Le ph©nom¨ne spirite

download Le ph©nom¨ne spirite

of 26

  • date post

    15-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    217
  • download

    2

Embed Size (px)

description

Le spiritisme est une science progressive ; elle se base sur la révélation des Esprits et sur l’analyse minutieuse des faits. Il n’y a ni dogmes, ni points de doctrine inébranlables en dehors de la communication des vivants et des morts et de la réincarnation, qui sont absolument démontrées par des recherches faites en France et dans de nombreux pays européens. Si réellement l’âme ne meurt pas et qu’elle puisse agir sur la matière, il existe alors des forces inconnues qu’il est intéressant d’étudier ; des modes d’énergie qui se conservent après la mort : celles de la pensée produite sans les organes matériels du cerveau. Dans ce livre, Gabriel Delanne examine diverses formes de médiumnités et notamment celles des matérialisations en expliquant ce qu’est la force psychique.

Transcript of Le ph©nom¨ne spirite

  • Gabriel Delanne

    LE PHENOMENE SPIRITE

  • Allan Kardec tLe livre des Esprits

    Le livre des MdiumsLEvangile selon le Spiritisme

    Le Spiritisme sa plus simple expressionInstruction pratique sur les manifestations spirites

    La Gense, les miracles et les prdictionsCaractres de la rvlation spirite

    Oeuvres posthumesLe Ciel et lEnfer

    La prire

    Disponibles sur la libraire spirite :www.editions-philman.com

    Cette dition a t ralise avec la collaborationdu Centre Spirite Lyonnais Allan Kardec

    http://www.cslak.fr

    Imprim en Europe Dpt lgal : octobre 2010ISBN : 978-2-913720-63-3 EAN : 9782913720633

    Chico XavierIl y a 2000 ansNosso LarLes messagersMissionnaires de la lumireDans le monde suprieurLes ouvriers de la vie ternelleDans les domaines de la mdiumnitAction et ractionEntre la terre et le cielLibrationCinquante ans plus tardAv ChristRenoncementPaul et Etienne

    Lon Denis

    Aprs la MortChristianisme et SpiritismeLe Problme de ltre et de la destineLa grande nigme (Dieu et lUnivers)Le gnie celtique et le monde invisibleDans lInvisible : Spiritisme et mdiumnitLe pourquoi de la vie

  • Gabriel Delanne

    LE PHENOMENE SPIRITE

    Tmoignage des savants

    Etude historique

    Exposition mthodique de tous les phnomnes

    Discussion des hypothses

    Conseils aux mdiums

    La thorie philosophique

  • Je ne dis pas que cela est possible, je dis que cela est.WILLIAM CROOKES

    Eviter le phnomne spirite, lui faire banqueroute de lattention laquelle il a droit,

    cest faire banqueroute la vrit.VICTOR HUGO

  • A lme immortelle de mon vnr matreALLAN KARDEC

    je ddie ce livre,oeuvre dun de ses plus obscurs

    mais de ses plus sincres admirateurs

    Gabriel Delanne

  • PREFACE

    Le spiritisme est une science qui a pour objet la dmonstrationexprimentale de lexistence de lme et de son immortalit, au moyende communications avec ceux quon a improprement appels lesmorts. Depuis bientt un demi-sicle que les premires recherches surce sujet ont t entreprises, des hommes de science de la plus hautevaleur ont consacr de longues annes dtudes constater les faitsqui sont la base de cette science, et ils ont t unanimes affirmerlauthenticit certaine de ces phnomnes, qui semblaient les fruits dela superstition et du fanatisme.

    On ne connat pas ces recherches en France, ou on les connatmal, de sorte que le spiritisme teste toujours, aux yeux du grandpublic, la farce des tables tournantes. Cependant le temps a fait sonoeuvre, et cette doctrine prsente aujourdhui lexaminateur impar-tial une srie dexpriences rigoureuses, mthodiquement conduites,qui prouvent dune manire certaine que le moi humain survit ladsagrgation corporelle.

    Ce sont ces rsultats que nous voulons exposer, afin quils implan-tent dans toutes les consciences la conviction de limmortalit, non plusbase seulement sur la foi ou sur le raisonnement, mais solidementtaye sur la science, procdant avec sa svre mthode positive.

    La gnration actuelle est lasse des spculations mtaphysiques ;elle refuse de croire ce qui nest pas absolument dmontr, et, si lemouvement spirite, qui compte dj des millions dadhrents dans lemonde entier, na pas pris la premire place, cest que ses adeptesont trop nglig, jusqualors, de mettre sous les yeux du public desfaits bien constats.

  • 12 Le phnomne spirite

    La plupart des publications priodiques contiennent des communi-cations dEsprits qui peuvent tre intressantes certains points devue, mais dont lauthenticit nest pas absolument dmontre, de sortequelles ne produisent pas leffet voulu.

    Les ouvrages franais parus depuis Allan Kardec sur ce sujet sontdes redites, exception faite des livres dEugne Nus, de M. Gardy, deGenve et du Dr Gibier, ou ne prsentent aucune vue originale sur laquestion, de sorte que le mouvement sest ralenti. Il est ncessaire delui donner une impulsion nouvelle. Pour cela, il faut marcher avec sonsicle et savoir se plier aux ncessits de notre poque.

    Le matrialisme est partout triomphant, mais on sent dj que sonrgne ne sera pas de longue dure. Pour le dtruire, il suffit de luiemprunter ses armes et de le combattre sur son terrain. Lcole positi-viste se renferme dans lexprimentation ; faisons comme elle : nousnavons nul besoin de faire appel dautres mthodes, car les faits,comme le dit Alfred Russell Wallace, sont des choses opinitres dontil nest pas facile de se dbarrasser par une fin de non-recevoir.

    Au lieu de prsenter aux incrdules toute la doctrine formule parles Esprits et codifie par Allan Kardec, donnons-leur dabord simple-ment lire les travaux de ces matres qui sont : Robert Hare, Crookes,Wallace, Oxon, Zollner, Aksakow, et alors ils ne pourront rcuser lestmoignages de ces grands hommes, qui sont, des titres divers, dessommits intellectuelles dans le vaste domaine des sciences.

    Noublions pas, en effet, que Crookes a fait faire la physique unpas de gant par la dmonstration de ltat radiant. Wallace est cer-tainement, lheure actuelle, le premier naturaliste du monde, puisquila trouv et formul, en mme temps que Darwin, la loi de lvolution.Les travaux de Zollner en astronomie sont universellement connus.Ceux de Fechner, sur la sensibilit, sont enseigns partout ; et, quantaux professeurs Mapes, Robert Hare, ils jouissent en Amrique duneautorit non discute. Ce sont l les principaux champions du spiritismemais le lecteur trouvera, la fin de ce volume, une liste nombreusedes notabilits qui ont affirm hautement le spiritisme.

    Il est temps de ragir contre les bonzes officiels, qui essaient dtoufferles vrits nouvelles en affectant une ddaigneuse indiffrence. Autant

  • Prface 13

    nous avons de respect et dadmiration pour la science, sans parti pris,pour celle qui envisage, impartialement tous les phnomnes, les tudieet les explique froidement en fournissant de bonnes raisons, autantnous nous sentons dindignation contre la fausse science, rebelle toutes les nouveauts, renferme dans ses convictions acquises, etcroyant orgueilleusement avoir touch les bornes du savoir humain.

    Ce sont ces espces, dirons-nous avec Wallace, qui firent delopposition Galile, Harvey, Jenner. Ce sont ces entts ridi-cules qui repoussrent les preuves merveilleuses de la thorie desondulations lumineuses de Young ; ce sont eux qui bafourentStephenson quand il voulut employer les locomotives sur les lignesferres de Liverpool et Manchester. Ils navaient pas assez de sar-casmes contre lclairage au gaz, et ils repoussrent Arago, dans lesein mme de lacadmie, lorsquil voulut discuter sur le sujet de latlgraphie lectrique. Ne sont-ce pas ces mmes tres ignares quiprtendaient que le magntisme ntait que charlatanisme et fourberie,et qui, dernirement encore, qualifiaient la dcouverte du tlphonede canard amricain ? Ce nest pas pour le vain plaisir de montrercombien lesprit humain, mme dans les classes les plus claires, estsujet lerreur, que nous avons cit quelques-uns des exemples lesplus frappants de lenttement des corps savants et de leur horreurpour les nouveauts ; cest pour susciter un mouvement srieux enfaveur de ces recherches, qui ont une porte considrable, aussi biendans le domaine matriel que dans le champ psychique.

    Si rellement lme ne meurt pas et quelle puisse agir sur la matire,nous nous trouvons en prsence de forces inconnues quil est intres-sant dtudier ; nous constatons, par cela mme, des modes nouveauxde lnergie qui peuvent nous conduire des rsultats grandioses ; demme la personnalit se conservant aprs la mort nous met en facedun autre problme : celui de la pense produite sans les organesmatriels du cerveau.

    Laissons de ct les routiniers, les gens obstinment enferms dansleurs systmes, ouvrons tous grands les yeux quand des hommesprobes, savants et impartiaux nous parlent de dcouvertes rcentes,et fermons les oreilles aux clabauderies de tous les eunuques de la

  • 14 Introduction

    pense, impuissants sortir de lornire des ides prconues. Nousdirons, avec un savant qui ne craint pas de scarter des chemins battusavec M. Charles Richet, quune bonne et complte exprience vaut centobservations, et nous ajouterons : vaut dix mille ngations, alors mmequelles maneraient des sommits les plus en vue, si ces sommits ne sesont pas donn la peine de rpter ces expriences et den dmontrerla fausset.

    Ce simple rsum na dautres prtentions que de mettre sous lesyeux du public des expriences faites par des hommes minents, par desmatres dans cet art si difficile de lobservation exacte ; il ressortira decet expos la preuve vidente de limmortalit de ltre pensant, carelle saffirmera de plus en plus nette, de plus en plus vidente, au furet mesure que se dveloppera le magnifique enchanement des ph-nomnes, depuis le mouvement des tables jusquaux apparitionsvisibles, tangibles et photographies des Esprits.

    Tel est notre but en crivant ce petit ouvrage de vulgarisation.Aprs un historique succinct des origines du spiritisme, nous passeronsen revue les travaux des savants, en faisant ressortir ce quils ont deprobant et dincontestable. Ensuite nous consacrerons un chapitre lexpos des mthodes par lesquelles on peut voquer les Esprits ; enfinnous terminerons par les consquences philosophiques qui rsultentde ces recherches. Nous esprons que cet expos consciencieux etimpartial portera la conviction dans lesprit de tout lecteur sachant sedgager des prjugs vulgaires et des ides prconues, pour envisa-ger froidement cette science nouvelle, dont les fruits seront si importantspour lhumanit. Cest au nom de la libre pense que nous convionsles chercheurs soccuper de nos travaux ; cest avec instance quenous leur demandons de ne pas repousser sans examen ces faits, sinouveaux et si mal connus, et nous sommes persuads que la lumireluira leurs yeux, comme elle a clair les hommes de bonne foi qui,depuis cinquante annes