Etude compl¨te

download Etude compl¨te

of 25

  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    224
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of Etude compl¨te

  • galit femmes-hommes dans les manuels de mathmatiques, une quation irrsolue ?

    les reprsentations sexues dans les manuels de mathmatiques de terminale

    d

    uc

    at

    io

    n

    l

    ga

    li

    t

    ee

    t

    ud

    e2012

  • dit

    o

    Le Centre Hubertine Auclert a dsormais pris lhabitude de publier une tude par an sur les reprsentations sexues dans les manuels scolaires. Toutes les disciplines seront passes au crible car les livres dans lesquels nos lves tudient devraient tre un vecteur fondamental de transmission dune culture de lgalit.

    Cest ds le plus jeune ge que les strotypes doivent tre dconstruits et apprhends. La prsente tude montre ainsi que dans les manuels de mathmatiques que lon pourrait considrer comme ne vhiculant pas de reprsentations strotypes puisquil nest question a priori que de nombres, de chiffres ou de formules les femmes et les hommes sont loin dtre galit.

    Le constat est accablant : hommes et femmes endossent des rles dtermins et strotyps. En outre, ces dernires sont sous-reprsentes et loin davoir la place qui leur revient dans les manuels de mathmatiques.

    Toutefois, des volutions, frmissantes, sont perceptibles. Elles indiquent que les mentalits se transforment. Le Centre Hubertine Auclert, par ses actions au quotidien et la publication de cette tude, compte bien faire acclrer cette prise de conscience !

    djnba Keita, prsidente du Centre hubertine auclert, Conseillre rgionale dle-de-france

  • Centre Hubertine AuClert ( 5 ) Centre francilien de ressources pour lgalit femmes-hommes

    introduction 6

    Mthodologie 8

    1 Une soUs-reprsentation

    importante des femmes 12Un dsquilibre numrique global 13

    Linvisibilisation des femmes clbres 16

    / des femmes scientifiques associes avant tout aux travaux de leurs maris 16/ des femmes scientifiques pithtes 17

    / la disparition de certaines femmes scientifiques 18/ et les autres personnalits historiques fminines ? 19

    Quelques efforts pour une reprsentation plus quilibre 20

    2 des personnages fminins

    trop peU diversifis 21Le cantonnement socio-professionnel

    des femmes 22La persistance de strotypes

    dans liconographie 24

    3 des pistes dvolUtion 26

    Le chapitre Probabilits et statistiques : vecteur potentiel dune culture de lgalit ? 27

    / une mise en lumire de la situation ingalitaire des femmes dans la socit 27

    / Mais un risque dentriner une ralit ingalitaire sans la critiquer 28

    Une sensibilisation lhistoire oublie des mathmaticiennes 30

    conclusion 32

    BiBliographie 35

    corpus des ouvrages tudis 38

    annexes 41/ tableaux statistiques 42

    / dtails des 35 personnages fminins clbres 45 som

    ma

    ire

  • ( 6 ) Centre Hubertine AuClertCentre francilien de ressources pour lgalit femmes-hommes

    introduction

    La ralisation dune tude sur les manuels scolaires consacre cette anne des manuels de mathmatiques est le fruit dun constat simple : les manuels scolaires de mathmatiques sont tout autant susceptibles de transmettre des reprsentations sexues que les manuels dhistoire prcdemment tudis par le Centre HubertineAuclert1.

    comme le signalent carole Brugeilles et sylvie cromer dans leur guide mthodologique Comment promouvoir lgalit entre les sexes par les manuels scolaires2, si les cours de mathmatiques sont en apparence neutres et semblent pauvres en reprsentations, les notions se tra-duisent, pour faciliter lapprentissage, en exemples puiss dans la vie quotidienne de lenfant . cette apparence de neutralit attache traditionnellement la discipline mathmatique entraine une moindre vigilance quant aux strotypes sexus susceptibles dy tre vhiculs et lgi-time dautant plus une telle tude. il peut tre intressant, par le biais de cette tude, de sinterroger plus largement sur les rapports entre la discipline mathmatique et la ralit sociale. en effet, supposer que les manuels de math-matiques ne contiennent aucune reprsentation sexue, cest aussi entretenir lide dune pense mathmatique dsincarne et purement idelle. cela renvoie galement limagerie traditionnelle du rapport des femmes aux mathmatiques dans laquelle celles-ci ne peuvent faire preuve daucune abstraction mathmatique... conform-ment au strotype consacr.

    une telle tude constitue enfin un enjeu de politique publique si lon considre le dficit dorientation des filles dans la filire scientifique de la voie gnrale et dans le sec-teur industriel de la voie professionnelle. selon la dernire tude ralise par linsee, la rentre 2010, 45,2 % des lves de terminale scientifique taient des filles, contre 78,7 % en terminale littraire. seulement 10,4 % de filles taient inscrites en terminale professionnelle dans le secteur industriel et 63,1 % taient inscrites dans le secteur tertiaire. alors mme que ces filires scientifiques et techniques sont plus porteuses demplois que les filires traditionnellement empruntes par les filles.

    il demeure difficile de nier que la sous-reprsentation des femmes dans les manuels constitue un obstacle impor-tant pour que les filles se projettent dans des rles sociaux professionnels scientifiques. les analyses sociologiques des parcours lycens menes ces dernires annes rvlent des mcanismes dauto-slection luvre chez les filles, notes gales avec les garons, elles se considrent comme moins bonnes et demandent moins souvent le passage en premire s 3 ; et lorsquelles optent pour ces classes, cest plus souvent pour une option s.v.t que pour une option mathmatiques.

    la supriorit masculine en mathmatiques nest en aucun cas fonde sur une diffrence naturelle de comp-tences, comme le suggrent les travaux de la neurobiolo-giste catherine vidal qui montrent quil y a autant de diff-rences entre deux cerveaux en gnral quentre un cerveau dhomme et un cerveau de femme. la thse soutenue par les sociologues david p. Baker et deborah perkins Jones montre quant elle que plus les opportunits, scolaires et professionnelles, sont gales et dveloppes pour les deux sexes (taux dactivit lev des femmes, notamment des mres, taux lev dtudiantes dans le suprieur et de femmes dans les professions leves...) moins il y a de diffrences de performance en mathmatiques entre les filles et les garons4.

    _3Catherine Marry, Les femmes ingnieurs, une rvolution respectueuse, Paris, Belin, 2004, p.49._4Ibid, p.53.

    _1Histoire et galit femmes-hommes : peut mieux faire ! La reprsentation des femmes dans les nouveaux manuels dhistoire de Seconde et de CAP 2011. _2Brugeilles Carole, Cromer Sylvie, Comment promouvoir lgalit entre les sexes par les manuels scolaires : Guide mthodologique lattention des acteurs et actrices de la chane du manuel scolaire, UNESCO, Division pour la promotion de lducation de base, Paris, 2008, p.30.

  • ( 8 ) Centre Hubertine AuClertCentre francilien de ressources pour lgalit femmes-hommes

    Centre Hubertine AuClert ( 9 ) Centre francilien de ressources pour lgalit femmes-hommes

    Centre Hubertine AuClert ( 9 ) Centre francilien de ressources pour lgalit femmes-hommes

    ( 8 )

    mthodologie

    plusieurs hypothses ont t formules au pralable de ltude de notre corpus, clairant ainsi nos choix mthodologiques. nous postulions lexistence de trois sources poten-tielles des strotypes sexues dans des manuels de mathmatiques de terminale :

    / un certain nombre de pro-blmes darithmtique ou de gom-trie mettent en scne des personnages sexus la troisime personne, dans le but de contextualiser le problme mathmatique et de rendre la com-prhension de lnonc plus aise pour llve ;

    / dans certaines parties du programme - notamment celles qui portent sur les probabilits et les statistiques les manuels reclent dexemples inspirs de la ralit poli-tique, conomique et sociale que ces exemples soient fictifs ou extraits de vritables tudes menes par des instituts de statistiques. cette ralit dont sinspirent les manuels demeure toujours ingale entre les sexes, mais elle est rarement critique ou inter-roge comme telle par les auteur-e-s des manuels.

    / enfin, lhistoire scientifique et mathmatique qui y est retrace, de manire plus ou moins succincte, est susceptible de prsenter une histoire biaise du rle certes moindre mais non nul des femmes mathmati-ciennes et scientifiques.

    notre corpus se compose de 29manuels de mathmatiques de terminale, rpartis dans 9 maisons ddition, dont 14 manuels de termi-nale scientifique de tronc commun et de spcialit mathmatiques parus en 2012, et 15 manuels de terminale professionnelle secteurs industriel et tertiaire parus en 2011 (et un en 2010). le choix du corpus sest port sur des manuels des deux voies gn-rale et professionnelle dans lesquelles les filles sont sous-reprsentes lexception du secteur professionnel tertiaire. dans la voie professionnelle notamment, de nombreuses for-mations industrielles ont longtemps t interdites aux filles. la mixit de droit, en 1966, ne sest pas traduite dans les faits. tous les niveaux, les filles restent cantonnes, aujourdhui comme hier, quelques domaines : les professions des industries de lhabil-lement et celles des techniques de laboratoire (chimie, pharmacie) 1.

    contrairement ltude de lan dernier sur les manuels scolaires dhis-toire, notre grille de lecture ne sappuie pas spcifiquement sur les diffrents axes du programme ; les reprsenta-tions sexues ne simmiscent pas tant dans le contenu du programme que dans sa mise en scne pdagogique. dans les manuels de mathmatiques, le personnage sexu, quil soit fictif ou historique, est le principal vecteur des reprsentations sexues ; et ce, de par sa prsence numrique, ses fonctions socio-professionnelles et ses attributs physiques et psychologiques.

    notre tude sest donC attaChe lanalyse des aspeCts suivants :

    / l