Parfum de scandale

download Parfum de scandale

of 16

  • date post

    06-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    96
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Une enquête sur la composition chimique des parfums

Transcript of Parfum de scandale

parfum de scandaleUNEENQUTE SUR LA COMPOSITION CHIMIQUE DE

36 EAUX

DE

TOILETTE

ET

EAUX

DE

PARFUM

e enqute sur la un mposition chimique co d e s pa r f u m srapport | parfums | campagne toxique

RAPPORT 2005

parfum K DESIGN

UNE ENQUTE SUR LA COMPOSITION CHIMIQUE 36 EAUX DE TOILETTE ET EAUX DE PARFUMFVRIER 2005

DE

rsum introductionI SUBSTANCES CHIMIQUES ET PARFUMS : UNE PROCCUPATION DE SANT ENVIRONNEMENTALE II RSULTATS DANALYSE DES PARFUMS III LES LIMITES DE LA RGLEMENTATION EN VIGUEUR IV ACCEPTER LES RISQUES OU PRENDRE DES PRCAUTIONS ?

3 4 5 7 8 8 10 11 14

conclusion annexe rferences

publi par Greenpeace International date Fvrier 2005 Campagne Toxiques design et maquette daprs Tania Dunster, k design, Pays- Bas traduction et adaptation : Greenpeace France

2 |

PARFUM DE SCANDALE

rsum

Lobjectif de cette enqute tait de quantifier lusage de deux groupes de substances chimiques les phtalates et les muscs synthtiques dans une slection alatoire de marques de parfum. Pour ce faire, Greenpeace a command un laboratoire indpendant une recherche analytique de ces deux familles de composs chimiques sur 36 marques deau de toilette et deau de parfum. Les rsultats confirment que plusieurs muscs de synthse, et plus particulirement les muscs polycycliques galaxolide (HHCB) et tonalide (AHTN), et plusieurs phtalates, surtout le dithyl phtalate (DEP), sont trs largement utiliss par lindustrie du parfum. Ceci suggre que lusage rgulier de la plupart des parfums du commerce contribue de manire substantielle lexposition quotidienne

des individus ces substances chimiques, dont certaines sont des contaminants reconnus du sang et du lait maternel. De plus, des preuves saccumulent pour confirmer les proprits de perturbation hormonale de certains muscs. Dans ce contexte, nos rsultats plaident en faveur dune lgislation qui exige le remplacement des substances dangereuses par des alternatives plus sres. Le dveloppement en cours de la nouvelle rglementation chimique communautaire REACH (Enregistrement, Evaluation et Autorisation des Produits Chimiques) fournit lopportunit de mettre en place les conditions dune telle substitution, une contribution vitale la protection des citoyens face lexposition aux substances dangereuses.

K DESIGN

GP/HORNEMAN

PARFUM DE SCANDALE

| 3

parfumintroduction

UNE ENQUTE SUR LA COMPOSITION CHIMIQUE EAUX DE TOILETTE ET EAUX DE PARFUM

DE

36

Lusage rpandu de substances dangereuses, combin au dficit de contrle gouvernemental et aux graves lacunes en matire dinformation, nous a conduit dans une situation de crise toxique sans prcdent. Tous les gestes de notre vie quotidienne nous amnent utiliser et librer dans lenvironnement une grande varit de substances chimiques. Les dangers poss par la majorit de ces substances nont jamais t valus correctement. De plus, la rglementation actuelle nvite mme pas lexposition des substances reconnues comme dangereuses, puisque leur usage est permis, alors que des alternatives plus sres pourraient offrir le mme service. Il en rsulte que depuis les rgions les plus recules du globe jusqu notre intimit domestique, aucun environnement nchappe la contamination par des substances chimiques industrielles. Les recherches montrent que la faune sauvage des ples comme des fonds ocaniques (Law et al. 2003, Lebeuf et al. 2004, Martin et al. 2004, Rayne et al. 2004, de Boer et al. 1998), leau de pluie (Schure and Larsson 2002, Peters 2003), les poussires domestiques (Rudel et al. 2003, Santillo et al. 2003a, b), et mme le corps humain (WWF 2004, Peters 2004) sont pollus par des substances industrielles dangereuses. Ces substances sont maintenant tellement ubiquistes que les enfants naissent avec lempreinte de cette pollution contracte au stade ftal. Laccumulation dans les organismes (bioacculumation) de substances chimiques persistantes susceptibles de provoquer des cancers ou dautres effets nocifs pour la sant et dont certaines interfrent dramatiquement avec les systmes de rgulation des hormones et leurs fonctions sur le dveloppement, entrane des consquences inconnues pour lavenir de lhumanit (Darnerud 2003, Sharpe and Skakkebaek 2003, Dorey 2003). Tandis que la prsence de ces substances synthtiques dans lenvironnement et le corps humain commence tre de mieux en mieux documente, la conscience collective na pas encore intgr que ces mmes substances ne sont autres que les ingrdients de nos biens de consommation les plus banals. Ainsi, des substances utilises comme retardateurs de flamme dans les

circuits lectroniques tels que les tlphones mobiles, les ordinateurs ou les tlviseurs, sont des contaminants courants du lait maternel (Lind et al. 2003, Kalantzi et al. 2004). Dautres substances incorpores dans les impressions sur textile de pyjamas pour enfants sont connues pour interfrer avec le dveloppement, la communication hormonale et le systme immunitaire chez les animaux (Kergosien and Rice 1998, Chitra et al. 2002, Kumasaka et al. 2002, Adeoya-Osiguwa et al. 2003). Greenpeace a dj commissionn des recherches analytiques sur plusieurs types de biens de consommation pour identifier la prsence de substances dangereuses (Lire www.greenpeace.org.uk/ MultimediaFiles/Live/FullReport/6043.pdf et : www.greenpeace.nl/multimedia/download/1/475310/0/Determinati on_of_Selected_Additives_in_Consumer_Products.pdf). Greenpeace a galement examin les actions et les politiques mises en place par de nombreux producteurs de biens de consommation, afin dvaluer leur recours des substances potentiellement dangereuses et/ou les mesures prises pour les liminer des produits commercialiss. Un nombre croissant dentreprises sengagent de manire proactive vers la substitution des produits dangereux sur des gammes de produits aussi diffrentes que les chaussures de sport, les jouets, les tlphones mobiles, les textiles et les produits cosmtiques. A linverse, certaines prfrent se satisfaire de la rglementation actuelle et ignorer les proccupations croissantes pour la sant et lenvironnement. Greenpeace a choisi dexposer ces diffrences dattitude aux consommateurs dans une base de donnes disponible sur internet (www.vigitox.org rubrique Toxiques Domicile). Les dputs europens et les ministres des gouvernements de lUnion dbattent en ce moment dune future rglementation, susceptible de garantir la protection des citoyens face lexposition aux substances toxiques. Pour que cette rforme, connue sous le nom de REACH (Enregistrement, Evaluation et Autorisation des Produits Chimiques), soit vraiment efficace, les lgislateurs devront sassurer que toutes les entreprises sont soumises aux mmes exigences de substitution des produits dangereux par des alternatives plus sres.

4 |

PARFUM DE SCANDALE

I SUBSTANCES CHIMIQUES ET PARFUMS : UNE PROCCUPATION DE SANT ENVIRONNEMENTALE

Les esters de phtalate - communment appels phtalates - et les muscs synthtiques, sont deux groupes de substances dangereuses ou potentiellement dangereuses couramment utilises dans les parfums et autres produits cosmtiques. Du fait des utilisations trs diversifies et fort tonnage de ces molcules dans les articles courants, elles se distribuent massivement dans lenvironnement naturel comme en milieu urbain. La prsence ubiquiste de ces composs, la plupart trs persistants, dans lenvironnement et les produits de consommation, provoque une exposition ambiante permanente dont les consquences DITHYLPHTALATE

long terme demeurent inconnues. Dans le mme temps, les produits de soin du corps - comme les parfums - que nous appliquons directement sur la peau, fournissent une voie dexposition rpte des doses relativement concentres et sont suceptibles de contribuer de manire substantielle notre exposition gnrale ces substances chimiques. Bien que les informations soient encore limites, il existe des soupons fonds suggrant que les phtalates et les muscs synthtiques nous exposent une diversit de risques sanitaires et environnementaux. De nouvelles preuves mergent rgulirement. Les proprits et les dangers de ces substances chimiques sont dtaills dans les encadrs ci-dessous.

(DEP)

ET AUTRES ESTERS DE PHTALATE

Le dithyl phtalate (DEP) est lun des nombreux esters de phtalate dusage courant. Il est en particulier utilis dans une large gamme de cosmtiques et autres produits dhygine, avant tout comme solvant, et vhicule des fragrances et dautres ingrdients cosmtiques. Mais il est aussi employ en tant que dnaturant de lalcool (pour rendre lalcool impropre la consommation) (SCCNFP 2003). Bien que le DEP ait gnralement t considr de faible toxicit et quil ne semble pas prsenter le mme degr de toxicit pour lappareil de reproduction que certains autres phtalates (en particulier le DEHP), des tudes rcentes soulvent tout de mme des proccupations significatives quant sa sret. Du fait de leur usage massif dans les biens de consommation, lexposition aux phtalates peut prendre plusieurs voies (Koo et al. 2002, Fromme et al. 2004). Pour le DEP en tant quingrdient de parfums et dautres produits dhygine personnelle, il apparat que linhalation pourrait constituer une voie dexposition significative (Adibi et al. 2003). Labsorption par la peau est aussi susceptible de contribuer cette exposition. Bien que le DEP soit rapidement mtabolis dans lorganisme en sa forme monoester (MEP) et quil ne semble pas saccumuler dans les tissus, il est clair que son application sur la peau lui permet dy pntrer rapidement et de se distribuer largement dans le corps aprs chaque exposition (WHO 2003). On a pu dtecter le MEP des concentrations 30 fois plus importantes dans les urines humaines que les mtabolites de tout autre ester de phtalate (Duty et al. 2003). Silva et al. (2004) ont rcemment montr que, tandis que le