Les fleurs en poésie Avancer au clic. Renoncule Il est une fleur délicate Aux formes...

download Les fleurs en poésie Avancer au clic. Renoncule Il est une fleur délicate Aux formes qui me flattent Au parfum volatil Aux couleurs subtiles Elle embellit

If you can't read please download the document

  • date post

    03-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    112
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of Les fleurs en poésie Avancer au clic. Renoncule Il est une fleur délicate Aux formes...

  • Page 1
  • Les fleurs en posie Avancer au clic
  • Page 2
  • Renoncule Il est une fleur dlicate Aux formes qui me flattent Au parfum volatil Aux couleurs subtiles Elle embellit mes potes Et se laisse dlicatement regarder A la rose n'ayant rien envier Elle serait prte la dtrner Toutes deux se ressemblent En bouquets s'assemblent En arc-en-ciel de couleurs tendres Elle ne cesse de me surprendre Je vous parle de la renoncule Qui jamais ne sera ridicule Mme relgue en vase dans le vestibule Majestueusement dresse sur son pdoncule* Rochelle
  • Page 3
  • Tournesol Ce jour-l, une formidable explosion de jaune se rpandit sur toute la surface de la vote cleste. Pendant un moment, il n'y eut plus le moindre recoin de bleu dans le ciel. Puis, tout le jaune se rsorba vers un seul point, laissant le bleu reprendre sa place dans l'espace. Le jaune qui n'tait jusque l qu'une tache informe se dfinit pour bientt s'panouir comme un bourgeon tourn vers le soleil. Une fleur sans pareille venait de natre dans le ciel. On la baptisa tournesol Auteur inconnu
  • Page 4
  • Posie en fleurs... Dans leur mystre, je les vois natre, Apportant avec elles, plaisirs et dlices, Demandez-moi, qui peuvent-elles tre ! Voil pour vous aider, quelques indices... Nobles, elles sont toutes en couleurs, Chacune son nom, chacune son langage ! Je vous les prsente en tout honneur, Dans leurs silences, coutez leurs adages. glantine en rose vous parle de bonheur, Vivez vos moments heureux intensment. Miss Marguerite, d'un regard enchanteur, Vous enseigne la fidlit, tout simplement... De Dame Camlia, toute fire et romantique, Apprenez : constance, estime, sont de rigueur; Elles sont nombreuses, ! Belles et uniques, Quand elles parlent au soleil en fine douceur... Belle de nuit, Boule de neige et l'amie Rose, Elles vous chantent toutes, l'amour gnreux, Je vous aime a dit Bouton d'or, et en prose, Le cur rempli de joie, se sent bienheureux... Oui ce sont elles dont il s'agit, vous l'avez compris Nobles fleurs d'levage, petites fleurs des champs, S'adressant aux curs qui se sentent dfleuris: "Allez dans la nature, respirer nos parfums envotants Plume.
  • Page 5
  • Les fleurs du printemps Quand la ronde du temps ramne le printemps, Aprs des mois dexil vers dautres continents, La campagne sveille, rajeunie, repose, Du sommeil que lhiver lui avait impos ; Aux abords des fosss, des routes, des rivires, Grimpant sur les talus, les tendres primevres Fleurissent a et l, jaillissant en bouquet Au cur dune rosace au feuillage gaufr. Voisinant avec elles, timides et discrtes, Sous leurs feuilles en cur, se cachent les violettes. Ouvrant leur tte fine en corolle toile, Les blanches pquerettes sgaillent dans les prs. Les fires marguerites, gracieuses et coquettes, Balances par le vent, changent des courbettes, Et le nez en trompette, les jonquilles dores Dployant leurs ptales, hument lair printanier. Mais les plus mystrieuses, ce sont les orchides, Certaines qualifies dabeille ou daraigne , Petites sauvageonnes tranges et excentriques Tout aussi fascinantes que leurs surs exotiques. Hlne Guibbert
  • Page 6
  • Jonquille Symbole lumineux du trpas de lhiver, Couronne de soleil, capiteuse jonquille, Tu dores ta blondeur lcho dune trille Ds quun secret appel orchestre lunivers ! Pour parer tes atours de lcrin le plus vert, La nature en veil pudiquement shabille. Lheure lisse sa soie et le ciel se maquille Elevant le pote lextase du vers. Dun lan gnreux, tu clbres loffrande De ton pollen sucr que linsecte qumande, Calice de senteurs sur lautel de lAmour. Cest le divin prlude la saison promise, Miracle dquilibre au fil du temps qui court Dans le fol tourbillon o le monde spuise. Rene Chabaud -Fages
  • Page 7
  • Muguet porte-bonheur !! Je sais que mon parfum est assez envotant, On dit que mes clochettes souvent portent bonheur. Si je ntais muguet jen serais rougissant Comme la fine rose, plus belle dentre les fleurs. Ce pouvoir, je lavoue, que chacun mattribue Choque la modestie de mes blanches amulettes. Oui, je suis magicien, cest Dieu qui la voulu Si chaque premier mai, je suis roi de la fte. Nicole Celette
  • Page 8
  • La tulipe Moi, je suis la tulipe, une fleur de Hollande Et telle est ma beaut que lavare flamand Paye un de mes oignons plus cher quun diamant Si mes fonds sont bien purs, si je suis droite et grande. Le jardinier divin a fil de ses doigts Les rayons du soleil et la pourpre des rois Pour me faire une robe trame douce et fine. Nulle fleur du jardin ngale ma splendeur Mais la nature, hlas ! na pas vers dodeur Dans mon calice fait comme un vase de Chine. Thophile Gautier
  • Page 9
  • Parfum de violette Elle sent bon, la violette, Premire fleur du renouveau, Quand au ciel un petit oiseau Lance gaiement sa chansonnette. Elle sourit dans sa cachette Timidement, prs du ruisseau, Elle sent bon, la violette Premire fleur du renouveau. Ame tendre, frache et simplette Minuscule au pied du roseau, Un papillon qui fait le beau Se plat lui conter fleurette. Elle sent bon la violette Suzanne Panizzi
  • Page 10
  • Le chant du myosotis Ma corolle dazur a salu laurore Dans les jardins, je viens dclore.. O vous que charmera ma douce majest, Venez sourire ma fragilit. Je suis petit, petit, mais si pur dans mes charmes. Devant moi Dieu le veut les haines se dsarment. Venez tous, htez-vous ! Ma vie est courte, hlas ! Je vous consolerai de vos douleurs secrtes, Et moi, qui sais si bien mouvoir le pote, Je suis ivre damour. oh ! ne moubliez pas ! Yvonne Lire
  • Page 11
  • La Pervenche Ple fleur, timide pervenche Je sais la place o tu fleuris, Au pied des monts, ton front se penche Pour mieux charmer nos yeux pris ! C'est dans un sentier qui se cache Sous ses deux bords de noisetiers O pleut, sur l'ombre qu'elle tache La neige des blancs glantiers Une source tout prs palpite O s'abreuve le merle noir ; Il y chante et moi je mdite Souvent de l'aube jusqu'au soir. O fleur ! que tu en dis des choses A mon amour, quand je reviens, Quand tu me parles lvres closes, Et que mon cur coute le tien... Alphonse de Lamartine
  • Page 12
  • Au cur des roses Tout le ciel des ts se mire au cur des roses : La candeur des matins, la tendresse des jours, La gloire des couchants sont jamais encloses Dans le parfum soyeux de leurs mouvants atours. On y sent du bonheur les grces fugitives, Des charmeuses saisons les changeantes couleurs, Les plaisirs blouis et les ardeurs craintives, Les magiques soleils et les sources en pleurs. On y voit la fracheur des verdures luisantes, Des buissons toils de claires floraisons Et les secrets cachs dans les feuilles flottantes Sur les tangs de lune o glissent des frissons. Tout le ciel des ts se mire au cur des roses Comme nuages dor voguant au bleu du jour Apportent le reflet du mystre des choses Aux hommes oublieux des vrais rves damour. Etiennette Kieffer
  • Page 13
  • Le mimosa Il suffit d'un zphyr, Dans ta belle livre, Pour que d'un seul soupir, Je me vois enivr. Tu es le point vernal, D'une froide saison, De retour triomphal, Tu fleuris les maisons. Tes feuilles ciseles, Sur un port buissonnant, Gardent pour une anne, Leur aspect verdoyant. Charmant le bord de mer, Quand la nature dort, Tu n'es pas un peu fier, Dans ta parure d'or. Qu'il est doux d'inspirer, Ton essence divine, Avec celle sale De la brise marine. Auteur inconnu
  • Page 14
  • Les nnuphars L'tang dont le soleil chauffe la somnolence Est fleuri, ce matin, de beaux nnuphars blancs ; Les uns, sortis de l'eau, se dressent tout tremblants, Et dans l'air parfum leur tige se balance. D'autres n'ont encor pu firement merger : Mais leur fleur vient sourire la surface lisse. On les voit remuer doucement et nager : L'eau frissonnante affleure aux bords de leur calice. Edmond Rostand
  • Page 15
  • La pense Elle se laisse balancer par le vent Elle se referme quand vient la fin du temps Elle se rveille avec la joie de vivre Et le soleil la chatouille de ses rayons ivres Elle prend sa douche, des milliers de gouttes Sur elle se couchent Parfois elle meurt crase Ce n'est peut tre qu'une pense Mais c'est surtout une toute petite fleur Qui comme nous a droit au bonheur Christine
  • Page 16
  • L'Orchide Dame nature cre de ces fleurs exotiques Aux diverses couleurs et aux formes typiques Qui parent les forts, embaumant les sous-bois. Comme un soleil, leur jaune est clatant parfois, Et leur manteau de pourpre est souvent obsdant, Le bleu aussi les vt, du ple au plus violent Sans oublier le rose peine nuanc Qui teinte volontiers leurs corolles nacrs. Tantt tisses de soie et tantt de crpon, Zbres ou mouchetes, ceci dans tous les tons Leurs allures lgres pleines de fioritures Evoquent tour tour, selon leur contexture Soit l'araigne velue, l'oiseau de Paradis, La libellule fine ou bien le colibri. Claude Effrench
  • Page 17
  • Bouquet de fleurs Viens, je te montrerai la jacinthe pareille A de roses baisers, le mauve et doux lilas Couronnant le buisson de bouquets dlicats, La joyeuse jonquille au pr qu'elle ensoleille, De l'or et de l'argent emplissant ma corbeille, Le ple liseron, la pivoine grenat, La pimprenelle pourpre et le trfle incarnat, Le millepertuis jaune o butine l'abeille, La sage marguerite aux rives du sentier, L'ardent coquelicot, le bleuet cocardier, La brune ravenelle et la rose trmire... Viens, l'arc-en-ciel brillant aux subtiles senteurs Posera sur nos fronts son aura de lumire Et des rves heureux, en bouquet, dans nos curs. Jeanne Marie Cornet
  • Page 18
  • Rose cloche immorte