Mus©e des beaux arts - Tourisme scolaire

Click here to load reader

download Mus©e des beaux arts - Tourisme scolaire

of 45

  • date post

    11-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

description

On peut apprécier la haute qualité du sculpteur qui domina à la fois : - la perspective, parce que la scène se déroule à l’intérieur d’une pièce avec murs et plafonds apparents, - le rendu des expressions ainsi que la diversité des physionomies des personnages.

Transcript of Mus©e des beaux arts - Tourisme scolaire

  • MUSE DES BEAUX-ARTS

    Pourquoi ce livret daccueil ?

    Le Muse des Beaux-arts vient de rejoindre le ple musal de Muses Mulhouse Sud Alsace. A ce titre, il parat naturel que le Service Educatif des Muses de Mulhouse le prsente aux professeurs des coles du primaire et ceux du secondaire.Ce muse, fond sous lgide de la Socit Industrielle de Mulhouse en 1864, sest dvelopp grce la gnrosit de nombreux donateurs privs. Les collections qui se composent duvres du 15e sicle nos jours comptent quelques signatures prestigieuses : Brueghel, Bouguereau, Boudin, Jongkind, Courbet Les artistes alsaciens sont galement bien reprsents : Henner, Giess, Lehmann, ZuberMunicipalis en 1958, le muse sest install dans la Villa Steinbach qui a t rnove en 1985, Les collections permanentes y occupent la totalit du premier tage, tandis que le second est consacr aux expositions temporaires. Au rez-de-chausse lartothque propose une collection de plus de 800 uvres emprunter (estampes). Le Muse des Beaux-arts mrite que lon vienne le dcouvrir ou le revisiter, individuellement ou avec ses lves.

    Quelle dmarche ?

    Parmi le millier duvres que compte la collection, ce livret daccueil en prsente une vingtaine. Le choix opr, forcment subjectif, ne prtend pas une quelconque reprsentativit. Il sagit plus modestement dune promenade travers les salles du muse. En loccurrence, deux ou trois tableaux ont t retenus pour chaque salle, en laissant de ct les plus clbres pour en privilgier dautres, moins connus mais non moins intressants.Par ce procd, les ches entendent se prsenter non comme des modles mais comme des exemples, chaque enseignant ayant la possibilit de les transposer aux uvres de son choix.

    Fiche n1

  • MUSE DES BEAUX-ARTS

    Sommaire

    23 ches

    n1 Prsentation du livret et sommaire

    n2 Le btiment du muse

    n 3 Le doute de saint Thomas - Anonyme

    n4 Le got, loue, lodorat - Frans FRANCKEN

    n5 Le matre dcole - Jan STEEN

    n6 Autoportrait - Jean Gaspard HEILMANN

    n7 La vanit - Madeleine de BOULLONGNE

    n8 Barque de pche sur la plage - Henri ZUBER

    n9 Jeune paysanne en plein soleil - Henri MARTIN

    n10 La vie de Jean-Jacques HENNER

    n11 Portrait de Madame Kauffmann - Jean-Jacques HENNER

    n12 La Madeleine au dsert - Jean-Jacques HENNER

    n13 Le Christ au linceul - Jean-Jacques HENNER

    n14 Les dentellires de Croazou - Henri-Paul ROYER

    n15 Tte de paysan alsacien - Gustave STOSKOPF

    n16 Le facteur de Didenheim - Auguste ZWILLER

    n17 Le soir aux portes de Mekns - Henri ROUSSEAU

    n 18 Lentre la mosque du chrif du Ouazanne - Georges CLAIRIN

    n19 LIll Mulhouse - Robert BREITWIESER

    n20 Vue de Paris sous la neige - Henri ZUBER

    n21 Linvalide de guerre - Lon LEHMANN

    n22 Deux noirs Marseille - Franz MASEREEL

    n23 Remerciements, renseignements pratiques

    Fiche n1

  • MUSE DES BEAUX-ARTS

    Le btiment

    Fiche n2

  • MUSE DES BEAUX-ARTSFiche n2

    La Maison SteinbachLe terrain sur lequel se situe le muse des beaux-arts ainsi que les terrains avoisinants appartenaient lorigine aux Chevaliers Teutoniques. Leur Commanderie fut dplace Rixheim en 1660, o de nouveaux btiments furent dis en 1734. Ils abritent aujourdhui le Muse du Papier Peint et lHtel de Ville de Rixheim. Les biens situs Mulhouse furent progressivement vendus. Cest ainsi que le manufacturier Jean Vetter acquiert en 1780 le site de lancien cimetire des Chevaliers Teutoniques. Il y fait construire une maison laquelle il ajoute une manufacture de toiles peintes. La construction de ce bel htel particulier se situe entre 1781 et 1788. Le nom de larchitecte nest pas connu. A cette poque, Jean Vetter est lun des associs de la manufacture fonde par Frdric Blech en 1768 (devenue Blech et Heilmann en 1771, puis Blech et Huguenin en 1777 et enn Vetter et Blech en 1786). Aprs sa mort en 1795, la socit change de nouveau de raison sociale et sappelle partir de 1796 Blech-Fries et CieEn 1840, le principal associ en est Georges Steinbach qui reste propritaire de la maison jusqu son dcs en 1893. A cette date, les dpendances nabritent plus aucune activit industrielle. En revanche, un jardin immense stend larrire, qui est devenu aujourdhui le jardin Steinbach. La rue qui spare actuellement la villa et le jardin ntait pas encore ouverte, si bien que lentre de la demeure se situait rue Guillaume Tell.

    La villa Steinbach

    Cette maison est lune des plus belles demeures mulhousiennes du 18e sicle. Des htes illustres y ont dailleurs sjourn tels que larchiduc Jean dAutriche en 1815, le duc dAngoulme en novembre 1818, mais aussi le gnral Rapp, les savants Gay-Lussac et Thnard, ou des hommes politiques tel que Casimir Prier.La villa porte, nous lavons dit, le nom de son dernier propritaire priv, lindustriel Georges Steinbach. Cette dnomination rappelle sa gnrosit puisque, conformment ses dernires volonts, ses hritiers lont donne la Ville de Mulhouse en 1894 en mme temps que le jardin.En accord avec la Socit Industrielle, la Ville y installe dabord un muse technologique. La villa accueille ensuite lEcole Suprieure de Commerce, ce qui entrane dimportantes modications, notamment ladjonction dune aile latrale en 1924. Puis elle abrite partir de 1937 le Muse historique. Enn, aprs le dmnagement de celui-ci dans lancien htel de ville en 1969, cest au tour du Muse des Beaux-arts doccuper les lieux.

  • MUSE DES BEAUX-ARTS

    Le doute de Saint ThomasAnonyme du XVIe sicle

    Fiche n3

  • MUSE DES BEAUX-ARTSFiche n3

    LartisteLauteur de ce bas-relief est un artiste anonyme du 16e sicle, dont le style est reprsentatif de lart rhnan. Il sest inspir pour composer son uvre dune gravure de Drer tire de la petite Passion (1507-1512), voquant lincrdulit de saint Thomas. A cette poque, les gravures circulaient facilement car elles taient peu chres et servaient de modles aux peintres, sculpteurs, orfvres

    PrsentationIl sagit dun fragment de retable qui - on peut limaginer ornait un matre-autel dans une glise. Il se compose dune pice de tilleul, lorigine recouverte de polychromie. Il en subsiste quelques lments rouges sur la cape du christ, ainsi que des traces de pigments dans certains creux de plis.

    Choix de luvreLe choix sest port sur cette luvre parce quelle faisait partie dun retable. Au Moyen Age, des retables peints et sculpts prenaient place sur les autels. Leur fonction tait de relater sous formes dpisodes illustrs les principaux vnements de la vie du Christ ou de la Vierge. Ici, le Christ est reprsent devant les douze aptres, prenant la main de saint Thomas an de convaincre ce dernier, frapp jusqualors dincrdulit, denfoncer ses doigts dans la plaie du Christ ressuscit.

    Remarques On peut apprcier la haute qualit du sculpteur qui domina la fois :- la perspective, parce que la scne se droule lintrieur dune pice avec murs et plafonds apparents,

    - le rendu des expressions ainsi que la diversit des physionomies des personnages.

    Pistes pdagogiques- La renaissance rhnane et lAlsace- Permanence des formes gothiques- La perpective : thorie et pratique de construction- La polychromie, lhistoire du rtable

  • MUSE DES BEAUX-ARTS

    Le got, loue, lodoratFrans FRANCKEN Le Jeune (1581-1642)

    Fiche n4

  • MUSE DES BEAUX-ARTSFiche n4

    LartistePeintre de lEcole amande, n Anvers en 1581, mort en 1642, il fait partie de la 3e gnration dune famille dartistes connus : les FRANCKEN.Elve de son pre, FRANCKEN le Vieux, il a longuement visit lItalie et Venise. Ces voyages ont marqu son uvre future.

    PrsentationFiguriste habile et compositeur lgant de scnes allgoriques, ce familier de Pierre-Paul RUBENS (1577-1640) et dAnton VAN DYCK (1599-1641) se singularise par un genre plus anecdotique. Son style se caractrise par un dessin remarquable, un talent dexcution et un got naturel pour la couleur.

    Choix de luvreCette uvre prsente avec dautres du 17e sicle a t choisie en raison de loriginalit de son support : il sagit dune huile peinte sur cuivre.A cette poque, la norme est plutt de peindre sur bois ou sur toile, supports pour lesquels les prparations et les techniques taient mieux matrises. La technique sur cuivre renforce le contraste des couleurs et la minutie du dessin.

    RemarquesAutre aspect intressant, luvre se compose de trois petits panneaux reprsentant chacun un sens mis en scne travers lvocation de diffrents aspects dune vie rafne : - le got avec le festin- lodorat avec les eurs- loue avec le concert priv.La srie comportait autrefois un 4e sens, le Toucher, mais cette uvre est aujourdhui manquante.

    Piste pdagogique- Thmatique rcurrente dans la peinture amande - La bourgeoisie amande, commanditaire : Petits formats Allgories : symbolique traditionnelle - La table dans les peintures amandes et hollandaises

  • MUSE DES BEAUX-ARTS

    Le Matre dcoleJan STEEN (1626-1679)

    Fiche n5

  • MUSE DES BEAUX-ARTSFiche n5

    LartistePeintre du 17e sicle, n Leyde en 1626, mort dans la mme ville en 1679, il fait partie de lEcole hollandaise. Fils dun riche brasseur, il bncie de lenseignement dun matre de lpoque, VAN GOYEN, puis tudie lAcadmie de Leyde o il fut lun des fondateurs de la Guilde en 1648.

    PrsentationPeintre de genre par excellence, il a travaill dans une ambiance de bohme, tranchant avec laustrit des murs hollandaises de son sicle.Observateur plein de malice, il a fait le choix dune peinture de chevalet reproduisant sur de petites toiles la vie de tous les jours. Par opposition aux sujets classiques de son poque, il travaille sur de nouveaux thmes et met en avant un genre plus priv, centr sur la famille, lindividu, le groupe social.

    Choix de luvreLuvre a t retenue en raison de sa thmatique originale, savoir