Les TIC et l'art : les corpus scientifiques face au web ouvert

Click here to load reader

  • date post

    11-May-2015
  • Category

    Documents

  • view

    880
  • download

    3

Embed Size (px)

description

Le rôle de la concurrence dans le développement des outils classificatoires des données : les corpus scientifiques face au web ouvert

Transcript of Les TIC et l'art : les corpus scientifiques face au web ouvert

  • 1.Les TIC et lart (INHA) 13.03.2012 Sophie DEBAERE & Hlne HERNIOU Le rle de la concurrence dans le dveloppement desoutils classificatoires des donnes les corpus scientifiques face au web ouvert

2. INTRODUCTION 3. . Dualit des rpertoires de donnes actuellement utiliss.. Complexification compte tenu de leur multiplication et de leur caractre international.. A lorigine, primaut des groupes amricains puis extension europenne.. Concurrence durant les annes 2000 : contrles ou non des gouvernements, financements,techniques, justice, communication.. Paralllement au dveloppement du web ouvert, passage dun patrimoine et doutilsaccessibles presque uniquement aux professionnels une surenchre de linformation et de laculture destine toucher une quantit non ngligeable dinternautes. 4. I HISTORIQUEPrsentation des grands principes constitutifs des outilsclassificatoires 5. Le phnomne de classer et de classification nest pas nouveau ; partir du moment o il y a collection, il y a classement.Quelques grands exemples, de collections et de systmes declassification. 6. Reconstitution du grand hall de labibliothque dAlexandrieSource : Carl Sagan in "Cosmos" 7. Frontispice de Musei Wormiani Historia montrant lintrieur du cabinet de curiosits de Worm. 8. Pourquoi passer doutils de classification sur support papier unsupport immatriel ?Une des rponses rside en lavance des machines calculer.Sans elles, les ordinateurs ne seraient pas ce quils sont prsent.NB : Bien videmment, malgr un rapport fort entre les deux machines, lesordinateurs sont plus quune volution des machines calculer. 9. Charles Babbage, Analytical engine (1834)Blaise Pascal, Pascaline (1642)Qui, rappelons-le, na jamais fonctionn 10. Il nous semble galement important de lier les volutions desupports techniques aux volutions lies la conception mme dessystmes et outils classificatoires.De mme, le dveloppement des mises en rseaux et partagesdinformations joue un rle prpondrant sur ce que sontmaintenant les outils classificatoires de donnes actuels. 11. Paul Otlet et Henri La FontainePres de la classification dcimale universelle ; Trait de documentationQuelques tiroirs fiches du Rpertoire bibliographique universel de Paul Otlet, aujourdhui au Mundaneum Mons 12. Vannevar BushAs We May Think, paru en 1945 dans le magazine Atlantic MonthlyMemex = bas sur le cerveau humain, cest--dire stocker des livres, textes (notes personnelles,ides) et pouvoir associer toutes ces donnes 13. Etats-Unis : ARPANET (1969)NB : il ne sagit en aucun cas de la reprsentation du rseau en 1969, juste dune illustration dans lobjectif dexpliciter le fonctionnement 14. France : CYCLADES (1976) 15. Le MinitelUne spcificit franaise, massivement investie par les institutions et entreprises etfortement ancre dans les usages. http://assistance.orange.fr/vos-questions-sur-la-fin-du-minitel-4872.php?1331200712#1 16. . Nouvelles possibilits techniques nouvelles rflexions.. Une vise commune : un accs dmocratis laculture et linformation. 17. Ds 1989 : dbut des rflexions sur la numrisation la BnF (texte, image etson).. 1990-1991 : tudes pralables pour la numrisation des imprims en modeimage pour permettre, entre autres, la lecture assiste par ordinateur ; dslors, la simple accessibilit du patrimoine nest plus le seul mot dordre decette politique.. Programme de constitution des collections numriques (achat de livres, achatou fabrication de microfiches, emprunt de documents originaux) vritablepolitique d expansion numrique ds le dbut des annes 90 (on ne dsirepas uniquement numriser ce qui est dj en possession de la Bibliothquenationale). 18. . Conception et installation du systme de gestion lectronique du fondsnumris jusqu louverture de la bibliothque numrique.. 1997 : lancement de Gallica.. 2000 : lancement de Gallica 2000, bibliothque accessible, libre et gratuite. . 2004 : dbut du chantier de numrisation de la presse nationale (jusqu2010) conserver, mettre a disposition et diffuser la culture nationale etrgionale de nos socits . 19. Search.2004 : lancement de Google Book Search.. Objectif : 15 millions de livres (bibliothques publiques et prives).. Classification trangre toute mthode de bibliothcaire.. lorigine : modle pseudo-gratuit (libre-accs pour lutilisateur, mais exploitation onreuse de milliersmod pseudo-de serveurs pour lentreprise destine gnrer des profits issus de la publicit). Possibilit de coordonner lutilisation de cet outils aux autres propositions de Google Google.2005-2007 : dbut du conflit politique et financier travers louvrage de J.-N. Jeanneney : Quand GoogleJ.-dfie lEurope.Dbut des discussions avec le monde ditorial au sujet du profit engendr, des problmes de droitdauteur, du profilage des utilisateurs. Partenariat envisag entre la BnF et Google, finalement rejet.(alors quen 2010, un accord est sign avec ltat italien, ainsi quavec la Bibliothque nationale dAutricheet la Bibliothque royale des Pays Bas). 20. . 12 janvier 2010 : discours de Frdric Mitterrand, ministre de la culture et deFrla communication aprs la remise du Rapport Tessier : faire monter Gallica communication,en puissance. . Grand emprunt : 2010 pour 2020 : 750 millions deuros pour lanumrisation du patrimoine crit national. Financement et autorit de ltat.. Autres fins de cette numrisation : prservation, exhaustivit et rayonnementpr exhaustivitculturel. Mutualisation des moyens des bibliothques publiques et des diteurs. Intgration des nouvelles ressources du web 2.0 : prsence de Gallica sur lesdiffrentes plateformes des rseaux sociaux. Ouverture aux wikinautes (sous contrle). 21. r Les autres outils plus rcents de laBibliothBibliothque nationale de France . Les expositions virtuelles une arborescence amliore reprenantvirtuelles,les thmes principaux des catalogues dexpositions papier maispermettant dapprofondir uniquement les points intressant le plustel ou tel utilisateur. http://expositions.bnf.fr/japonaises/index.htm . Depuis le 12 mars 2012 : Gallica intra muros, de mme formatque Gallica, cette plateforme permet de consulter gratuitement lesouvrages sous droit sur le lieu physique de la Bibliothquenationale. 22. II CONTENUS & INTERFACES 23. . volution durant les annes 2000.. Numrisation de masse chez Google.. Ouverture aux nouveaux outils pour les bibliothques.. Demande de respect du dpt lgal pour le gantamricain.. Laisance dutilisation :. http://books.google.fr/. http://gallica.bnf.fr/. http://www.europeana.eu/ 24. I. 1. Contenus proposs : primovisiteur ou utilisateur cherchant tre guid. proposguid. Google Books : Utilisation de certains ouvrages dhistoire janvier 2010, inaccessibles quelquesmois plus tard (cf Tessier). thmes fluctuants. Intressant ouvrages plus ou moins mconnus. Classiques Robinson Cruso, pense Gallica, et aux rayonnages des bibliothques physiques qui proposent frquemment ce genre douvrages.. Magazines (propositions de parcourir la presse de 1945) possibilit de parcourir tous lesnumros, de sabonner, de lajouter sa propre bibliothque... tout est pens afin de relierles outils son propre compte Google, et aux autres possibilits offertes par le moteur derecherche (web, possibilit de trier par date).. Initiative personnelle ciblage selon propre utilisation du moteur de recherche.. Philosophie / Posie / Sciences politiques classification proche de celle des bibliothques.. Dcoration et maison / Famille / Cuisine thmes pratiques susceptibles dintresserune grosse partie des utilisateurs. loignement du domaine purement patrimonial. 25. . Gallica :. Rubrique consulter : rappelle les types dobjets numriss sur laplateforme.. Rubrique parcourir : dossiers et thmes. Exemple de dossier : La France en Amrique . Possibilit deparcourir par thmes, gographie, renvoi direct sur longlet de rechercheavance, parcours chronologique et proposition de bibliographie. CfExpositions virtuelles de la BnF, arborescence amliore grce aux outilsnumriques permettant de relier les donnes entre elles.. Rubrique la slection Gallica : types dobjets de recherche frquemmenttrouvs dans les expositions monographiques : un personnage, une oeuvre, unthme, un lieu, un vnement. Linternaute tombe alors immdiatement surune oeuvre, ou bien sur la recherche auto-gnre porte sur le sujet propos. accent mis sur les ouvrages phares (Zola etc pour les lettres...), ce quiengendre la proposition dune vritable identit patrimoniale nationale.. Tri institutionnel, scientifique, relativement traditionnel . 26. . Europeana :. Brve slection moins mise en valeur.. Modle du muse en ligne bien plus explicite sur la plateforme europenne,relatif la volont de crer un patrimoine transnational. Propres expositionsgrce aux reproductions numriques mutualises entre les institutionsculturelles de divers pays. Mme type de classification que dans les expositions physiques de muses, ou virtuelles de la BnF. (contexte, et catgoriespresque toujours chrono-thmatiques).. Possibilit de participer aux projets de la plateforme, comme le projet 1914-1918 . Postage de documents en la possession de linternaute ou de sa proprehistoire relative cette guerre. Exploitation galement de Flickr cet effet. 27. I. 2. Mode recherche simple : lamateur qui sait ce quil recherche mais nest pas pouss pouss utiliser frquemment cesfr plateformes.Recherche. Personnage : Salvador Dali. vnement : Alsia... Google Books :. Simplicit, rsultat immdiat en terme douvrages textuels. Triessentiellement chronologique ou dordre financier : possibilitde ne faire apparatre que les livres entiers. 28. . Gallica :. Possibilit de lancer la recherche par type dobjet ou dans toute labibliothque.. Puis, tri par : Type, auteur, date ddition, langue, thme (bibliothques),provenance, et enfin type daccs en dernier faciliter lutilisation de cetoutil numrique au lecteur, permettre lutilisateur des bibliothques physiques de ne pas perdre ses repres. . lancien modle du cataloguenumrique de bibliothque est prsent, il est assimil et ajoute desinformations, sug