Po©sies - Val©ry, Paul

download Po©sies - Val©ry, Paul

If you can't read please download the document

  • date post

    14-Dec-2015
  • Category

    Documents

  • view

    53
  • download

    7

Embed Size (px)

description

Paul Valéry - Poésies

Transcript of Po©sies - Val©ry, Paul

  • P A U L V A L R Y DE L'ACADMIE FRANAISE

    POSIES

    trente-septime dition

    n r y

    PARIS Librairie Gallimard

    DITIONS DE LA NOUVELLE REVUE FRANAISE

    A3, rue de Beaune (vn)

  • A L B U M D E V E R S A N C I E N S 7

    L A F I L E U S E 9 H L N E 1 1 O R P H E 1 3 NAISSANCE D E V N U S 1 5 F E R I E 1 7 M M E F E R I E 1 9 B A I G N E 2 1 Au Bois DORMANT 23 CSAR 2 5 L E BOIS AMICAL 2 7 L E S VAINES DANSEUSES 2 9 U N FEU DISTINCT. . 3 1 NARCISSE PARLE 3 3 P I S O D E 3 7 V U E 3 9 VALVINS 4 1 T 4 3 PROFUSION DU SOIR, P O M E ABANDONN. . . . 4 5 A N N E 5 1 A I R D E SMIRAMIS 5 5 L 'AMATEUR D E POMES 6 1

    205

  • T A B L E

    LA JEUNE PARQUE 65

    C H A R M E S 1 0 5

    A U R O R E 1 0 7 A U PLATANE 1 1 2 CANTIQUE DES COLONNES. . 1 1 7 L ' A B E I L L E 1 2 2 P O S I E 1 2 4 L E S PAS 1 2 " L A CEINTURE 12! L A DORMEUSE 1 3 1 FRAGMENTS DU NARCISSE 13 '} L A P Y T H I E 1 4 : ' L A SYLPHE . . 1 6 1 L ' I N S I N U A N T 1 6 2 L A FAUSSE MORTE . 1 6 ' B A U C H E D 'UN SERPENT 16C L E S GRENADES 1 8 0 L E VIN PERDU 1 8 3 INTRIEUR 1 8 4 L E CIMETIRE MARIN 1 8 5 O D E SECRTE 19? L E RAMEUR 19C P A L M E 1 %

  • ALBUM DE YERS ANCIENS

  • LILIA..., NEQUE NENT

    LA FILEUSE

    Assise, la fileuse au bleu de la croise O le jardin mlodieux se dodeline ; Le rouet ancien qui ronfle l'a grise.

    Lasse, ayant bu l'azur, de filer la cline Chevelure, ses doigts si faibles vasive, Elle songe, et sa tte petite s'incline.

    Un arbuste et l'air pur font une source vive Qui suspendue au jour, dlicieuse arrose De ses pertes de fleurs le jardin de l'oisive.

    9

  • POESIES

    Une tige, o le vent vagabond se repose, Courbe le salut vain de sa grce toile, Ddiant magnifique, au vieux rouet, sa rose.

    Mais la dormeuse file une laine isole ; Mystrieusement l'ombre frle se tresse Au fil de ses doigts longs et qui dorment, file.

    Le songe se dvide avec une paresse Anglique, et sans cesse, au doux fuseau crdule, La chevelure ondule au gr de la caresse...

    Derrire tant de fleurs, l'azur se dissimule, Fileuse de feuillage et de lumire ceinte : Tout le ciel vert se meurt. Le dernier arbre brle.

    Ta sur, la grande rose o sourit une sainte, Parfume ton front vague au vent de son haleine Innocente, et tu crois languir... Tu es teinte

    Au bleu de la croise o tu filais la laine.

    10

  • AIJ3UM DE VERS ANCIENS

    HLNE

    Azur ! c'est moi... Je viens des grottes de la mort Entendre l'onde se rompre aux degrs sonores, Et je revois les galres dans les aurores Ressusciter de l'ombre au fil des rames d'or.

    Mes solitaires mains appellent les monarques Dont la barbe de sel amusait mes doigts purs ; Je pleurais. Ils chantaient leurs triomphes obscurs Et les golfes enfouis aux poupes de leurs barques,

    11

  • POSIES

    J'entends les conques profondes et les clairons Militaires rythmer le vol des avirons ; Le chant clair des rameurs enchane le tumulle,

    Et les Dieux, la proue hroque exalts Dans leur sourire antique et que l'cume insulte Tendent vers moi leurs bras indulgents et sculpts.

    12

  • ALBUM DE VERS ANCIENS

    ORPHE

    ...Je compose en esprit, sous les myrtes, Orphe L'admirable !... Le feu, des cirques purs descend ; Il change le mont chauve en auguste trophe D'o s'exhale d'un dieu l'acte retentissant.

    Si le dieu chante, il rompt le site tout-puissant ; Le soleil voit l'horreur du mouvement des pierres ; Une plainte inoue appelle blouissants Les hauts murs d'or harmonieux d'un sanctuaire*

    13

  • POESIES

    Il chante, assis au bord du ciel splendide, Orphe ! Le roc marche, et trbuche ; et chaque pierre fe Se sent un poids nouveau qui vers l'azur dlire ;

    D'un Temple demi-nu le soir baigne l'essor, Et soi-mme il s'assemble et s'ordonne dans l'or A l'me immense du grand hymne sur la lyre 1

    14

  • AUBUM DE VERS ANCIENS

    NAISSANCE DE VNUS

    De sa profonde mre, encor froide et fumante, Voici qu'au seuil battu de temptes, la chair Amrement vomie au soleil par la mer, Se dlivre des diamants de la tourmente.

    Son sourire se forme, et suit sur ses bras blancs Qu'plore l'orient d'une paule meurtrie, De l'humide Thtis la pure pierrerie, Et sa tresse se fraye un frisson sur ses flancs

    15

  • POSIES

    Le frais gravier, qu'arrose et fuit sa course agile, Croule, creuse rumeur de soif, et le facile Sable a bu les baisers de ses bonds purils ;

    Mais de mille regards ou perfides ou vagues, Son il mobile mle aux clairs de prils L'eau riante, et la danse infidle des vagues.

    12

  • AIJ3UM DE VERS ANCIENS

    FERIE

    La lune mince verse une lueur sacre, Toute une jupe d'un tissu d'argent lger, Sur les bases de marbre o vient l'Ombre songer Que suit d'un char de perle une gaze nacre.

    Pour les cygnes soyeux qui frlent les roseaux De carnes de plume demi-lumineuse, Elle effeuille infinie une rose neigeuse Dont les ptales font des cercles sur les eaux...

    17

  • POESIES

    Est-ce vivre?... O dsert de volupt pme O meurt le battement faible de l'eau lame, Usant le seuil secret des chos de cristal...

    La chair confuse des molles roses commence A frmir, si d'un cri le diamant fatal Fle d'un fil de jour toute la fable immense.

    18

  • AIJ3UM DE VERS ANCIENS

    MME FERIE

    La lune mince verse une lueur sacre, Comme une jupe d'un tissu d'argent lger, Sur les masses de marbre o marche et croit songer Quelque vierge de perle et de gaze nacre.

    Pour les cygnes soyeux qui frlent les roseaux De carnes de plume demi-lumineuse, Sa main cueille et dispense une rose neigeuse Dont les ptales font des cercles sur les eaux.

    19

  • POESIES

    Dlicieux dsert, solitude pme, Quand le remous de l'eau par la lune lame Compte ternellement ses chos de cristal,

    Quel cur pourrait souffrir l'inexorable charme De la nuit clatante au firmament fatal Sans tirer de soi-mme un cri pur comme une arme ?

    20

  • AIJ3UM DE VERS ANCIENS

    BAIGNE

    Un fruit de chair se baigne en quelque jeune vasque, (Azur dans les jardins tremblants) mais hors de l'eau, Isolant la torsade aux puissances de casque, Luit le chef d'or que tranche la nuque un tombeau.

    close la beaut par la rose et l'pingle ! Du miroir mme issue o trempent ses bijoux, Bizarres feux briss dont le bouquet dur cingle L'oreille abandonne aux mots nus des flots doux.

    17

  • POESIES

    Un bras vague inond dans le nant limpide Pour une ombre de fleur cueillir vainement S'effile, ondule, dort par le dlice vide,

    Si l'autre, courb pur sous le beau firmament, Parmi la chevelure immense qu'il humecte, Capture dans l'or simple un vol ivre d'insecte.

    22

  • AIJ3UM DE VERS ANCIENS

    AU BOIS DORMANT

    La princesse, dans un palais de rose pure, Sous les murmures, sous la mobile ombre dort ; Et de corail bauche une parole obscure Quand les oiseaux perdus mordent ses bagues d'or.

    Elle n'coute ni les gouttes, dans leurs chutes, Tinter d'un sicle vide au lointain le trsor, Ni, sur la fort vague, un vent fondu de fltes Dchirer la rumeur d'une phrase de cor.

    23

  • POSIES

    Laisse, longue, l'cho rendormir la diane, 0 toujours plus gale la molle liane Qui se balance et bat tes yeux ensevelis.

    Si proche de ta joue et si lente la rose Ne va pas dissiper ce dlice de plis Secrtement sensible au rayon qui s'y pose.

    24

  • AIJ3UM DE VERS ANCIENS

    CSAR

    Csar, calme Csar, le pied sur toute chose, Les poings durs dans la barbe, et l'il sombre peupl D'aigles et des combats du couchant contempl, Ton cur s'enfle, et se sent toute-puissante cause.

    Le lac en vain palpite et lche son lit rose ; En vain d'or prcieux brille le jeune bl ; Tu durcis dans les nuds de ton corps rassembl L'ordre, qui doit enfin fendre ta bouche close.

    25

  • POSIES

    L'ample monde, au-del de l'immense horizon, L'Empire attend l'clair, le dcret, le tison Qui changeront le soir en furieuse aurore.

    Heureux l-bas sur l'onde, et berc du hasard, Un pcheur indolent qui flotte et chante, ignore Quelle foudre s'amassse au centre de Csar.

    36

  • AIJ3UM DE VERS ANCIENS

    LE BOIS AMICAL

    Nous avons pens des choses pures Cte cte, le long des chemins, Nous nous sommes tenus par les mains Sans dire... parmi les fleurs obscures ;

    Nous marchions comme des fiancs Seuls, dans la nuit verte des prairies ; Nous partagions ce fruit de feries La lune amicale aux insenss.

    27

  • POESIES

    Et puis, nous sommes morts sur la mousse, Trs loin, tout seuls parmi l'ombre douce De ce bois intime et murmurant ;

    Et l-haut, dans la lumire immense, Nous nous sommes trouvs en pleurant 0 mon cher compagnon de silence !

    28

  • AIJ3UM DE VERS ANCIENS

    LES VAINES DANSEUSES

    Celles qui sont des fleurs lgres sont venues, Figurines d'or et beauts toutes menues O s'irise une faible lune... Les voici Mlodieuses fuir dans le bois clairci. De mauves et d'iris et de nocturnes roses Sont les grces de nuit sous leurs danses closes. Que de parfums voils dispensent leurs doigts d'or J Mais l'azur doux s'effeuille en ce bocage mort Et de l'eau mince luit peine, repose Comme un ple trsor d'une antique rose

    29

  • POESIES

    D'o le silence en fleur monte... Encor les voici Mlodieuses fuir dans le bois clairci. Aux calices aims leurs mains sont gracieuses ; Un peu de lune dort sur leurs lvrs pieuses Et leurs bras merveilleux aux gestes endormis Aiment dnouer sous les myrtes amis Leurs liens fauves et leurs caresses... Mais certaines, Moins capt