Environnement suisse

of 70/70
Environnement Suisse 2009
  • date post

    20-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    220
  • download

    1

Embed Size (px)

description

éd. par l'Office fédéral de l'environnement OFEV et l'Office fédéral de la statistique OFS

Transcript of Environnement suisse

  • Environnement Suisse 2009

  • Sources des donnes

    a Un office statistique

    b Un service public du domaine concern

    c Un institut de recherche

    d Un groupe dintrt

    e Plusieurs sources appartenant plusieurs catgories ou dont le classement nest pas pertinent

    Mthode de relev des donnes

    o Echantillonnage alatoire, rseau de mesure systmatique ou enqute exhaustive, portant sur lensemble du territoire national ou cantonal

    p Rseau de mesure dfini de manire pragmatique, soit couvrant les conditions typiques et incluant toutes les rgions et situations

    q Rseau de mesure dfini de manire pragmatique, soit couvrant les conditions typiques mais nincluant pas toutes les rgions et situations

    r Calculs raliss partir dun modle

    s Evaluation ou expertise

    t Plusieurs mthodes de relev appartenant plusieurs catgories ou dont le classement nest pas pertinent

    Types de renvois

    Renvoi un graphique ( G6.1 ...Renvoi une carte ( C11.1 ... Renvoi une figure ( F1.1 ... Renvoi un tableau ( T13.1 ...

    Renvoi un chapitre ( Chapitre 5 ... Renvoi une page ( Page 30 ... Renvoi la bibliographie ( Ofs 2005 ...

    Evaluation des graphiques

    Les pictogrammes prsentent des informations sur ltat : et sur la tendance :

    A B C D E F G H

    A Bon B Suffisant C Mauvais D Non valuable

    E Positive F Stable G Ngative H Non valuable

  • Environnement Suisse 2009

    Edit par lOffice fdral de lenvironnement OFEV et lOffice fdral de la statistique OFS Berne/Neuchtel 2009

  • Impressum

    EditeurDpartement fdral de lenvironnement, des transports, de lnergie et de la communication ( DETEC ) Office fdral de lenvironnement ( OFEV ), Berne www.environnement-suisse.ch

    Dpartement fdral de lintrieur ( DFI ) Office fdral de la statistique ( OFS ), Neuchtel www.statistique.admin.ch

    OFEV, Berne / OFS, Neuchtel, 2009

    Direction de projet et rdactionBrigitte Reutter ( OFEV ), Anne-Marie Mayerat Demarne ( OFS ), Laurent Zecha ( OFS )

    Comit de pilotageGrard Poffet, Thomas Gttin, Nicolas Perritaz ( tous OFEV ), Peter Glauser, Armin Grossenbacher ( les deux OFS )

    Groupe daccompagnementGeorg Ledergerber, Elisabeth Maret ( les deux OFEV ), Verena Hirsch ( OFS )

    Groupe dexpertsHugo Amacker, Richard Bischof, Markus Bolliger, Daniel Bonomi, Marco DAlessandro, Paul Filliger, Peter Gerber, Hans Ulrich Gujer, Bettina Hitzfeld, Hans Hosbach, Michael Hgi, Harald Jenk, Isabel Junker, Ronald Kozel, Benjamin Meylan, Markus Nauser, Doris Ochsner, Alexander Reichenbach, Hans Peter Schaffer, Irne Schlachter, Christian Schuler, Peter Straehl, Matthias Stremlow, Claire-Lise Suter, Gilbert Thlin, Sbastien Truffer, Roland von Arx ( tous OFEV ), David Altwegg, Anton Beyeler, Anne Boesch, Florian Kohler, Anne-Marie Mayerat Demarne, Marianne Saxer, Anja Simma, Gerda Suter, ( tous OFS ), Lukas Gutzwiller ( OFEN ),Samuel Vogel ( OFAG ),Mischa Croci-Maspoli, Thomas Herren, Pierre Jeannet, Christoph Schmutz ( tous MtoSuisse )

    Collaboration la rdactionMarianne Spycher (OFEV ), Christa Mhlemann, Jolle von Ballmoos, Nadine Yantren ( toutes OFS )

    Rdaction journalistiqueecos.ch, Ble: Cornlia Mhlberger de Preux, Rolf von Siebenthal, Daniel Wiener

    Conception graphique et mise en pageArnold. Inhalt und Form AG, Stfa

    Cartes OFS, ThemaKart: C11.1, C12.1, Sabine Kuster-Ahrens Fonds topographiques pour la carte C14.1: 2007 SwISSTOpO ( Topographie )

    Contrle mise en pageJacqueline Dougoud, Zurich

    TraductionsLallemand est la langue originale du rapport.Jeff Acheson (E ), Cinzia Corda (I ), Stphane Cuennet (F ), Christopher Hay (E ), Danielle Jaurant (F ), Services linguistiques de lOFEV (toutes les langues)

    Source mentionnerOFEV /OFS ( d. ), Environnement Suisse 2009, Berne et Neuchtel 2009, 72 pages. La reproduction est autorise, sauf des fins commerciales, si la source est mentionne.

    Clture de rdaction18 dcembre 2008

    Commande / diffusionOFCL, Diffusion publications, CH-3003 Berne tl. +41 ( 0 )31 325 50 50, fax +41 ( 0 )31 325 50 58 [email protected], www.bundespublikationen.admin.ch Numros de commande: 319.408.f ( franais ), 319.408.d ( allemand ), 319.408.i ( italien ), 319.408.e ( anglais )

    OFEV, Publications, CH-3003 Bernetl. +41 ( 0 )31 322 89 99, fax +41 ( 0 )31 324 02 16 [email protected], www.environnement-suisse.ch Documentation Publications Numros de commande: UD-1006-F ( franais ), UD-1006-D ( allemand ), UD-1006-I ( italien ), UD-1006-E ( anglais )

    OFS, CH-2010 Neuchtel tl. +41 ( 0 )32 713 60 60, fax +41 ( 0 )32 713 60 61 [email protected], www.statistique.admin.ch Services Les publications de la statistique suisse Numros de commande: 319.408.f ( franais ), 319.408.d ( allemand ), 319.408.i ( italien ), 319.408.e ( anglais )

    PrixCHF 8. ( TVA inclue )

    ISBN978-3-303-02111-8 ( f ), 978-3-303-02110-1 ( d ), 978-3-303-02112-5 ( i ), 978-3-303-02113-2 ( e )

    PrcisionCe rapport est disponible en franais, allemand, italien et anglais ainsi quen version PDF.

    Tirage4000 allemand, 1500 franais, 500 italien, 800 anglais

    PapierRecystar, 100 % papier recycl

    CouverturePhoto de couverture: Centrale lectrique Grande Dixence (VS). AURA / Hulda Jossen

    Complment dinformationOffice fdral de lenvironnement ( OFEV ) Section Observation de lenvironnement CH-3003 Berne, tl. +41 ( 0 )31 323 07 32 [email protected], www.environnement-suisse.ch

    Office fdral de la statistique ( OFS ) Section Environnement, Dveloppement durable, Agriculture, Analyses spatiales CH-2010 Neuchtel, tl. +41 ( 0 )32 713 67 20 [email protected], www.environment-stat.admin.ch

    RemerciementsLes diteurs remercient les scientifiques et les experts de ladministration qui ont fait bnficier les rdacteurs du prsent rapport de leurs prcieux conseils.

    05.09 1500 000000

    Environnement Suisse 2009

  • Table des matires

    Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Aperu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

    I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

    II. Etat de lenvironnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

    1. Ressources et flux de matires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 2. Energie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

    3. Transports et mobilit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 4. Industrie, production et commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 5. Mnages, consommation et tourisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

    6. Agriculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 7. Qualit de lair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 8. Changements climatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 9. Eaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

    10. Sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 11. Paysage et biodiversit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 12. Forts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 13. Risques naturels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 14. Risques daccidents majeurs chimiques et biologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 15. Bruit et vibrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 16. Sant et environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

    III. Comparaison avec quelques pays europens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

    Annexes

    Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Informations complmentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Abrviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

    Environnement Suisse 2009

  • Avant-propos

    Lenvironnement est une des proccupations importantes de notre socit. Les changements climatiques, par exemple, occupent une place notable dans le dbat public. Une communication ouverte et transparente est ncessaire pour informer la population sur ltat et lvolution de lenvironnement, et pour fournir une base de discussion claire aux acteurs politiques.

    Le prsent ouvrage, ralis conjointement par lOffice fdral de la statistique et lOffice fdral de lenvironnement, met disposition de tous donnes et analyses couvrant la relation entre nos modes de vie, de consommation ou de production et ltat de lenvironnement. Ce rapport sinscrit dans le prolongement du rapport Environnement Suisse 2007 , en mettant laccent sur lvolution rcente. Certains chapitres ont t simplifis alors que la comparaison internationale a t toffe par rapport la version prcdente.

    Les analyses, fondes sur des informations fiables et actualises, montrent que notre style de vie et nos moyens de production continuent dengendrer des pressions sur lenvironnement. Ni la consommation de ressources et dnergie, ni la mobilit ne diminuent. Cette situation se reflte souvent dans la qualit de lenvironnement; en effet, celle-ci, aprs stre amliore dans plusieurs domaines ces dernires annes, stagne depuis le tournant de ce sicle dans certains dentre eux o elle reste parfois proccupante.

    Jrg Marti, DirecteurOffice fdral de la statistique

    Un environnement intact ne nous fournit pas seulement les ressources, les aliments, lnergie et les espaces de dtente dont nous avons besoin. Il est aussi synonyme de qualit de vie, contribue la prosprit et lattractivit du pays et reprsente ainsi un facteur important pour la place conomique suisse.

    Laccroissement de la population augmente les besoins de la socit, notamment en logement, nergie, nourriture et mobilit, et par l mme les pressions sur len-vironnement. Or, bien que la population ait pris conscience de certaines problma-tiques environnementales, cette prise de conscience ne se traduit pas toujours par de nouveaux comportements.

    De mme, de nombreux processus de fabrication ou de production ont t optimiss; lefficacit cologique de nombreux produits sest ainsi amliore de faon accrue ces dernires annes. Mais ces progrs sont insuffisants pour compen-ser la croissance des besoins et de la consommation.

    Il faut donc changer de paradigme dans lutilisation de nos ressources naturel-les si nous voulons poursuivre et accentuer cette volution favorable. Dans une telle perspective, une crise peut aussi tre une chance saisir. Car les intrts co-nomiques ne sopposent pas automatiquement un environnement sain, bien au contraire. Les possibilits offertes par une gestion plus efficace des ressources et par de nouvelles technologies plus cologiques ouvrent les portes linnovation, la croissance et la prosprit.

    Bruno Oberle, DirecteurOffice fdral de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

  • Environnement Suisse 2009

    Aperu

    Le rapport Environnement Suisse 2009 prsent ici par lOffice fdral de lenvironnement ( OFEV ) et lOffice fdral de la statistique ( OFS ) donne une vue densemble de ltat actuel de lenvironnement dans notre pays. Il sagit dune version remanie et abrge du rapport Environnement Suisse 2007 .

    Bien que la Suisse ait russi mieux matriser divers problmes environnementaux dans les dernires annes, elle na pas eu le mme succs partout. La situation stagne dans de nombreux domaines et la pression exerce sur len-vironnement a parfois mme augment. Comme en 2007, le bilan peut tre qualifi de mitig .

    Le dbat sur les changements climatiques, qui sest intensifi depuis quelque temps, a entre autre sensibilis davantage la population aux problmes cologiques. Len-vironnement a gagn en importance. La conjoncture favo-rable des annes passes peut avoir encourag cette vo-lution.

    Il est difficile de prvoir les effets dune crise cono-mique sur ltat de lenvironnement. Mais les problmes cologiques demandent tre rsolus, en temps de crise aussi. Car aux proccupations connues viennent sans ces-se sen ajouter dautres. Par exemple, des technologies nou-velles peuvent parfois receler pour lhomme et lenviron-nement des risques qui doivent tre valus.

    Quel est notre mode de vie ?En Suisse, le nombre des mnages augmente plus vite que la population, et la surface habitable requise par personne ne cesse de crotre. Si lextension des surfaces dhabitat et dinfrastructure sest ralentie ces dernires annes selon des donnes rcentes, elle se fait encore en majeure partie au dtriment des surfaces agricoles et des sols de bonne qualit.

    Notre besoin croissant de mobilit a pour corollaire une augmentation du trafic. Les trois quarts des trajets sont effectus en vhicule priv motoris, contre quelque 18 % avec les transports publics. Les voitures particulires pro-voquent 70 % des missions de CO2 dues au trafic. En tout, le trafic est responsable de 35 % des rejets suisses de CO2.

    Cette circulation toujours plus dense nest pas sanconsquences: les infrastructures morcellent le paysagelexposition au bruit et aux vibrations augmente. Des assainissements phoniques sont en cours, mais ils devront trpoursuivis dans les annes venir.

    s , -

    e

    Les ressources que nous utilisons en Suisse ne sont pour la plupart pas renouvelables. Leur consommation a aug-ment de 17 % entre 1990 et 2006. Elles sont toujours plus souvent importes, ce qui dplace les pressions environne-mentales vers dautres pays et accrot le trafic marchandises.

    Nous dpendons galement de ltranger pour notre nergie. Lnergie finale provient 70 % environ de produits

    fossiles que nous devons importer. La consommation dner-gie na cess de crotre ces dernires annes, mais la part des nergies renouvelables ( force hydraulique incluse ) na gure chang. Elle tourne aujourdhui autour de 18 %. Des mesures visant encourager les nergies renouvelables et amliorer lefficacit nergtique sont en cours dapplication.

    Quels sont les effets de notre mode de vie sur lenvironnement ?Le volume des dchets urbains augmente chaque anne. En 20 ans, le taux de collecte et de valorisation a plus que doubl; il reprsente actuellement plus de 50 % du volume total. Le reste est incinr selon des techniques respectant lenvironnement.

    La pollution chimique due aux mtaux lourds, aux dioxines, aux PCB et dautres composs organiques per-sistants a fortement recul dernirement. De nouveaux produits arrivent toutefois rgulirement sur le march, produits dont les effets et le comportement sont mal connus, voire inconnus. Ils reprsentent une menace potentielle pour lenvironnement et doivent donc tre examins avec grand soin. La mme prcaution simpose dans le cas des perturbateurs endocriniens ou encore des organismes g-ntiquement modifis et pathognes.

    Ltat de la couche dozone sest amlior ces dernires annes. La concentration des substances dommageables dans la stratosphre est en rgression.

    On considre comme contamins les sites chargs de polluants qui constituent un danger pour lenvironnement. Quelque 250 sites ont t assainis ce jour, 3000 4000 doivent encore ltre.

    Comment notre environnement se porte-t-il ?Les tempratures ont augment en Suisse au cours des der-nires dcennies; le recul des glaciers et les modifications de la vgtation en tmoignent. Ce rchauffement est d principalement aux activits humaines. Selon le Protocole de Kyoto, la moyenne des missions de gaz effet de serre entre 2008 et 2012 doit tre rduite de 8 % par rapport aux missions de 1990. Or, si les mesures prises ont pu ralentir leur progression, elles nont pas encore russi les faire baisser; les rejets sont rests presque identiques entre 1990 et 2006. En tenant compte des certificats dmission et des puits de carbone constitus par les forts, la Suisse devrait vraisemblablement atteindre les objectifs de sa politique climatique.

    Les populations de certaines espces vgtales et ani-males ont nettement diminu depuis quelques dizaines dannes. Le mitage du paysage, lexpansion du tourisme, limpermabilisation des sols et le dveloppement des r-seaux routier et ferroviaire en sont responsables. Les chan-gements climatiques pourraient renforcer encore cette

  • Environnement Suisse 2009

    volution. En outre, lhomme a introduit dans certains habitats des espces exotiques qui se propagent aux dpens de la flore et de la faune indignes et peuvent causer des dgts cologiques. Les paysages naturels et cultivs sont galement sous pression. Leur protection est entre autre amliore par la mise en place de nouveaux parcs.

    Leau est gnralement de bonne qualit. Dans les agglomrations et dans les zones agricoles, cependant, les eaux souterraines accusent parfois des teneurs excessives en nitrates, produits phytosanitaires et hydrocarbures. Par ailleurs, les lacs et les rivires suisses sont encore chargs de micropolluants tels que les perturbateurs endocriniens ou des pesticides. Enfin, certains cours deau prsentent des dbits rsiduels insuffisants ou des fluctuations artificielles de dbit. Des efforts sont entrepris actuellement pour amnager les eaux de faon plus naturelle.

    La qualit de lair a enregistr une forte amlioration depuis la moiti des annes 1980. Mais les progrs se sont ralentis dernirement. Lozone, le dioxyde dazote et les poussires fines restent proccupants.

    Les catastrophes naturelles rcentes ont caus des dommages suprieurs la moyenne. Pour amliorer la protection, des cartes des dangers sont en cours dlaboration. Acheves en 2011, elles permettront de mieux localiser les risques principaux et de prendre les mesures ncessaires.

    Les succs ctoient des checs: cest donc bien un bilan mitig que dresse ce rapport. Lenjeu consistera maintenant surmonter la situation ambivalente des dernires annes. Cet objectif implique de redoubler defforts dans les domaines critiques.

  • Environnement Suisse 2009

    Introduction

    Les rapports sur lenvironnement informent de manire claire et simple sur ltat de lenvironnement et son volu-tion, conformment la base lgale (Constitution fdrale, loi sur la protection de lenvironnement, loi sur la statistique fdrale). Ils se fondent sur des renseignements adquats, fiables et pertinents, ainsi que sur des donnes valides et officielles. Les lments ainsi prsents peuvent servir de fondement aux discussions relevant de la politique envi-ronnementale et des politiques sectorielles.

    Structure du rapportLe rapport Environnement Suisse 2009 se compose de trois parties: bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement ( partie I ), tat de lenvironnement ( partie II ) et comparaison avec quelques pays europens ( partie III ). Ce sixime rapport publi en Suisse parat sous une forme abrge et sert de complment ldition Environnement Suisse 2007 . Il permet dvaluer la politique environne-mentale de la Suisse et sadresse avant tout aux dcideurs ainsi quau public intress. Des informations plus spcifi-ques, telles que les donnes et les indicateurs utiliss, sont mises disposition sur Internet.

    Cadre conceptuel et principes mthodologiquesLa prsente dition d Environnement Suisse adopte une approche similaire celle de ldition 2007, qui avait t prpare selon le modle DPSIR1 harmonis au niveau euro-pen. Elle aborde donc non seulement les thmes environ-nementaux proprement dits, mais aussi les principales acti-vits humaines ayant une incidence sur lenvironnement.

    Ce rapport abrg donne une vue densemble de ltat de lenvironnement en Suisse. Les spcialistes de divers of-fices fdraux ont particip sa rdaction. Pour de plus amples explications et des indications complmentaires, il est nanmoins recommand de se reporter ldition 2007, plus dtaille.

    Evaluation des graphiquesLes renseignements visualiss par les graphiques ont fait lobjet dune valuation, prsente sous la forme de picto-grammes ( Rabaat de lla ppage de couverture ). Chaque pictogram-me signale ltat de lenvironnement et son volution pour un thme donn, ce qui permet de saisir dun coup dil linformation principale. Lvaluation a t ralise en fonc-tion dun objectif fix soit dans une base lgale, soit dans une stratgie. Des critres homognes ont t dfinis au pralable afin de garantir une procdure systmatique et transparente pour tous les graphiques.

    Dans les diffrents domaines examins, ltat de len-vironnement a t dtermin sur la base de la moyenne des donnes disponibles pour les trois dernires annes en rap-port avec lobjectif fix. Les rsultats refltent quatre cas de figure:0bon tat: lobjectif est atteint;0tat satisfaisant: lobjectif est manqu de peu;0mauvais tat: lobjectif nest pas atteint;0aucune valuation possible: pas dobjectif ou donnes

    insuffisantes.En rgle gnrale, la tendance indique porte sur une p-riode de dix ans allant jusqu lanne la plus rcente pour laquelle des rsultats taient disponibles. Elle se rfre lobjectif fix et reflte galement quatre cas de figure:0tendance positive: progression nette en direction de

    lobjectif;0tendance stable: pas ou peu dvolution;0tendance ngative: cart croissant par rapport

    lobjectif;0aucune valuation possible: pas dobjectif ou donnes

    insuffisantes.Les indicateurs prsents dans le rapport se fondent gn-ralement sur les donnes disponibles jusqu fin 2008. Les chiffres ayant t arrondis la valeur suprieure ou inf-rieure, il peut arriver que la somme des montants diffre du total.

    1 DPSIR: forces motrices ( Driving forces ), pressions sur lenvironnement ( Pressures ), tat de lenvironnement ( State ), incidences sur lenvironnement ( Impact ), rponses apportes ( Responses ).

  • 10

    Environnement Suisse 2009

    I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Cette partie synoptique dresse le bilan de la mise en uvre de la politique environnementale suisse. Les effets de cette politique sont examins en fonction des objectifs dfinis dans la lgislation, dans des plans daction ou dans des stratgies, ce qui permet de rpondre succinctement pour chaque thme tudi aux questions suivantes:

    O en sommes-nous ? O sont les lacunes ? Quelles en sont les causes ? Quelles sont les mesures prises et quels sont leurs effets ?

    Les messages cls sont tays par des indicateurs pertinents qui rv-lent si les objectifs fixs ont t atteints. Certains thmes sont prsents sans indicateur, lorsque les donnes manquent en ltat actuel des connaissances.

    Ce rapide survol fournit un aperu de ltat de lenvironnement et de lefficacit des mesures prises ce jour. La deuxime partie du rapport aborde les diffrents domaines de faon plus approfondie.

    Les thmes traits sont les suivants : Air Climat Couche dozone Produits chimiques Dchets Sites contamins Risques daccidents majeurs Biotechnologie Bruit et vibrations Biodiversit Nature et paysage Forts Sols Eaux Rayonnement non ionisant Ressources Coopration internationale et Dangers naturels.

  • 11I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    AirLa qualit de lair sest fortement amliore au cours des 25 dernires annes. Depuis lan 2000, toutefois, les progrs se sont ralentis. Les immissions de poussires nes, dozone et de dioxyde dazote ainsi que les dpts azots restent excessives. Elles sont dues en particulier aux missions de poussires nes (PM10), doxydes dazote (NOx), de composs organiques volatils (COVNM) et dammoniac (NH3) causes par les transports, lindus-trie, les mnages et lagriculture. La mise en uvre de mesures effi caces long terme recours aux meilleures technologies disponibles pour lquipement des vhi-cules et des installations, instruments dincitation tels que la redevance poids lourds lie aux prestations (RPLP) ou la taxe sur les COV doit tre poursuivie. Au niveau international, il faut renforcer la lutte contre la pollution atmosphrique transfrontire.

    G1 Dpassements des valeurs limites dimmission de lordonnance sur la protection de lair (opair) en 2006

    Valeurs limites dimmission k Respectes quasiment partoutk Dpasses en certains endroitsk Souvent/largement dpasses

    Ville Agglomration Campagne

    Dioxyde de soufre (SO2)

    Dioxyde dazote (NO2)

    Ozone (O3)

    PM10

    Source: OFEV bp

    0%

    100%

    200%

    300%

    400%

    500%

    2020200019801960194019201900

    G2 Emissions de polluants atmosphriques

    k SO2k NOxk COVNMk PM10k NH3

    Prvention

    Source: OFEV br

    ClimatLes 30 dernires annes, les tempratures moyennes ont augment environ 1,5 fois plus en Suisse quailleurs sur les terres merges de lhmisphre Nord. Les signes du rchauff ement climatique sont visibles: recul des glaciers, fonte du permafrost, modi cations de la vg-tation. Entre 1990 et 2006, les missions de gaz eff et de serre nont presque pas diminu. Selon le Protocole de Kyoto, elles doivent tre rduites, pour la moyenne des annes 2008 2012, de 8 % par rapport . La 1990compensation dmissions par lachat de certi cats trangers et par leff et de puits de carbone des forts peut tre prise en compte dans le bilan. En Suisse, les rejets de CO2 reprsentent environ 86 % de toutes les missions de gaz eff et de serre. La loi sur le CO2 im-pose de rduire de 10 % dici 2010 les rejets dus la consommation dnergies fossiles. Pour y parvenir, un centime climatique applicable aux carburants a t in-troduit en et une taxe sur le 2005 CO2 est perue sur les combustibles depuis le1er janvier 2008. De plus, les car-burants gazeux et certains carburants biognes bn- cient depuis le 1er juillet 2008 dun allgement scal. Selon des estimations de lautomne 2008, la Suisse pourra atteindre lobjectif du Protocole de Kyoto.

    2008200019801960194019201900

    Source: MtoSuisse bp

    G3 Temprature annuelle moyenne en Suisse Ecart par rapport la moyenne 19611990

    k Annes au-dessus de la moyenne 19611990k Annes au-dessous de la moyenne 19611990Annes au-dessous de la moyenne 19611990k Moyenne pondre sur 20 ans ( ltre passe-bas de Gauss)Moyenne pondre sur 20 ans ( ltre passe-bas de Gauss)

    Ecart de temprature en C

    2,0

    1,5

    1,0

    0,5

    0

    0,5

    1,0

    1,5

    Eff et anthropique dominant

    1990 1994 1998 2002 2006 2010 2012

    105

    100

    95

    90

    85

    G4 Emissions de gaz eff et de serre

    Source: OFEV br

    Millions de tonnes dquivalents CO2

    52,71

    48,49

    Indice 1990 = 100

    50,88k Totalk Cheminement thorique 1

    k Objectif de Kyoto Objectif de Kyoto 11

    k Cheminement thoriquek Objectif de KyotoObjectif de K

    1 1 1 Attendu en tenant compte des certi cats et des puits de carbone.Attendu en tenant compte des certi cats et des puits de carbone.Attendu en tenant compte des certi cats et des puits de carbone.

    yoto

    4

    Ww

    Tt

  • 12 I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    Couche dozoneSous nos latitudes, la couche dozone a diminu de 4 % depuis 1980, provoquant une augmentation du rayon-nement UVB sur terre. Lors dhivers trs froids, la concentration dozone peut diminuer de 15 % au-des-sus de lArctique et de petits trous dozone peuvent se former aussi au-dessus de la Suisse. La concentration des substances nuisibles dans la stratosphre est toute-fois en recul depuis quelques annes. Le Protocole de Montral, sign il y a 20 ans dans le but de protger la couche dozone, a t effi cace. Les objectifs xs sont atteints en Suisse. Depuis 1996, les substances appau-vrissant la couche dozone ny sont pratiquement plus utilises, lexception des chloro uorocarbures par-tiellement halogns (HCFC), qui ne seront totalement interdits qu partir de 2015. On constate aujourdhui une amlioration de la situation. Si les eff orts consentis jusquici sont poursuivis, la couche dozone devrait recouvrer vers son tat davant 2050 1980.

    2006200420011998199519921989

    10 000

    8000

    6000

    4000

    2000

    0

    G5 Importations de substances appauvrissant la couche dozone

    Source: OFEV bs

    k CFC, halons, ttrachlorure de carbone, trichlorothanek HCFC et bromure de mthyle

    Tonnes

    290

    300

    310

    320

    330

    340

    350

    200720021997199219871982197719721967196219571952

    G6 Couche dozone au-dessus de la Suisse

    DobsonDobson11

    k Mesures

    1 Lunit Dobson (Dobson Unit, DU) est d nie comme une paisseur dozone pur de 0,01 mm mesure au niveau du sol une temprature de 0 C et une pression de 1 atmosphre. Si tout lozone compris dans une colonne dair tait concentr au niveau du sol, 330 DU reprsenteraient donc une paisseur dozone de 3,3 mm.

    Source: MtoSuisse bq

    Produits chimiquesLindustrie chimique joue un rle conomique prpon-drant en Suisse. Grce des dispositions strictes, la pollution de lenvironnement par des substances connues comme les mtaux lourds, les dioxines, les biphnyles polychlors (PCB) et dautres polluants or-ganiques persistants a fortement diminu. Toutefois, on continue de fabriquer de nombreux produits chimiques dont on connat mal ou pas du tout les eff ets et le comportement dans lenvironnement. Il convient donc dacclrer les tests et les valuations de substances et damliorer les fondements qui permettent dapprcier les produits chimiques. Cest particulirement vrai pour les substances eff et endocri nien et les nanoma-triaux.

    0%

    3%

    6%

    9%

    12%

    15%

    18%

    20072005200320011999199719951993

    G7 Proportion de substances dj values par rapport lensemble des substances noti es par locde

    Source: OCDE es

    100 % = 4843 substances noti es par lOCDE

    4

    6

    t

  • 13I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    DchetsChaque anne, la Suisse produit davantage de dchets urbains. En 2007, il a fallu en traiter quelque 5,5 millions de tonnes ( 720 kg par habitant ). La moiti de ces dchets sont dsormais collects et valoriss dans des lires spares. Les quantits de matriaux ainsi traits ont plus que doubl en 20 ans. Le reste des dchets urbains est incinr en respectant lenvironnement. Llectri-cit et la chaleur produites par leur combustion four-nissent environ 2 % de la consommation suisse dner-gie nale. Chaque anne, quelque 1,2 million de tonnes de dchets spciaux sont en outre conditionns sous une forme particulire, limins en Suisse ou exports, conformment aux dispositions de la Convention de Ble sur le contrle des mouvements transfrontires de dchets dangereux et de leur limination. De manire gnrale, le nancement de llimination des dchets en Suisse repose sur le principe de causalit. Toutefois, la politique des dchets effi cace mene en Suisse na pas permis elle seule de rduire la consommation de matires premires.

    0

    1

    2

    3

    4

    5

    6

    20072000199519901985198019751970

    G8 Quantits de dchets urbains

    Millions de tonnes

    k Dchets urbains collects sparmentk Dchets urbains incinrs et mis en dcharge

    Source: OFEV et

    2005200220001998199619941992

    1 500 000

    1 200 000

    900 000

    600 000

    300 000

    0

    G9 Elimination de dchets spciaux

    Tonnes

    Source: OFEV bs

    k Exportationk Valorisation en Suissek Traitement physico-chimique k en Suisseen Suisse

    k Incinration en Suissek Mise en dcharge super cielle k en Suisse

    w

    8

    3

    Sites contaminsEn Suisse, quelque 50 000 sites sont considrs comme pollus. Parmi ceux-ci, 13 000 devront encore faire lob-jet dinvestigations plus prcises. Jusquici, les cantons ont recens 70 % des sites dans des cadastres accessibles au public. On compte entre 3000 et 4000 sites contami-ns qui devront tre assainis. Dans les cas les plus ur-gents, les investigations et les travaux dassainissement sont dj en cours. 25 % des tudes ncessaires sont acheves et plus de 250 sites ont t assainis. Le cot de lensemble des assainissements avoisinera 5 milliards de francs. Ds que les cadastres cantonaux seront com-plets et que les investigations de sites pollus seront termines, les assainissements pourront tre fortement acclrs. Le soutien nancier annuel de 26 millions de francs propos par la Confdration devrait largement y contribuer.

    Introduits dansle cadastre 2006 2008 2011

    G10 Etapes du traitement des sites contamins

    Source: OFEV bs

    Nombre de sites

    k Atteint jusquicik Objectif initialk Objectif

    Investigationstermines 2006 2008 2015

    Sites contaminsassainis 2006 2008 2025

    0 10 000 20 000 30 000 40 000 50 000

  • 14 I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    Risques daccidents majeursEn Suisse, 2300 exploitations, 4000 km de chemin de fer, 7850 km de route et un tronon de 20 km du Rhin sont soumis lordonnance sur les accidents majeurs ( opam ). Leurs dtenteurs doivent prendre des mesures appropries, alors que les autorits contrlent rguli-rement ces installations. L o un accident majeur pour-rait avoir des consquences graves pour lenvironne-ment ou la population, les responsables de linstallation doivent procder une tude de risque. Cest le cas denviron 9 % des installations. Si ncessaire, les auto-rits ordonnent des mesures de rduction du risque. Comme la technique et lconomie se dveloppent sans cesse, la prvention des accidents majeurs est une tche permanente de la Confdration et des cantons. Sur un territoire utilis de plus en plus densment, la coordina-

    tion prcoce de lamnagement du territoire et de la prvention des accidents majeurs gagne en importance.

    200520011996

    3000

    2400

    1800

    1200

    600

    0

    G11 Entreprises soumises lordonnance sur les accidents majeurs

    k soumises lOPAMk soumises lOPAM avec tude de risque

    Source: OFEV bp

    Nombre dentreprises

    BiotechnologieDes organismes gntiquement modi s ( OGM ) sont employs dans lindustrie et la recherche. Leur utilisa-tion a encore progress ces deux dernires annes. En revanche, la frquence des activits comprenant des organismes pathognes sest maintenue, en 2006 et 2007, au niveau des deux annes prcdentes. En 2007, trois dissminations exprimentales dOGM ont t autorises des ns de recherche. Dans deux cas, il sagissait de dissminer du bl rsistant un champi-gnon. Le troisime projet concernait un croisement entre une plante sauvage et du bl rsistant un cham-pignon. Aucune demande dutilisation commerciale dOGM na t dpose. Un moratoire interdit lutilisa-tion dOGM dans lagriculture jusquen 2010.

    G12 Activits incluant des organismes gntiquement modi s (OGM) ou des organismes pathognes (OP) en milieu con n

    Source: OFEV bq

    20072003199919951991198719831979

    Nombre dactivits

    15001500

    1200

    900

    600

    300

    0

    k OGMk OP

    Bruit et vibrationsEn Suisse, plus de 1,3 million de personnes sont expo-ses durant la journe un bruit excessif, essentielle-ment d aux transports. Par ailleurs, quelque 40 000 per-sonnes subissent des vibrations dune intensit proche des valeurs indicatives. Ces dernires annes, prs de 1 milliard de francs ont dj t dpenss pour des as-sainissements acoustiques. Les dispositions prises sont toutefois loin de protger suffi samment la population. Outre lapplication prioritaire de mesures la source, la stratgie de lutte contre le bruit doit notamment avoir pour objectif dtendre la protection lensemble des zones dhabitat. Un rseau national de surveillance du bruit et un systme incitant rduire les nuisances sonores sont en cours de mise en place.

    G13 Nombre de personnes soumises, durant la journe, des immissions sonores suprieures aux valeurs limites en 2009

    Source: OFEV br

    Nombre de personnes

    Routes Voiesferres

    Arodromes Installations de tir

    1 1 200 000

    1 1 000 000

    800 000

    600 000

    400 000

    200 000

    05000

    200 000

    000 000

    8

    z

  • 15I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironne-

    Environnement Suisse 2009

    BiodiversitOn compte en Suisse plus de 50 000 espces animales et vgtales. Parmi les espces jadis rpandues, nom-breuses sont celles qui ont disparu ou sont menaces. Certaines populations ont par ailleurs fortement r-gress au cours des dernires dcennies. En cause: lurbanisation croissante du paysage, le dveloppement du tourisme, limpermabilisation des sols et lexten-sion des rseaux routier et ferroviaire. Dans certains habitats, la prolifration despces exotiques pose aus-si problme. La Convention sur la diversit biologique, rati e par notre pays en 1994, doit aussi contribuer arrter le recul des espces, inscrire lutilisation des lments de la biodiversit dans une perspective durable et assurer un partage juste et quitable des avan -tages dcoulant de lexploitation des ressources gn-tiques. Le Parlement a inclus llaboration dune stra-tgie nationale en faveur de la biodiversit dans son programme de lgislature 20072011.

    60

    70

    80

    90

    100

    110

    120

    130

    2007200520021999199619931990

    G14 Populations doiseaux nicheursEvolution des eff ectifs doiseaux nicheurs en Suisse

    Source: Station ornithologique de Sempach, Swiss Bird Index cs

    Indice 1990 = 100k Oiseaux nichant rgulirement (169 espces),Oiseaux nichant rgulirement (169 espces),Oiseaux nichant rgulirement (169 espces),k Dont espces de la liste rouge (38 espces)

    0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 %Grosspilze

    FlechtenMoose

    Farn- und BltenpanzenInsekten

    WeichtiereFische und Rundmuler

    AmphibienReptilien

    BrutvgelSugetiere

    Etat entre 1994 et 2007, selon le groupe despcesEtat entre 1994 et 2007, selon le groupe despces

    k Disparues ou teintesk Menacesk Potentiellement menaces

    k Non menacesk Donnes lacunaires

    MammifrMammifres (82 espces) Oiseaux Oiseaux nicheurs (195)

    Reptiles (19)Amphibiens (20)

    Poissons et et cyclostomes (55)Mollusques (270)

    Insectes (2085)Plantes eurs e et fougres (3144)

    Mousses (1093)Lichens (787)

    Champignons Champignons suprieurs (4960)

    G15 Espces teintes, menaces, potentiellement mena-ces et non menaces, par groupe

    Source: OFEV cs

    es (82 espces) nicheurs (195)

    cyclostomes (55)Poissons

    t fougres (3144)Plantes eurs

    suprieurs (4960)

    Nature et paysageLa Suisse compte de nombreux paysages remarquables, quils soient naturels ou faonns par lhomme. Il sagit l de biens prcieux pour la qualit de vie et le tourisme. Cependant, nombre dentre eux subissent des atteintes du fait du mitage du territoire, de lutilisation intensive des sols et de leur impermabilisation. Les principes directeurs Paysage 2020 doivent freiner ce phnomne, en veillant ce que les paysages off rent un habitat toutes les espces animales et vgtales, dans lequel lhomme puisse lui aussi spanouir. La protection de la nature et du paysage doit en outre tre amliore avec la cration de nouveaux parcs nationaux, parcs naturels rgionaux et priurbains. En 2008, 9 demandes de -nancement de parcs ont t approuves, auxquelles sen ajouteront au moins 13 autres dici 2011.

    0

    2

    4

    6

    10

    50

    90

    20021980196019351885

    20021980196019351885

    G16 Morcellement du paysage (sans les lacs) en dessous de 2100 mtres

    Source: Jaeger et al., 2007 ct

    Densit eff ective de mailles seff k Plateauk Jurak Suisse

    k Alpes centralesk Sud des AlpesSud des Alpes

    k Nord des Alpes

    Plus la densit eff ective de mailles est leve, plus le paysage est morcel.plus le paysage est morcel.

    0

    40

    80

    120

    160

    2006200019951990

    G17 Dpenses nettes de protection de la nature des collectivits publiques (corriges de linflation)

    Sources: AFF; OFS ao

    Millions de francs

    k Communesk Cantonsk Confdration

    Sans contributions cologiques, ni paiements directsSans contributions cologiques, ni paiements directs

    8

    w

    z

  • 16 I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    FortsLes forts suisses couvrent une super cie de 1,3 million dhectares, soit prs dun tiers du pays. La surface fores-tire a augment de 4,9 % depuis 1995. En eff et, la fort reconquiert les terres abandonnes par lagriculture de montagne. Ainsi, le volume de bois sest accru de prs de 20 % sur le versant sud des Alpes, tandis quil baissait denviron 7 % sur le Plateau. Les dpts excessifs dazote atmosphrique perturbent le bilan nutritif des forts et acidi ent leurs sols. Elles sont touches 90 %, ce qui menace leur fonction de ltre naturel pour les eaux souterraines. En outre, limpact des changements clima-tiques devrait encore renforcer la pression sur lcosys-tme forestier. Satisfaire la demande croissante de bois de faon judicieuse tant pour lconomie que pour lco-logie, cest le d principal relever dans les annes qui viennent. Paralllement, il faudra veiller assurer les fonctions protectrice et sociale des forts.

    0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

    Moyennes annuelles modlises pour la priode de 1996 2006Moyennes annuelles modlises pour la priode de 1996 2006

    k Exploitationk Taux de mortalit

    k Accroissement

    SuisseSchweizSuisse

    Sud Sud des AlpesAlpensdseiteSud des Alpes

    AlpesAlpenAlpes

    PralpesVoralpenPralpes

    PlateauMittellandPlateau

    JuraJuraJura

    Millions de mtres cubes par anMillions de mtres cubes par an

    G18 Accroissement, taux de mortalit et exploitation Calculs sur la base du bois de tige en corce

    Source: WSL, IFN 2007 eo

    des Alpes

    Source: OFEV eo

    G19 Rserves forestires

    Rserves combinescombines11

    43 % (1,4 %)

    1 Rserves forestires comprenant la fois des surfaces naturelles (type 1) et des surfaces particulires (type 2).2 Rserves forestires favorisant la diversit des espces par des interventions cibles.3 Rserves o la fort peut se dvelopper naturellement sans intervention humaine.

    FortsForts96,8 %

    Rservesparticulires2

    18,3 % (0,6 %)

    Rservesforestires3,2 %

    Rserves naturelles3

    38,7 % (1,2 %)

    Surface forestire totaletotale

    Surface desrserves forestiresrserves forestires

    SolsEn Suisse, les changements daff ectation des sols ne ralentissent pas: en moyenne, 11 hectares de surface agricole disparaissent chaque jour. En outre, les terrains ouverts souff rent souvent de pollutions chimiques: plus de 15 % des sols examins prsentent des concentra-tions en mtaux lourds suprieures aux valeurs indicati-ves. Ces atteintes sont dues aux nouvelles infrastructu-res, lagriculture et la sylviculture intensives, ainsi qu dautres activits comme les transports, les loisirs, lincinration illgale de dchets et le remblayage de terrains. Jusquici, les eff ets positifs obtenus sont surtout lis la limitation des missions de polluants, aux dis-positions restreignant lemploi de substances et dorga-nismes, ou aux exigences concernant lin ltration des eaux uses. Les atteintes physiques compactage et rosion, par exemple restent problmatiques. Elles peuvent dtruire les sols ou provoquer des pertes im-portantes. Dans ce domaine, il faut systmatiquement appliquer le principe de prvoyance.

    0 %

    10 %

    20 %

    30 %

    40 %

    50 %

    60 %

    SurfacesForts et zones Cultures Prs et Terres

    Source: OFEFP 2000 bq

    k Plombk Cadmiumk Cuivrek Zinc

    Terres arablesTerrTerres arables Prs et Prs et pturages

    Cultures Cultures intensives

    Forts et zones Forts et zones protges

    Surfaces Surfaces dhabitation

    non construites

    G20 Dpassements des valeurs indicatives en fonctionde lutilisation du sol, 19901996Environ 14 000 stations de mesure cantonales et nationales

    dhabitationnon construites

    protgesintensivespturagesarableses arables

    8

    8

  • 17I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    EauxLa qualit des eaux des lacs et des rivires suisses sest nettement amliore dans les dernires dizaines dan-nes. Les micropolluants provenant des mnages, de lagriculture, de lindustrie et de lartisanat continuent cependant de poser problme. La qualit des eaux sou-terraines est bonne en gnral. Dans les rgions dagri-culture intensive et les agglo mrations, on dnote tou-tefois frquemment des concentrations excessives de substances telles que les nitrates, les produits phytosa-nitaires et les hydrocarbures. La Suisse traite chaque anne 1500 millions de m3 deaux uses. La construction et lentretien des infrastructures requises pour lpura-tion demandent des investissements considrables. De nombreux cours deau manquent despace, leur struc-ture et leur rgime dcoulement sont altrs (dbits rsiduels insuffi sants, modi cations arti cielles et sou-daines de dbit). Seule la mise disposition des surfaces et des moyens nanciers ncessaires leur revitalisa-tion permettra de remdier cette situation.

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    k k Stations de mesure NAQUA non analyses en 2007 (en gnral non pollues)

    k k Aucune prsence de substances (nitrates: faible concentration)k k Prsence de substances sans dpassement des exigences chiff res

    (MTBE: valeur indicative) k k Prsence de substances avec dpassement des exigences chiff res

    (MTBE: valeur indicative)

    Produits phytosani-taires

    BTEX1

    Mthyl-tert-butylther (MTBE)

    Pourcentage des stations de mesure NAQUA1 Benzne, tolune, thylbenzne, xylne

    70

    191 105

    216 52

    52

    46

    46

    61 112

    Nitrates

    1376

    187

    215

    434

    G21 Concentrations de substances dans les eaux souterraines en 2007

    Source: OFEV bp

    k

    k

    k

    k

    0

    50

    100

    150

    200

    250

    2007200320011999199719951993199119891987198519831981

    G22 Teneur en phosphore de leau des lacs

    Source: OFEV bqbq

    Quantit totale de phosphore, en microgrammes par litreQuantit totale de phosphore, en microgrammes par litre

    k Lac de Hallwilk Lac de Zougk Lac de Constance

    k Lac Lmank Lac de Zurichk Lac de Neuchtel

    4

    5

    2006200019951990

    G23 Couverture des dpenses publiques de gestion des eaux uses

    Source: OFS ao

    Millions de francs k Dfaut de couverturek Recette de la redevance

    2000

    1500

    1000

    500

    0

    7

  • 18 I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    w

    Rayonnement non ionisantDes valeurs limites dimmissions sappliquent en Suisse au rayonnement non ionisant dans les lieux o des per-sonnes sjournent; elles sont respectes dans la plupart des cas. Des restrictions plus svres ont t d nies pour lexposition de longue dure due aux antennes de radiodiff usion et de tlphonie mobile, ainsi que pour les projets de lignes haute tension et de lignes de contact des chemins de fer. Le rayonnement non ioni-sant a augment ces dernires annes, en raison de laccroissement de la consommation dlectricit et du dveloppement rapide de la tlphonie mobile. Il est cependant possible de rduire les immissions en recou-rant des technologies mettant moins de rayonne-ment. Des indices laissent supposer que des ractions biologiques peuvent survenir mme sans dpassement des valeurs limites. Ltat actuel des connaissances ne permet toutefois pas dvaluer si ces eff ets sont nuisi-bles pour la sant. Dici n 2009, un programme natio-nal de recherche rpondra au moins partiellement aux questions en suspens.

    012345678

    20072005200320011999199719951993

    G24 Tlphonie mobile en Suisse

    Source: OFCOM bo

    Nombre dutilisateurs Nombre de sites avec antennes(en millions) de tlphonie mobile

    k Utilisateursk Sites avec antennes

    12 00010 00080006000400020000

    RessourcesLutilisation et la consommation croissante de ressour-ces, la plupart limites et souvent non renouvelables, ont des eff ets sur leur disponibilit et leur rpartition ainsi quune multitude dimpacts sur lenvironnement. En eff et, des pressions sur lenvironnement sont gn-res lors de lextraction ou de la transformation de ces ressources, de mme que lorsquelles retournent vers lenvironnement sous forme dmissions ou de dchets. En 2006, 360 millions de tonnes de matires taient extraites, utilises ou dplaces dans notre pays ou ltranger pour subvenir aux besoins de lconomie et des mnages en Suisse. Cette quantit a augment de 17 % depuis 1990. Mme si de grands progrs ont t accomplis en ce qui concerne le recyclage et la produc-tion de biens prsentant un meilleur bilan cologique, la prservation des ressources naturelles ncessite en Suisse une politique de gestion durable de lensemble de ces dernires.

    050

    100150200250300

    350400

    200620042002200019981996199419921990

    G25 Utilisation de ressources1

    Source : OFS ao

    Millions de tonnes

    k Part trangrek Part indigne

    1 Toutes les matires ncessaires aux besoins de lconomie Suisse (TMR), sauf lair et leau.

  • 19I. Bilan de la mise en uvre de la politique de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    Coopration internationaleLe Conseil fdral a fait de lenvironnement lun des cinq domaines prioritaires de la politique extrieure de la Suisse. Notre pays a rati toute une srie de traits et joue un rle actif dans la plupart des organisations internationales qui sengagent en faveur de lenviron-nement ou du dveloppement durable. Il accorde une importance toute particulire la gouvernance inter-nationale du domaine de lenvironnement, aux chan-gements climatiques, la protection de la biodiversit, aux produits chimiques et aux dchets dangereux, la protection de la couche dozone et la gestion durable des forts et de leau. Par ailleurs, au plan international, la Suisse veille une meilleure coordination des mesu-res politiques lies lenvironnement et au commerce,

    par exemple dans le cadre du Cycle de Doha de lOrganisation mondiale du commerce ( omc ) ou lors de llaboration daccords de libre-change. Elle apporte aussi son soutien nancier la mise en uvre des traits environnementaux dans les pays en dveloppement,par lintermdiaire du Fonds pour lenvironnement mondial ( fem ), notamment.

    Dangers naturelsLes dangers naturels ont toujours jou un rle particu-lier en Suisse. En moyenne annuelle, les catastrophes naturelles font 10 victimes et causent des dgts dont le montant se chiff re plus de 360 millions de francs. En raison dune urbanisation anarchique qui tient par-fois peu compte des risques, beaucoup de btiments, de biens et dinfrastructures se trouvent dans des zones menaces. Dici 2011, des cartes des dangers vont tre mises au point pour toute la Suisse. Elles permettront de mieux localiser les risques principaux et de prendre des mesures appropries. Si certaines zones ne peuvent pas tre protges sans cots disproportionns, il faudra aussi envisager lavenir de restreindre leur utilisation ou dy renoncer entirement.

    2007200420001996199219881984198019761972

    G26 Dgts causs en Suisse par les intempries (crues, laves torrentielles, glissements de terrain, boulements1)Montants corrigs de lin ation (anne de rfrence: 2007)

    Sources: OFEV; WSL/SLF cs

    11 Depuis 2002 Depuis 2002

    Millions de francs3500

    3000

    2500

    2000

    1500

    1000

    500

    0

    0%

    20%

    40%

    60%

    80%

    100%

    Source: OFEV bo

    G27 Degr de ralisation des cartes des dangers en 2008 (en pourcentage de la surface)

    k Non ralisesk Partiellement ralisesk En cours de ralisationEn cours de ralisation

    k Achevesk Acheves et appliques dansk llamnagement du territoire

    Glissements Eboulements Crues Avalanches

    Source: OFEV bo

    G28 Dpenses pour la prvention des dangers naturels moyenne des annes 20002005Montant annuel total: 2,9 milliards de francs

    Elaboration de donnes de basede donnes de base

    4 %

    Prvention45 %

    Prparation de lengagement14 %

    Assurances37 %

    ention

    8

    --

  • 20

    Environnement Suisse 2009

    II. Etat de lenvironnement

    Les activits humaines ont souvent des effets ngatifs sur lenviron-nement. La matrise de ces impacts sera lun des grands enjeux des prochaines annes. Les relations entre les activits humaines et lenvironnement sont examines au moyen danalyses circonstan- cies sappuyant sur des indicateurs. Les explications fournies permet-tent au lecteur de mieux comprendre ces liens parfois complexes, de mme que les dispositions prises.

    Les thmes environnementaux sont abords de faon complter les informations donnes dans la partie I. Les analyses et les explications prsentent une vue densemble de ltat actuel de lenvi-ronnement, de son volution et des mesures engages. Pour de plus amples informations, il est cependant recommand de consulter ldition 2007 du rapport, plus dtaille.

    Les thmes traits sont les suivants : Ressources et flux de matires Energie Transports et mobilit Industrie, production et commerce Mnages, consommation et tourisme Agriculture Qualit de lair Changements climatiques Eaux Sols Paysage et biodiversit Forts Risques naturels Risques daccidents majeurs chimiques et biologiques Bruit et vibrations Sant et environnement.

  • 21

    II. Etat de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    w

    1. Ressources et flux de matiresLensemble des besoins en ressources de la Suisse a augment de 17 % entre 1990 et 2006. Les importations sont de plus en plus importantes, ainsi que les charges environnementales qui leur sont lies ltranger. La prservation des ressources naturelles passe par une politique de gestion durable de lensemble de ces dernires.

    Utilisation des ressourcesNotre prosprit est en grande partie base sur la consom-mation de ressources naturelles. Or lutilisation et la con-sommation croissante de ces matires provoquent de mul-tiples impacts sur notre environnement, lors de leur extrac-tion, de leur transformation, ou lorsquelles retournent dans lenvironnement sous forme dmissions ou de dchets ( F1.1). En 2006, 360 millions de tonnes de matires, soit plus de 47 tonnes par personne, ont t extraites, utilises ou dplaces dans notre pays ou ltranger pour subvenir aux besoins de lconomie et des mnages en Suisse. Ainsi, lensemble des besoins matriels (TMR, Total Material Re-quirement), compos de tous les flux de matires directs et indirects gnrs par les activits conomiques de notre pays1, a cr de 17 % depuis 1990 ( OFS 2008a ). Dans le m-me temps, la population rsidente a cr denviron 11 %.

    La productivit matrielle met en relation la richesse produite avec lensemble des besoins matriels de notre conomie. Si elle a augment au dbut des annes 1990, elle fluctue depuis, sans tendance claire ( G1.1). Il ny a donc pas de dcouplage entre la croissance conomique et luti-lisation de matires. De mme, il ny a pas de dmatriali-

    1 A lexception de lair et de leau.

    sation de lconomie, celle-ci ncessiterait une rduction des matires utilises.

    Les flux directs, soit les matires directement utilises par lconomie, sont composs des matires extraites en Suisse et des importations de matires brutes ou de produits manufacturs. En 2006, ils ne reprsentaient que 31 % du TMR, ou prs de 15 tonnes par personne. Les 69 % restants consistaient en flux indirects, soit les matriaux non utiliss issus de lextraction indigne et les flux cachs lis aux importations. Cette proportion dmontre limportance de ces flux souvent ignors.

    La part indigne du TMR, qui concerne les matires extraites en Suisse, a diminu de 18 % entre 1990 et 2006 pour ne reprsenter plus que 31 % ( G25). Seuls de la bio-masse et des minraux de construction sont extraits dans notre pays, dont le sous-sol ne contient pas de ressources naturelles exploitables comme les produits fossiles ou les mtaux. Lextraction des minraux de construction est fortement lie la conjoncture dans le secteur du btiment. La production de biomasse est influence par les conditions atmosphriques ou les vnements mtorologiques extr-mes; elle tend cependant diminuer.

    La part trangre du TMR, qui porte sur les importations et leurs flux cachs, sest leve de 11 % pendant la mme

    85

    90

    95

    100

    105

    110

    115

    120

    125

    200620042002200019981996199419921990

    G1.1 Productivit matrielle, ensemble des besoins matriels (TMR) et PIB

    Indice 1990 = 100

    Source : OFS ao

    kProductivit matriellekPIB (rel)

    kTMR

    70

    80

    90

    100

    110

    120

    130

    140

    150

    160

    200620042002200019981996199419921990

    G1.2 Importations selon le degr de finition des produits

    Source : OFS ao

    Indice 1990 = 100

    kProduits finiskMatriaux semi-manufacturs

    kMatriaux bruts

  • 22

    II. Etat de lenvironnement1. Ressources et flux de matires

    Environnement Suisse 2009

    priode. Les quantits importes sont en augmentation constante depuis 2000 et ont atteint prs de 50 millions de tonnes en 2006. De plus, leur composition sest modifie. Depuis 1990, les matires brutes ont diminu de 5 %, alors que les produits finis ont cr de 55 % pour reprsenter 36 % du total des importations en 2006 ( G1.2). La Suisse dpend donc de plus en plus de pays tiers, et notre mode de consom-mation, tout comme la tertiarisation de notre conomie, engendrent une dlocalisation grandissante des pressions environnementales hors de nos frontires.

    Mesures Malgr un recyclage croissant des dchets et une incitation produire des biens de consommation prsentant un meilleur bilan cologique ( Chapitre 5), il manque encore en Suisse une politique de gestion durable de lensemble des ressources naturelles. La Stratgie pour le dveloppement durable: lignes directrices et plan daction 20082011 ( Conseil fdral 2008) veut combler cette lacune en met-tant, entre autres, laccent sur la politique intgre des pro-duits (PIP). Selon cette dernire, les produits et les services doivent satisfaire des exigences conomiques, cologiques et sociales sur tout leur cycle de vie. Il sagit en outre de mieux ancrer la PIP dans la loi et de la complter par des mesures cibles permettant dencourager lefficacit mat-rielle. Il devrait ainsi tre possible de stabiliser, voire dabais-ser les quantits de matires directement utilises par per-sonne annuellement. Ceci aurait aussi un effet sur les flux cachs gnrs ltranger. Afin de diminuer ces derniers de faon notoire, la PIP doit tre applique au niveau inter-national. Le Processus de Marrakech sur la consommation

    et la production durables fait figure dquivalent internatio-nal au procd PIP. Il a t mis en uvre suite au sommet de Johannesburg en 2002. Des projets concrets concernant les achats publics durables ou encore dans le domaine de la consommation sont en cours de ralisation.

    F1.1 Schma des comptes de flux de matires en 2006En millions de tonnes

    Input Economie Output

    Elments dquilibrage (intrants) 55

    Elments dquilibrage (sortants) 26

    Reste du monde

    Suisse Reste du monde

    Importations 50Exportations 17Matires

    traversant lconomieExtraction

    indigne 61Emissions dans la nature 60

    Extraction indigne non-utilise 49

    Flux cachs lis aux importations 196

    Accumulation de matires 64

    Source : OFS

    Lantimoine

    Lantimoine entre dans la composition de nombreux produits, tant mtalliques turbines, piles, munitions et cbles que non mtalliques, par exemple comme catalyseur pour la polymrisation de matires plastiques ( F1.2). Ce sont les applications ignifuges qui ont le plus contribu laccroissement des stocks en Suisse. Lusure des plaquettes de freins est considre comme la principale source dmissions diffuses dantimoine (17 tonnes en 2001). Le taux moyen de dpts dantimoine le long des routes principales a t estim 6 tonnes par anne ( OFEV 2007a). Le profil toxicologique de lantimoine est semblable celui de larsenic. Ses effets sur lhomme et lenvironnement sont toutefois peu connus.

    1175 Stock

    F1.2 Flux dantimoine en Suisse en 2001En tonnes

    Source : OFEV 2007

    1470

    Consommation

    +392 400

    +125 0

    700 115 34

    Environnement+34 13

    860

    460

    11

    1530 Stock

    0,52,7

    Gestion des dchets

    Input Economie Output

    Reste du monde

    Suisse Reste du monde

    10 000 Stock

  • 23

    II. Etat de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    8

    2. EnergieCes dernires annes, la consommation dnergie na cess de saccrotre en Suisse. Environ 70 % de lnergie finale provient de produits fossiles, qui doivent tre imports. Cest ce niveau que souhaite agir lOffice fdral de lnergie : il compte rduire de 20 % la consommation dnergie fossile et augmenter de 50 % la part des nergies renouvelables entre 2010 et 2020.

    Consommation dnergieLes importations couvrent quelque 80 % de la consomma-tion dnergie de la Suisse. Elles sont essentiellement consti-tues de ptrole, de gaz naturel et de combustible nuclai-re. Du ct de la production locale, cest de loin la force hydraulique qui arrive en tte. Pour quelle puisse tre uti-lise, lnergie primaire doit tre transforme en nergie finale, ce qui provoque des pertes denviron 20 % ( G2.1 ). La plus grande partie de lnergie qui schappe ainsi est dif-fuse sous la forme de chaleur inutilise.

    Entre 1990 et 2007, la consommation dnergie finale sest accrue de 8 % ( G2.2 ). Durant la mme priode, lhuile de chauffage a recul de 24 %, alors que les carburants ont enregistr une hausse de 14 % et que la consommation de gaz naturel a progress de prs de 65 %. Les produits fossi-les fournissent aujourdhui quelque 70 % de lnergie fi-nale consomme en Suisse. ( OFEN 2008a ). Ce sont les trans-ports qui utilisent le plus dnergie, avec une part de 35 %, les mnages arrivant en deuxime position avec 28 %.

    La part des nergies renouvelables la consommation totale est denviron 18 % ( G2.3 ). Elle na presque pas vari entre 1990 et 2007. Cest la force hydraulique qui en produit la plus grande partie ( 69 % ), le reste provenant de la bio-masse renouvelable ( bois ou biogaz ) et de lincinration des

    dchets, ainsi que de nouvelles technologies comme le so-laire, lolien, la chaleur de lenvironnement et les rejets de chaleur, ou encore de la valorisation des boues dpuration ( OFEN 2008b ).

    La consommation dlectricit a augment de 23 % en-tre 1990 et 2007. Cette dernire anne, particulirement en raison dun hiver doux, elle a rgress de 0,6 % par rapport 2006 ( OFEN 2008c ). Alors que sa contribution la consom-mation finale dnergie tait reste stable 21 % durant les annes 1990, elle a progress par la suite pour atteindre 24 % en 2007.

    Depuis 1990, la croissance de la consommation dner-gie finale a atteint environ 8 % et se rvle donc moins forte que celle de lconomie, qui a progress de prs de 22 %. Lintensit nergtique ( consommation dnergie par prestation conomique ) a ainsi diminu depuis 1990 ( G2.2 ).

    Source: OFEN, Statistique globale suisse de lnergie bt

    100%

    80%

    60%

    40%

    20%

    0%

    100%

    80%

    60%

    40%

    20%

    0%

    11331111

    890100%

    80%

    60%

    40%

    20%

    0%

    100%

    80%

    60%

    40%

    20%

    0%

    Transformations et pertes: 20 % de lnergie primaire

    par utilisateurUtilisation totale dnergiepar agent nergtique

    Consommation finalepar agent nergtique

    Consommation brute dnergie en Suisse

    Ptajoules

    Transports

    Services

    Industrie

    Mnages

    Reste

    Force hydraulique

    Carburants

    Electricit

    Gaz

    Combustibles ptroliers

    Production indigne

    Importations

    Diffrence statistique, y c. agriculture

    Combustible nuclaire

    Reste

    Ptrole brut et produits drivs

    Gaz

    11491141

    865

    G2.1 Consommation brute dnergie, utilisation totale dnergie et consommation finale, 2007

    ConsquencesLa production, le transport et la consommation dnergie peuvent porter atteinte lenvironnement. Les agents ner-gtiques, quils soient dorigine fossile ou biogne, librent non seulement des gaz effet de serre comme le dioxyde de carbone ( CO2 ), le mthane ( CH4 ) et le protoxyde dazote

  • 2

    II. Etat de lenvironnement2. Energie

    Environnement Suisse 2009

    w 8

    ( N2O ), ils polluent aussi lair avec des oxydes dazote ( NOx ), des poussires fines ( PM10 ) ou du dioxyde de soufre ( SO2 ). Dans le cas des oxydes dazote, 90 % des missions sont dues la consommation dnergie, les transports y jouant un rle prpondrant. Le CO2 est le principal gaz effet de serre. Ils provient essentiellement de lutilisation de com-bustibles et de carburants fossiles.

    Par ailleurs, les lignes et les pylnes lectriques, les barrages et les installations oliennes portent atteinte la nature et au paysage.

    G2.2 PIB, intensit nergtique et consommation dnergie

    80

    90

    100

    110

    120

    130

    2007200520021999199619931990

    kPIB (rel)kConsommation dlectricitkConsommation finale dnergiekConsommation de carburantskIntensit nergtique

    Indice 1990 = 100

    Sources: OFS; OFEN, Statistique globale suisse de lnergie et

    G2.3 Part des nergies renouvelables la consommation finale, 2007

    Source: OFEN, Statistique suisse des nergies renouvelables bt

    1 Consommation finale pour la production de chaleur renouvelable. 2 Consommation totale dlectricit renouvelable.

    Soleil 1

    0,13 %

    Chaleur de lenvironnement 1

    0,79 %

    Bois 1

    3,53 %

    Chauffage distance 1

    0,53 %

    Part renouvelable 1

    des dchets0,47 %

    Biogaz 1 0,19 %

    Force hydraulique, photo-voltaque, olienne, etc. 2

    12,6 %

    Consommation finale dner-gie non renouvelable: 81,7 %707 289 trajoules

    Consommation finale dnergie re-nouvelable: 18,3 %158 131 trajoules

    Biocarburants 0,05 %

    MesuresDes mesures damlioration de lefficacit nergtique sont mise en uvre dans le cadre du programme SuISSE ENErGIE pour les annes 2001 2010. Les objectifs de ce programme saccordent avec les exigences de la loi sur le CO2 et les engagements pris par la Suisse dans le cadre du Protocole de Kyoto. En moyenne, pour les annes 2008 2012, les missions de CO2 due lutilisation dagents nergtiques fossiles doivent diminuer de 10 % par rapport 1990 ( Cha-pitre 8 ).

    En fvrier 2008, le Conseil fdral a dcid de fonder sa politique nergtique long terme sur quatre piliers:0efficacit nergtique;0promotion des nergies renouvelables;0remplacement et construction de grandes centrales lec-

    triques;0politique nergtique internationale.Pour donner une base solide ces quatre piliers, lOFEN a labor deux plans daction. Le premier concerne leffica-cit nergtique1, alors que le second traite des nergies renouvelables2. Ces deux documents doivent permettre de rduire de 20 % la consommation dnergie fossile entre 2010 et 2020. Ils fournissent une contribution importante la ralisation des objectifs fixs pour la politique climatique

    jusqu cette date. Simultanment, la part des nergies re-nouvelables la consommation totale doit tre augmente de 50 %; la hausse de lutilisation dlectricit doit tre li-mite 5 % entre 2010 et 2020. Les plans daction prvoient une stabilisation de la consommation lectrique aprs 2020.

    Les ouvrages dapprovisionnement en nergie doivent viter autant que possible de porter atteinte lhomme, la nature et au paysage. Il est donc indispensable de tenir compte, ds le dbut de leur planification, des questions de protection ( OFEFp 2002 ). Les lignes lectriques doivent tre runies lorsquelles peuvent ltre. Il faut viter les zones construites ou bien visibles, les paysages dimportance na-tionale et les rserves naturelles. Lobjectif est dintgrer au mieux ces ouvrages dans le paysage ( DFI 1980 ). Pour les nouvelles lignes lectriques travers les Alpes, on utilisera les corridors existants. Les offices fdraux concerns ont par ailleurs commenc rdiger des recommandations aux cantons et aux communes pour la prise en compte des ins-tallations oliennes dans lamnagement du territoire.

    1 Plan daction pour lefficacit nergtique, OFEN, fvrier 2008.2 Plan daction pour les nergies renouvelables, OFEN, fvrier 2008.

  • 2II. Etat de lenvironnement2. Energie

    Environnement Suisse 2009

    Carburants biognes

    On compte parmi les carburants biognes le biothanol, le biodiesel et le biogaz. Le biothanol est issu de la fermentation de plantes contenant du sucre ou de lamidon, comme la canne sucre, la betterave sucre, le sorgho sucrier ou le mas. Le biodiesel est produit partir dhuiles vgtales ou de colza, notamment. Quant au biogaz, il provient des manations gazeuses des installations de fermentation, ainsi que de la gazification de matires premires renouvelables et de rsidus biognes tels que bois, paille, boues dpuration ou lisier.

    La demande de carburants biognes a fortement augment au cours des dernires annes. En 2006, ils constituaient 0,2 % de lensemble de la consommation de carburants de Suisse. Pendant des annes, ils ont t considrs comme un moyen adquat de rduire les missions de gaz effet de serre.

    Leuphorie est toutefois retombe depuis. Dune part, il a t dmontr que les carburants biognes pouvaient eux aussi polluer considrablement lenvironnement ( Zah et al. 2007 ). Dautre part, ils ncessitent souvent des matires premires qui manquent ensuite pour la fabrication de denres alimentaires et de fourrages. On peut donc penser que les carburants biognes ne constituent pas toujours un meilleur choix que les produits fossiles ( G2.4 ).

    Lutilisation de surfaces de culture supplmentaires nest que lun des effets ngatifs que la production de carburants biognes exerce sur lenvironnement. Sous nos latitudes, lagriculture pollue en raison de lutilisation de machines, dengrais et de pesticides, mais elle provoque aussi des missions directes ( de protoxyde dazote, notamment ). Dans les zones tropicales, en revanche, les dgts causs lenvironnement par lagriculture incluent principalement la perte de biodiversit et les pollutions atmosphriques dues la pratique du brlis; ils sont aussi lis une toxicit plus leve des pesticides utiliss.

    La quantit de gaz effet de serre mis lors de la transformation des vgtaux servant de matire premire aux carburants biognes est nettement plus faible que celle issue de leur culture. Le transport des carburants de leur pays dorigine vers les consommateurs contribue moins de 10 % de lensemble des missions.

    La Suisse est consciente des divers risques sociaux et cologiques que reprsentent ces carburants et sengage donc en faveur dune politique dencouragement limite et clairement dfinie. Elle est le premier pays au monde avoir introduit des critres contraignants pour la dfiscalisation des carburants biognes:

    0Les carburants biognes doivent entraner une nette rduction des missions de gaz effet de serre. De la culture des plantes la consommation du c arburant, cette diminution doit tre dau moins 40 % par rapport lessence fossile.0Les carburants biognes ne doivent pas

    porter lenvironnement des atteintes sensiblement plus grandes que celles lies aux produits fossiles, sur lensemble de leur cycle de vie. On tient surtout compte de la pollution de lair, des sols et des eaux.0Les cultures destines la production

    de carburants biognes ne doivent menacer ni la biodiversit, ni les forts tropicales et autres cosystmes absorbant du CO2.0Lors de la culture des plantes et de la

    production des carburants, la lgislation sociale du pays dorigine doit tre respecte. Les normes dfinies dans les principales conventions de lOrganisation internationale du travail ( OIT ) constituent des exigences minimales.

    Pour lvaluation du bilan cologique global des carburants biognes, les mmes critres sappliquent tous les produits, quils soient indignes ou imports.

    0 200 400 600 800 1000

    G2.4 Carburants biognes et fossiles

    Source : Zah et al, 2007 ct

    kCulturekProductionkTransportkExploitation

    Emissions de gaz effet de serre

    Fossile Gaz naturel EURO3 Essence basse teneur en soufre EURO3 Diesel basse teneur en soufre EURO3Mthane Mthane de bois Mthane de boues dpuration Mthane de dchets biologiques Mthane de fumier + cosubstrat, optimis Mthane de fumier + cosubstrat Mthane dherbe bio-raffinerieBiothanol Ethanol de canne sucre BR Ethanol de mas US Ethanol de bois CH Ethanol de petit-lait CH Ethanol de betterave sucrire CH Ethanol de pommes de terre CH Ethanol dherbe CHBiodiesel 100 % EM dhuile alimentaire usage CH 100 % EM dhuile de soja BR 100 % EM dhuile de soja US 100 % EM de colza CH

    Charge environnementale

    quivalents CO2 (kg/personnes-km) MSE061 (pt/personnes-km)1 MSE06: mthode de la saturation cologique0,150,090,060 0,030,02 0,12 0,18

  • 2 II. Etat de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    3. Transports et mobilitLa voiture prive reste de loin le moyen de locomotion favori en Suisse. Mais elle est aussi responsable de 70 % des missions de CO2 du domaine des transports. Seule une partie des cots provoqus par les transports sont effectivement pays par les personnes qui profitent des prestations. Le reste, soit les cots externes, a t estim 8,5 milliards de francs pour 2005.

    MobilitEn 2005, chaque personne tablie dans notre pays a par-couru en moyenne 15 700 km par voie terrestre. Cette sta-tistique inclut tous les trajets raliss pied ou laide dun moyen de transport, en Suisse comme ltranger. Le moyen de locomotion le plus utilis reste la voiture. En 2005, le vhicule motoris priv a t utilis dans notre pays pour 76 % des trajets ( y compris ceux des personnes rsidant ltranger ). La part des transports publics sest monte 18 % et celle des dplacements non motoriss 6 %. Cette rpartition modale na que faiblement volu depuis 1995, en faveur des transports publics. En 2005, la population rsidante a parcouru 45 % de sa distance journalire moyenne de dplacement pour des activits de loisirs. Les trajets entre lieux de rsidence et de travail constituent moins dun quart du transport de personnes ( OFS/ArE 2007 a).

    Quelque 61 % des marchandises ( en tonnes-kilomtres ) ont t transportes par la route en 2005 ( OFS/ArE 2007 a). Par rapport 1990, le nombre total de tonnes-kilomtres a progress de 31 % ( G3.1 ), alors que la part de la route ga-gnait 3 points de pour-cent. Lintensit de transport (pres-tations de transport de marchandises par unit de PIB) a aussi augment.

    En ce qui concerne le trafic de marchandises travers les Alpes, les volumes transports ont augment de 78 % entre 1990 et 2007, alors que la part du rail a baiss de 81 64 %. Lobjectif de transfert vis, soit un maximum de 650 000 camions traversant les Alpes chaque anne, nest de loin pas atteint: si lon a compt 1,4 million de poids lourds en 2000, il y en a encore eu 1,26 million en 2007. Durant la mme priode, la quantit de marchandises sest accrue de 33 % ( OFT 2007 ).

    La forte augmentation du trafic na pas pargn les airs. Le nombre de mouvements sur les trois aroports nationaux de Genve, Zurich et Ble-Muhlouse a progress de 31 % entre 1990 et 2007. Les dcollages et les atterrissages sont les plus incommodants pour les riverains: ils sont particu-lirement bruyants, consomment plus dnergie que la moyenne et rpandent de grandes quantits de polluants.

    La consommation finale annuelle dnergie des trans-ports a augment de 15 % en Suisse entre 1990 et 2000. Depuis lors, grce une plus grande efficacit nergtique,

    on enregistre un lger recul. En 2006, les transports ont utilis 32,9 % de toute lnergie finale consomme en Suisse ( Chapitre 2 ). Le trafic routier en a exig de loin la plus gran-de part. Plus de 95 % de lnergie ncessaire provenait de produits ptroliers.

    ConsquencesLes missions de dioxyde de carbone ( CO2 ) des transports se sont montes en 2006 15,9 millions de tonnes, soit 35 % des missions de CO2 de la Suisse. Entre 1990 et 2000, elles se sont accrues de plus de 8 %; depuis, elles sont restes plus ou moins constantes ( G3.2 ). Le trafic routier est res-ponsable de 97,2 % des missions de gaz effet de serre des transports ( sans les vols internationaux ). Environ 70 % de ces missions de CO2 proviennent des voitures de tourisme ( Chapitre 8 ).

    Dans le trafic individuel motoris, les rejets de CO2 par personne-kilomtre ont recul de 13 % entre 1990 et 2006, du fait des progrs techniques des vhicules. Cette amlio-ration a toutefois t rduite nant par laugmentation du trafic. Avec 8,84 l pour 100 km, la consommation de carbu-rant des voitures de tourisme reste plus leve en Suisse que dans les 15 pays de luE ( OFEN/OFEV 2007 ). Notre pays se classe aussi trs mal si lon ne considre que les nouveaux vhicules, avec une consommation de 7,43 l pour 100 km en 2007, et les missions de CO2 que cela implique ( OFEN 2008d ). Comme pour les gaz effet de serre, une rduction supplmentaire est ncessaire pour les oxydes dazote ( NOx ) et les poussires fines ( PM10 ) si lon souhaite atteindre des objectifs cologiques raisonnables ( Chapitre 7 ).

    Les transports sont aussi la premire source de bruit de Suisse. Plus de trois quarts des dpassements des valeurs limites lis ce domaine peuvent tre attribus au trafic routier ( Chappitre 15 ). Par ailleurs, les routes, les voies ferres et les arodromes clturs morcellent les habitats. Ils em-pchent ainsi le fonctionnement des rseaux cologiques et contribuent aussi au recul de nombreuses populations animales ( Chapitre 11 ).

    Une partie des cots engendrs par lutilisation des moyens de transport nest pas prise en charge par les per-sonnes qui profitent de ces prestations, mais par lensemble de la socit. Ces cots externes incluent notamment les consquences pour lenvironnement, le climat et la sant,

  • 2II. Etat de lenvironnement3. Transports et mobilit

    Environnement Suisse 2009

    w

    ainsi que les dgts causs aux btiments. Pour 2005, le total des cots externes des transports a t estim 8,5 mil-liards de francs, dont 8,1 milliards pour la route et 0,5 mil-liard pour le rail ( ArE/OFEV 2008 ).

    200520001990 200520001990

    30 000

    25 000

    20 000

    15 000

    10 000

    5 000

    0

    1 Tonnes-kilomtres nettes: sans le poids des vhicules de transport de marchandises (et remorques), des conteneurs et des caisses mobiles en transport combin. Source des facteurs de rduction: OFT

    G3.1 Prestations de transport

    Source: OFS, Statistique suisse des transports ao

    kDplacements non motorisskTransports routiers privs motorisskTransports routiers publicskChemins de fer120 000

    100 000

    80 000

    60 000

    40 000

    20 000

    0

    Trafic voyageursMillions de personnes-kilomtres

    Trafic marchandisesMillions de tonnes-kilomtres

    kRoutekRail1

    G3.2 Emissions des transports routiers

    Source: OFEV br

    20

    40

    60

    80

    100

    120

    2005200019951990

    Indice 1990 = 100

    kCO2, trafic routier (personnes)kNOx, trafic routier (personnes)

    kCO2, trafic routier (marchandises)kNOx, trafic routier (marchandises)kParticules, gaz dchappement

    MesuresLa politique suisse des transports se fonde sur le principe du dveloppement durable. Les infrastructures devraient rpondre aux exigences concernant la mobilit, les cots, lefficacit et le service public, sans porter atteinte lenvi-ronnement. Il faut systmatiquement tirer profit des avan-tages des diffrents types de mobilit en encourageant les transports publics, en dveloppant les dplacements non motoriss et en transfrant le trafic de marchandises de la route vers le rail. Il sagit de rduire les nuisances pour len-vironnement et de diminuer la consommation dnergie ( DETEC 2005 ). Par ailleurs, les diffrents modes de trans-ports doivent couvrir non seulement leurs cots dexploi-tation, mais galement leurs cots externes.

    Les exemples ci-dessous montrent quel type de mesu-res permettent de mettre en uvre ces principes:0La redevance sur le trafic des poids lourds lie aux pres-

    tations ( RPLP ) a t introduite en 2001 et sapplique aux camions dun poids suprieur ou gal 3,5 tonnes.0Afin de rduire les missions de CO2 du trafic routier, les

    carburants prsentant un bilan cologique global favo-rable comme le biogaz, le biothanol et le biodiesel ont t exempts de limpt sur les huiles minrales; limpo-sition du gaz naturel et du gaz liqufi a quant elle t rduite.0Une srie de mesures sont prvues dans le plan daction

    contre les poussires fines ( PM10 ). En fait notamment par-tie le remboursement de limpt sur les huiles minrales pour les entreprises de transport concessionnaires qui ont quip leurs vhicules diesel de filtres particules.

    0Les critres de consommation dnergie et de pollution pour les vhicules ( KeeF ) permettent dvaluer les nui-sances que les voitures de tourisme causent lenviron-nement. Ils servent de fondement pour passer de lti-quette Energie une tiquette Environnement . Lintroduction de cette dernire est prvue pour 2010. ( OFEV 2008 a).0LOffice fdral des routes ( OFrOu ) a publi en 2001 une

    directive concernant la planification et la construction de passages faune travers les voies de communication. Ce document prvoit comme principale mesure la rha-bilitation des corridors faunistiques dimportance natio-nale.0De 2008 2028, la Confdration veut soutenir des projets

    de dveloppement des transports dans les agglomra-tions pour un montant total de 6 milliards de francs, tir du fonds dinfrastructure. Elle couvrira entre 30 et 50 % des cots. Les projets de construction doivent notamment contribuer rduire les atteintes lenvironnement. Le Parlement dcidera de lutilisation finale de ce finance-ment.0Plusieurs mesures ont t prises pour rduire le bruit des

    transports sa source, sur son chemin de propagation et lintrieur des btiments. Sy ajoutent des mesures damnagement du territoire. Le dveloppement de v-hicules silencieux, de pneus moins bruyants et de rev-tements routiers absorbant les sons recle un potentiel supplmentaire de lutte contre le bruit.

  • 2 II. Etat de lenvironnement

    Environnement Suisse 2009

    4. Industrie, production et commerceBien que les entreprises aient pris de nombreuses mesures pour protger lenvironne-ment, toutes les consquences ngatives ne peuvent tre cartes. Les effets de certains produits chimiques restent mconnus et lassainissement des anciennes dcharges pour dchets spciaux cotera plus dun milliard de francs.

    Industrie et servicesCes dernires annes, lagriculture et la sylviculture ( sec-teur primaire ) ont encore recul ( G4.1 ), tandis que la part de la construction et de lindustrie ( secteur secondaire ) au produit intrieur brut ( PIB ) est reste stable environ 27 % depuis 2000. Dans certains domaines comme la chimie, lhorlogerie ou les instruments de prcision, la valeur ajou-te brute volue de manire trs dynamique. La part des services est elle aussi reste plus ou moins stable depuis 2000: le secteur tertiaire engendre quelque 71 % du PIB. En chiffres absolus, le secondaire et le tertiaire ont toutefois enregistr une hausse de leur valeur ajoute brute.

    Organismes gntiquement modifis

    Lutilisation dorganismes gntiquement modifis ( OGM ) en milieu confin a trs fortement augment dans les annes 1990. Elle a atteint un pic en 2006 avec prs de 1400 activits. Les OGM sont utiliss dans la recherche, pour le diagnostic et dans la production industrielle et pharmaceu

    tique. En Suisse, quelque 1800 activits sont enregistres. A fin 2005, environ 60 % dentre elles concernaient en partie ou uniquement la production ou lemploi dOGM ( G12 ). Les 40 % restants nutilisaient que des organismes pathognes ( OP ).

    Atteintes lenvironnementLes diverses activits conomiques ont des consquencespour lenvironnement. Ce sont les principales responsables de la production de composs organiques volatils et ellescontribuent aussi lmission de poussires fines ( PM10 ).Lindustrie et les services provoquent plus de 30 % des missions de CO2, sans tenir compte du trafic quils gnrent. De plus, ils contribuent la contamination des eaux uses. Lesdomaines ci-dessous mritent une attention particulire:

    -

    Produits chimiques: Lindustrie chimique et pharmaceuti-que constitue depuis longtemps la principale branche dex-portation de la Suisse. Lutilisation de produits chimiques recle cependant des risques, en raison de leur grand nom-bre et de leur varit, ainsi que de la forte consommation qui en est faite. Selon une enqute ralise en