Q01. QALAA, QALʽA, QALƐA, LQǝLƐA Le terme qalɛa – en

Click here to load reader

  • date post

    01-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    220
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of Q01. QALAA, QALʽA, QALƐA, LQǝLƐA Le terme qalɛa – en

  • Qalaa des Ath Abbas / 6633

    Q01. QALAA, QALA, QALA, LQLA

    Le terme qala en ralit en berbre: lqla ou lgla car larticle arabe est toujours conserv est un emprunt la langue arabe qala, forteresse, citadelle. Il a remplac ou tend remplacer dans plusieurs dialectes berbres, dont le chaoui et le kabyle, les termes berbres irm/arm (et fm. tirmt/tarmt), village/ville fortifi(e)/citadelle (touareg, tama-zight) et agadir, grenier/entrept fortifi (chleuh); cest prcisment ce dernier sens qua pris lgela en chaoui dans les Aurs, rgion o le mot est clbre par les fameuses guelaa de Baniane. On notera que mme l o lemprunt lqela tend simposer, le terme berbre irem / tiremt reste bien prsent dans la toponymie (en Kabylie, par exemple).

    Salem Chaker

    Les guelaa de Baniane, Aurs (vue ancienne (vers 1930).

    Q02. QALAA des BENI ABBES / LQELA N AT EBBAS

    Les Ath Abbas ont toujours maintenu leur libert, sans payer aucun tribu ni au Roi, ni au Prince. En 1550, ils avaient pour Chef Abdelafis (Abdelaziz), lun des plus braves guerriers de lAfrique.. Marmol, 1573.Il y a de cela 500 ans, le royaume indpendant des Ath Abbas [At ebbas]

    voyait le jour dans les Bibans. On connat bien aujourdhui le rle poli-tique, militaire, conomique et industriel de cet tat, notamment aprs la prise de Bougie par les Espagnols (1510) et les efforts de fdration de Sidi Abderrahmane (mort en 1500) et de structuration de son fils Ahmed (mort en 1510). Il nen est pas de mme de la tradition denseignement. Or, de nombreux indices laissent penser que la rgion des Bibans a abrit des

    97547_Enc_Berbere_05.indd 6633 4/12/14 10:41

  • 6634 / Qalaa des Ath Abbas

    activits intellectuelles significatives ds le XIe sicle. A cette poque, la Qalaa des Ath Abbas ntait quun poste dobservation au niveau de Tarq as-Suln et un point de garde pour surveiller les Portes de Fer.

    Cest cependant en 1510 quelle devient de fait une capitale politique et militaire. De nombreux tmoignages permettent de se faire une ide pr-cise du noyau urbain de la cit et de la vie des habitants. Il en est de mme pour les activits conomiques et les traditions industrielles. Quant aux exploits guerriers du sultan Abdelaziz (mort vers 1559) et aux actions de dveloppement dAhmed Amokrane (mort vers 1596), ils sont rapports par de nombreuses sources autochtones et espagnoles. Cest cette poque que la Qala n At ebbas a consolid son statut de centre denseignement, grce notamment ses rapports privilgis avec les autres institutions scien-tifiques de la rgion, ainsi quavec celles de la valle de la Soummam.

    Le contexte mondial (XVe - XVIe sicles)La fin du XVe sicle correspond une priode o des bouleversements

    importants ont eu lieu dans le monde: les derniers musulmans sont chasss dAndalousie et lAmrique vient dtre dcouverte par Christophe Colomb. Par ailleurs, les deux plus grandes puissances de la plante (les pouvoirs Espagnol et Ottoman) saffrontent dans une terrible guerre mondiale.

    Jusqu loccupation espagnole (1510), Bjaia et sa rgion appartenaient au pouvoir hafside dont la capitale tait Tunis. Dans ce conflit mon-dial, ce pouvoir local prit position pour les Ottomans. Ainsi, vers 1495, les corsaires Kamel Ras et Piri Res hivernaient la zawiya Sidi Touati (Bjaia). Cest cette poque que Sidi Abderrahmane (mort en 1500 son mausole se trouve Takorabt commune dIghil Ali) sinstalle sur le site de la Qalaa des Ath Abbas et initie un processus qui va lui donner un sta-tut. En effet, il fdre les villages de la rgion autour de lui.

    Les Bibans, les Portes de Fer et la tribu des At Abbas [At ebbas]La Qalaa des Ath Abbas est situe lextrmit du dfil des Bibans. Elle

    occupe un plateau denviron 6 km2 une altitude de 1 300 m par rapport au niveau de la mer, au nord de Bordj Bou Arreridj (50 km) et une cen-taine de kilomtres de Bejaia. Elle nest accessible qu partir dun chemin carrossable, trac par les Franais aprs loccupation de la cit.

    Le Dr Shaw, voyageur anglais qui visita le lieu au tout dbut du XIXe sicle, donne une description de cette zone gographique un peu par-ticulire:

    Entre les montagnes des Bni Abbas, quatre lieues au Sud-Est des Ouled Mansour, passe un dfil trs troit, qui pendant lespace denviron quatre cent toises est bord de ct et dautre de rochers trs escarps qui sparait chaque valle en forme de portes de la largeur de six sept pieds.

    97547_Enc_Berbere_05.indd 6634 4/12/14 10:41

  • Qalaa des Ath Abbas / 6635

    Quant aux habitants de cette rgion, le tmoignage dun colon de la premire heure permet de sen faire une ide prcise:

    La tribu des Bni Abbs est la plus importante de la Valle de la Soum-mam. Son territoire est trs fertile. Il est trs riche en crales, huile dolive, fruits divers, miel et cire. Elle a de beaux pturages et beaucoup de bestiaux de toutes espces. En particulier, il affirme qu cette poque (1833): La Tribu des Bni

    Abbs pouvait mettre sous les armes trois mille fantassins.

    La Qalaa, capitale dun royaume indpendantLdification de la Qalaa en tant que capitale du royaume indpendant

    des At Abbas remonte au dbut du XVIe sicle. Son noyau urbain est donc d au dmembrement, voire la chute des royaumes musulmans du Maghreb. En effet, les deux fils du sultan Hafside Abou Abdelaziz surv-curent la bataille de Bejaia et sy rfugirent en 1510.

    De nombreux tmoignages permettent de se faire une ide prcise de ce que ft la Qalaa bien aprs sa chute:

    Callah ou Kelah est la seule ville considrable de la contre qui nous occupe; elle en serait sans nul doute la capitale si ces farouches rpubliques, jalouses, isoles, indpendantes, quelques-unes existant malgr leur petitesse, pouvaient reconnatre un centre daction et de pouvoir.Jusqu cette poque, les gens de la Qalaa vont garder leur rputation de

    probit proverbiale dans toute la Kabylie. Cest en effet, la Qalaa que: toutes les poques dinvasions, les personnages considrables du pays

    sont venus chercher un refuge pour eux, pour leurs familles et leurs trsors. Ils confiaient leur fortune, leurs objets les plus prcieux des habitants qui les enfouissaient dans quelque cachette ignore de leurs maisons, pour les restituer quand le pril tait pass. On ne cite pas un exemple dun dpt ni.

    Rapports avec lEspagne, lempire Ottoman et le royaume de KoukouAprs le rle pionnier jou la fin du XVe sicle par Sidi Abderrahmane,

    laction de structuration de son fils Ahmed (mort en 1510) permet la Qalaa de retrouver de fait un statut de capitale politique et militaire. Il difie la casbah de la Qalaa (avec le concours des Mauresques de Bougie) et devient ainsi le premier sultan du royaume indpendant des Ath Abbas. Cependant, cest le rgne de son fils Abdelaziz qui va faire entrer la Qalaa dans lhistoire. Ses exploits vont permettre son royaume de stendre jusquaux portes du dsert.

    Vers 1545, les Espagnols sallient aux Saadiens marocains. Ces derniers marchaient sur Alger aprs avoir occup Tlemcen. Cest alors quAbdelaziz et les Beylerbey dAlger signent le Pacte dAguemoune Ath Khiar. Aprs des annes de guerre, les milliers de soldats dAbdelaziz permettent la victoire

    97547_Enc_Berbere_05.indd 6635 4/12/14 10:41

  • 6636 / Qalaa des Ath Abbas

    qui sera exploite politiquement par les Turcs et jouera un rle dans la formation de lAlgrie (dbut de traage des frontires).

    Aprs la mort dAbdelaziz, cest son successeur Ahmed Amokrane qui lui succde et qui continue son uvre. Ds lors, la famille portera le nom dAth Mokrane [At Meqqran]. Ahmed rgnera pendant quarante ans. Il meurt au combat Bordj Hamza (Bouira) vers 1596. Son fils Si Nacer prend le relais. Homme pieux, il est mort assassin par les Ath Abbas vers 1620. Cest de cette poque que la Qalaa perd son statut de capitale dun royaume prospre. Mais, comme le constate Lapne: La Kala restera cependant la prestigieuse forteresse des Ath Abbas et des Ath Mokrane jusqu sa chute finale en 1871.

    Rles politique et militairesLe rle minent jou par le royaume des Ath Abbas va durer prs

    dun sicle et demi. Son alliance temporaire avec les Ottomans, puis avec les Espagnols avait pour objectif la restauration possible dun royaume puissant, du type de celui des Hammadites, au Maghreb central. Les cri-vains Espagnols, et notamment Marmol, rapportent en dtail ce jeu dal-liance du sultan Abdelaziz, ainsi que les troupes engags: La Abez avait 180 mousquetaires pied et treize cent chevaux. Ils menaient outre cela trois pices de batterie. Cependant, la puissance du royaume deviendra telle que Salah Ras se mis en campagne de peur que la rputation de cet Africain ne souleva le Pays. Le dtail de cette campagne est rapport et le rle du royaume de Koukou est prcis.

    Le portrait que les crivains espagnols font du prince de la Qalaa est des plus logieux:

    Fier et brave, tout acte dhonneur seul le rjouissait; sil ne rservait son admiration que pour ce qui tait glorieux [], en vrai guerrier et en homme, ayant conscience de sa dignit,.

    Contrairement aux Belqadi (du royaume de Koukou), le sultan des Ath Abbas, soutenu par une dignit ancestrale, irrprochable et glorieuse, saffranchissait du pouvoir Ottoman dAlger. Bien organis autour de sa citadelle, il restait matre des Portes de Fer et obligeait les Turcs navoir des relations avec Constantine que par Aumale et Bou Saada: De la Medjana lOued Sahel, toute la confdration tait sous les armes, prte rpondre, au premier signal dalarme, lappel de son chef.

    En 1557, le pacha Hassan, fils et successeur de Kharredine, arriva Alger. Au mois de septembre de lanne 1559, le roi de Labbs, averti de son arrive, descendit de la montagne avec plus de 6 000 cavaliers, 10 000 fan-tassins et plus de 1 000 arquebustiers Abdelaziz rsista aux Ottomans (appuys par 1 200 soldats europens prisonniers) et leur alli de Koukou,

    97547_Enc_Berbere_