Notes du mont Royal .Chant premier. Naissance . . ,21 Chant deuxième. Séduction 34 Chant...

download Notes du mont Royal .Chant premier. Naissance . . ,21 Chant deuxième. Séduction 34 Chant troisième.

of 384

  • date post

    14-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    230
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Notes du mont Royal .Chant premier. Naissance . . ,21 Chant deuxième. Séduction 34 Chant...

  • Notes du mont Royal

    Ceci est une uvre tombe dans le domaine public, et hberge sur No-tes du mont Royal dans le cadre dun

    expos gratuit sur la littrature.SOURCE DES IMAGES

    Canadiana

    www.notesdumontroyal.com

  • N

    N

    Alfred de Vigny

    Posies

    Paris

    ZN^elson, Editeurs 25, rue *D enfer t-Rocher eau

    Londres, Edimbourg et New-York

    N 1

    N

  • ALFRED DE VIGNY n en ijy, mort en i86j

  • AVANT-PROPOS

    A L'EXCEPTION de quelques fragments que l'on trouvera dans Le Journal d'un Pote, tous les vers de Vigny sont recueillis dans ce volume. Il renferme donc les Pomes publis par Vigny en 1837 et les Pomes posthumes (Les Destines.)

    A partir de 1829, Vigny avait retranch de ses uvres Hlna . Sur un exemplaire de l'dition de 1822, nous apprend Louis Ratisbonne, la mre de Vigny avait soulign les passages dfectueux d' Hlna d'une main inexorable ; et Vigny avait crit : Ma mre, vous aviez raison. C'est fort mau-vais, et j 'ai supprim le pome entier. Cependant Louis Ratisbonne en avait imprim des fragments la suite du Journal d'un Pote. Depuis, M. Estve a donn une dition critique d' Hlna , et M. Lon Sch l'a publi dans son dition des Posies d'Alfred de Vigny. Nous avons cru devoir suivre son exemple ; la gloire de Vigny est trop assure pour que des vers de jeunesse puissent y jeter une ombre.

  • b AVANT-PROPOS

    Enfin, dans les Fantaisies oublies , titre suggr par Vigny lui-mme \ nous avons runi aux pages publies sous ce titre par Louis Ratisbonne, les vers ou fragments parus diffrentes poques et recueillis par M. Sch dans les deux volumes de Posies et uvres posthumes d'Alfred de Vigny.

    1 Journal d'un Pote : Sur Hlna.

  • PREFACE

    CES pomes sont choisis par l'auteur parmi ceux qu'il composa dans sa vie errante et militaire. Ce sont les seuls qu'il juge dignes d'tre conservs.

    Plusieurs nouveaux pomes en remplacent d'autres qu'il retranche de l'lite de ses crations.

    L'avenir accepte rarement tout ce que lui lgue un pote. Il est bon de chercher deviner son got et de lui pargner, autant qu'on peut le faire, son travail d'purations rigides. Si cela est prati-cable, c'est, comme ici, lorsque doivent paratre des uvres compltes sous les yeux de leur auteur et lorsqu'il sait se connatre lui-mme et se juger svrement.

    Le seul mrite qu'on n'ait jamais disput ces compositions, c'est d'avoir devanc en France toutes celles de ce genre, dans lesquelles une pense philo-sophique est mise en scne sous une forme pique ou Dramatique.

    Ces pomes portent chacun leur date. Cette date

  • 8 PRFACE

    peut tre la fois un titre pour tous et une excuse pour plusieurs ; car, dans cette route d'innovations, l'auteur se mit en marche bien jeune, mais le pre-mier.

  • LIVRE MYSTIQUE Paf,es Mose, pome . . . . . . . 1 5

    loa, ou la Sur des Anges, mystre . . 21

    Chant premier. Naissance . . , 2 1

    Chant deuxime. Sduction 34

    Chant troisime. Chute 44

    Le Dluge, mystre . . . , . . 5 6

    LIVRE ANTIQUE

    ANTIQUIT BIBLIQUE

    La Fille de Jepht, pome . . . - 7 5

    La Femme adultre . . . . . 80

    Le Bain, fragment d'un pome de Suzanne . 88

    ANTIQUIT HOMRIQUE

    Le Somnambule, pome . . . . . 90

    La Dryade, idylle . . . < > . . 93

    Symtha, lgie 99

    Le Bain d'une dame romaine. . . 1 0 2

  • IO TABLE

    LIVRE MODERNE

    Dolorida, po?ne . . . . . . Le Malheur . . . . . . .

    La Prison, pome. XVII' sicle

    Madame de Soubise, pome. XVI' sicle .

    La Neige, pome . . . . . .

    Le Cor, pome . . . . . .

    Le Bal, pome . . . . . .

    Le Trappiste, pome . . . . .

    La Frgate la Srieuse , ou La Plainte du Capitaine, pome . . . . .

    La Traverse . . . . . .

    Le Repos . . . . . .

    Le Catnbat . . . . . .

    Les Amants de Montmorency, lvation .

    Paris, lvation . . . . . .

    Pagts

    I O 5

    I 12

    1 1 6

    1 2 9

    138 1 4 2

    i47

    151

    1 6 1

    163

    1 7 0

    171

    177

    183

    LES DESTINEES POMES PHILOSOPHIQUES

    Les Destines .

    La Maison du berger

    Les Oracles

    La Sauvage .

    La Colre de Samson

    La Mort du loup .

    La Flte

    197

    204

    219

    228

    237

    243

    247

  • TABLE

    Le Mont des Oliviers . . . .

    La Bouteille la mer . . . .

    Wanda . . . . . . . .

    Un Billet de Wanda . . . .

    Second Billet de Wanda . . . .

    Note pour le pome de Wanda

    L'Esprit pur . . . . . .

    HLNA

    Chant premier. L Autel . . . .

    Chant deuxime. Le Navire .

    Chant troisime. L'Urne.

    FANTAISIES OUBLIES

    A M. le Comte de Moncorps .

    Chant de Suzanne au bain

    Le Berceau . . . . . .

    Le Rve . . . . . . . La Beaut idale . . . . . Sur la mort de Byron . . . .

    A David d'Angers . . . . .

    Sur un exemplaire du

  • 1 2 TABLE

    Pages

    La Trinit humaine . . . . . 3 5 8 Un Billet de Byron

    Aux Sourds-muets .

    La Posie des nombres

    A Jules de Ressguier

    Pleur . . . .

    Stances . . . .

    A Evariste Boulay-Paty

    Un Vers de Dante

    Sur un Albion

    Le Bateau

    Le Port

    Sixain . . . .

    A Jules Janin

    359 360

    361

    363 364

    365 366

    367 368

    369

    37i 372

    373

  • LIVRE MYSTIQUE

  • MOSE

    POME

    L E soleil prolongeait sur la cime des tentes Ces obliques rayons, ces flammes clatantes, Ces larges traces d'or qu'il laisse dans les airs, Lorsqu'en un lit de sable il se couche aux dserts. La pourpre et l'or semblaient revtir la campagne. Du strile Nbo gravissant la montagne, Mose, homme de Dieu, s'arrte, et, sans orgueil, Sur le vaste horizon promne un long coup d'il. Il voit d'abord Phasga, que des figuiers entourent ; Puis, au del des monts que ses regards parcourent, S'tend tout Galaad, phram, Manass, Dont le pays fertile sa droite est plac ; Vers le Midi, Juda, grand et strile, tale Ses sables o s'endort la mer occidentale ; Plus loin, dans un vallon que le soir a pli, Couronn d'oliviers, se montre Nephtali ; Dans des plaines de fleurs magnifiques et calmes, Jricho s'aperoit : c'est la ville des palmes ;

    109

  • i6 ALFRED DE VIGNY

    Et, prolongeant ses bois, des plaines de Phogor, Le lentisque touffu s'tend jusqu' Sgor. Il voit tout Chanaan, et la terre promise, O sa tombe, il le sait, ne sera point admise. Il voit ; sur les Hbreux tend sa grande main, Puis vers le haut du mont il reprend son chemin.

    Or, des champs de Moab couvrant la vaste enceinte, Presss au large pied de la montagne sainte, Les enfants d'Isral s'agitaient au vallon Comme les bls pais qu'agite l'aquilon. Ds l'heure o la rose humecte l'or des sables Et balance sa perle au sommet des rables, Prophte centenaire, environn d'honneur, Mose tait parti pour trouver le Seigneur. On le suivait des yeux aux flammes de sa tte, Et, lorsque du grand mont il atteignit le fate, Lorsque son front pera le nuage de Dieu Qui couronnait d'clair la cime du haut lieu, L'encens brla partout sur les autels de pierre. Et six cent mille Hbreux, courbs dans la poussire, A l'ombre du parfum par le soleil dor, Chantrent d'une voix le cantique sacr ; Et les fils de Lvi, s'levant sur la foule, Tels qu'un bois de cyprs sur le sable qui roule,

  • MOSE 17

    Du peuple avec la harpe accompagnant les voix, Dirigeaient vers le ciel l'hymne du Roi des Rois.

    Et, debout devant Dieu, Mose ayant pris place, Dans le nuage obscur lui parlait face face.

    Il disait au Seigneur : Ne finirai-je pas ? O voulez-vous encor que je porte mes pas ? Je vivrai donc toujours puissant et solitaire ? Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre. -Que vous ai-je donc fait pour tre votre lu ? J'ai conduit votre peuple o vous avez voulu. Voil que son pied touche la terre promise. De vous lui qu'un autre accepte l'entremise, Au coursier d'Isral qu'il attache le frein ; Je lui lgue mon livre et la verge d'airain.

    Pourquoi vous fallut-il tarir mes esprances, Ne pas me laisser homme avec mes ignorances, Puisque du mont Horeb jusques au mont Nbo Je n'ai pas pu trouver le lieu de mon tombeau ? Hlas ! vous m'avez fait sage parmi les sages ! Mon doigt du peuple errant a guid les passages.

  • 18 ALFRED DE VIGNY

    J'ai fait pleuvoir le feu sur la tte des rois ; L'avenir genoux adorera mes lois ; Des tombes des humains j'ouvre la plus antique, La mort trouve ma voix une voix prophtique, Je suis trs grand, mes pieds sont sur les nations, Ma main fait et dfait les gnrations. Hlas ! je suis, Seigneur, puissant et solitaire, Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre !

    Hlas ! je sais aussi tous les secrets des cieux, Et vous m'avez prt la force de vos yeux. Je commande la nuit de dchirer ses voiles ; Ma bouche par leur nom a compt les toiles, Et, ds qu'au firmament mon geste l'appela, Chacune s'est hte en disant : Me voil. J'impose mes deux mains sur le front des nuages Pour tarir dans leurs flancs la source des orages ; J'engloutis les cits sous les sables mouvants ; Je renverse les monts sous les ailes des vents ; Mon pied infatigable est plus fort que l'espace ; Le fleuve aux grandes eaux se range quand je passe, Et la voix de la mer se tait devant ma voix. Lorsque mon peuple souffre, ou qu'il lui faut des lois, J'lve mes regards, votre esprit me visite ; La terre alors chancelle et le soleil hsite,

  • MOSE 19

    Vos anges sont jaloux et m'admirent entre eux. Et cependant, Seigneur, je ne suis pas heureux ; Vous m'avez fait vieillir puissant et solitaire, Laissez-moi m'end