Livret CJD Aquitaine 2013

Click here to load reader

  • date post

    18-May-2015
  • Category

    Business

  • view

    1.842
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of Livret CJD Aquitaine 2013

  • 1. 1

2. 2 3. 3AVANT-PROPOS Depuis 17 ans que je suis entrepreneur, jentends parler de croissance Elle nest pas toujours au rendez-vous quon lui donne ! Surtout en ce moment Nest-il pas temps de changer dangle de vue ? De quelle croissance parle-t-on ? Cest bien cette question que se sont pose les jeunes dirigeants aquitains du CJD cette anne. Crotre combien ? Crotre comment ? Et crotre pourquoi ? Les bases des rflexions venir taient poses Le rsultat est saisissant : les jeunes entrepreneurs aquitains rvent bien davantage dune croissance qualitative que dune croissance quantitative panouissement personnel, qute de sens, bien-tre des quipes, satisfaction du client, prise en compte de lenvironnement, recherche de la nouveaut passent bien avant la recherche du dveloppement des chiffres daffaires, des rsultats, etc. Grandir soi-mme en tant que dirigeant et faire grandir ses collaborateurs semblent tre les piliers du fonctionnement de lentrepreneur JD. Et cest coup sr lun des meilleurs moyens de prenniser son entreprise. Car en ces temps conomiques contraris, cest l le seul objectif sur lequel tout le monde tombe daccord. Il faut donc revisiter et penser les modles entrepreneuriaux de demain : travailler mieux, travailler ensemble et non les uns contre les autres, travailler en rseaux, regrouper moyens et comptences pour devenir plus fort, apprendre son mtier de dirigeant, se remettre en question rgulirement, partager ses valeurs, associer les parties prenantes la construction des projets, franchir le cap de linternationalLes pages qui suivent prsentent le travail dchange et de partage des JD dAquitaine travers : - Une rflexion gnrale sur la problmatique de la croissance des PME, avec les commentaires et ides-forces de diffrents intervenants venus la rencontre du CJD Aquitaine ces dernires annes.DE LESPRIT - Le tmoignage dune dizaine de jeunes dirigeants sur la croissance de leur PME.DU CUR - Des fiches-outils en lien avec la croissance, dont lambition est que chaque dirigeant en retire une ide, un plan daction trs pragmatique mettre en uvre dans sa socit, ds aprs notre Congrs.DU CORPS Autant dhistoires dentrepreneurs regroupes dans ce livret au travers de vcus de JD aquitains qui ont os un jour faire diffremment De ces exemples, nous avons tir des outils reprenant les actions qui nous ont sembl pertinentes. Bien modestement, ds demain, vous pourrez les exprimenter dans vos entreprises afin que lconomie soit dfinitivement au service de lhomme Bonne lecture et tous mes vux de russite entrepreneurialeStphane ReyPrsident CJD Aquitaine 2012/2014 4. 4INTRODUCTION Dans un contexte de pessimisme rsign ambiant, faut-il encore miser sur la croissance ? Pendant un an, le CJD Aquitaine sest pench sur cette question de la croissance de nos PME. Afin didentifier ce qui la favorisait, au travers de nos pratiques de dirigeants dentreprise. Au CJD, nous pensons quil est toujours bon de relever la tte et de se projeter dans lavenir. Ce livret est le fruit de cette rflexion collective, rsolument optimiste, les pieds dans la terre glaise, la tte dans les toiles . Notre objectif, lorsque vous lirez ce livret, est de vous donner envie daller de lavant, de trouver un ressort, aussi modeste soit-il votre crativit, de vous redonner foi en un avenir qui reste construire. En effet, comment mobiliser nos quipes, si nous-mmes, dirigeants entrepreneurs, ne sommes plus porteurs de vision et denvie ? Nous avons dclin ce livret en 3 temps : - Une rflexion gnrale sur la problmatique de la croissance, avec les commentaires dintervenants qui sont venus la rencontre du CJD Aquitaine ces derniers temps et qui ont marqu les esprits. - Les tmoignages, rsolument optimistes encore, de jeunes dirigeants sur la croissance de leur PME. - Des fiches-outils en lien avec la croissance o vous irez piocher une inspiration, un ressort, dont lambition est de vous donner lenvie davoir envie Au cur de la croissance des TPE et PME : l go-nomie du dirigeant a une place considrable. La volont du dirigeant de concilier intrts personnels et intrts delentreprise, est omniprsente. Lengagement personnel, la notion de ralisation de soi, dpanouissement personnel passe par la ralisation des finalits de lentreprise. Pour moi lessentiel est de garder la motivation et le plaisir dans ce que je fais. Cest pourquoi nous avons envisag de nous challenger en attaquant de nouveaux marchs, en dveloppant lexport doffres de produits innovantes et forte valeur ajoute. Je souhaite dvelopper de nouvelles activits, dabord pour me faire plaisir et ensuite pour offrir dautres pistes de dveloppement mon entreprise . Pour la majorit des jeunes dirigeants qui ont particip ce projet, la croissance est perue comme vecteur de prennisation et de dveloppement durable de lentreprise. Il sagit dune vritable rflexion de fond dans laquelle le dirigeant souhaite prserver la fois ce qui le motive, son dynamisme tout en offrant aux salaris un cadre porteur de sens, o ces derniers pourront spanouir et mettre au profit de tous et de lentreprise leurs potentiels et leurs talents. Ce qui nous importe nous, jeunes dirigeants, cest la qualit de vie, et de vie au travail qui va dcouler des choix que nous ferons. La croissance nest donc pas une fin en soi, mais un moyen ; le rsultat dun choix, vouloir crotre, et dune ralit, pouvoir crotre. Pourtant, comment voluer, grandir sans rendre plus complexe la gestion et la gouvernance de lentreprise ? 5. ................................................................. QUEST-CE QUE LE CJD ?.................................................................3 | LA BOTE OUTILS PRATIQUES POUR IMPULSER LA CROISSANCE, DS DEMAIN, DANS NOS PME .................................................................2 | REGARDS DE JD SUR LA CROISSANCE DE LEUR PME .................................................................1 | RFLEXIONS AUTOUR DE LA CROISSANCE46 27 15 7SOMMAIRE 5 6. 6 7. 7RFLEXIONS AUTOUR DE LA CROISSANCE 8. Inutile de dire que les rflexions autour de la croissance sont nombreuses lors des runions de travail du CJD Aquitaine Nous avons voulu vous livrer ci-dessous quelques points de vue, rflexions, souvent contre-courant, dintervenants ayant partag leur vision de la croissance auprs des JD Aquitains :...............................................................................................................RFLEXIONS AUTOUR DE LA CROISSANCE8LA CROISSANCE DE LENTREPRISE ET LA NOTION DE PARTAGE, DE COLLABORATION, AU-DEL DE LA PERFORMANCE QUANTITATIVE la vision de Pascal Picq ............................................................................................................... Pour le paloanthropologue Pascal Picq, le dveloppement de lentreprise passe par la notion de partage, de collaboration, au-del dune performance quantitative de cette structure. [] Avec Michel GODET, nous avons abord les thmes de lagent conomique rationnel et du jeu de lultimatum. On donne 100 euros A en lui demandant de partager le gain avec B ; si A et B narrivent pas se mettre daccord, ils repartiront tous deux avec zro. Autour de quel ratio va se faire le deal ? Si A propose B 80/20, il y a des chances que B refuse ; mais si le deal se fait 50/50, A aura limpression de se faire flouer puisque cest lui que largent a t initialement donn. On a ralis lexprience dans diffrentes ethnies et cultures humaines, et on sest aperu que le deal se faisait presque toujours aux alentours de 60/40. Cest le ratio dquilibre. Pourquoi cela fonctionne-t-il ainsi ? Parce que A a toujours le souci de limage quil va donner de lui et quil sait inconsciemment quil pourrait un jour se retrouver dans la situation de B ce qui lempche de proposer un march trop dsquilibr. Lenvie de profiter de son avantage est contrebalance par le dsir de paraitre fair-play []. Conclusion : un agent conomique rationnel na pas intrt se montrer goste, moins davoir la certitude quil ne pourra jamais obtenir la moindre contrepartie de sa gnrosit. Ce qui, en pratique, nest quasiment jamais le cas. Nous vivons dans des socits dans lesquelles nous dpendons tous les uns des autres. [] En France, la productivit et la performance absolue priment dans le travail. La structure dtermine les postes, elle les attribue, et chacun est pri dexcuter au mieux sa tche. Rsultat : les salaris des grandsgroupes, le nez dans le guidon , naccordent gure de temps lentraide et au partage qui, de toute faon, ne sont pas valuables. En revanche, dans un groupe o la structure nest pas toute-puissante, il est possible daccorder une plus large place au partage dexprience et lchange. On manage alors autre chose que du temps de travail. Les entreprises les plus innovantes sont celles qui incitent leurs acteurs, tous les niveaux, changer et scouter mutuellement. Et l, tout le monde se sent responsable ! Les nouvelles technologies et les rseaux sociaux induisent a priori le travail collaboratif. Mais des outils seuls ne servent rien ; ils doivent tre au service dun projet. Si les salaris ne lvent pas le nez du guidon , il ny a pas dchange, les tuyaux restent vides. Il est plus facile de se rencontrer dans les PME o lon fissionne pour se livrer ses tches et o lon re-fusionne ensuite pour partager lexprience. Mais la France, avec sa culture dingnieurs et de grandes coles, ne fait pas confiance aux PME. Ce sont pourtant elles qui sont les plus mme de produire des innovations de rupture. La panne dinnovation du modle franais vient en partie de l. Pourtant lInpi vient de dclarer que, dici cinq ans, 50 % des innovations proviendront dun processus collaboratif... 9. On rduit linnovation un nouvel outil technologique, sans prter attention au processus dont il est issu. Ce processus, fait demprunts, de modifications et de recombinaisons indites dlments existants est une forme de bricolage [] En entreprise, a se traduit par quoi ? Par moins dautoritarisme, plus de marge de manuvre po