Liberation 21.06.2013

download Liberation 21.06.2013

of 52

  • date post

    01-Dec-2015
  • Category

    Documents

  • view

    154
  • download

    7

Embed Size (px)

description

pdf

Transcript of Liberation 21.06.2013

  • MICHAEL

    ONEILL.CORB

    ISOUTLINE

    FORUMLE-DE-FRANCEVITRY-SUR-SEINE

    VAVOIR,VASAVOIR!

    VENDREDI 21 JUIN 2013

    PhotographiesOlivia Frmineau

    DeClaudeBartoloneJean-FranoisCop,denombreuxdputsontbrouill lesdbatssur lamoralisationde laviepolitique.

    Elus

    LATRANSPARENCEMALGREUX

    32EFTEDELAMUSIQUEDEMANDEZLEPROGRAMME 4 PAGES

    ForumdeVitry: unenouvellede Jean-BernardPouy 16 PAGESCENTRALES

    PAGES 24

    GANDOLFINI,LE SOPRANORENDLESARMESPAGES 2425

    1,60 EURO. PREMIRE DITION NO9985 VENDREDI 21 JUIN 2013 WWW.LIBERATION.FR

    IMPRIM EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE Allemagne 2,30 , Andorre 1,60 , Autriche 2,80 , Belgique 1,70 , Canada 4,50 $, Danemark 27 Kr, DOM 2,40 , Espagne 2,30 , EtatsUnis 5 $, Finlande 2,70 , GrandeBretagne 1,80 , Grce 2,70 ,Irlande 2,40 , Isral 20 ILS, Italie 2,30 , Luxembourg 1,70 , Maroc 17 Dh, Norvge 27 Kr, PaysBas 2,30 , Portugal (cont.) 2,40 , Slovnie 2,70 , Sude 24 Kr, Suisse 3,20 FS, TOM 420 CFP, Tunisie 2,40 DT, Zone CFA 2 000CFA.

  • Endeuxmois, le projet de loi sur la transparencede la viepublique a tmaltrait pardesdputs. Le texte qui sera votmardi comportenanmoinsdes avancesmajeures.

    Lamorale entameauParlement

    M ercredi aprs-midi, uneheure de la reprise de lexa-men du projet de loi sur latransparence et la morali-sation de la vie publique lAssemblenationale, un conseiller de lex-cutif noyait son dsarroi dans unverre deau gazeuse. En refusantla publication de leur patrimoine, lesparlementaires vont dans le sens contrairede lhistoire, soupirait-il. Et prennentle risque de brouiller limpact politique

    ParLAUREBRETTONLESSENTIEL

    LE CONTEXTELes dputs votent mardi le textesur la moralisation de la politique.

    LENJEULe refus de certains lus de faireprogresser la transparencerisque de masquer les rellesavances du texte.

    ParRICDECOUTY

    Brouillage

    Certes le texte nest pas la hauteur du sismeprovoqu par laffaireCahuzac. Pas la hauteurnon plus de la volontmoralisatrice affichepar Franois Hollande aulendemain de la dchancede sonministre du Budget.Pourtant, malgr seslimites et ses insuffisances,le texte constitue uneavance. Les dclarationsdintrt, lencadrementde certaines activits oula cration dune Hauteautorit, vont dans le sensdunemoralisation dela vie politique. Et si nulne peut croire que cesquelques mesures suffiront restaurer une thiquemalmene par lasuccession des scandales,elles ouvrent desperspectives quon auraittort de ngliger.Mais ces avances risquentfort de laisser peu de tracesdans lopinion. Car au soirdu dbat parlementaire,une poigne dlus de toutpoil et de toutes tiquettesa russi brouiller leffortde transparencedunemajorit. ClaudeBartolone, Jean-FranoisCop ou Christian Jacob,par leur rejet constantdes grandes propositionsgouvernementales, ont faitplus que cultiver lopacitet la sauvegardede leurs privilges.Ils entretiennent lidedune classe politiquecoupe de la socit,incapable dcouterles attentes de lpoque.Leur responsabilitest considrable.Il appartient dsormaisaux nouvelles gnrationsde droite et de gauchede bousculer ces hommesdu pass, des annesMitterrand et Chirac.La moralisation de la viepolitique nest pasun gadget.

    DITORIAL

    LA DCLARATION DINTRTA compter du 1er octobre, dputs, snateurs et grandslus locaux devront dclarer et verront publier sur Internet lintgralit de leurs activits professionnelles maisaussi leurs piges de consultants, leurs participations financires et mme leurs fonctions bnvoles. Au cours desdbats, les parlementaires ont en effet largi ces dclarations dintrts aux rmunrations annexes des lus.

    LES AVANCES LA HAUTE AUTORITAvec un budget autonome, unpouvoir denqute et dinjonctionsur ladministration, la Haute Autoritpour la transparence (HAT) pourratre saisie par les citoyens. Son but:contrler les dclarations et lestransmettre si besoin la justice.

    LES COLLABORATEURSSils nont pas obtenu de vrai statut,les collaborateurs parlementairesverront leur nom inscrit dans la dclaration de leur lu. Histoire de luttercontre les promotions familiales, puisque lon voit souvent la femme ou lefils dun parlementaire embauch.

    Les dclarations de patrimoine de 6500 lus seront consultables en prfecture par les habitants du dpartement. PHOTOJOEL SAGET. AFP

    et mdiatique dune loi rigoureuse quia intgr de nombreuses avances au fildes dbats des parlementaires qui ontnormment cest un euphmismeamend le texte initial du gouverne-ment.Car en dix semaines, la transparence a

    fait un sacr chemin. Avant lesaveux de Jrme Cahuzac, minis-tre du Budget suppos pourfen-

    deur de la fraude fiscale et nanmoinsdtenteur dun compte non dclar ltranger, le ministre des Relationsavec le Parlement, Alain Vidalies, plan-

    RCIT

    LIBRATION VENDREDI 21 JUIN 20132 EVENEMENT

  • chait tranquillement un encadrementdes conflits dintrts pour faire pro-gresser la Rpublique exemplairechre Franois Hollande. Mais le3 avril, sous le choc, le chef de lEtatdgainait une arme un peu trop lourde:loi sur lindpendance de la justice dslt, publication et contrle de tous lespatrimoines des ministres et desgrands lus et, enfin, avait-il tonn,les lus condamns pnalement pourfraude ou corruption seront interdits detout mandat public.

    PILULES.Une semaine plus tard, larse-nal se renforait encore, le prsident dela Rpublique annonant lincompati-bilit venir de certains mtiers avo-cats daffaires surtout avec un man-dat de dput ou de snateur. Despilules impossibles faire passer ctparlementaires, rvolts tant sur lefond que sur la forme. Pendant cinqans, on a combattu Sarkozy qui pondaitdes lois sous le coup de lmotion, cha-que fait divers, sans tenir compte de lin-trt gnral et l, on a fait pareil, d-crypte un pilier de la majorit, toujourseffar de loffensive de lexcutif qui,en plus du voyeurisme, tait propre,selon lui, alimenter le populisme. Dela dmocratie paparazzi, sest em-port le prsident de lAssemble na-tionale, Claude Bartolone, qui a pris latte de la fronde grondant au sein dugroupe socialiste.

    Leparti sacharne contre lesrebellesWauquiez et LeMaire.

    LUMPdchireles transparentsL heure est trs grave. Ledput UMP des Yveli-nes Henri Guaino, ex-plume de Nicolas Sarkozy,voit dferler sur le pays etsur son Assemble nationaleune vague terrible de dma-gogie. Circonstance aggra-vante: des lus de droite ontaliment ce tsunami popu-liste, dclench par les so-cialistes pour faire oublierlaffaire Cahuzac. Comme lagrande majorit de ses coll-gues du groupe UMP, Guainoest particulirement remontcontre lancien mi-nistre Laurent Wau-quiez. Non contentde se dclarer dispos voterle projet de loi sur la transpa-rence, ce dernier a bousculses amis politiques en multi-pliant les propositions ico-noclastes. Llu de Haute-Loire suggre, par exemple,que les dputs renoncent leur rgime spcial en ali-gnant leur rgime de retraitesur le droit commun. Laclasse politique ne peut pastre une caste qui se protge[]. Laffaire Cahuzac nestpas un accident de parcours,elle rvle un problme defond, assurait Wauquiez,mercredi soir, sur le plateaude Canal +.Concours.Le chef de filedes dputs UMP, ChristianJacob, sest fendu mercredidun courrier tous ses col-lgues pour fustiger ceux quijouent au concours du plusvertueux. Outre Wauquiez,cette mise au point peut ga-lement viser Bruno Le Maireet sa rvolution dmocrati-que. Contre la majorit deslus de sa famille, lancienministre de lAgriculture mi-lite en effet pour que les par-lementaires soient contraintsde dmissionner de la hautefonction publique sils sontfonctionnaires. Il veut aussiquil leur soit interdit de cu-muler leur position dlu na-tional avec un mandat ex-cutif local, et deffectuer plusde trois mandats successifs.Dans son courrier aux dpu-

    ts, Jacob se dsole quequelques-uns aient dcidde mdiatiser des proposi-tions qui donnent le senti-ment que lopposition seraitdivise, alors que legroupe UMP quasi una-nime a dcid de dire non la loi transparence. Pour lui,ce projet de loi nest quunemanuvre de diversion or-chestre par Hollande quiporte en elle les germes duvoyeurisme et de la dlation.Accus par Eric Woerth dese faire de la pub sur le dos

    des autres, Wau-quiez est, en la ma-tire, un multirci-

    diviste. Aprs le scandaleCahuzac, il avait t parmiles premiers rendre publicson patrimoine, sattirantdj les foudres de Guaino.SaintJust.Mercredi, surBFM TV, lancien conseillerde Nicolas Sarkozy a solen-nellement mis en garde con-tre la dmagogie, maladiemortelle des dmocraties.Aprs Claude Bartolone, ilna pas hsit dnoncercette politique de la puretqui confine selon lui lapurification et conduit toutdroit Robespierre et Saint-JustLa droite avait t nettementplus nuance, en 2010,quand le gouvernementFillon avait dpos un projetde loi inspir des recomman-dations de la commissionpour une nouvelle donto-logie de la vie publique.Dans la foule de laffaireWoerth-Bettencourt, NicolasSarkozy avait lanc ce chan-tier visant renforcer la pr-vention des conflits dint-rts et la dontologie desacteurs publics. A lpoque,lUMP stait videmmentbien garde dy voir, commeelle le fait aujourdhui, unemanuvre de diversion. Ilest vrai que ce premier projetde loi, annonc en fanfarepar Nicolas Sarkozy, na ja-mais t inscrit lordre dujour du Parlement

    ALAIN AUFFRAY

    ANALYSE

    LES RECULS LINLIGIBILIT VIEUn lu condamn pour corruptionrisquera finalement une peine dedix ans dinligibilit. Annonc dansun premier temps par Hollande maisrisquant dtre dclar inconstitutionnel, lempchement vie de seprsenter une lection est enterr.

    LES PATRIMOINESPour ceux qui voudront connatre le patrimoine de leurslus, il faudra se dplacer en prfecture. Au contraire desministres et de ce qui avait t annonc les parlementaires nauront pas mettre en ligne ce quils possdent.Et le citoyen qui voudrait publier sa trouvaille encourraune amende de 45000 euros. Il lui faudra saisir la Hauteautorit de la transparence qui, elle, pourra intervenir.

    Au final et