Le Roman de la momie de Th©ophile Gautier, source d ... errant (Sage velgard), demeure un...

download Le Roman de la momie de Th©ophile Gautier, source d ... errant (Sage velgard), demeure un r©cit

of 29

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Le Roman de la momie de Th©ophile Gautier, source d ... errant (Sage velgard), demeure un...

  • Recherches en Langue et Littrature Franaises

    Revue de la Facult des Lettres

    Anne 11, N0 19, Printemps-t 2017

    Le Roman de la momie de Thophile Gautier,

    source d'inspiration de Sadegh Hedyat dans Le Trne

    d'Abu Nasr*

    Marzieh Balighi**

    Matre-assistante, Universit de Tabriz (auteur responsable)

    Saideh Mianji

    Master II en langue et littrature franaises, Universit de Tabriz

    Rsum

    Le Trne d'Abu Nasr de Sadegh Hedayat est un rcit dconcertant dont

    la matire est surcharge de rfrences et d'allusions une source franaise,

    savoir Le Roman de la momie de Thophile Gautier. Cette influence,

    voulue ou inconsciente, fait de ce roman iranien un texte singulier, insolite.

    Dans cet article, notre objectif consiste faire ressortir les points de

    convergence entre ces deux uvres d'aire culturelle diffrente, aussi bien

    au niveau de la forme que celui du fond. Tout en dcelant cet

    enchevtrement d'emprunts, nous allons essayer de dgager la part de

    l'authenticit de Sadegh Hedayat qui avait un grand souci de rester soi-

    mme en prenant une certaine distance par rapport l'uvre de Thophile

    Gautier. Ce rcit se situe ainsi dune manire trs dlibre dans un entre-

    deux , entre un ici et un ailleurs . Il se nourrit dun imaginaire

    franais, mais se situe dans un cadre iranien.

    Les mots-cls : Sadegh Hedayt, Le Trne d'Abu Nasr, Thophile

    Gautier, Le Roman de la momie, influence, source.

    *Date de rception: 2016/03/09 Date dapprobation: 2017/02/21

    **Email: balighimm@yahoo.com

    mailto:balighimm@yahoo.com

  • 2 Recherches en Langue et Littrature Franaises, Anne 11, N0 19, Printemps-t 2017

    Introduction

    Le Trne d'Abu Nasr (Takht-e Abu Nasr), une nouvelle parue en

    1942 dans le dernier recueil publi par Sadegh Hedayat, Le chien

    errant (Sage velgard), demeure un rcit mystrieux. Une traduction

    franaise par Gilbert Lazard en a t publie en 1988, Paris, en

    France, aux ditions Phbus. Dans cette nouvelle, une momie de l're

    sassanide revient la vie loccasion de fouilles archologiques aux

    effets imprvus. Trois savants amricains explorent un site en des

    collines prs de Chiraz, en Iran, et dcouvrent un sarcophage dans

    lequel repose un prince iranien, momifi, encore revtu de ses habits

    princiers. Celui-ci tient deux feuillets indchiffrables sous le bras.

    Tout un mystre plane autour de cette dcouverte. Par cette nouvelle

    qui peine parfois convaincre en raison de son discours un peu

    simpliste sur la science, lauteur prtend donner une image de ce que

    fut la Perse antique. Ce rcit nous fait penser un texte crit par

    Thophile Gautier, Le Roman de la momie, paru en feuilleton de mars

    mai 1857 dans Le Moniteur universel, puis, en volume, en 1858,

    chez Hachette. Dans Le Trne d'Abu Nasr, la matire est surcharge

    de rfrences, dallusions et de ressouvenances cette uvre

    occidentale. Ces rminiscences ne sont pas trs difficiles identifier.

    Trs grand connaisseur de la littrature europenne, Sadegh Hedayat

    matrisait parfaitement la langue franaise. Maxime-Fri Farzaneh,

    un tudiant de Sadegh Hedyat, dans son uvre intitule Rencontres

    avec Sadegh Hedayat, le parcours dune initiation, tmoigne du fait

    que ce dernier frquentait assidment la vaste bibliothque de

    l'Alliance franaise Thran. Il tait imprgn de culture franaise

    et il lisait tout ce qu'il trouvait en franais, mme les traductions

    littraires qui paraissaient dans la presse et les revues. Il connaissait

    beaucoup dauteurs occidentaux dont, entre autres, Thophile

    Gautier, et il a lui-mme racont Maxime-Fri Farzaneh qu

    Thran, l'cole Saint-Louis, j'enseignais le persan un cur. Un

    trange personnage, passionn d'archologie, qui avait un got

    prononc pour la littrature. C'est lui qui me fit lire Mrime,

    Thophile Gautier, Maupassant, Gobineau, Baudelaire, Poe et bien

    d'autres (Farzaneh, 1372, 126).

  • Le Roman de la momie de Thophile Gautier 3

    Le Roman de la momie de Thophile Gautier s'inscrit dans la

    tradition du rcit d' gyptologie et traduit une certaine fascination

    nostalgique de cet crivain pour la civilisation gyptienne. Les

    similitudes entre ce roman de Thophile Gautier et Le Trne dAbu

    Nasr de Sadegh Hedayat sont videntes. Cette nouvelle de Sadegh

    Hedayat illustre bien la conception quYves Chevrel a propose de

    ce quil appelle une source , qui est fortement lie l'tude des

    influences , savoir la recherche des influences conduit des

    metteurs aux rcepteurs. Celle des sources, inversement, remonte le

    courant et peut-tre demande-t-elle encore plus de tact et de

    pntration critiques (Pageaux, 1994, 51)

    Le Trne dAbu Nasr pousse cette forme dinspiration lextrme,

    ce qui transforme la nouvelle en un rcit insolite, voire terrifiant. Il

    ne sagirait en rien dun plagiat. Sadegh Hedayat sen est dfendu,

    propos dune question qui lui avait t pose par Maxime-Fri

    Farzaneh, sur linfluence quE. T. A Hoffmann aurait exerc sur lui :

    - Est-ce que ce genre de lecture nest pas dangereuse pour

    celui qui souhaite crire ?

    - Que veux-tu dire ?

    - Ils sont si puissants quon risquerait de les imiter, dtre

    influenc ?

    - Le plagiat est du vol. Sinon, tout le monde est influenc.

    On imite, parfois mme involontairement quelquun avec qui

    on a des affinits. Loriginalit, mme si elle existait vraiment,

    nest pas une qualit en soi. Lauthenticit, oui. Mais si tu veux

    exprimer quelque chose pour laquelle on a trouv la forme

    adquate, il ne test pas ncessaire de lviter. Mais il ne faut

    pas tre paresseux, il faut chercher. Cest la recherche qui

    importe. Loriginalit pour loriginalit nest quune

    excentricit (Farzaneh, 1372, 122).

    Sadegh Hedayat rejette toute ide de plagiat. Ce serait une

    tentation trop facile. Il esquisse plutt lide dune influence

    involontaire. Il nest pas non plus favorable la recherche de

    loriginalit pour elle-mme et il insiste sur une notion de

    recherche quil ne dfinit pas vraiment. En revanche, il

  • 4 Recherches en Langue et Littrature Franaises, Anne 11, N0 19, Printemps-t 2017

    revendique fortement lauthenticit , cest--dire une volont de

    rester soi-mme, dtach de tout ce qui vient de sources extrieures

    et de puiser dans ses propres ressources. Mais cette authenticit

    prend un caractre quivoque chez Sadegh Hedayat. Une

    contradiction rside en effet entre le fait de sinspirer de modles

    trangers, celui dimiter dautres crivains, et celui de rester soi .

    Trs attach sa culture irano- orientale Sadegh Hedayat semble

    stre toujours demand comment on pourrait rester un auteur

    iranien, tout en sinspirant de la littrature occidentale. Lcriture du

    Trne dAbu Nasr aurait t le rsultat de cette recherche. On

    sattachera dterminer les points de convergence que lon peut

    relever entre cette nouvelle et Le Roman de la momie de Thophile

    Gautier, et cerner loriginalit de lauteur iranien la manire dont il

    s'est inspir de son modle franais, et montrer comment il l'a utilis

    et comment il l'a transfigur. La dmarche cratrice, originale, de

    Sadegh Hedayat a port autant sur la forme que sur le contenu de son

    livre, do la ncessit d'en analyser dabord le genre, puis le statut

    du narrateur, sa structure tiroirs , lintrigue, les personnages, le

    caractre ouvert et lorientalisme occidentalis.

    I. Un genre fantastique

    Le Trne d'Abu Nasr reprend une forme trs populaire en France

    partir du XIXe sicle, celle de fantastique . Faute d'une dfinition

    prcise de ce genre littraire, nous nous bornerons en citer une qui

    soit susceptible de recouvrir ce que Sadegh Hedayat a essay

    d'voquer dans cette nouvelle. Selon Tzvetan Todorov, le

    fantastique est fond essentiellement sur une hsitation du lecteur

    un lecteur qui s'identifie au personnage principal [], hsitation

    prouve par un tre qui ne connat que les lois naturelles, face un

    vnement en apparence surnaturel (Todorov, 1970, 29). Cette

    thorie insiste, en premier lieu, sur le cadre raliste, naturel et

    vraisemblable, sur lequel le rcit sera bti ; puis, en deuxime lieu,

    sur l'effet de surprise, de rupture de cet univers cohrent qui se

    produit ; et, enfin, en troisime lieu, sur le concept de l' hsitation

    fantastique entre une explication rationnelle, raliste, ou, au

    contraire, surnaturelle ou irrationnelle des faits.

  • Le Roman de la momie de Thophile Gautier 5

    L'histoire de Le Trne d'Abu Nasr se droule sur une colline qui a

    donn son nom au titre de la nouvelle, proximit du village de

    Beram-Delak, situ prs de Chiraz, en Iran. Au dbut du rcit, trois

    archologues amricains, membres du groupe scientifique du

    "Metropolitan Museum de Chicago (Hedayat, 1998, 62),

    poursuivent avec dception, sous un soleil crasant, leurs fouilles

    sans avoir encore obtenu de rsultat. Ils possdent chacun une identit,

    un nom et un statut professionnel : le professeur [docteur] Warner,

    archologue spcialis dans l'tude des langues mortes (Ibid, 1998,

    63) et ses deux collaborateurs, Freeman et Gorest. Dj par cette

    description, en tenue kaki jaune [], un chapeau de soleil sur la

    tte et des dossiers sous le bras, [les archologues] p