La Gazette du Japon - 3

Click here to load reader

  • date post

    23-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    248
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Les médias japonais, les wagashi (patisseries japonaises), l'histoire des bogu (suite), les gyoji dans le sumo japonais, les fêtes japonaises en juillet, quelques proverbes japonais et un peu de littérature avec Tanizaki. C'est le sommaire du numéro 3 de La Gazette du Japon.

Transcript of La Gazette du Japon - 3

  • http://www.lejapon.org

    Sommaire n3 - Juillet 2003

    Les mdias japonais (Agns)

    - Principaux quotidiens - Radios publiques et prives - Radios et tlvisions - La tlvision ducative japonaise - Le documentaire tl - Ldition - Le cinma

    Wagashi La patisserie japonaise(Tcha) Lhistoire du Bgu 2me partie (Naginata)

    - Bgu et Sojutsu - Bgu et Kenjutsu

    Sumo : Les Gyji (Jean-Michel)

    - Historique et rle - Les 14 principaux gyji actuels

    Les ftes japonaises en juillet (Jean-Michel)

    - Sma Nomaoi - Gion Matsuri - Hakata Gion Yamagasa - Kangensai - Warei Taisai - Tenjin Matsuri - Hamaorisai

    Proverbes japonais (Jean-Michel) Mots caser (Agns)

    - Squelette - Liste des mots caser

    Tanizaki Puisque je laime suite (Antoine)

    - Scne X - Scne XI - Scne XII - Scne XIII - Scne XIV - Scne XV

    Mots caser Solution (Agns) Informations techniques et crdits

  • La Gazette du Japon

    http://www.lejapon.org

    Les Mdias Japonais (Auteur : Agns)

    Les cinq principaux quotidiens japonais : Compare la presse franaise, la presse japonaise se distingue par la puissance de ses grands quotidiens, quand on songe que le Yomiuri tire prs de 14 millions dexemplaires, lAsahi 12 millions et le Mainichi 6,6 millions. Deux autres quotidiens grand tirage, le Nihon Keizai (Nikkei) journal conomique, et le Sangyo Keizai (Sankei), journal des milieux industriels, tirent prs de trois millions dexemplaires chacun. En outre, les trois grands hebdomadaires tirent chaque jour galement une dition en anglais, et le Nihon Keizai une dition hebdomadaire. Quarante millions dexemplaires pour les cinq grands journaux cits, et cela ne reprsente que la moiti du tirage quotidien de journaux ! Des mastodontes donc, aux moyens financiers normes, et qui constituent de vritables empires, sappuyant sur des chanes de tlvision et de radio (ainsi lAsahi a des intrts dans des dizaines de chanes de tlvisions et de nombreuses radios), organisant des manifestations culturelles (le Mainichi est par exemple connu pour son grand concours de calligraphie) et sponsorisant des activits les plus diverses. Ainsi le Yomiuri possde-t-il la plus clbre quipe de base-ball du Japon, les Giants, ainsi quun orchestre symphonique, un parc dattraction, des agences de voyages, des firmes immobilires, etc. LAsahi (Fond en 1879 saka, sous le nom de saka Asahi Shinbun. Il publia une dition Tky en 1888, intitule Tky Asahi Shinbun) dont le budget, tout comme celui du Yomiuri, est colossal, possde en plein cur de Tky un immeuble de vingt tages, surmont dun hliport rserv aux hlicoptres et deux avions, avec lintrieur du btiment des salles de rdaction mais aussi quatre cents lits, un coiffeur, des salles de gymnastique, des cours de tennis, des boutiques, un restaurant servant 3 500 repas vingt-quatre sur vingt-quatre et un muse, etc. Bref, un vritable centre nvralgique qui contrle les innombrables journalistes oprant au Japon et travers le monde. Les journaux vivent bien sr de la publicit (43 % des revenus), mais surtout des abonnements qui constituent 99 % de leur distribution. Le systme de livraison domicile explique le tirage astronomique des quotidiens, dautant quun Japonais sur deux, environ, est abonn un quotidien au moins. Chaque journal possde son propre rseau de vente et ses propres distributeurs. Ainsi le Yomiuri compte 9 000 distributeurs, employant 80 000 personnes dans le pays : tous les matins, entre cinq et sept heures, et tous les soirs entre quatre et six, les freins de la bicyclette, conduite par un tudiant, grincent, annonant larrive de ldition du matin ou du soir dans votre bote lettres. Nombreux sont les Japonais qui lisent quatre journaux par jour, mais ce nest pas assez : 93 % des personnes abonnes un quotidien lisent aussi un hebdomadaire ou un mensuel (il existe trente mille publications priodiques dont une dizaine approchent le million dexemplaire). Aujourdhui, un lectorat fidlis par le systme dabonnement-livraison est une des cls du succs des quotidiens japonais : il y a dix ans, les deux principaux quotidiens dinformation, le Yomiuri et lAsahi, staient livrs une guerre commerciale sans merci afin de gagner de nombreux abonnements : places gratuites pour les matches de base-ball, abonnements gratuits pendant

  • La Gazette du Japon

    http://www.lejapon.org

    un mois, distribution de savonnettes, mouchoirs, tout tait bon, avant de mettre fin dun commun accord cette surenchre de cadeaux qui risquaient de les mener terme la faillite. [LAsahi possde galement des ditions saka, Sapporo, Nagoya et Kita-Kysh et a actuellement un tirage denviron 13 millions dexemplaires (9 ditions quotidiennes, 7 millions dexemplaires pour ldition du matin, 3,5 millions pour celle du soir et 2,5 pour les ditions rgionales) et entretient un rseau de 3 500 journalistes, dont plus de 50 correspondants rpartis dans 27 bureaux ltranger. Il publie galement un journal quotidien en anglais, lAsahi Evening News, 9 hebdomadaires parmi lesquels le Shkan Asahi, fond en 1922, et la revue hebdomadaire Aera, cre en 1988 (tirant 300 000 exemplaires), ainsi que quatre priodiques mensuels et des livres divers. On le dit influenc par le Ska Gakkai.] [Le Yomiuri Shinbun, quotidien du matin fut fond en 1874 et fut complt en 1920 par une dition du soir. Il devint rapidement un des quotidiens les plus lus dans la rgion de Tky. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sassocia un autre journal et prit le titre de Yomiuri-Hchi. Il devait reprendre celui de Yomiuri Shinbun en 1946. En 1952, il sortit une dition saka et fut rapidement distribu dans tout le pays, notamment Tky, saka et Kita-Kysh. Il comprend maintenant plusieurs autres bureaux rgionaux et entretient vingt filiales ltranger o il est associ lAssociated Press, lAgence France-Presse (AFP) et lAgence Tass. Il publie galement un quotidien en langue anglaise, le Daily Yomiuri. Sa circulation, la plus leve du monde, est estime prs de neuf millions dexemplaires. Le Yomiuri Shinbun tablit galement, en 1958, une tlvision commerciale, Yomiuri Terebi, base saka.] [Le Mainichi Shinbun, journal quotidien fond en 1876 saka sous le nom de saka Nippo, puis de saka Mainichi. Il prit le nom de Mainichi Shinbun en 1911. Ce quotidien est actuellement un des plus importants du Japon, avec prs de cinq millions dexemplaires distribus chaque jour. Il publie galement une dition en langue anglaise, le Mainichi Daily News, et possde cinq grands bureaux rgionaux, Tky, saka, Nagoya, Kita-Kysh et Sapporo, ainsi que vingt bureaux ltranger, en connexion avec les grandes agences de presse internationales, comme lAgence France-Presse, United Press International et lAgence Tass.] Si donc la presse japonaise est remarquable par sa puissance, elle lest galement par son uniformit car quelques nuances prs, les diffrents journaux reprennent les informations et les commentaires de la mme manire : il nest pas exagr de dire quil existe une vue unifie de la presse, sur tous les grands sujets du moins, ce qui implique dailleurs une puissance dimpact considrable pour les messages transmis. Les articles sont en gnral rdigs collectivement, fruit dun consensus reflt par la non-signature de ces articles qui subissent dailleurs de nombreux niveaux de correction avant la mise sous presse. Dautant quil existe le systme des Kisha clubs (club de presse par o transitent les informations) cr en 1882 : installs au sein des administrations, des partis politiques, des btiments de police, ils diffusent certes efficacement linformation, mais nen exercent pas moins leur toute-puissance sur des journalistes peu dsireux de se montrer originaux et de se voir exclus de ce prcieux moyen dinformation (ce qui est le cas des journalistes free-lance et, malgr une amlioration rcente, dans certains cas, de la presse trangre). Certes, lAsahi se dit vaguement gauche et plus intellectuel , alors que le Yomiuri se veut plus populaire . LAsahi se fit remarquer pour ses opinions progressistes, qui le firent interdire plusieurs fois. De toute faon, une telle masse de lecteurs ne peut quaboutir la

  • La Gazette du Japon

    http://www.lejapon.org

    standardisation et luniformisation. Pourtant cette presse semble jouer le rle de contre pouvoir : les grands quotidiens dnoncent mthodiquement les politiciens vreux ( le cas de Tanaka Kakuei impliqu dans le scandale Loockeed en est le plus clbre exemple, mme si cest un journaliste free-lance qui avait lev le livre), prts dailleurs taler la vie prive de ces derniers la une, et prts galement dnoncer les relations entre certains groupe de pression et les partis politiques. Mais ce scepticisme systmatique, qui consiste renvoyer dos dos tous les partis et tous les hommes politiques dans une commune dfiance, napparat plus gure susceptible de rveiller lesprit critique. Radios publiques et prives : Le Japon est peut-tre le pays au monde le plus satur de tlvision, et malgr limportance de la NHK, la grande chane publique fonctionnant partir des redevances et sans publicit, cest bien la tlvision commerciale qui triomphe partout. La publicit rgne sur le petit cran, et il nest pas rare, lorsque lon zappe parmi les cinq stations prives de Tky appeles Key Stations, que Fuji (spcialis dans le domaine de la culture de divertissement ), NTV (li au groupe Yomiuri), TV Asahi (proche du journal du mme nom), TBS (en partenariat avec le Mainichi Shinbun) et TV Tky, de ne tomber que sur des publicits. Il faut bien admettre aussi que le plus souvent les missions des chanes prives sont de qualit assez mdiocre, avec une propension nette pour les jeux le plus souvent abtissants, pour des missions caractre sexuel dun got douteux. Quant aux fameux drama qui voquent la vie quotidienne et ses problmes au sein de la maison, de lentreprise ou de l