour élaborer le projet pédagogique natation · Ce « cahier pédagogique ... (test...

of 39 /39
élaborer Le projet pédagogique NATATION

Embed Size (px)

Transcript of Repères pour élaborer le projet pédagogique natation · Ce « cahier pédagogique ... (test...

  • laborer

    Le projet pdagogique

    NATATION

  • INTRODUCTION

    Repres pour llaboration du projet pdagogique natation

    Ce cahier pdagogique a pour objet daider la mise en place du projet natation dans le respect des instructions officielles de 2002 , de la circulaire natation de 2004 et des objectifs dpartementaux. Il prcise ce qui est faire pour atteindre les objectifs viss lchelon dpartemental tout en prservant pour chaque quipe pdagogique (MNS et Enseignants) son autonomie daction :

    - prise en compte des conditions matrielles de chaque tablissement (surface et profondeur des bassins, matriels disposition et possibilits damnagement),

    - choix des niveaux denseignement permettant de rpondre au mieux lobjectif de fin de scolarit primaire (test dautonomie vers le

    savoir nager ou test savoir nager si le premier est valid) en tenant compte du nombre et de la dure des sances proposes chaque lve durant sa scolarit (voir propositions de rpartition : tat des lieux P 8),

    - mise en place de situations respectant les tapes de transformation et les objectifs intermdiaires atteindre , en assurant continuit et

    progressivit de lenseignement.

    Lobjectif est de structurer lenseignement de la natation

    afin de rpondre au mieux au savoir-nager (Cf. tat des lieux p 3 ).

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    1

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    2

    SOMMAIRE

    A. La natation dans le Val de Marne P 3

    1. Ltat des lieux : valuation dpartementale P 3 2. Le document dpartemental natation : synthse de la circulaire du 13.06.04 P 9

    B. Dmarche denseignement : quelques repres P 14

    1. Lenfant au centre du systme ducatif P 14 2. Lenfant qui apprend P 15 3. Lvolution des conduites motrices de lenfant dans le milieu aquatique P 21 4. Le progrs en natation P 22

    C. Lenseignement de la natation P 24

    1. La Natation dans les nouveaux programmes P 24 2. La circulaire natation du 13.07.2004 (BO n 32 du 9.09.04. et BO n39 du 28.10.04) P 25 3. Quelques dfinitions du savoir-nager : volution des reprsentations P 25 4. La construction du savoir-nager : P 27

    Les caractristiques du nageur dbutant et du nageur confirm : observables P 27 Les tapes de la transformation : situations de rfrence P 28 Les tapes de la progression P 30 Le respect des tapes : les situations incontournables qui permettent passer dune tape lautre P 31 Les trames de variables : rpter pour stabiliser mais en proposant des situations diffrentes P 35

    5. Lvaluation : test national et tests dpartementaux P 36

    Bibliographie P 38

  • A. La natation dans le Val de Marne

    1. Ltat des lieux : valuation dpartementale En 2002/2003, lenseignement de la natation dans le 94 se fait prioritairement en CP et CE1 (dans le tableau qui suit, le chiffre en ordonne reprsente le total des sances proposes chaque niveau de classe) mais, nous avons pu constater une grande disparit dans les diffrentes coles du dpartement concernant - dune part le nombre de sances de natation offertes au cours de la scolarit

    minimum : 11 sances maximum : 132 sances

    (toutefois, nous pouvons constater que 59% des coles bnficient dune dure denseignement gale ou suprieure 2 ans sous forme dun enseignement modulaire ou dun suivi denseignement de la grande section de maternelle au CE1, voire au CE2) .

    - dautre part la dure des sances (en gnral 35 40 minutes)

    LA NATATION dans le 94

    18410881

    379

    855

    393

    26

    929

    0

    200

    400

    600

    800

    1000

    MS GS CP CE1 CE2 CM1 CM2 autres

    MS

    GSCP

    CE1

    CE2CM1

    CM2autres

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    3

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    4

    Compte tenu de cette disparit, nous observons des niveaux de comptence trs variables en fin de cursus natation en fonction des conditions matrielles (nombre et dure des sances) et de la mise en uvre de lactivit (approche pdagogique). Les informations transmises par les CPC nous ont galement permis de constater que dans le Val de Marne en 2004 :

    40,35% des Grandes sections 66,66% des CP 73,68% des CE1 38,59% des CE2 14,03% des CM1 26,31% des CM2 (modules ou mini-stages)

    bnficiaient dun enseignement natation. Ceci corrobore lanalyse prcdente savoir un enseignement centr essentiellement sur les niveaux CP et CE1 (voir tableau). CONSTATS : Dune part les sances de natation en grande section de maternelle facilitent la construction du savoir-nager : la dcouverte du milieu aquatique associe aux transformations prioritaires ncessaires au savoir-nager permet aux enfants de prendre conscience quils flottent naturellement (incontournable : raliser ltoile de mer) : leau ne reprsente plus un danger, elle devient un espace nouveau et motivant propre effectuer de nouvelles dcouvertes. Cette premire tape de type exploratoire devrait se prolonger et se structurer vers le savoir nager . Ceci nest pas toujours le cas du fait de labsence, jusqu prsent, dun objectif clairement prcis au niveau dpartemental et qui tient compte des nouvelles I.O. de 2002 et de la nouvelle circulaire du 13.07.2004 (BO n 32 du 9.09.04. et BO n39 du 28.10.04)

    Dautre part, Il faut souvent noter une rupture entre lenseignement lcole primaire et lenseignement dans le secondaire, les lves cessant le plus souvent lactivit en CE1 . Pour palier ce problme, des mini-stages CM2 ont t mis en place dans certaines piscines du dpartement.

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    5

    TAT DES LIEUX : Il nous est apparu important de faire un tat des lieux en mettant en place une valuation dpartementale en fin de cursus natation : deux tests sont proposs :

    Le test dautonomie qui mesure le degr dautonomie de lenfant dans le milieu aquatique. Il est dfini en rfrence lexemple de comptences vises en fin de cycle 2 (IO 2002)

    (si llve russit le test dautonomie, il tentera le test Savoir nager )

    Le test savoir nager commun au premier et second degr :

    Le test savoir nager permettra de connatre le nombre de nageurs en fin de cursus primaire, mais nest nullement lobjectif de lcole primaire. Ce test sera repris en fin de 6me afin de mesurer la progression au cours de cette anne denseignement (dossier envoy dans tous les tablissements secondaires la rentre 2004).

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    6

    LES TESTS : Le TEST VERS LE SAVOIR-NAGER : test dautonomie. Il reprsente le minimum vital acqurir en fin de cursus scolaire. Il sagit dun enchanement dactions qui comprend :

    une entre dans leau : sauter ou plonger et rejoindre le bord une immersion :

    - aller chercher un objet 1,8 / 2 m de profondeur en utilisant une perche ou lchelle du bassin et en se laissant remonter sans laide de celle-ci OU

    - passer travers 2 cerceaux loigns de 1m si la profondeur du bassin est infrieure 1,8 m (1er cerceau 2m du bord) un dplacement sur 25 m : effectuer 12,5m ventral -passage dorsal- 12 ,5m dorsal

    Le TEST SAVOIR-NAGER commun au premier et second degr Il sagit dun enchanement dactions qui comprend :

    une entre dans leau en plongeant une immersion :

    - aller chercher un objet situ 5m du bord et 1,8 / 2 m de profondeur -plongeon canard- - le remonter la surface et se maintenir 3 secondes en position statique - revenir au bord

    un dplacement sur 50m : - 25m ventral avec respiration aquatique adapte - 25m dorsal avec action des bras et des jambes

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    7

    Les premiers tests se droulent durant lanne scolaire 2003/2004 . Lanalyse des rsultats nous permet

    de vrifier le niveau de comptence -quantitativement et qualitativement- atteint par les lves en fin de leur cursus natation en tenant compte du nombre de sances effectives dont ils ont dispos durant leur scolarit,

    de dfinir une dmarche dpartementale NATATION visant amliorer les rsultats en rfrence au test vers le savoir

    nager et de ce fait au test savoir nager (cf. nouvelle circulaire),

    de proposer aprs concertation des diffrents partenaires un cahier des charges pdagogique : Repres pour llaboration du projet NATATION qui, partir des objectifs viss, dfinira les tapes intermdiaires incontournables atteindre aux diffrents niveaux denseignement. Ce document laissera lquipe pdagogique (PE, MNS) la libert de ses choix pdagogiques dans le respect des comptences vises par la circulaire du 13.07.2004.

    Il conviendra, si ncessaire, dadapter le projet pdagogique afin quil rponde au cahier des charges tout en tenant compte des donnes matrielles propres chaque circonscription (bassins, encadrement, matriel disposition) et en prservant la dmarche pdagogique dfinie par lquipe enseignante.

    Premiers rsultats :

    min 11 22,43 10,20 0,74 0,33 max 132 100,00 78,11 63,89 60,21 rsultats moy. 48,03 8501 7255 4588 63,24 53,97 2271 31,30 26,71

    % lves tests : 85,34

    Nb

    sances effect.

    Nb total dlves

    Nb dlves

    tests

    Test 1 : nb

    dlves

    % russ. T1

    /tests

    % russ.T1

    /total

    Test 2 : nb

    dlves

    % russ.T2

    /tests

    % russ. T2

    /total Globalement :

    2 lves sur 3 russissent le test vers le Savoir nager 1 lve sur 3 russit le test Savoir Nager

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    8

    Analyse des rsultats : Niveau circonscription : Des points faibles sont constats notamment concernant la plus ou moins grande capacit enchaner les actions.

    dans un certain nombre de cas, le rsultat au test est ngatif du fait dune action non effectue (immersion, plongeon) il reste difficile danalyser sil sagit dun problme dordre pdagogique, dun manque de sances ou dun enseignement qui sarrte

    trop tt dans le temps. Niveau dpartemental :

    le nombre de sances nest pas toujours rvlateur des rsultats, en revanche, la continuit des apprentissages donne dexcellents rsultats surtout au test 1.

    il faut toutefois noter que ces rsultats ne sont pas uniquement ds lenseignement scolaire (diffrents partenaires participent laction savoir nager : MNS, Clubs, coles de Sport)

    Faire au mieux avec ce que lon a : Concrtement pour 2005/2006 , lenseignement doit se faire de faon modulaire (voir IO 2002 et circulaire du 13.07.2004) et se recentrer en priorit autour des niveaux CE1 et CE2 . Ci-dessous une proposition de rpartition en fonction du nombre de sances dont disposent les lves lcole primaire :

    Module de 12 15 sances pour chaque niveau Nb de sances < 15 30 45 60 > 60

    Niveau CM ou

    CE2

    CE1/CE2 CE1/CE2/CM CP/CE1/CE2/CMou

    GS/CP/CE1/CM

    Idem +GS ou

    Idem + CE2 CM : Dans le cas o il nest pas possible de mettre en place un module dapprentissage, Il serait important de rserver un minimum de 4 6 sances en suivi pour un mini-stage CM2 afin dassurer une transition satisfaisante avec le secondaire.

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    9

    2. Le document dpartemental natation (synthse de la nouvelle circulaire pour lcole primaire)

    Les activits aquatiques et la natation sont partie intgrante de lenseignement de lEPS lcole, au collge et au lyce. Il convient de favoriser la continuit des apprentissages pour assurer tous les lves les comptences indispensables la matrise de leur scurit. Rappel des objectifs, comptences attendues et des conditions de mise en uvre

    La natation est une des activits les plus pratiques dans le premier et le second degr : cette importance est lie son caractre utilitaire qui fait du savoir nager un lment essentiel de la scurit des personnes.

    Les objectifs et comptences attendus lcole

    le choix de cette activit, comme des autres, relve de la responsabilit de lquipe pdagogique de lcole.

    la natation trouve sa place dans un projet densemble qui concerne les cycles 2 et 3 de lcole primaire, sans exclure, lorsque les conditions sy prtent, lcole maternelle et plus spcialement la grande section.

    les enseignements seront organiss en modules : en fin dcole primaire, les lves devront tre capables de parcourir environ

    15m en eau profonde, sans brassire et sans appui. Toutefois, lorsque les conditions locales permettent daller au-del, on visera pour les lves ayant atteint ces comptences du cycle 3, le niveau dautonomie caractrisant le savoir-nager .

    A titre dexemple, on peut citer lenchanement suivant : Un plongeon suivi dun parcours de 50 m de nage, en grande profondeur, sans reprise dappui, dplacements effectus alternativement en position dorsale et ventrale (10 mtres au moins devront tre parcourus dans chaque position) suivi dun maintien sur place de 10 secondes et de la recherche dun objet immerg 2m de profondeur environ.

    Remarque : une valuation dpartementale a t mise en place dans le Val de Marne depuis 2003. Elle consiste en deux tests raliss en enchanement dactions et en grande profondeur. (voir chapitre tat des lieux p 5). Ces tests dfinissent lobjectif que se fixe le dpartement et doivent en consquence faire partie intgrante du projet.

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    10

    La mise en uvre de lenseignement de la natation

    24 30 sances en 2 ou 3 modules au C2 et C3 module supplmentaire de 12 sances au cycle 3 si les conditions le permettent une sance par semaine reprsente un minimum dure de la sance : 30 35 minutes de pratique effective dans leau

    Lencadrement et la qualification des personnels

    Qualification de lencadrement :

    Enseignant : il participe effectivement lenseignement, notamment en prenant en charge un groupe de travail. Les professionnels : ils sont soumis agrment

    - MNS - Titulaires du BEESAN - Educateurs et conseillers territoriaux

    Les bnvoles , lorquils participent aux activits physiques et sportives en prenant la responsabilit dun groupe dlves,

    interviennent galement dans le cadre dun agrment dlivr par linspecteur dacadmie suite leur participation au stage dinformation dfini au niveau dpartemental.

    Cas particulier des ATSEM : ils peuvent tre associs lorganisation des sances de natation uniquement pour les activits

    daccompagnement et aprs autorisation pralable du Maire.

    Taux dencadrement

    en maternelle, lenseignant et 2 adultes agrs, qualifis ou bnvoles pour une classe. en lmentaire, lenseignant et 1 adulte agr, qualifi ou bnvole pour une classe.

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    11

    Cas particulier des classes faible effectif dfini le plus souvent par le seuil de 12 lves : en maternelle, lenseignant et 1 adulte agr, qualifi ou bnvole pour la classe. en lmentaire, lenseignant ou 1 adulte agr, qualifi ou bnvole pour la classe.

    Dans certains cas, des lves issus de classes diffrentes peuvent tre regroups pour lapprentissage de la natation.

    La surveillance et la scurit

    La surveillance Le cadre gnral de la surveillance des tablissements de bains est dfini par le plan dorganisation de scurit et de secours (POSS) prvu par larrt du 16 Juin 1998. Dans le cadre scolaire, dans le premier et le second degr, cette surveillance est obligatoire pendant toute la dure de la prsence des classes dans le bassin et sur les plages tels que dfinis par le POSS. Dans le premier degr et jusqu 3 classes voluant dans le mme bassin, une personne charge de la surveillance sera ncessaire au bord du bassin. Ce personnel est exclusivement affect cette tche et, par consquent, ne peut simultanment remplir une mission denseignement.

    La scurit est active et permanente

    les enseignants veilleront mettre en place des procdures de travail propres limiter les risques et en faire prendre conscience aux lves (modalits de travail, balisage, dplacements). les activits de rinvestissement, gnralement organises en fin de sance, ncessitent un niveau accru dattention. le comptage rgulier des lves ainsi que des signes ventuels de fatigue feront lobjet dune attention toute particulire de la

    part de lenseignant responsable du groupe. Les conditions matrielles

    Temprature et confort Eau : 27C, air 24 27C

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    12

    Surface utile et frquentation du bassin

    Pendant toute la dure des premiers apprentissages, loccupation du bassin doit tre calcule raison dau moins 4m2 de plan deau par lve prsent dans leau ( surface conseille 5m2 ).

    Utilisation de matriel pdagogique adapt afin damliorer lefficacit des apprentissages.

    Cas particuliers des bassins dapprentissage et des piscines intgres aux tablissements scolaires

    Les bassins dapprentissage sont des structures dune superficie infrieure ou gale 100 m2 et dune profondeur maximale de 1,30m conus pour pouvoir accueillir une classe entire. Dans le premier degr, tout en respectant les taux dencadrement, la surveillance sera assure par les membres de lenseignement pdagogique dans la mesure o lun dentre eux, au moins, aura satisfait aux tests de sauvetage prvus par lun des trois diplmes suivants : MNS, BEESAN, BNSSA, ou aux tests constituant les pr-requis du certificat daptitude au professorat dducation physique.

    Les responsabilits

    Les enseignants

    La mission de lenseignant est de concilier organisation pdagogique et scurit des lves. Lenseignant a la responsabilit des lves placs sous sa surveillance : sagissant de laction en rparation, la responsabilit civile de ltat se substitue celle de lenseignant par la faute duquel les dommages ont t subis ou causs (loi du 5 Avril 1937) Sur le plan pnal, la responsabilit de lenseignant , comme celle de tout citoyen est personnelle. Ainsi en cas de faute constitutive dune infraction, la responsabilit pnale de lenseignant pourrait tre recherche.

    Les personnels non enseignants

    La substitution de la responsabilit de ltat se fera au profit des personnels de surveillance, dans les mmes conditions que pour les membres de l enseignement public .

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    13

    Les Enseignants et MNS dont les noms suivent reconnaissent avoir pris connaissance des termes de la circulaire du 13.07.04 (BO n 32 du 09.09.04) modifie par la circulaire du 15.10.2004 (BO n39 du 28.10.2004) ainsi que du projet pdagogique

    Commune : Ecole : Nom des enseignants Emargement

    Noms des MNS Emargement

    A le

  • B. Dmarche denseignement : quelques repres

    1. Lenfant au centre du systme ducatif

    Chez le jeune enfant, les expriences motrices sont la base du dveloppement psycho-moteur :

    le mouvement est lexpression mme de sa faon dtre au monde ,

    toutefois , les possibilits psycho-motrices dun enfant sont directement lies sa maturation et ses expriences , ce que le docteur AZEMAR traduit par :

    LHORLOGE DES APPRENTISSAGES .

    Toutes les fonctions ne sont pas oprationnelles en mme temps , elles apparaissent selon un ordre dtermin qui respecte lvolution phylogntique cest dire lvolution de lespce :

    SAISIE LOCOMOTION LANGAGE

    Demandons lenfant chaque priode de sa vie tout ce quil peut, rien que ce quil peut. I.O. (COMPTENCES) ENFANT BIOLOGIE

    (vcu et maturit)

    DMARCHE PDAGOGIQUE

    (du plaisir tir du jeu au plaisir tir de leffort)

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    14

  • 2. Lenfant qui apprend : Lactivit tonique est une des meilleures expressions de ltat psychologique du sujet. Elle est rgule par la formation rticule centre de transit de lensemble des informations. La formation rticule est une zone de vigilance qui assure le contrle du tonus musculaire et le modifie pour empcher ou faciliter laction en fonction de la coloration affective donne aux informations. La fonction tonique assure un certain tat de mobilisation de lappareil moteur qui conditionne sa plus ou moins grande disponibilit, elle est de ce fait la base de la motricit. Important : Axe de progression de lenseignement

    En NATATION , il sagira de passer

    dune TONICIT ANTIGRAVITAIRE : rflexe de posture du terrien *

    une TONICIT MINIMALE (correspondant la tonicit de base) : relchement des muscles de la nuque et du dos, prise de conscience de la pousse dArchimde **

    vers une MISE SOUS TENSION VOLONTAIRE : contraction musculaire volontaire visant dformer leau ***

    G.MAITROT CPD IA 94

    * Le rflexe anti-gravitique se manifeste, en position debout, par une contraction rflexe de notre quadriceps -muscle extenseur de la jambe sur la cuisse- pour rquilibrer laction de la pesanteur qui tend faire flchir larticulation du genou. ** Observables : lenfant en confiance est relch lorsquil ralise ltoile de mer face immerge , il a conscience quil flotte naturellement. Lenfant qui apprhende manifeste son refus du milieu aquatique en contractant de faon rflexe les muscles de la nuque et du dos comme pour chercher sen dgager. *** La notion de mise sous tension volontaire correspond un gainage du corps qui permet de rendre le corps projectile . (voir Ch. 4 p 31). A partir de 2 ans, compte tenu du dveloppement de la fonction tonique , lacte moteur sorganise de plus en plus travers : sensorialit, affectivit, motricit ce qui impose lenfant de traiter de linformation pour agir, rendant ainsi le geste progressivement plus prcis, plus efficace et plus conomique.

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    15

  • Activit motrice et apprentissage :

    vnement

    - informations extroceptives (visuelles, auditives, tactiles) - informations proprioceptives (informations kinesthsiques)

    Impact sensoriel

    - prise dinformations : - perception

    Impact motionnel

    - coloration affective des informations , la formation rticule peut provoquer un blocage physique ou psychique OU faciliter laction et la rflexion . - le traitement de ces informations seffectue au niveau du cerveau de la mmoire

    Impact cortical

    - tri et traitement des informations : limination des informations parasites par le cerveau de laction

    M

    MO

    IRE

    (C

    ompa

    rais

    on a

    u re

    gard

    du

    vcu

    )

    PROJET DACTION (dcision : choix dun programme moteur )

    DCISION ACTION

    daprs SCHMITT : Nager, de la dcouverte la performance modifi G.MAITROT

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    16

  • Apprentissage moteur et rsolution de problmes LE BOULCH (71) estime que la solution au problme moteur est de nature consciente : prise de conscience qui consiste prendre sa propre activit comme objet de pense .

    Pour FAMOSE, il ny a apprentissage que dans la mesure o les enfants doivent modifier leur comportement pour atteindre un but qui est provisoirement hors de leur porte et qui ncessite la fois un effort physique et un effort cognitif : lorsquon acquiert un geste sportif, on napprend pas un mouvement mais des connaissances, des stratgies, des rgles qui permettent de gnrer le mouvement le plus efficient dans une tche donne . Lapprentissage ne sera rellement en place que lorsque lenfant comprendra lenchanement des tapes intermdiaires (principes daction, rles tactiques) mais aussi quand il sera capable dorganiser les paramtres de son geste .

    SITUATION OBJECTIF

    Problme laboration des moyens ncessaires latteinte de

    SCHMIDT : ce qui est appris, ce nest pas le mouvement mais lhabilet le construire travers diffrents paramtres : le mouvement nest que la rsultante de lapprentissage. Deux thories nous semblent privilgier dans le domaine de lapprentissage en natation : elles sont complmentaires :

    LA THORIE COLOGIQUE : ce qui est peru dun objet dpend des actions que le sujet peut raliser sur cet objet et en retour , les actions sont dtermines elles-mmes par ce qui est peru de lenvironnement et de son propre corps.

    Il sagit dune sorte de dialogue sensori-moteur (*) * exemple : dplacement genoux ou en marchant sur des tapis-mousse dpaisseur diffrente poss sur leau . Les tapis seront plus ou moins stables en fonction de leur paisseur ce qui impose lenfant, partir de nouvelles sensations, de rechercher un nouvel quilibre.

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    17

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    18

    LA THORIE DU SCHMA (SCHMIDT) repose sur la notion de paramtrisation du mouvement

    Lanalyse des diffrentes phases dun mouvement permet de dfinir les invariants qui les composent. Le mme mouvement sera ralis de faon diffrente en fonction des valeurs attribues aux paramtres du mouvement. Analyse du mouvement de bras en crawl. Il se dcompose en :

    une phase arienne dont les invariants sont le retour arien et la pntration dans leau, une phase aquatique dont les invariants sont lappui, la traction et la pousse.

    Invariants et paramtres du programme moteur :

    Les invariants (ex. pour un plongeon : impulsion, suspension, trajectoire, pntration dans leau) Les paramtres du mouvement :

    la dure globale lamplitude la direction la force

    Quand un lve ralise un mouvement, il met en mmoire 4 types dinformations :

    les paramtres du mouvement la connaissance du rsultat (le rsultat varie en fonction de la valeur des paramtres) les consquences sensorielles (sensations intgres, retrouves, affines) les conditions initiales (ex : poids et forme des objets qui ont une incidence sur les valeurs des paramtres )

    Les deux thories suggrent le mme principe pdagogique : rechercher de manire autonome la solution motrice mais : - pour la Thorie cologique , la stratgie pdagogique vise amnager lenvironnement en laissant aux enfants la libert dauto-organiser

    leurs gestes.

    - pour la Thorie du Schma, celui qui apprend met en place un programme et une rgle qui permet de spcifier les paramtres pertinents pour ce programme. Apparat la notion de hirarchie dapprentissage qui correspond lacquisition de sous-habilets ncessaires lapprentissage des habilets vises.

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    19

    Deux conditions sont imposes :

    les sous-objectifs doivent tre en relation avec lobjectif principal (hirarchie des apprentissages en dcomposant). les sous-objectifs doivent avoir t raliss et matriss.

    Lapprentissage nest effectif que lorsque lenfant possde les rgles permettant de paramtriser son mouvement : variabilit des conditions de la tche (Ex : moduler lintensit du battement, battement court et rapide / battement ample et plus lent).

    La stratgie dapprentissage est la manire dont un lve ralise son auto-correction sur plusieurs essais . Pour GENTIL (72) :

    llve peroit globalement ce qui doit tre appris il met en uvre une forme grossire de ralisation il compare effet attendu et effet recherch il prend de nouvelles dcisions : dtermination des valeurs des paramtres prcdant la nouvelle tentative. Exemple du plongeon type dpart ou type figure : les invariants sont identiques mais les paramtres sont modifis en fonction de lobjectif vis

    Pour LEBOULCH (74) , cest la reprsentation mentale du schma daction qui permet datteindre le but fix.

    Selon lui , lapprentissage se fait en 3 phases :

    essais-erreurs : conscience du but mais pas des moyens mettre en uvre dissociation-analyse : laffinement des perceptions permet la leve de la barrire motionnelle (aux impressions succde la prise

    de conscience des ralits ce qui diminue lincertitude qui prcde la ralisation). stabilisation par rptitions

    Prcisions :

    dans la phase dexploration, lattention se porte dabord sur le but atteindre puis sur les modalits du geste reprsent . au cours des tentatives successives, les rgulations proprioceptives saffineront. lorsquil y a adquation entre limage du mouvement et les sensations kinesthsiques rsultant de son excution : on peut dire que le mouvement a t intrioris - ce qui ne veut pas dire quil est efficient et conomique -.

  • Cette reprsentation peut se traduire par

    ce quil y a faire comment le faire savoir le faire en affinant progressivement sa rponse (vitesse, amplitude, intensit)

    Il faut noter quil y a chez les enfants une grande distorsion entre les connaissances dclaratives , procdurales du type si alors et la ralisation motrice : savoir quoi faire nest pas synonyme de savoir le faire .

    Thorie COLOGIQUE Thorie du SCHMA

    Dmarche : rechercher de faon autonome la solution motrice

    ESSAIS-ERREURS

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    20

    Sous-objectif 1 Sous-objectif 2 Sous-objectif 3

    Auto-adaptation lenvironnement ou lamnagement mis en place

    Sous-objectif 4

    OBJECTIF GNRAL

    G.MAITROT CPD IA 94

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    21

    3. Lvolution des conduites motrices de lenfant dans le milieu aquatique

    De lenfant marcheur lenfant flottant vers lenfant aquatique

    au plan psychomoteur

    (affectif)

    dune tonicit

    antigravitaire (rflexe de posture)

    une tonicit minimale

    (relchement = confiance : je flotte naturellement )

    vers une mise sous tension volontaire : aligner bras / tronc / jambes en se gainant

    pour dformer leau en rendant le corps projectile

    au plan moteur

    dplacements aquatiques avec appuis plantaires puis

    en limitant les appuis

    toile de mer (ventrale et dorsale)

    suppression des appuis

    construire

    SA NATATION : dplacement aquatique en

    autonomie = niveau de complexit naturel

    construire les activits

    aquatiques : pratiques sociales de rfrence = niveau de complexit acquis

    au plan cognitif

    rpertoire moteur

    dans le milieu aquatique

    prise de conscience de la

    pousse dArchimde quilibre, respiration

    test dautonomie :

    scurit = se sauver

    test savoir nager : conomie et efficacit

    = tre performant

    G.MAITROT CPD IA 94

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    22

    4. Le progrs en natation :

    La prise en compte du dveloppement psycho-moteur de lenfant - cest--dire lobservation de lenfant dans ses actions et dans ses choix - associe la connaissance des mcanismes dapprentissage (voir thories des apprentissages Ch.B 2 p 15) doit permettre de favoriser le progrs en natation : Pour cela, les situations doivent avoir du SENS pour lenfant en lui donnant du motif agir car il se nourrit de signaux et de repres (ces situations seront prcises prochainement dans le fichier natation des enseignants propre chaque piscine ). Elles doivent tre varies en nature et quantit :

    offrir diffrentes entres pour atteindre un mme objectif (pdagogie diffrencie : remdiation, relance, complexification) solliciter une dissociation des perceptions ( ex : travailler les yeux ferms pour renforcer les prises dinformations

    proprioceptives ) et favoriser les dissociations segmentaires (ex : nages hybrides) favoriser les enchanements dactions et leur paramtrage (faire varier lintensit de leffort et lamplitude du geste par

    exemple) favoriser le traitement des informations en rduisant lincertitude par rapport

    la situation (amnagements adapts, attractifs et scurisants. Ex : travail de glisse entre 2 cordes) Important : Si le milieu est vide : on constate rapidement une absence dintrt,

    si le milieu est trop plein , il est source de saturation et donc de fatigue.

    la rponse : ne pas brler les tapes . Ex : le plongeon sera ralis sans difficult dans la mesure o lenfant matrisera la coule ventrale qui est synonyme de rchappe

    Important : Si la perception est synonyme d inscurit affective, lenfant nagit pas. au choix des valeurs des paramtres (progressivit dans les apprentissages)

    faire appel aux invariants de laction et permettre de moduler les valeurs des paramtres concernant (*) :

    la dure du mouvement lamplitude la direction la force (* voir Ch.B 2 p 15)

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    23

    et dans un second temps favoriser :

    la perception (situations pluri-sensorielles) : observation du canal privilgi par lenfant (vue, audition, toucher) . la dcision (si alors) : exemple du battement (si je fatigue, alors je modifie le rythme et lamplitude du mouvement). laction (choix du programme moteur permettant de rpondre au mieux la situation propose) la rptition afin de stabiliser mais en proposant des situations diffrentes mais visant le mme objectif pour permettre de

    retrouver des sensations , pour affiner la rponse , pour entretenir la motivation .

    Ce qui est appris ce nest pas le mouvement mais lhabilet construire ses diffrents paramtres.

    Elles doivent dautre part

    tenir compte du vcu et de la maturit de lenfant

    accorder linformation entre lenseignant et lenseign en utilisant tous les canaux (la vue, laudition, le toucher, la comparaison de ralisations effectues par diffrents lves et un nageur de haut niveau) donner du temps (respect du rythme de chacun) amener lenfant verbaliser son action et celles des autres

    entretenir la motivation

    proposer un milieu attractif dclencheur de plaisir et daction

    (amnagement, remdiation, relance qui donnent plaisir faire et refaire ). proposer des situations qui correspondent aux possibilits de lenfant. (voir Ch.4 p 31)

    - le niveau de difficult doit toujours tre la porte de llve ( problme de scurit affective). - privilgier des objectifs de matrise (synonyme de meilleure connaissance de soi) et non des objectifs comptitifs ( la tonalit

    affective varie en fonction des rsultats obtenus) - lvaluation doit dabord porter sur les progrs personnels

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    24

    C. Lenseignement de la natation

    1. La Natation dans les nouveaux programmes : comptences disciplinaires

    Comptences de cycle 1 Comptences de cycle 2 Comptences de cycle 3 Raliser une action que lon peut mesurer Raliser une performance mesure

    Activits athltiques Activits athltiques Activits de natation

    Activits athltiques Activits de natation

    Adapter ses dplacements diffrents types denvironnement Vers les activits gymniques

    Activits dorientation Activits descalade

    Activits de roule et de glisse Activits dquitation Activits aquatiques

    Activits dorientation Activits descalade

    Activits de roule et de glisse Activits dquitation

    Activits de natation

    Activits dorientation Activits descalade

    Activits de roule et de glisse quitation

    Activits nautiques

    Cooprer et sopposer individuellement et collectivement

    Sopposer individuellement et / ou collectivement

    Sopposer individuellement ou collectivement

    Jeux dopposition duelle (jeux de lutte) Jeux collectifs

    Jeux de lutte Jeux de raquettes

    Jeux collectifs(traditionnels)

    Jeux de lutte Jeux de raquettes

    Jeux et sports collectifs Raliser des actions vise artistique

    esthtique ou expressive Concevoir et raliser des actions vise esthtique et / ou expressive

    Danse, Mime Rondes et jeux danss Activits gymniques

    Vers la gymnastique rythmique Activits de cirque

    Danse, Mime

    Activits gymniques Gymnastique rythmique

    Activits de cirque

    Danse

    Gymnastique artistique, Gymnastique rythmique

    Activits de cirque Natation synchronise

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    25

    Les Instructions Officielles de 2002 donnent pour la natation des exemples de comptence de fin de cycle :

    Exemple pour le cycle 2 : se dplacer en surface et en profondeur dans des formes daction inhabituelles mettant en cause

    lquilibre : sauter dans leau, aller chercher un objet au fond (grand bain), passer dans un cerceau immerg, remonter, se laisser flotter 5 secondes et revenir au bord.

    Exemple pour le cycle 3 : nager longtemps, se dplacer sur une quinzaine de mtres sans support. 2. La nouvelle circulaire Natation prcise quen fin dcole primaire, les lves devront tre capables de parcourir environ 15 mtres

    en eau profonde, sans brassire et sans appui. Toutefois, lorque les conditions locales permettent daller au-del, on visera pour les lves ayant atteint ces comptences, le niveau dautonomie caractrisant le savoir-nager (voir test dautonomie et test savoir-nager qui rpondent ces instructions page 6).

    3. Quelques dfinitions du savoir-nager

    Les dfinitions qui suivent permettent dapprcier lvolution des reprsentations du savoir nager dans le temps. R. CATTEAU (1974) : nager, cest construire une nouvelle locomotion permettant au sujet de sexprimer dans un milieu

    fluide

    T. TERRET (1999) : savoir nager, cest avoir rsolu des problmes de respiration, dquilibre, de propulsion, dinformation et de locomotion dans le cadre complmentaire et culturellement dfini dune motricit dadaptation, dune motricit defficience, dune motricit de forme et dune motricit de sensation

    N. GAL (1993) : savoir nager en fin de lyce cest pouvoir crer diffrentes formes de dsquilibres et grer leur

    enchanement pour propulser son corps moindre cot :

    longtemps ou loin, sans se fatiguer, en crawl de prfrence le plus vite possible sur des distances varies diffremment en adaptant des modes de dplacement varis et en utilisant divers espaces moteurs (au-dessus , la

    surface, sous et au fond de leau)

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    26

    P. PELAYO, D. MAILLARD, D. ROZIER, D. CHOLLET (1999) : nager, cest dabord voluer dans le milieu aquatique apprhend dans son volume, sans utiliser dquipements particuliers et sans avoir la possibilit immdiate de reprise dappuis solides

    Ces dfinitions associes aux observations menes dans les piscines du dpartement nous ont permis de dfinir le savoir-nager attendu en fin dcole primaire - partir des fondamentaux de la natation (traitement didactique)

    information quilibre respiration propulsion

    - partir des verbes daction (traitement pdagogique)

    squilibrer simmerger se dplacer

    Le test dautonomie vers le savoir-nager et le test savoir-nager rpondent ces diffrents critres et sont

    prsents en page 6. Le test savoir nager - pass en fin de cursus natation de lcole primaire par les lves qui ont russi le test

    dautonomie - est repris en fin de 6me afin dassurer continuit et progressivit de lenseignement.

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    27

    4. La construction du savoir-nager :

    Les caractristiques du Nageur dbutant et du Nageur confirm : observables

    Nageur dbutant Nageur confirm Prise dinformations

    contrle moteur guid essentiellement par la vue (tte hors de leau - regard lhorizontale).

    Prise dinformations

    contrle moteur guid dabord par les sensations kinesthsiques et le toucher (limmersion de la tte permet de se maintenir plat).

    Motricit (de survie)

    marcheur aquatique : les bras permettent de maintenir les voies ariennes dgages.

    trajet moteur court, retour rapide.

    Motricit (efficace et conomique)

    rle propulseur des bras (respiration aquatique qui ne perturbe pas la glisse).

    trajet moteur long, le retour contrl. rle principalement quilibrateur des jambes

    Aspect cognitif (reprsentation du milieu liquide)

    dans leau on coule leau va pntrer dans ma bouche dans mon nez. on ne peut pas voir sous leau. on ne peut pas entendre sous leau.

    Aspect cognitif : constat

    leau porte, on ne coule pas (prise de conscience de la pousse dArchimde).

    en blocage respiratoire -bouche ouverte- leau ne peut pas pntrer.

    on peut voir sous leau. on peut entendre sous leau (sons mis dans leau)

    Reprsentation du nager vite

    nombre de cycles de bras lev. Observables

    action motrice des bras trs limite retour arien rapide : pntration claque . respiration : la tte est maintenue hors de leau ou la respiration

    est anarchique dpense nergtique importante : fatigue

    Nager vite = recherche de glisse

    performance est amliore en augmentant lamplitude et en diminuant la cadence(tirement musculaire).

    action motrice des bras progressivement acclre. retour arien contrl : pntration sans claque . respiration de type aquatique : la respiration ne perturbe pas la

    nage geste efficace et conomique.

  • Les tapes de la transformation : situations de rfrence

    Transformation de lenfant marcheur tape 1 tape 2 tape 3 lenfant aquatique

    observables test 15m en eau profonde test vers le savoir-nager test savoir-nager

    observables

    Modifier la direction de son dplacement : -action aquatique des bras davant en arrire : javance -action aquatique des bras darrire en avant : je recule -appui marqu droite :

    je vais gauche -appui marqu gauche :

    je vais droite

    Se diriger dans un parcours aquatique et subaquatique : -raliser laction demande au niveau dun obstacle

    je passe sous une corde -effectuer laction demande en rponse un signal auditif jeffectue un plongeon canard

    je change de direction

    Nager ax : -nager face immerge entre 2 lignes espaces de 1 m sans les toucher et en gardant les

    yeux ouverts : je limite les oscillations

    transversales par contrle visuel

    Pris

    e d

    Info

    rmat

    ions

    reprage spatial :

    auditif et visuel contrle postural

    soumis laction de la pesanteur (rflexe anti-gravitaire)

    appuis solides (informations plantaires) Se reprer visuellement :

    -se dplacer sur et sous leau (tapis, cerceaux). -simmerger avec et sans appui -rechercher des objets avec et sans appui

    Simmerger : Rechercher des objets -de couleur diffrente

    jouvre les yeux sous leau - des profondeurs diffrentes

    je matrise la dure de mon apne

    Nager, se stabiliser -rtro-pdalage 10 sec. pour prendre linformation puis reprendre la nage. Simmerger, se stabiliser en surface, puis effectuer une seconde immersion

    reprage spatial :

    visuel et auditif modifi en immersion

    contrle postural modifi par la pousse dArchimde

    prises dappuis sexerant dans un milieu fuyant offrant une rsistance lavancement

    Rechercher un nouvel quilibre : -Raliser une toile ventrale , une toile dorsale et se laisser dplacer par un partenaire 3 secondes.

    Effectuer une coule ventrale + battements suivie dune toile ventrale Effectuer une coule dorsale + battements suivie dune toile dorsale

    Nager les yeux ferms sur une distance de 10 mtres entre 2 lignes espaces dun mtre sans les toucher :

    Je limite les oscillations transversales (sens.kinesth.)

    qu

    ilibr

    e

    quilibre vertical tte verticale regard horizontal sensations

    kinesthsiques sensations

    labyrinthiques Modifier son quilibre en plaant diffrents supports en diffrents endroits du corps. ex : frites, pull-boy, planche

    Changer dquilibre plusieurs fois sur le mme parcours : ventral et dorsal, roulade dans leau (repre visuel ou auditif)

    Changer dquilibre dynamique un signal : passage ou bascule ventral / dorsal

    quilibre horizontal tte horizontale regard vertical sensations

    kinesthsiques modifies

    sensations labyrinthiques modifies

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    28

  • Aprs A.MUTI modifi G.MAITROT

    Transformation de lenfant marcheur tape 1 tape 2 tape 3 lenfant aquatique

    observables test 15m en eau profonde test vers le savoir-nager

    test savoir-nager observables

    Maintenir une apne de 10 sec -sur leau (toile) -sous leau avec et sans appuis

    Se dplacer face immerge sur 10 15 mtres

    Matriser sa respiration aquatique dans un dplact. ventral (25 mtres) -en blocage respiratoire

    -en respirant 1 fois -en respirant 2 fois3fois

    exp.aquatique complte suivie dune inspiration coordonne

    Res

    pira

    tion

    dominante

    nasale rflexe dure de

    linspiration gale celle de lexpiration

    Se dplacer face immerge -en appui sur les bras (petit bain ou marches) - en traversant 1, 2, 3 cerceaux immergs 1m de profondeur

    Enchaner une immersion aprs un dplacement en surface Enchaner un dplacement en surface aprs une immersion -au niveau dun repre - un signal visuel ou auditif

    Varier les rythmes respiratoires : -inspiration chaque cycle de bras -inspiration tous les 2 ou 3 cycles

    inspiration

    dominante buccale volontaire puis

    automatique inspiration brve,

    expiration longue expiration active

    pour vaincre la pression de leau

    Se dplacer ventralement et dorsalement en saidantdune frite

    Modifier son rythme enrponse un signal:

    -en utilisant les jambes -en utilisant les bras (jambes tendues) -en utilisant bras et jambes

    Nager

    -battement lent et ample -battement rapide

    -le + rapidement -le + lentement (nb de cycles de bras minimum) sur une distance de 15m -en position ventrale -en position dorsale

    Prop

    ulsi

    on

    jambes motrices bras

    quilibrateurs appuis solides rsistance

    minime de lair actions

    musculaires en force dcroissante

    Effectuer un dplacement par battements sous leau, bras placs -le long du corps -dans le prolongement du corps

    Modifier sa nage pour passer sous , travers -traction complte des bras pour passer sous -battements bras le long du corps pour franchir le tunnel

    Changer le rythme de la nage -lent / vite / lent -vite / lent / vite un signal

    jambes

    prioritairement quilibratrices

    bras moteurs appuis fuyants rsistance de leau actions musculaires

    en force croissante (mouvement

    progressivement acclr)

    NB : la dure de chaque tape est fonction du vcu et de la maturit de lenfant

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    29

  • Les tapes de la progression Progression tape 1 tape 2 tape 3

    De lenfant marcheur lenfant flottant vers lenfant aquatique

    rpertoire moteur situations qui ont du sens (dans le milieu aquatique)

    mode essais / erreurs

    tape de confiance :

    prise de conscience de la pousse dArchimde (voir incontournables)

    hydrodynamisme

    (voir incontournables Ch.4 p 31)

    test dautonomie : scurit

    hydrodynamisme et

    respiration aquatique (voir incontournables Ch.4 p 31)

    test savoir nager : conomie et efficacit

    Ex de Situations Objectifs Ex de Situations Objectifs lutter contre la rsistance de

    leau, squilibrer dans le dplacement (bras)

    je flotte naturellement

    glisse aprs pousse (ventral et dorsal)

    bras en brasse, jambes en battements

    limiter les appuis plantaires (impulsions,franchissement

    dobstacles dans le petit bain)

    quilibre dans diffrentes

    positions avec ou sans matriel

    glisse + propulsion

    jambes (ventral et dorsal)

    crawl sur 1 bras (lautre est tendu dans le prolon-

    gement du corps = quilibre et appui)

    simmerger avec et sans appuis

    plantaires simmerger + longtemps simmerger + profond

    modifier la pousse en

    expirant : sasseoir, sallonger au fond

    du bassin

    glisse + propulsion jambes + expiration

    (dplact.ventral)

    crawl sur 1 bras

    (lautre est tendu le long du corps pour supprimer lappui)

    se dplacer en appui manuel (ex : marches du petit bain) + diffrents exercices

    respiratoires

    accepter de nouveaux

    quilibres passer dun quilibre lautre

    ex : ventral / dorsal

    glisse + propulsion

    bras et jambes en blocage respiratoire

    puis en plaant insp/expiration

    Construire les changes

    respiratoires : passer dune respiration

    anarchique une respiration coordonne

    (inspiration en fin de temps moteur du

    / des bras)

    -Expiration longue et continue -Enchaner insp./exp. -Indpendance tte / tronc en crawl

    -dos 1 bras -dos 2 bras en simultan -dos 2 bras en alternatif

    Glisse + propulsion bras et

    jambes : nages hybrides,

    alternes, simultanes

    la respiration est

    aquatique, coordonne et ne perturbe pas la

    nage

    G.MAITROT CPD IA 94

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    30

  • Le respect des tapes : les situations incontournables qui permettent de passer dune tape lautre

    afin de ne pas enfermer lenfant dans sa dcouverte , mais de lui permettre didentifier les structures des problmes pour quil puisse sextraire dune motricit spontane en rpondant par des productions adaptatives . Pour cela, il sera ncessaire de

    a. proposer des situations qui ont du sens pour dvelopper et enrichir le rpertoire moteur,

    Il sagit de proposer lenfant des situations varies , de dfinir les objectifs viss, les critres de ralisation, voire dvaluation et lui permettre dajuster ses rponses en comparant les effets recherchs et les effets obtenus. Exemples :

    1. recherche dobjets des profondeurs diffrentes (couleurs / formes / taille diffrentes) 2. recherche dobjets des distances et des profondeurs diffrentes ( + mesure par talonnage) 3. descendre le long dune perche ( + mesure par talonnage) 4.

    b. faire prendre de conscience de la pousse dARCHIMDE

    Je flotte naturellement dans diffrentes positions ( plat ventre , plat dos, en boule) . Je suis quilibr en position dtoile de mer (sur le ventre ou sur le dos)

    - dabord en blocage inspiratoire - puis avec une expiration progressive ( qui entrane une diminution de la pousse)

    tre capable de se stabiliser entre deux eaux tre capable de se coller au fond du bassin assis, plat ventre, plat dos(1,20 m) descendre en se tenant un camarade descendre le long d une chelle descendre le long dune perche, remonter le long dune autre : tape scurisante

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation

    Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    31

  • descendre le long dune perche, la lcher, rcuprer un objet et remonter le long dune autre perche :

    tape de confiance

    idem en traversant des cerceaux : tape dautonomie , capacit matriser son temps dapne sur des parcours diffrents

    c. faire dcouvrir des principes hydrodynamiques

    Dune tonicit antigravitaire pour lutter contre laction de la pesanteur (en position debout sur le sol) une tonicit minimale (cerveau - substance rticule) qui sapparente la tonicit qui existe durant le sommeil,

    une mise sous tension volontaire pour dformer leau .

    glisse entre deux cordes en surface (sur le ventre et sur le dos) glisse entre deux cordes en profondeur coule ventrale (placement de la tte, tonicit du corps pour favoriser la glisse) coule dorsale (placement de la tte, regard tourn vers le plafond, ventre la surface de leau) coule + propulsion coule associe un dpart en surlvation (= fin de plongeon)

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation

    Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    32

  • d. de passer de lapne une respiration de type aquatique : exemple de situations

    Observables des diffrents modes respiratoires utiliss en natation du dbutant au nageur de comptition :

    Les modes respiratoires du dbutant au nageur de comptition :

    tape1 tape 2 tape 3 tape 4 tape 5 La tte et les voies respiratoires sont maintenues hors de leau lors du dplacement.

    La nage se fait en blocage respiratoire tte dans leau, la phase respiratoire ( exp. et insp.) se fait en extrieur : la tte et le corps se redressent ce qui perturbe la nage.

    Lexpiration devient aquatique tout en tant discontinue et incomplte . Linspiration se fait sur une prise dappuis (surfaces motrices obliques et vers le fond) pour permettre le dgagement de la tte : la nage est perturbe.

    Lexpiration est aquatique et complte. Linspiration est coordonne (place en fin de trajet moteur du ou des bras) pour ne pas perturber la nage.

    Les expirations sont aquatiques mais explosives .Elles font suite des blocages respiratoires permettant de dvelopper la puissance maximale au niveau du train suprieur.

    Daprs P. PELAYO et P. WOJCIECHOWSKI : Revue EPS n 230 231 / 1991 : la rsolution des problmes respiratoires

    Les diffrentes situations proposes prcdemment (en position ventrale) ne peuvent tre maintenues sans changes respiratoires. Il est indispensable de proposer des situations facilitatrices pour passer de ltape 1 ltape 4.

    expiration longue (bouche ou nez), inspiration brve

    - avec appui au fond du bassin (pieds) - avec appui sur les marches du petit bain (bras) - avec diffrents matriels

    passage dans des cerceaux sur les marches du petit bain

    venir respirer dans des cerceaux placs de faon quidistante ou varie (petit bain et grand bain)

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    33

  • modifier les rythmes en jouant avec la profondeur du bassin

    reprise du travail de coule + propulsion en apne idem avec des changes respiratoires (en veillant varier le rythme ) : possibilit dutiliser diffrents matriels

    (planche, pull-boy, frite)

    dplacements aquatiques partir de nages hybrides - battements, respiration sur bras en brasse - respiration unilatrale sur un bras en crawl

    Objectif : conserver la glisse pendant linspiration (respiration contrle et coordonne avec les mouvements qui permettent la propulsion afin de perturber au minimum lquilibre de nage)

    e. de dvelopper son schma corporel pour rendre ses actions motrices plus efficaces

    Rappelons ce sujet que PAILLARD parle de corps identifi pour dfinir limage de soi cest dire la reprsentation que lon a de soi et de corps situ pour dfinir le schma corporel qui traduit travers la gomtrie du corps les capacits dajustement postural lenvironnement et dans le cas prsent lenvironnement aquatique.

    actions / dplacements : limiter les oscillations transversales et verticales efficacit / mouvement progressivement acclr sous leau et retour arien contrl orientation des surfaces motrices conomie : amplitude du geste et tirement

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    34

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    35

    Les trames de variables : rpter pour stabiliser en variant les situations -tout en visant le mme objectif- afin d entretenir la

    motivation.

    Ralisation en petite ou grande profondeur avec ou sans matriel

    A partir des fondamentaux

    Information Equilibre Respiration PropulsionAgir les yeux ferms Varier les sensations

    en modulant son effort en modulant la rsistance

    lavancement en modulant la pousse

    dArchimde (respiration)

    statique ou dynamique ventral ou dorsal vertical ou horizontal

    En statique ou en dynamique Modes respiratoires

    apne insp. bouche ou nez exp. aquatique (surtout par la bouche)

    Placement de lInspiration en fin de propulsion du / des bras Varier les rythmes respiratoires

    Sur le ventre ou sur le dos La propulsion seffectue:

    alterne / simultane bras/jambes retour des bras arien /

    aquatique nages hybrides

    Passage ventral / dorsal Rythme lent / rapide Mouvement court , mouvement ample

    A partir des verbes daction Sinformer Entrer Simmerger Se dplacer

    Agir les yeux ferms Varier les sensations

    en modulant son effort en modulant la rsistance

    lavancement en modulant la pousse

    dArchimde (respiration)

    En sautant ou en plongeant paramtres : Impulsion, suspension, trajectoire, entre dans leau Exemples :

    vers le bas vers le haut loin devant en ralisant une figure en pntrant profond

    Position statique ou dynamique (avec propulsion) + / - longtemps + / - loin + / - profond

    varier les positions varier les modes de

    propulsion varier les rythmes

    respiratoires varier lallure, les distances,

    les directions (sur et sous leau)

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    36

    5. Lvaluation : Test national et tests dpartementaux

    Objectif de lvaluation : avoir une photographie du dpartement concernant le savoir nager .

    Le test national (parcourir 15 mtres en eau profonde) est une tape de la formation. Les deux tests dpartementaux : test dautonomie vers le savoir nager et test savoir-nager reprsentent lobjectif que sest fix le dpartement . Ces tests font partie intgrante du projet natation de chaque circonscription.

    Pour exemple : sur un suivi denseignement de la grande section au CM, le test national pourrait reprsenter une tape niveau CP ou CE1. Le test dautonomie vers le savoir nager pourrait se situer au niveau du CE2 Le test savoir-nager interviendrait en fin de cursus natation (fin de module CM2 ou mini-satge) pour les lves qui auront pass avec succs le test dautonomie. Ces tests qui ont dans un premier temps valeur statistique dpartementale peuvent se traduire pour lenfant par lobtention dun brevet dlivr par les communes en fin de cursus natation . Au regard des diffrents tests, le chapitre 4 , second propose des situations de rfrence aux diffrentes tapes de la transformation de llve . Ces situations reprsentent des sous-objectifs qui devront tre matriss par llve afin datteindre en continuit et progessivit les objectifs viss. Des parcours favorisant les enchanement dactions et mettant en jeu les fondamentaux de la natation pourront ce titre tre mis en place.

  • Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    37

    A partir de ce document, les projets denseignement devront faire apparatre outre la planification, lorganisation (surveillance et encadrement) et les niveaux de classe concerns

    les objectifs viss en fin de chaque module, les situations mises en place pour atteindre ces objectifs lvaluation qui permet de valider les acquis.

    Les valuations mises en place dans chaque piscine peuvent naturellement tre conservs sous leur forme actuelle dans la mesure o ils rpondent au cahier des charges pdagogique

  • BIBLIOGRAPHIE

    C. DUBOIS, J.P. ROBIN NATATION : de lcole aux associations R. SCHMITT NAGER : De la dcouverte la performance N. GAL SAVOIR NAGER PELAYO et P. WOJCIECHOWSKI : Revue EPS n 230 231 / 1991) : la rsolution des problmes respiratoires Cours de lInstitut Universitaire SPORT et SANT de la facult de mdecine de BOBIGNY Questions lessai sur lducation physique lcole maternelle : Essais de rponse 1990 Document NATATION de lquipe dpartementale EPS du 77 (ractualis 2004) Document de la commission collge de Seine Saint DENIS (1999) Document Modlisation de lquipe dducateurs de Choisy le Roi Tlcharger le document :

    www.ac-creteil.fr puis cliquer 94 Espace pdagogique Enseignement premier degr Pdagogie EPS premier degr Ressources dpartementales Documentation pdagogique

    Avril 2005 Repres pour llaboration du Projet Natation Conseillers pdagogiques EPS du Val de Marne

    38

    http://www.ac-creteil.fr/

    SOMMAIRETAT DES LIEUX:Il nous est apparu important de faire un tat des lieux Le test dautonomie qui mesure le degr dautonomie de lenf(si llve russit le test dautonomie, il tentera le test Le test savoir nager commun au premier et second degrLe TESTVERS LE SAVOIR-NAGER: test dautonomie. Il reprIl sagit dun enchanement dactions qui comprend:Le TEST SAVOIR-NAGER commun au premier et second degr

    Il sagit dun enchanement dactions qui comprend:

    Lanalyse des rsultats nous permetPremiers rsultats:

    Module de 12 15 sances pour chaque niveau

    Nb de sancesRappel des objectifs, comptences attendues et des conditionLes objectifs et comptences attendus lcoleLa mise en uvre de lenseignement de la natationLencadrement et la qualification des personnelsTaux dencadrement

    La surveillance et la scuritLa surveillanceLa scurit est active et permanente

    Les conditions matriellesTemprature et confortSurface utile et frquentation du bassin

    Les responsabilitsLes enseignantsLes personnels non enseignantsNoms des MNSEmargementDmarche denseignement: quelques represLenfant au centre du systme ducatif

    I.O. (COMPTENCES) ENFANT DMARCHE PDAGOGIQUELenfant qui apprend:Lactivit tonique est une des meilleures expressions de lLa formation rticule est une zone de vigilance qui assure La fonction tonique assure un certain tat de mobilisation dvnementImpact sensorielImpact motionnelImpact corticalPROJET DACTION

    DCISION Deux thories nous semblent privilgier dans le domaine dThorie du SCHMAESSAIS-ERREURSG.MAITROT CPD IA 94Lvolution des conduites motrices de lenfant dans le milie

    De lenfant marcheur lenfant flottant construireSA NATATION:construire les activits aquatiques:au plan cognitifrpertoire moteurdans le milieu aquatiqueprise de conscience de la pousse dArchimdetest dautonomie:test savoir nager:Le progrs en natation:tenir compte du vcu et de la maturit de lenfantLenseignement de la natation

    Raliser une action que lon peut mesurerActivits athltiquesAdapter ses dplacements diffrents types denvironnementConcevoir et raliser des actions vise esthtique et / ouPrise dinformationsPrise dinformationsAspect cognitif (reprsentation du milieu liquide)

    Aspect cognitif : constatReprsentation du nager viteObservables

    Nager vite = recherche de glissede lenfant marcheurtape 1 tape 2 observablestest 15m en eau profondetest vers le savoir-nagertest savoir-nager

    Prise dInformationsSimmerger:Rechercher des objets

    quilibrede lenfant marcheurTransformation

    tape 1 tape 2 observables

    test 15m en eau profondetest vers le savoir-nagerSe dplacer face immergeNager

    Aprs A.MUTI modifi G.MAITROTNB: la dure de chaque tape est fonction du vcu et de la Les tapes de la progressionProgression tape 1 rpertoire moteursituations qui ont du sens(dans le milieu aquatique)mode essais / erreurstape de confiance:hydrodynamismetest dautonomie:hydrodynamisme etrespiration aquatiquetest savoir nager: