Personnage de la tradition populaire sicilienne

Click here to load reader

  • date post

    03-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    111
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of Personnage de la tradition populaire sicilienne

  • Page 1
  • Personnage de la tradition populaire sicilienne
  • Page 2
  • Page 3
  • Giuf, appel aussi Giuc, Giuccamatta, Ciuccianespole etc. est un personnage littraire de la tradition orale populaire sicilienne.
  • Page 4
  • Giuf est un enfant du sud, ignorant, qui sexprime travers des expressions figes. Il se retrouve souvent au centre de situations loufoques et dangereuses, mais il russit presque toujours sen sortir. Il vit au jour le jour, de faon candide et innocente, sans reconnaitre les dangers du monde ni sans se proccuper de ce qui peut lui arriver. On a limpression que le monde lui tombe dessus.
  • Page 5
  • Le cycle des aventures de Giuf est dorigine arabe ( ou plutt maghrbine) qui dans le dialecte palermitain devint le diminutif de Giovanni, Giuanni Jean ) Encore aujourdhui, dans le Maghreb, il existe des cycles dhistoires qui ont comme protagoniste Djeha (prononc djiuh) qui ont avec le personnage sicilien la mme racine populaire.
  • Page 6
  • Selon une autre tradition, Giuf/Jeh driverait dun personnage qui a vraiment vcu au dbut du XIme sicle en Anatolie (Turquie). Il sagirait de la personnalit plutt excentrique de Nasreddin Khoja (le maitre Nasredin) qui dans le monde culturel arabe se serait diffus sous le nom de Djeha ou Jusuf de laquelle driverait ensuite le personnage sicilien de Giuf.
  • Page 7
  • Personnage comique, caricature de tous les enfants siciliens, Giuf nous fait sourire, avec ses incroyables histoires de malheurs, de btises et sagesse.
  • Page 8
  • Giuf est un personnage compltement priv de malice et de ruse. Il est ingnu et devient donc la proie prfre des malandrins et des escrocs de tout genre. Dans sa vie on lue volera de tout : dune casserole, dun ne, dun poulet etc. et ceci est vraiment ce qui arrivait dans les campagnes siciliennes quand les escrocs de tout genre essayait darnaquer les plus ingnus en leur promettant mme la lune
  • Page 9
  • Giuf est un enfant du Sud, un enfant antique qui porte en soi toute la culture de loralit. Giuf vit encore dans chaque enfant, mais la socit littraire, scientifique et tlvis de notre temps, et une cole perdue dans ses mthodes et dans ses objectifs, font lentement, mais surement disparaitre la grimace psychologique de lenfance.
  • Page 10
  • Ainsi, comme tant de hros de la tlvision, Giuf aujourdhui nous fait sourire avec ses histoires de ruse, de btises et de sagesse, et, pendant quil nous permet de mieux connaitre notre culture, il se rend amusant et prenant.
  • Page 11
  • Quelques pisodes et exploits de la vie de Giuf
  • Page 12
  • Giuf travaille comme porteur C'tait un mauvais moment dans la vie de Giuf et il tait contraint de travailler comme porteur. Ainsi, un homme lui demanda de porter un grand panier contenant quelques bouteilles en verre. Le mme homme lui dit : Pendant le voyage je tenseignerai trois choses qui te seront trs utiles dans la vie. Giufa et le propritaire de la corbeille, marchaient ensemble le long des rues du village. Souffrant le poids de la charge, aprs un court moment, Giuf demanda lhomme de s'arrter pour un moment : Ecoutez, reposons-nous un peu, comme a vous pourez mexpliquez la premire chose utile pour ma vie. (Ils s assirent sur les marches d'un magasin) Si quelqu'un vous dit que davoir faim est mieux que d'avoir le ventre plein, ne le croyez pas! Giufa hocha la tte et continua son chemin avec le panier sur sa tte. Aprs un certain temps, il sarrta de nouveau pour une autre courte pause et demanda : Ecoutez, reposons-nous un peu, comme a vous pourrez mexpliquez la deuxime chose utile pour ma vie. Si quelqu'un vous dit que daller pied est mieux que daller cheval, ne le croyez pas! Giufa acquiesa de nouveau et repartit en suivant l'homme qui lui indiqua la route. Arrivs enfin la maison, Giuf, fatigu et en sueur, demanda : Dites-moi maintenant quelle est la dernire chose utile ? Si quelqu'un vous dit que vous aurez de l'argent pour avoir port ce panier de bouteilles, ne le croyez pas!. ces mots, Giufa jeta le panier par terre en criant: Si quelqu'un vous dit qu'aucune de ces bouteilles ne sest casse, ne le croyez pas!
  • Page 13
  • Giufa et le mur Giuf de la campagne entendit parler de l'astuce de Giuf de la Ville. Il pensa alors d'aller F z, au Maroc o Giufa de la ville vivait, pour le taquiner un peu. A peine entr en ville il vit un homme qui s'appuyait contre un mur: - Bienvenue parmi nous, oh tranger! Quel bon vent vous a amen ici? - Je suis venu pour me moquer de Giufa de F z. Peut-tre que vous savez o il habite? - Bien s r! je vais le chercher mais jusqu' ce que je serai de retour mettez- vous ici pour soutenir ce mur pour ne par le faire tomber parce qu'il risque de s' crouler. Et en disant cel , il s'en alla. L'heure du d jeuner arriva, mais Giufa de la campagne ne bouget pas parce qu'il tait en train de soutenir le mur et il resta mort de faim. Tout l'apr s-midi passa et mme la soir e quand un vieux qui tait d j pass plusieurs fois l'interpella: - Pourquoi tes-vous rest toute la journ e contre ce mur comme s'il devait vous tomber sur la tte! - J'attends Giufa de F z, et l'homme qui est all le chercher m'a dit que je devais le remplacer dans son travail et soutenir le mur qui risquait de tomber sinon. - L'homme dont vous parlez EST Giuf de F z (dit l'homme en riant-) et il s'est moqu de vous parce qu'il est bien plus rus que vous Giuf de la campagne!!! Et... le pauvre Giuf de la campagne s'en retourna honteux chez lui.
  • Page 14
  • Giuf et la casserole emprunte Guif avait la rputation dtre un idiot. Cest ce que son voisin pensait de lui, et il essayait de tricher continuellement avec lui en lui demandant demprunter des choses quil ne rendait jamais. Il trouvait toujours des excuses triviales et absurdes pour ne pas rendre Giuf les objets emprunts. Fatigu dtre taquin, Giuf dcida de se venger; il demanda donc son pouse daller chez le voisin pour lui emprunter une casserole. Le matin suivant Giuf alla chez son voisin et lui rendit la casserole. Mille fois merci de mavoir prt cette casserole, tu sais, jen avais vraiment besoin. Mais, mais, quest ce que cest a ? (il sort de la casserole une deuxime casserole plus petite) Mon cher voisin, de ta casserole est ne une casserole plus petite, et voil, maintenant, la petite casserole est toi aussi. Merci mon cher voisin ! ( part) il est vraiment un imbecile ce Giuf!!! Quelques jours plus tard, Giuf redemanda demprunter la casserole, mais cette fois-ci il ne la rapporta pas au voisin, donc celui-ci se prsenta chez Giuf: Cher voisin, je suis venu te demander de me rendre ma casserole Mais, tu ne sais pas ce qui sest pass ? Non ! Et bien, le mme soir o tu mavais emprunter ta casserole, elle a eu un terrible malaise et elle est morte ! (en criant) Morte ! je nai jamais entendu dire quune casserole pouvait mourir! Quest ce que cest que a comme histoire ? Et oui, si une casserole peut naitre, elle a de bonnes probabilits de mourir un jour, non ?
  • Page 15
  • GIUFA ET LE FER Un jour, Giuf dit son voisin qui tait commer ant: Je vais en voyage, mais la maison j ai du fer et je ne veux pas que des voleurs le volent durant mon absence. Puis-je vous demander de le garder jusqu' mon retour ? Oui, certainement Giufa, vous tes un homme g n reux, courageux et honnte, je le fais volontiers. Avec l'aide de quelques amis, Giuf transporta le fer la maison de son voisin et partit. De retour de son voyage, il alla demander son fer : Je suis venu pour reprendre mon fer et vous remercier pour le grand service que vous m avez rendu. Oh lala !!! quel malheur ! que puis-je te dire Giuf ! Les rats ont mang tout le fer et il n en reste plus rien. (haletant) Mais que me racontez-vous l ! des rats qui mangent du fer ! C est la pure v rit , Giuf , il arrive parfois de drles de choses!, non ? Giuf fit semblant de le croire et retourna chez lui. Apr s quelques jours, tandis que Giuf retourna du march , il vit l'ne de son voisin le commer ant arrt le long de la route. Sur le dos de l'ne il y avait tellement de marchandises et Giuf pris l'ne et le cacha. Quand le commer ant retourna et ne trouva pas son ne, il commen a le chercher partout. Il rencontra Giuf et lui demanda : - Giufa, j'ai perdu mon ne charg de tant de biens, vous ne l avez pas vu par hasard ? - (s rieusement) Il y a quelques minutes, j'ai entendu des bruits venant du ciel, et je suis mont sur le toit de ma maison pour voir ce que c tait, et j'ai vu un gros oiseau qui avait enlev un ne. Que voulez-vous dire? Vous avez s rement fait un mauvais rve, c est impossible qu'un oiseau vole un ne !!! Tout est possible, car dans un pays o les rats mangent le fer, c est tr s facile pour les oiseaux de kidnapper des nes!
  • Page 16
  • GIUFA, LA FEMME ET L'ANE La femme de Giuf mourut et lui, mme s il tait triste n avait vers aucune larme. Quelques jour plus tard, son ne subit le mme sort et Giuf ne faisait que pleurer. Alors, ses amis et voisins virent vers lui et lui demand rent : Votre femme est morte et vous n'avez mme pas pleur un tout petit peu !!!.Voil maintenant votre ne qui meurt et vous n'arrtez pas de pleurer et de vous plaindre !!! Votre ne vous est donc plus cher que votre femme?? Mais non, vous n avez rien compris, quand ma femme est morte, chacun de vous est venu pour me pr senter ses condol ances ; qui m'a dit: Ne sois pas triste, il y a beaucoup de femmes ! . Qui encore: Ma fille pourrait tre votre nouvelle pouse et qui d autre m a propos sa s ur !!! Mais quand mon ne est mort, aucun d'entre vous ne m