La recherche opérationnelle et les indicateurs sociaux · PDF fileLa recherche...

Click here to load reader

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    224
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La recherche opérationnelle et les indicateurs sociaux · PDF fileLa recherche...

  • Document generated on 09/12/2018 8:32 a.m.

    Bulletin de l'Association des dmographes du Qubec

    La recherche oprationnelle et les indicateurs sociauxau service du dveloppement social

    Michel Robillard

    Volume 2, Number 3, 1973

    URI: id.erudit.org/iderudit/305722arDOI: 10.7202/305722ar

    See table of contents

    Publisher(s)

    Michel Amyot (rdacteur), Pierre Levasseur (rdacteur) andvelyne Lapierre-Adamcyk (rdactrice)

    ISSN 0380-1713 (print)

    1925-3478 (digital)

    Explore this journal

    Cite this article

    Robillard, M. (1973). La recherche oprationnelle et lesindicateurs sociaux au service du dveloppement social. Bulletin de l'Association des dmographes du Qubec , 2(3), 2539. doi:10.7202/305722ar

    This document is protected by copyright law. Use of the services of rudit (includingreproduction) is subject to its terms and conditions, which can be viewed online.[https://apropos.erudit.org/en/users/policy-on-use/]

    This article is disseminated and preserved by rudit.

    rudit is a non-profit inter-university consortium of the Universit de Montral,Universit Laval, and the Universit du Qubec Montral. Its mission is to promoteand disseminate research. www.erudit.org

    Tous droits rservs Association des dmographes duQubec, 1973

    https://id.erudit.org/iderudit/305722arhttp://dx.doi.org/10.7202/305722arhttps://www.erudit.org/en/journals/badq/1973-v2-n3-badq3920/https://www.erudit.org/en/journals/badq/https://apropos.erudit.org/en/users/policy-on-use/

  • La recherche oprationnelle et les indicateurs sociaux au service du

    dveloppement social

    INTRODUCTION

    Depuis quelques annes, on s'interroge intensment sur le rle de la recherche dans le dveloppement social et sur la place qu'elle occupe dans la socit(2). L'ide gnrale qui revient comme leitmotiv, c'est qu'en dfinitive la recherche ne doit pas tre un simple exercice abstrait (si complexe soit-il) qui ne satisfasse que la curiosit intellectuelle du chercheur. La recherche doit poursuivre des objectifs so-ciaux imminents qui, devons-nous dire, sont d'abord ceux de la socit et son rle ultime en est un de participation au dveloppement de la socit.

    Dans cette optique, la recherche oprationnelle et evaluative a un rle spcifique: celui de fournir un apport scientifique la planification du dveloppement social.

    Face la complexit et l'ampleur des besoins sociaux qui se manifestent, la planification et la recherche doivent fai-re des efforts accrus pour trouver des solutions nouvelles. La premire fonction de la planification consiste dans la ra-tionalisation des choix et dans la poursuite de l'efficacit dans la ralisation des objectifs. Cette dmarche ne peut se faire sans le recours une instrumentation un tant soit peu raffine et scientifique au niveau des mthodes de recherche.

    La recherche oprationnelle peut tre dfinie comme "l'ensemble des recherches qui permettent de dterminer les rsultats les plus favorables qu'il est possible d'atteindre et les mthodes pour y parvenir: organisation, programme, plan, rpartition des

    (1) Nous portons l'attention du lecteur quelques rflexions livres au Comit de la Recherche Scientifique du minis-tre des Affaires sociales dans le cadre de travaux que nous avons effectus pour lui. Toutefois , le prsent texte n'engage en rien ni ce Comit ni le Ministre.

    (2) Nous faisons plus particulirement rfrence diverses publications de 1'OCDE et de l'UNESCO concernant les poli-tiques scientifiques nationales et les priorits de recher-che, au rapport, du Comit Senatorial de la politique scien-tifique (rapport Lamonta(;ne) , et au Rapport Bonneau - Corry sur la rationalisation de la recherche universitaire.

  • 26

    moyens, mthodes d ' exploitation"(1). La question centrale est celle de l'allocation optimale des ressources matrielles et humaines: les ressources de la collectivit tant limites, de quelle faon doivent-elles tre agences et organises pour optimiser le rendement?

    LA FONCTION D'EVALUATION

    Deux types d'tudes rpondent cette proccupation, des tudes caractre prvisionnel et des tudes caractre valuatif. Ils sont en fait deux volets d'une mme fonction d'valuation: valuation prospective qui doit prvoir les consquences des programmes entrepris ; valuation rtrospective qui analyse le rendement des programmes et des politiques en comparant les r-sultats atteints aux objectifs viss et aux efforts dploys.

    Le principe de l'valuation prospective et de l'valuation r-trospective peut facilement se schmatiser de la faon suivante:

    Efforts prvus Al Objectifs prvus Bl

    Efforts dploys A2 Objectifs atteints B2

    L'valuation prospective met en relation les efforts Al et les objectifs Bl: c'est le rendement optimal prvu (Bl/Al). L'va-luation rtrospective juge le rendement effectif en mettant en relation les rsultats B2 et les efforts dploys A2 (B2/A2).

    C'est en analysant les interrelations entre ces quatre lments de planification que les recherches d'valuation nous permettent de corriger et d'ajuster constamment les moyens mis en oeuvre et les objectifs en fonction des rsultats obtenus.

    La fonction d'valuation teste les systmes et mthodes en place et mesure l'efficacit des nouveaux systmes et des nou-velles mthodes mesure qu'ils sont dvelopps et appliqus.

    (l) Paul Robert, Dictionnaire alphabtique et analogique de langue franaise. Socit du Nouveau Littr , Paris, I965 .

  • Les recherches valuatives doivent tre rattaches troitement aux tches de planification. L'valuation est en fait un pro-cessus continu et permanent qui doit tre incorpor aux pro-grammes d'action sociale. Elle n'est rien d'autre qu'une forme permanente d'exprimentation. L'argument est simple: sans ex-primentation relle, on ne peut gure juger de l'efficacit des services donner. Sans expriences programmes et dlib-res, les rformes sont sporadiques et dsordonnes. De nou-velles mthodes doivent tre vrifies de faon systmatique sous plusieurs conditions si on veut valuer leur efficacit correctement et si on veut prvoir le comportement et la rac-tion des individus et des clientles.

    On ne saurait trop insister sur cette fonction d'valuation permanente et continue de l'action par la recherche. Procedure rigoureuse qui fait appel des mesures quantitatives et * des mthodes rationnelles pour tester le degr de ralisation des objectifs et pour faciliter l'allocation optimale des ressour-ces, l'valuation doit ds le dpart tre intgre au processus de planification et de programmation. Les recherches valuati-ves ne sont pas que des analyses postrieures mais une proc-dure d'investigation continue et priodique toutes les tapes et tous les niveaux d'un programme.

    Enfin, le Rapport Castonguay dfinit le processus d'valuation du systme de la sant de la faon suivante:

    "Le processus d'valuation doit boucler le circuit, c'est--dire qu'il part des objectifs fixs, identifie les activits orientes vers la ralisation des objec-tifs, cherche quantifier les effets obtenus, analyse la relation entre les activits et les effets et, en-fin, fournit les renseignements qui permettent de por-ter un jugement objectif sur la valeur des actes pro-fessionnels et des programmes de soins et de modifier les objectifs en fonction des rsultats obtenus". (l ) .

    Les recherches valuatives ont deux bases fondamentales . Premi-rement , l'tude evaluative construit un modle capable d'iden-tifier les lments essentiels et de les interrelier selon le processus du programme: intrants, extrants , variables interm-diaires et organisationnelles, objectifs. Le modle est la re-prsentation simplifie de l'objet d'investigation; il aide

    (1) Rapport Castonguay, Vol. IV, Tome III, 2e partie, p.132-133.

  • 23

    comprendre de quelle faon les changements d'un lment du mo-dle affecte les autres. Deuximement, l'tude evaluative doit reposer sur une base thorique solide capable d'expliquer et d'identifier les liens de causalit entre les variables du pro-cessus et sur une base mthodologique rigoureuse qui permet de mesurer les changements, l'impact et l'efficacit.

    En dfinitive, les recherches evaluatives peuvent s'identifier des modles d'impact ou du moins elles doivent essayer d'en laborer .

    A titre d'exemple, mentionnons la ncessit d'tudes evaluati-ves et de recherches oprationnelles dans le domaine de l'orga-nisation des services et des personnels .

    Les tudes relatives l'utilisation des services sont fonda-mentales toute planification dont l'objet est une juste ad-quation entre la demande - les besoins en matire de services -et l'offre de services. Dans le domaine de la sant le program-me de recherche MEDICS soutenu par le ministre des Affaires Sociales, est un effort louable en ce sens. Dans le domaine proprement social, de tels efforts de recherche font malheureu-sement dfaut et sont de ce fait prioritaires. Il faut amlio-rer les mthodes d'apprciation de la demande et des besoins -satisfaits et non-satisfaits - en matire de services sociaux, prciser les donnes relatives l'utilisation des services, estimer les besoins futurs en personnel, enfin dterminer quel personnel traite avec la plus grande efficacit quelle clien-tle?

    BESOINS DE DEVELOPPEMENT METHODOLOGIQUE

    i. LA MATHEMATISATION DES MODELES

    La mathmatisation des modles et la gnralisation des procdures informatiques sont fondamentales dans le dve-loppement scientifique de la recherche oprationnelle et evaluative. Les mthodes quantitatives de recherche se dveloppenent de plus en plus: modles mathmatiques, thorie des jeux, thorie des processus stochastiques, thorie des files d'attente, analyse cots-bnfices, etc. Les mthodes rationnelles peuvent d'ores et dj servir la rsolution de nombreux et importants problmes de gestion. Mais tout en les utilisant pour des fins trn