Marie Morin - M©moire CELSA - Comment l’analyse des conversations en ligne...

download Marie Morin - M©moire CELSA - Comment l’analyse des conversations en ligne peut permettre de questionner   nouveau la notion d’opinion publique

of 118

  • date post

    09-Oct-2015
  • Category

    Documents

  • view

    151
  • download

    3

Embed Size (px)

description

Une analyse des enjeux des méthodes d'opinion mining et de sentiment analysis à travers la redéfinition de la notion d'opinion publique.Mémoire réalisé au sein du Master 2 Médias Informatisés et Stratégies de Communication (MISC). Soutenu le 1er octobre 2014.Résumé :Les instituts qui utilisent les méthodes de fouille d’opinion pour sonder l’opinion publique s’appuient aujourd’hui sur un double discours pour légitimer leur démarche. Aussi, les imaginaires de la démocratie numérique couplés à des discours promotionnels leurs permettent d’enfermer dans des boîtes noires les enjeux techniques, sémiotiques et linguistiques de la fouille d’opinion. Pourtant, pour dépasser les controverses qui agitent les débats autour de l’opinion mining, ces instituts devront accepter de rendre publiques leurs démarches méthodologiques et intégrer de nouveaux critères d’interprétation de façon à rationaliser et légitimer leurs méthodes. Ces nécessaires ajustements permettront alors de transformer la fouille d’opinion en enjeu de pouvoir en rendant possible la modélisation de la circulation des différentes forces politiques en présence sur le Web. Mots clés : Architexte, Algorithme, Fouille d’opinion, Imaginaire, Opinion mining, Opinion publique, Sentiment Analysis.

Transcript of Marie Morin - M©moire CELSA - Comment l’analyse des conversations en ligne...

  • UNIVERSITE DE PARIS IV SORBONNE

    CELSA

    Ecole des hautes tudes en sciences de linformation et de la communication

    MASTER 2me anne

    Mention : Information et Communication Spcialit : Mdias et Communication

    Parcours : Mdias Informatiss et Stratgies de Communication

    Comment lanalyse des conversations en ligne peut permettre de

    questionner nouveau la notion dopinion publique ?

    Les enjeux de lopinion mining dans les tudes dopinion

    Prpar sous la direction du Professeur Vronique RICHARD

    Marie Morin Promotion : 2013-2014 Option : Mdias et Communication Soutenu le : 1er octobre 2014 Note du mmoire : 15,5/20

    Mention : Bien

  • Remerciements

    Je tiens remercier en premier lieu Alban Martin, mon rapporteur professionnel,

    pour son suivi et ses encouragements pendant la rdaction de ce mmoire. Je

    remercie galement Bertrand Horel, mon rapporteur universitaire, pour ses conseils

    et ses retours sur mon travail.

    Je remercie galement mes collgues de Bouygues Telecom, pour leur soutien et

    leurs encouragements pendant la rdaction de ce mmoire, et en particulier Adrien et

    Alexandre qui ont manifest un intrt particulier pour mon sujet.

    Enfin, je remercie toutes les personnes qui ont contribu de prs ou de loin

    llaboration de mon sujet ainsi qu la relecture de ce travail universitaire en

    particulier : Anne, Paulette, Alain, Lucie, Xavier, Odile et Michel.

  • 1

    Table des matires

    Introduction ......................................................................................................................... 3

    I. Imaginaires de la cyberdmocratie : le rseau, un espace plus dmocratique que

    lespace public traditionnel ? ............................................................................................14

    A. Dcloisonnement de lespace public : entre rallocation de lautorit et

    dsinformation du citoyen ..................................................................................... 17

    1. La fin du paternalisme mdiatique ........................................................... 17

    2. Lre de la dsinformation ........................................................................ 21

    B. Slection des informations en ligne : la part prescriptive de la technique 25

    1. Algorithmes, les nouveaux gate-keepers ? ........................................ 25

    2. Les hasards de lorganisation sociale de linformation ............................. 29

    C. Diffusion des informations sur Internet : la viralit nest pas un processus

    galitaire ............................................................................................................... 32

    1. Dconstruire la prsupposition dgalit ................................................... 32

    2. La mtaphore de la viralit en question .................................................... 36

    II. Discours promotionnels : un frein dpasser pour lgitimer la fouille dopinion 42

    A. Libration des subjectivits : comment reconnatre une opinion ? ........... 44

    1. Le nouveau partage du sensible .............................................................. 44

    2. Lopinion, un objet ncessairement impalpable ? ..................................... 50

    B. Des promesses opaques : les processus techniques dissimuls par des

    discours promotionnels ......................................................................................... 52

    1. La vise promotionnelle du discours de lgitimation ................................ 52

    2. Des processus techniques enferms dans des boites noires ................... 59

  • 2

    C. Dvoiler les ajustements techniques : un cheminement ncessaire pour

    mettre fin aux controverses ................................................................................... 62

    1. Forces et faiblesses du traitement automatique des langues ........................ 62

    2. La disparition des critres sociodmographiques .......................................... 64

    III. Analyse et reprsentation des donnes : transformer la fouille dopinion en enjeu

    de pouvoir par la rationalisation des mthodes ...............................................................68

    A. Interprtation des noncs : limportance des mdiations techniques et du

    contexte dnonciation .......................................................................................... 69

    1. Lnonciation ditoriale, un lment indissociable de ses mdiations

    techniques ......................................................................................................... 69

    2. La ncessaire laboration de nouveaux critres dinterprtation ............. 72

    B. Reprsentation des opinions : la recherche des ajustements qui

    permettront dillustrer les diffrentes forces en prsence ...................................... 76

    1. Lopinion publique, une simple addition des opinions individuelles ? ....... 76

    2. Lopinion, un objet sans cesse ajust au contexte social dans lequel elle

    sexprime ........................................................................................................... 79

    C. Mise en forme du Web : un nouvel enjeu de pouvoir ? ..................................... 81

    1. Cartographies du Web, des objets communicationnels crateurs de sens

    81

    2. Le Web, un nouveau laboratoire politique ? ............................................. 85

    Conclusion ..........................................................................................................................90

    Bibliographie ......................................................................................................................95

    Annexes ............................................................................................................................ 102

    Rsum ............................................................................................................................. 114

    Mots cls ........................................................................................................................... 115

  • 3

    Introduction

    En dcembre 2010, le mouvement contestataire que lon appellerait bientt le

    Printemps Arabe mergeait pour la premire fois en Tunisie, inaugurant la vague

    protestataire qui allait rapidement se propager dans une grande partie du monde

    arabe. Si le bilan de ces mobilisations est aujourdhui mitig, ces manifestations ont

    nanmoins permis de mettre en exergue le rle jou par Internet et en particulier par

    les rseaux sociaux, pour contourner la censure et la propagande qui dominaient

    dans les mdias traditionnels1 dans des pays o la dissidence ntait pas autorise.

    Bien quil convienne de ne pas se laisser emporter par un certain dterminisme

    technique qui consisterait attribuer une autonomie ces technologies de

    linformation et de la communication comme ont pu le suggrer les titres accrocheurs

    de certains journaux tels que rvolution Facebook , e-rvolution ou encore

    rvolution 2.02 , il est ncessaire de sinterroger propos du rle jou par Internet

    pendant ces mobilisations, notamment en ce qui concerne la diffusion et la circulation

    de linformation, ainsi que lexpression dopinions alternatives. En effet, si les usages

    dInternet ne peuvent tre considrs comme tant lorigine du soulvement du

    peuple tunisien n Sidi Bouzid suite limmolation dun jeune vendeur, Internet

    1 LECOMTE, Romain, Rvolution tunisienne et Internet : le rle des mdias sociaux , LAnne du

    Maghreb [disponible en ligne : http://anneemaghreb.revues.org/1288], publi le 01 septembre 2011, consult le 28 juin 2014. 2 Ibid. Lauteur rappelle que lorigine de la rvolution tunisienne de 2010-2011 vient des populations

    des rgions rurales de lintrieur du pays qui revendiquaient un droit au travail, la justice sociale, la dignit . Bien que les jeunes tunisiens connects aient t des acteurs essentiels de la rvolution tunisienne et que la Tunisie ait juste titre t remarque pour son dveloppement et ses avances en matire de NTIC relativement au reste du continent africain et mme du monde arabe , le pays est cependant marqu [d]importantes disparits rgionales en termes daccs et dutilisation dInternet . Il est donc ncessaire de rappeler que si Internet a [..] pu faciliter ou acclrer la propagation des rvoltes dans les zones les plus dfavorises du pays, le tlphone portable a probablement constitu une arme communicationnelle bien plus dterminante dans cette extension .

  • 4

    en tant quespace alternatif difficilement contrlable, a permis de nombreux

    Tunisiens connects de dcouvrir images lappui les vnements qui

    secouaient dautres zones du pays, partager les informations avec leurs contacts,

    mettre en commun un mcontentement grandissant3 .

    Ainsi, pendant le soulvement en Tunisie, le contrle des mdias traditionnels4 par

    le pouvoir, empchant la confrontation des ides et contribuant au verrouillage de

    lespace public a t contourn par des activistes qui ont utilis Internet et les

    rseaux sociaux comme canal de diffusion de linformation, ainsi que comme espace

    public alternatif pour exprimer une opinion contestataire. Lexemple tunisien, ainsi

    que celui des autres rvolutions arabes ayant eu lieu depuis ce premier

    soulvement, illustrent bien comment, dans le cas dun espace mdiatique musel

    par le pouvoir en place, Internet peut permettre de capter des mouvements dopinion