LE PERSONNAGE DE ROMAN SYNTHESE - unpourtoustouspourun.n.u.f. · PDF fileEx : Lancelot, le...

Click here to load reader

  • date post

    11-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of LE PERSONNAGE DE ROMAN SYNTHESE - unpourtoustouspourun.n.u.f. · PDF fileEx : Lancelot, le...

  • LE PERSONNAGE DE ROMAN : SYNTHESE

    INTRODUCTION : - Pas de roman sans personnage => le personnage, comme le roman, est un miroir - plus ou moins dformant - de lhomme et de la socit (mtaphore utilise par Stendhal) - Les romans ont longtemps t mpriss (jugs comme des fictions frivoles pour lecteurs voulant seulement se divertir, les femmes de laristocratie, par exemple !) et critiqus (le roman raliste est qualifi de littrature putride ou de littrature dgouts ; il ne sera finalement vraiment pris au srieux quau XX e sicle. - persona = masque, en latin (ce qui cache, mais aussi ce qui rvle en faisant rsonner : une tymologie trs utile dans une introduction ou une conclusion de dissertation, par exemple, ou lors dun entretien oral) ; cest un tre purement imaginaire, qui pourtant reprsente lhumain ; cest donc un vivant sans entrailles Paul Valry. I : CE QUI CONSTITUE LE PERSONNAGE DE ROMAN 1) Son nom : - il est parfois indiqu ds le titre (ce sont alors des personnages ponymes) Ex : Lancelot, le chevalier la Charrette, Adolphe, Un amour de Swann - Le nom peut tre une Indication sur sa classe sociale (Don Quichotte , La Princesse de Clves,), dun statut familial (Le Pre Goriot), Madame Bovary (pouse) ou social (Le Docteur Pascal) - Certains noms de personnages sont devenus des noms communs, des mythes littraires : un don quichotte (illumin), un rastignac (ambitieux), une dulcine (bien aime presque fantasmatique), le bovarysme 2) Son portrait : - Il est prsent dans lincipit ou distill au fil du rcit (sorte de puzzle qui se constitue progressivement) - Le roman raliste est trs friand de portraits physiques, moraux, psychologiques ; dautres romanciers se contentent dune esquisse assez floue, ce qui permet au lecteur de laisser agir son imagination et laisse une part de mystre au personnage - Deux types de personnages sopposent : le hros sublim, idalis, pique (chevalier du roman mdival) ou lantihros, homme ordinaire, rempli de dfauts comme la lchet (Bardamu) ou la malhonntet 3) Ses actions : - Le personnage poursuit une qute : amour, bonheur, victoire, argent, pouvoir - Dans les romans de formation, le hros est jeune, se forge des expriences grce des rencontres (famille, amis, enseignants) et le lecteur dcouvre progressivement sa destine (Ex : Le Rouge et le Noir, Bel- Ami) - Le schma actantiel met en avant des forces agissantes et des obstacles - Le schma narratif met en avant le droulement du rcit, des actions, la progression de laction 4) Sa ressemblance avec des personnes relles : - Julien Sorel et Emma Bovary ont t imagins partir de faits divers lus dans la presse - Bardamu ressemble Louis-Ferdinand Cline, lauteur - Dans La Mort est mon mtier (1952), Robert Merle fait du narrateur, Rudolf Lang, un double du SS Rudolf Hss commandant du camp d'Auschwitz. 5) Ses paroles : - les dialogues, le discours sont prsents dans le roman (ex : dimension thtrale de Jacques le fataliste et son matre et nombreux discours rapports dans les romans ralistes et naturalistes de Maupassant, Zola) - Ces dialogues produisent un effet de rel, le mise en scne des personnages dans le dcor rend le rcit plus raliste. 6) Ses penses, son point de vue : - Lorsque le hros est le narrateur, il donne limpression de se confier directement au lecteur (ex : Bardamu dans Le Voyage au bout de la nuit de Cline), le narrateur des romans de Proust, double transfigur de lauteur) - Parfois, avec le point de vue interne, le narrateur extrieur fait partager au lecteur la vision du personnage, ses sentiments (perus de lintrieur) Ex : Busard contempla avec plaisir, allonge devant lui comme un bel animal, la puissante machine qui allait lui permettre dacheter la libert et lamour , Roger Vailland, 325 000 francs

  • II : LVOLUTION DU ROMAN => DU HEROS AU PERSONNAGE DE ROMAN Le personnage (lhomme) est comme un escargot : il nexiste pas sans sa coquille, sans le monde qui lentoure (mtaphore de Milan Kundera) 1) Avant le XVIIe sicle => le hros est exemplaire, quasi divin - le hros de roman est encore proche des hros piques : exceptionnellement courageux, reprsentant une lite, il acquiert la gloire par ses exploits, physiques et moraux) ; cest un modle parfait, plus quhumain 2) Au XVIIe sicle => le hros nest plus aussi parfait 1 - le roman comique et le roman picaresque bousculent cette conception hroque en mettant en scne des personnages marginaux, parfois des parasites de la socit, appartenant au peuple, et sinscrivant dans la ralit quotidienne (Ex : Le Roman comique de Scarron, situ dans lunivers des comdiens ; Don Quichotte de Cervants). Le hros picaresque vit aux crochets des autres, ce qui permet lauteur de dcrire divers milieux sociaux. 2 - le roman danalyse reste situ dans llite aristocratique, mais reflte les penses tourmentes des personnages -> thme de la passion amoureuse (Ex : La Princesse de Clves de Madame de La Fayette o lhrone avoue son mari quelle aime un autre homme, entorse srieuse lexemplarit du hros, mme si elle reste vertueuse jusquau dnouement) 3) Les romans des Lumires => roman et philosophie, du hros au personnage 1. Montesquieu (Les Lettres persanes) et Diderot (Jacques le fataliste et son matre), utilisent le roman pour soulever des questions politiques ou philosophiques, mais Diderot cherche casser lillusion romanesque, en incitant le lecteur exercer son esprit critique ; il inscrit sa fiction dans la ralit (auberges, chemins, bataille de Fontenoy) ; Bernardin de Saint Pierre, dans Paul et Virginie cherche illustrer les thses de Rousseau : lhomme vivant proche de la nature est bon, la socit le corrompt. 2. Marivaux (La Vie de Marianne), aprs Madame de La Fayette, sintresse aux tourments intrieurs des personnages, la porte morale du roman ; idem pour Rousseau : la Nouvelle Hlose est le livre de chevet des Romantiques. 3. Le roman libertin aux intrigues sulfureuses (Laclos, Sade, Rtif de la Bretonne) connait aussi un grand succs et permet daborder en parallle des questions morales ou politiques 4) Le tournant du XIX e sicle => le hros est de plus en plus individualiste 1. Au dbut du XIXe, les romantiques (Constant, Chateaubriand, Senancour) inventent le roman autobiographique, roman psychologique, o le hros narrateur confie ses tourments intimes (Ex : Ren, Atala, Adolphe) 2. lpoque de la rvolution industrielle et de lavnement de la bourgeoisie (aprs 1850) : -> le personnage du roman raliste reflte le triomphe de lindividualisme et limportance de lenvironnement social, notamment de largent -> ambitieux comme Julien Sorel, Rastignac et Bel Ami, rveurs broys par les ralits sociales, comme chez Flaubert et Stendhal -> le personnage du roman naturaliste est un nouveau type de hros tragique, victime du dterminisme social et gntique (hrdit) Ex : Zola et les frres Goncourt. 5) Au XXe sicle => le personnage est aux prises avec sa conscience et son inconscient 1. Le roman la premire personne et le travail du style : - Proust, A la Recherche du temps perdu : lintrigue devient secondaire => ce qui prime : la mmoire et lanalyse en profondeur des tres humains (lart, la guerre, lamour, la conscience) ; Proust construit ses personnages partir dinnombrables personnes rencontres ; langage soutenu, phrases longues et complexes. - Cline, Voyage au bout de la nuit : autre forme de reconstruction partir du vcu (guerre, colonisation, fordisme, banlieue); langage parl, familier, recr et trs travaill ; vision pessimiste de lhomme (antihros confront au tragique) - Camus, Ltranger : roman de labsurde, personnage rsign, tranger au monde ; style sobre, minimaliste 2. Le Nouveau Roman (annes 50-60) : mouvement n aprs les grands traumatismes historiques => rejet du modle balzacien : beaucoup plus de questions que de rponses, le mystre de lhomme spaissit. (Ex : Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Michel Butor, Marguerite Duras. Il est finalement plus raliste dans le sens o les comportements sont dcrits, mais pas expliqus. On parle dsormais de crise du personnage et dre du soupon (Nathalie Sarraute). Influence du roman behavioriste amricain : on dcrit les comportements, sans les expliquer.

  • In TDC Le personnage de roman n951 1er mars 2008 (CDI)