Jean Chevalier - Le phénomène religieux 1974

download Jean Chevalier - Le phénomène religieux 1974

of 36

  • date post

    06-Apr-2018
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Jean Chevalier - Le phénomène religieux 1974

  • 8/3/2019 Jean Chevalier - Le phnomne religieux 1974

    1/36

    Le phnomne religieux : Une constante travers les temps par Jean Chevalier(Extrait de Les religions. d. Marabout 1974)

    LES INDICES STATISTIQUES

    Parmi les manifestations de l'esprit humain, le phnomne religieux est l'un des plusrpandus dans le monde, mme en ce dernier tiers du XXe sicle. Sur quelque troismilliards et demi d'habitants de notre globe, prs de trois milliards sont ou ont tpersonnellement affects par des faits d'ordre religieux. Le tableau ci-dessous n'indiquequ'un ordre de grandeur, suivant une importance numrique dgressive valable pour1970, ainsi que les principales aires d'implantation.

    A ces chiffres approximatifs, les statisticiens ajoutent deux cents millions d'animistes.(Afrique, Asie). On peut faire dire aux statistiques ce que l'on veut, mme quand ellessont le plus soigneusement tablies. Ce n'est pas ici le cas : par exemple, en Chine,combien subsiste-t-il de confucianistes et de taostes ? Les statistiques religieuses sont

    loin d'tre normalises : par exemple, en Inde et dans l'Asie indianise, bouddhisme ethindouisme sont trs mls. Les critres et les mthodes de recensement, mme pour lechristianisme, ne sont pas appliqus partout avec la mme rigueur : catholiques etorthodoxes comptent leurs baptiss, les protestants ne retiennent que ceux qui ont fait unacte de foi personnel. La sociologie des religions, qui doit son accession au rang descience humaine Gabriel Le Bras, n'en est encore qu' ses dbuts, ainsi que lagographie culturelle, en ce domaine dlicat, subtil, mal dfini, quasi insaisissable.

    Chrtiens catholiques Europe centrale, 582 000 000occidentale et mridionale,Amrique latine

    ______________________________________________________orthodoxes Europe de l'Est et 126 000 000

    du Sud-Est,Proche-Orient

    ______________________________________________________protestants Europe du Nord 220 000 000

    et du Centre,Amrique du Nordet Commonwealth 928 000 000

    ______________________________________________________Musulmans Afrique du Nord,

    Proche et Moyen-Orient, Asie centrale,Indonsie 495 000 000

    ______________________________________________________Hindouistes Inde 440 000 000______________________________________________________Confucianistes Chine, Vit-nam 372 000 000______________________________________________________Bouddhistes Asie du Sud et de l'Est

  • 8/3/2019 Jean Chevalier - Le phnomne religieux 1974

    2/36

    1 78 000 000______________________________________________________Shintostes Japon 70 000 000______________________________________________________Taostes Chine, Vit-nam 55 000 000

    ______________________________________________________Juifs Isral, Etats-Unis, France, etc.14 000 000

    ______________________________________________________Zoroastriens Inde, Iran 140 000______________________________________________________

    2 552 140 000

    Les statistiques rvlent une augmentation numrique et une diminution relative des

    croyants

    Ces rserves tant nettement formules, on peut cependant comparer d'une priode l'autre pendant un sicle, par exemple, et tous les trente ans les courbes del'accroissement dmographique et les courbes d'appartenance religieuse. On s'apercevrad'abord que, en chiffres bruts, toutes les religions marquent une progression, l'exceptiondu bouddhisme qui accuse un lourd flchissement, d sans doute la rvolution chinoiseet aux bouleversements de la presqu'le indochinoise ; l'exception aussi du judasme quin'a pas, en vingt ans, rpar toutes les consquences des hcatombes nazies.

    Cette apparence de progrs numrique des autres religions est trompeuse. Si l'on comparel'accroissement dmographique mondial celui du nombre des croyants, on s'aperoitque ce dernier est en rgression relative, l'exception de l'islam dont le niveau relatifdemeure peu prs tale depuis un sicle. Cela signifierait que son taux d'accroissementsuit peu prs le taux d'accroissement dmographique. L'islam. qui englobait 14,68 % dela population mondiale vers 1850, en reprsente aujourd'hui 14,5 %. L'islam n'a donc pasencore subi le contrecoup des phnomnes de civilisation, dont nous parlerons plus loin,de l'urbanisation et de l'industrialisation en particulier, qui ont toujours entran, jusqu'cette date, une rgression de la pratique religieuse. Sa crise approche cependant.

    L'hindouisme baisse, de 1900 1960, de 13,10 % 12 %. Le judasme montre unegrande stabilit, de 1900 1940 entre 0,58 et 0,6 % de la population mondiale, maisdescend 0,4 % en 1960, en consquence principalement des perscutions subies. C'estle bouddhisme qui accuse la plus grande instabilit et la chute la plus sensationnelle,passant, en soixante ans, de 30 % 13 % de l'humanit. Bien que les statistiques soientici particulirement tratresses, la rgression reste considrable.

    La courbe du christianisme est probablement moins incertaine que les autres. Entre lesdeux guerres mondiales, il semble que la proportion des chrtiens dans le monde aitlgrement augment de 1,2 %. Cet accroissement provient sans doute du succs desmissions catholiques et protestantes, en Afrique particulirement. Mais, sur une priodeplu, large, de 1900 1960, la chute relative est manifeste : le christianisme, qui runissait

  • 8/3/2019 Jean Chevalier - Le phnomne religieux 1974

    3/36

    prs de 35 % de l'humanit au dbut du sicle, n'en reprsentait plus, vers 1960, que 28%.

    D'un autre point de vue, plus grave encore si l'on compare la cadence de progression decertaines religions celle de la population mondiale, on constate que la premire est

    beaucoup moins rapide. En consquence, la proportion des adeptes de ces religions dansle monde, supposer que les cadences d'accroissement restent les mmes, est appele diminuer. Par exemple, de 1900 1960, la population du globe, en dpit des deux guerresmondiales, s'est accrue d'environ 87 % ; le nombre des chrtiens ne s'est lev, pour lamme priode, que de 65 %. Si l'on tient compte de cette diffrence de rythme, quel neserait pas l'cart dans 30 ans en l'an 2000, lorsque la Terre comptera environ septmilliards d'habitants ? La population des chrtiens dans le monde descendra bien au-dessous des 28 % d'aujourd'hui.

    Le christianisme, pour garder cet exemple, est principalement implant dans l'hmisphreoccidental dont le taux de croissance dmographique est des plus faibles du monde,

    l'exception de l'Amrique latine. La population du reste du monde augmentant plusrapidement, tout au moins pendant encore un certain temps, la proportion des chrtiens,mme si elle se maintenait en Occident, diminuerait par rapport L'ensemble del'humanit. Tant que les donnes dmographiques demeureront ce qu'elles sont, lechristianisme dclinera donc en nombre relatif, sauf renversement imprvisible destendances.

    Certains phnomnes de civilisation s'accompagnent d'une chute de la vie religieuse

    On sait aussi que le phnomne d'urbanisation caractrise la tendance de la civilisationmoderne. Il atteint mme une rapidit extraordinaire dans les pays en voie dedveloppement o les capitales s'amplifient vue d'il, attirant parfois le tiers, et mmedavantage de la population totale du pays. Or ce phnomne de dracinements'accompagne rgulirement d'une diminution de vie religieuse. Bilan du monde (Paris,Casterman, 1964) n'hsite pas crire : La dchristianisation est principalement,except dans certaines parties de la France et de l'Allemagne, un problme urbain. Toutesles grandes villes europennes accusent une diminution de la pratique religieuse, ce quiest un signe vident d'une dsaffection vis--vis de la religion. Quelques chiffrespourraient tayer cette conclusion. En France, par exemple, le nombre des catholiquesrecenss reprsente environ 85 % de la population totale ; la pratique religieuse dans lesgrandes villes, d'aprs certaines enqutes, oscille entre 5 et 28 % de ce chiffre ; supposer que le nombre des baptiss y soit le mme que dans les campagnes, le nombredes pratiquants dans les grandes villes ne dpasserait donc gure les chiffres de 4 22 %des citadins. Le phnomne est encore plus accentu en Amrique latine, o lescatholiques reprsentent quelque 91 % de la population totale, tandis que la pratiquereligieuse n'atteint que les pourcentages de 18 % Lima, de 15 % Rio et de 13 % Buenos Aires. Des observations analogues ont t faites sur tous les continents et pourtoutes les religions ou confessions. Ce ne sont pas les rares exceptions que l'on peut citer,trs prcisment situes, qui infirmeront la gnralit du fait. Aussi les auteurs de Bilandu monde concluent-ils trs objectivement, sans tablir la relation de cause effet : Ilsemble que l'volution sociologique du monde actuel amne, avec elle, une indiffrencereligieuse, principalement localise dans les milieux urbains.

  • 8/3/2019 Jean Chevalier - Le phnomne religieux 1974

    4/36

    D'autres causes que la vie urbaine peuvent intervenir dans cette dsaffection. Mais celle-ci ne peut qu'tre enregistre, pour le moment, comme un fait li au dveloppement desvilles. Et comme ce dernier fait s'inscrit lui-mme dans le courant de civilisation qui nousentrane, la continuit d'une rgression religieuse des masses apparat, dans lescirconstances actuelles, comme une probabilit. Aprs une certaine priode, on se

    retrouve en prsence non pas d'un phnomne de dchristianisation, mais toutsimplement de socits non chrtiennes, non religieuses, scularises, dans lesquelles vitune minorit de chrtiens. Non-pratiquants, non-baptiss, athes, l'volution de l'un l'autre de ces termes s'observe rgulirement.

    Le terme mme de chrtien recouvre des attitudes et des certitudes bien diffrentes

    Les incertitudes des statistiques s'aggravent encore si l'on tente une analyse de contenu.Que signifient, par exemple, ces chiffres de chrtiens ? Un exemple rcent nousinstruit : il concerne les