Portfolio Ducamp Edouard

Click here to load reader

  • date post

    13-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Architecture book

Transcript of Portfolio Ducamp Edouard

  • Portfolio

  • Ducamp Edouard

    260/262 rue du faubourg dArras

    59000 Lille

    tel: +33 06 80 80 90 17

    courriel: [email protected]

    Formation

    2013 Niveau master darchitecture de lUniversit Catholique de Louvain, Saint-Luc

    Tournai; ralisation dun memoire sur lurbanisme de Hanoi:

    Structure dun quartier en devenir, dans lurbanisme contemporain de Hanoi.

    2009 Licence darchitecture de Institut Suprieur dArchitecture Saint- Luc Tournai.

    Exprience professionnelle

    2012-13 Dessinateur pour lagence darchitecture du patrimoine Nathalie TKint, Lille.

    Prise de relev et ralisation des plans, coupes et faades,

    sur des glises dpoques diffrentes au 1/100. Assistance la ralisation

    des dossiers dappel doffre.

    Janvier 2012 Organisateur du Jour De lArchitecture JDA, Exposition de projets

    professionnels darchitecture contemporaine, animation de confrences et

    tables rondes sur le dialogue entre architecture daujourdhui et patrimoine

    Tournai.

    Juillet 2011 Stagiaire architecte dans lagence FINENCO architecture Hanoi (1 mois).

    Coordination du travail des dessinateurs quant la ralisation de plans

    dappartements sur une tour Ho Chi Minh Ville.

    Juillet 2008 Stagiaire architecte dans le cabinet darchitecture FINENCO Hano (1 mois).

    Ralisation de plans dappartements pour la tour MIPEC, dessins des fa

    ades, suivi et supervision dun chantier jusqu la livraison au client.

    Juillet 2007 Dessinateur dans le cabinet darchitecture BEAUCAMP Cambrai (1 mois).

    Ralisation de plans et habillage de vues 3D, assistance au suivi de chantier

    Aot 2006 Stagiaire dans le cabinet darchitecture ARRES au Mans (1 mois).

    Dcouverte du travail dans un cabinet darchitecture, des contraintes lies au

    suivi de dossier et suivi de chantier, dessins de perspectives la main pour la

    prsentation au client.

    Juillet 2006 Ouvrier en btiment dans lentreprise de gros-oeuvre Berton et ls au Mans (1 mois).

    apprentissage des techniques du bton: fabrication, ferraillage, coffrage,

    rserves...

    2011-12 Stewart au cinema Imagix Tournai.

    Accueil des clients, placement en salle, et vente de glace.

    Autre

    Anglais : lu, crit, parl.

    Sjour aux USA , Stage Nottingham, stage au Vietnam.

    Informatique : AutoCAD Photoshop InDesign Sketch-up Rvit Power Point Microsoft

    Word.

  • Situ lextrmit sud-est des quais de Tour-

    nai, le site a la particularit dtre proche du quar-

    tier de St-Brice et St-Piat souffrant dun dsint-

    rt conomique et culturel. Lenjeu du site est que

    le btiment puisse raviver ces quartiers dlaisss,

    Le projet se veut la fois continuit et aboutis-

    sement de la balade des quais et de la ceinture verte.

    Les ux humains viennent senrouler par le dispositif ur-

    bain et architecturale autour et dans lcole. Le btiment

    est travaill en analogie de la spirale o toutes les per-

    sonnes convergent en son sein. A lintrieur, le principe

    de spirale sorganise autour dun noyau dcentr sur

    lequel saccroche des volumes. La stabilit du btiment

    est reprise par le mt central et un maillage en faade

    librant ainsi un large volume ddi au travail des ate-

    liers et lieux communs. Les volumes pleins sont orients

    vers lextrieur et contiennent les fonctions studieuses.

    Ecole darchitecture

  • DUCAMP E.// RENARD M.// SANTIN A.// SCHEPKENS F.// VERLINDE Z.

  • Lors de cet exercice de master, il nous a t demand de raliser un muse spci que

    pouvant accueillir loeuvre de diffrents artistes travaillant sur le rien. Etant sans site, seule

    la logique de plan primait. Lenjeu tait de crer un espace issu de labsence en analogie aux

    oeuvres du rien. Nous basant sur le livre de Remy Zaugg, le muse des Beaux-Arts auquel

    je rve ou le lieu de loeuvre et de lhomme, nous avons tabli une trame de pices musales

    spci ques, dont le mur spaissississait pour accueillir une circulation. Trois types doeuvres

    sont mis en exergue : invisible art , seeing nothing , white noise. Pour chacun de ces types, une

    manire dexposer : galeries, alcves et salles issues de labsence dun lment de la trame.

    Les galeries sont les espaces de circulation au travers du btiment, les salles en rapport lab-

    sence dune pice, et les alcves sont les espaces resultant de ces transformations. Lespace

    se divise donc en deux, un intrieur, lautre extrieur, jouant ainsi sur le fait quon puisse traver-

    ser le muse sans rien voir, qu tout moment, il est possible de rentrer dans lpaisseur pour

    accder au rien.

    Muse du Rien

  • Bibliothque publique.

    A la limite sud, intra-muros, de Mons en

    Belgique, le site donne la fois sur la place Ner-

    vienne, attenante aux Casemates, et sur le par-

    vis de lglise Notre Dame de Messine. Lenjeu

    urbain de ce projet tait de connecter la place

    et lglise, inscrivant lensemble dans un tissu

    pitonnier remontant jusquaux abattoirs. Archi-

    tecturalement la bibliothque devait rpondre

    des ides simples : dessiner un front bti pour la

    place, crer le passage et offrir une pice dans

    la ville pour accueillir diffrent types de manifes-

    tation lies aux thme de la connaissance et du

    partage. Ainsi la pice est dlimite par la biblio-

    thque, en btiment pont, et les ateliers, au rez

    de chausse. Un passage permet la connexion

    la rue de Bertaimont et lglise faisant ain-

    si de ce btiment un lieu travers. La biblio-

    thque au premier tage est sur deux niveaux

    en mezzanine et soriente vers la pice urbaine,

    elle donne galement accs une terrasse

    qui rejoint ladministration du cot de lglise.

  • Mercado del tribunal.

    Dans le quartier du tribunal Madrid, le site prsente

    lintrt de rayonner sur la ville par sa situation privilgie par

    rapport laxe central mais galement du fait dtre larticu-

    lation de deux tissus urbains diffrents relis par la rue Mei-

    ja Lequerica. Le long de cette rue trois situations sociales

    rythment lurbain : un parc, un parvis, et un amnagement

    urbain. Donnant sur la rue, le march a la volont de com-

    plter cette logique de ponctuation de lespace social par une

    place en retrait de la rue. Divis en trois parties, le march

    est compris entre une cole, quil prend en charge, et la rue

    quil borde, crant ainsi un espace public limit, rsultat des

    btiments limitrophes. Pour garder une ide dunit malgr la

    division programmatique, le sol du march est au niveau le

    plus bas du site et dune matrialit unie. Ce choix dunit et de jeu topographique permet de projeter la rue (et donc lespace social dans son ensemble)

    sur la place lincorporant celle-ci. Du point de vue de lcole, lextension permet de contenir

    la forme en U du btiment, nanmoins la volont architecturale de cette prise en charge est

    de valoriser lespace dapprentissage en le projetant visuellement sur la place. Ainsi en crant

    des relations avec un environnement proche, matris, et avec un quartier compos dinte-

    ractions et de ponctuations, le march prend sa place comme lment constitutif de lurbain.

  • Memoire Hanoi, la mutation du dragon.

    Il sagit l dune tude urbaine sur un

    nouveau quartier de Hanoi, en effet on dis-

    tingue aisment trois tissus, chronologique-

    ment et morphologiquement, diffrents dans

    lurbanisme de la ville ; le dernier en date est

    issus dun plan durbanisation remontant la

    colonisation franaise et la loi du Doi Moi

    de 1986 permettant linvestissement prive

    dans la construction. Mon intrt se porte sur

    le quartier de Van Chuong localis au sud de

    la citadelle, et louest du quartier coloniale,

    il est apparemment le premier quartier de

    lextension rcente et concentrique de la ville.

    La particularit de cette zone est son aspect

    trs anarchique et Vernaculaire, mais gale-

    ment une histoire en rapport avec la voie de

    chemin de fer et le temple des lettrs crant

    les bases dune appartenance sociale. Lide

    du mmoire est de montrer quil existe un lien

    troit entre lurbanisme chaotique et un mode

    de vie, un mode de dplacement, un mode de

    commerce et un mode sociale.

    1870

    1920

    1950

    2000

  • Maison individuelle

    Situ dans le parc de lcole saint Luc Tour-

    nai, le projet a pour but daccueillir un professeur

    invit pour quelques jours. Le site choisi pour lim-

    plantation est entirement bois et en bordure dun

    chemin menant la gare situe derrire lcole,

    frquent essentiellement aux heures scolaires. La

    particularit de cette zone en sous bois est son iso-

    lement par rapport lcole, et lintimit procure

    par la vgtation. Limplantation rpond la volont

    de ne pas dgrader le site existant en se plaant

    sur une zone libre de vgtation; le corps principal

    sarticule par rapport au site et latelier soriente vers

    lcole. Inspir du concept de Glass House le Bti-

    ment est entirement vitr pour sintgrer la nature

    environnante, seule la faade cot chemin reprend

    un par-soleil de bois horizontal assurant un minimum

    dintimit, ltage le lati sinterrompt pour permettre

    une vue au del des limites proches du btiment.

  • Maison D.

    Localit: Walincourt-Selvigny, 59

    Ici il tait ncessaire de raliser un relev de

    lexistant pour valuer les travaux de des-

    truction, et projeter les travaux damnage-

    ment. Les ncessits taient simples, ouvrir

    la cuisine sur le sjour, et ouvrir le sjour sur

    le jardin. Louverture sur le jardin tait obs-

    true par une annexe qui servait loger un

    toilette, un frigo et une vieille cuve mazout.

    Il a donc tait trs vite question de dtruire

    cette annexe, permettant ainsi de gagner de

    la place sur le jardin et douvrir la faade.

    Le bloc cuisine devient central et articule

    lespace dentre laccs toilette et garage,

    au salon et la salle manger. Au dessus

    de la cuisine un dme dvacuation permet

    dapporter de la lumire et une aration.

    cuisine

    sjour, salle manger

    sjour, salle manger

  • Pavillon Belge

    Il faut exprimer notre volont dutiliser toutes sortes de formes et de tactiques qui puissent

    nous permettre de comprendre et dorganiser ce monde en mutation constante. Nous ne devons

    pas laisser les btiments tre les tombes de larchitecture, mais plutt raliser une architecture

    dans laquelle on se sente chez soi. La 11me Biennale de Venise prsentera des installations ra-

    lises pour loccasion et des paysages dune architecture qui vont au-del de la seule construc-

    tion. Elle exposera galement des architectures exprimentales en provenance du monde entier.

    Aron Betsky directeur de la Biennale 2008.

    Lamnagement de ce pavillon repose sur lide de deux bandes qui senroulent pour

    former un parcours. Embrassant le visiteur ds lentre, celles-ci lentranent vers la dcou-

    verte dun espace occup, isolant des espaces, offrant des bribes de vues sur lintrieur du

    btiment, des temps de pauses, et nalement une vue densemble. Emport, port, proje-

    t, il sagit ici dune exprience spatiale entre deux lments de nature et de forme diffrentes.

  • Amenagement des

    quais de la Lys

    Situ lextrmit ouest de Courtrai, le site est lintersection dun bras de lancienne

    ceinture priphrique et du canal de la Lys. Red ni alors comme intra-muros, il franchit le canal

    par un pont hauban dont le mt prend racine sur le quai concern par lamnagement. Le

    pont tant une limite franche la constance de la rive, lide tait de crer un point darrt face

    loeuvre dingnierie, mais galement un point de dpart une possible continuit de la rive.

    La gestion des ux se fait sur deux niveaux se rejoignant chaque extrmit soit de manire

    brutale, au niveau du point darrt, soit de faon plus douce, par une rencontre de courbe et des

    murs de vgtation. Limplantation dune Black-Box sur le quai permet la cration, sous et proxi-

    mit du pont, dune place o le badaud peut sarrter et tre en relation privilgie avec leau.