Entreprise 2.0 : Le livre blanc

download Entreprise 2.0 : Le livre blanc

of 115

  • date post

    12-May-2015
  • Category

    Documents

  • view

    4.214
  • download

    19

Embed Size (px)

description

I participated in a collective White Paper that deals with Enterprise 2.0 in France. My section is on E2.0 and social CRM. Further info here: http://poncier.org/blog/?p=2495

Transcript of Entreprise 2.0 : Le livre blanc

  • 1.Social Innovation : La puissance des communauts pour InnoverLEntreprise est au cur dune socit en pleine transformation. Transformationdes modes de vie, des usages et habitudes de consommation ; dmultiplicationdes offres disponibles, justifiant lapparition de nouveaux modes dapproche, defidlisation et de nouveaux types de services ; disponibilit et abondance desflux dinformation ; interactions continues. Chaque jour, naissent denombreuses innovations qui deviennent quasi instantanment partie intgrantede notre quotidien.Au sein de lentreprise, lvolution des attentes des collaborateurs, lmergencede nouveaux modles conomiques, larrive des gnrations en rseau ,lexigence de comptitivit, font apparatre de nouveaux besoins et usages.Pour tre plus agile et rester en avance de phase, lentreprise doit souvrir etraisonner au rythme des transformations du monde. Il devient indispensabledinventer de nouvelles faons dimaginer, crer et innover collectivement, enconnectant les savoirs, les comptences et les talents.Lentreprise doit galement apprendre rvler, reconnaitre et rendre visiblesles expertises de manire plus dynamique, tout en intgrant les contributionsindividuelles et collectives. Bien plus que le dploiement dun ensemble doutils,cest lmergence dun nouvel tat desprit centr sur louverture et le collectif,sur le partage et la capitalisation dynamique des connaissances, positionnantainsi le collaborateur au cur du dispositif.

2. Au sein de lEntreprise 2.0, la manire dapprendre, de se former, dinteragir etde comprendrevolue.Paralllement,lentreprisedoit devenirunenvironnement propice aux changes et la connexion des ides, tout enorganisant limmense proprit intellectuelle disponible. Trouver les moyens deconnecter ensemble les quipes, les processus, les informations, les donnes,les expriences virtuelles : tout cela devient possible en permettant auxdiffrentes organisations et mtiers dlargir leurs horizons, dinteragir etcollaborer de manire transverse pour favoriser linnovation.Favoriser linnovation, cest encore tendre les frontires de lentreprise en yintgrant tout son cosystme de clients, de partenaires, dutilisateurs pourfusionner continuellement limaginaire des consommateurs et utilisateurs aveccelui des concepteurs.Permettre tout un chacun de prendre activement part au processusdinnovation, quil sagisse du collaborateur, du client, du fournisseur, delutilisateur final, voire du citoyen. Telle est la stratgie de Social Innovation de Dassault Systmes (DS), dont la mise en uvre a t acclre il y a plusde deux ans par le dploiement global de la plateforme communautaire DSSwYm, travers toutes les organisations du Groupe.Quelques entreprises se sont dj engages dans cette transformation 2.0 quiconcernera demain les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs.LEntreprise 2.0 devient ainsi le catalyseur dune innovation durable.Pascal Daloz est directeur gnral adjoint de Dassault Systmesen charge de la Stratgie et du Marketing. Il a auparavant occuppendant six ans le poste de vice-prsident R&D de DassaultSystmes.Pascal possde une exprience en stratgie acquise au sein descabinets de conseil et dinvestissements bancaires, dont cinq anspasss au Crdit Suisse First Boston, en tant que conseiller eninvestissements bancaires auprs de grands groupes et de PME dumarch des NTIC. Pascal Daloz a galement pass cinq ans chezArthur D. Little. Il est diplm de lcole des Mines de Paris. 3. Si on parle de lentreprise 2.0 depuis 2006, date laquelle le terme a tinvent par Andrew McAfee, on peut voir que cette anne 2010 marque denombreux retours dexprience en France. Bien sr, ce terme est plus employsur le web que dans les entreprises, mais quelle que soit son appellation, lersultat est l : il existe aujourdhui un nombre significatif et croissant de projetsde ce type. Il semblait donc important de faire un point sur le sujet, avec desvisions diffrentes, puisquelles seront portes par des consultants, desoprationnels et des diteurs.Bien souvent la vision de lentreprise 2.0 se rduit une vision outils, avec lamise en place dune plateforme collaborative ou dun rseau social dentreprise(RSE) et dans une vision uniquement interne. A savoir la mise en place deprocessus collaboratifs autour de ces outils, avec les impacts que cela peutavoir sur lorganisation et ses modes de gouvernance. Jai voulu ici revenir surlensemble des dimensions que porte lentreprise 2.0 et qui fait delle uneentreprise globale reposant daprs moi sur 3 dimensions.Commenons par la plus rpandue, celle qui repose sur la mise en rseau delentreprise, visant faire travailler les employs de manire collaborative, cettedernire prenant souvent la forme de communauts. Il ne sagit pas dune 4. exprience pilote ou dune couche supplmentaire ajoute dautresprocessus, mais bien de la colonne vertbrale de lorganisation, autour delaquelle sorganise lensemble des processus de lentreprise.La seconde dimension concerne la gestion des parties prenantes externes,comme les clients ou les partenaires dans le cadre dun communitymanagement Cest--dire que contrairement la gestion dune prsence surles medias sociaux, on gre un espace soi (un espace que lon gretotalement, pas une page Facebook) o lon est libre de fixer ses propres rgleset de grer sa communaut. Cest de cette dernire que vont tre le plussouvent issus vos ambassadeurs/avocats. L encore, il sagit de sorganiseravec ces derniers, de manire collaborative, afin de produire des interactionsgagnantes pour lensemble des parties, pouvant par exemple aboutir de la co-cration.Enfin la troisime dimension porte sur lengagement sur les mdias sociaux delentreprise. Elle ne vit pas en autarcie, elle est connecte au reste du monde,notamment par les mdias sociaux, pour reprendre la clbre formule no oneis an island . Cet engagement commence avant tout par de la veille, afin depouvoir interagir. Que ce soit pour trouver une ide, vous faire connatre,trouver des clients, rpondre vos dtracteurs Bref, il sagit de produire de lavaleur pour votre entreprise, pas uniquement par lintermdiaire dunconversation manager, mais bien avec lensemble des collaborateurs delentreprise.Pour conclure, je voudrais remercier deux personnes qui mont aid dans lescoulisses de ce projet, Frdric Domon pour la mise en page et le graphisme etTarik Lebtahi pour son aide pour obtenir cette prestigieuse prface. Et bien sr,merci tous les contributeurs qui ont rendu cet ouvrage possible.Bonne lecture tous. 5. P2 Prface par Pascal DalozP9 Formation par Claire LeblondP 14 Positionnement dans le SI par Ccil DijouxP20Plateformes collaboratives par Arnaud RaynoleP26ROI par Bertrand DuperrinP32Conduite du changement par Frdric CharlesP41Relations sociales par Vincent BerthelotP46Gouvernance et management par Anthony PoncierP52Veille par Aref Jdey 6. P56Gestion des connaissances par Christophe DeschampsP60Storytelling par Camille AlloingP65Social learning par Frdric DomonP71Innovation participative intgre et responsable par Muriel GarciaP76Communauts internes et RSE par Fabrice Poiraud-LambertP83BtoB par Alain GarnierP87Personal Branding par Fadhila BrahimiP94Gnration Y par Julien PougetP99Marque employeur par Franck La PintaP104 Social CRM par Mark TamisP109 Mdias sociaux par Emilie Ogez 7. SKEMA Business School est une cole issue de la fusion entre le CERAM deSophia et lESC-Lille. Dans sa stratgie SKEMA met un point dorgue formerde futurs managers, pionniers de lconomie de la connaissance, capablesde comprendre leur environnement, de sy adapter et de gnrer de laperformance durable .Il sagit alors pour tous les collaborateurs de cette cole, de former desmanagers 2.0 qui collaborent et partagent pour crer de la valeur ensemble. Ilne sagit pas simplement dexploiter des outils mais bien de sapproprier desusages rendant les tudiants qui auront dcid de participer, vanglisateursen entreprise et aptes rpondre aux nouvelles attentes de ces entreprises,tout en tant conscients des impacts sur lenvironnement.Lquipe des Geemiks (animatrices de communaut - documentalistes SKEMA), qui avait jusqu prsent le rle de connecter les individus et 8. linformation (ouvrages, bases de donnes, plateforme pdagogique, portaildinformation, univers thmatiques, formation aux ressources,), se concentredsormais sur un second niveau de connections : les individus entre eux(tudiants-enseignants-intervenants-collaborateurs-entreprise).Cest diremettre en relation, favoriser les connexions entre les personnes dun rseau,crer des espaces et des supports pour faciliter le partage, lchange et lacontribution.Lobjectif est que chacun dveloppe son propre cosystme qui nest plusseulement informationnel maisaussi social,sappuyant surlaprofessionnalisation des pratiques et usages du Web.Cette seconde phase se concrtise aujourdhui par le dveloppement dunconcept (La Fuse), destin apporter toutes les conditions requises ladcouverte et laffirmation de talents - donner la possibilit nos publics devaloriser des comptences, des passions, des valeursLe dveloppement de ce concept consiste dune part la ralisation dun lieufavorisant le partage et tenant compte des conditions, des lieux et des temps detravail des individus, et dautre part la proposition de nouveaux formatsdapprentissages intgrant un processus dindividuation au profit du collectif.Le lieu existe physiquement sur le campus de Lille. Il a la particularit dtremodulable. Il permet de rassembler toutes les conditions pour les diffrentesphases dun projet : du brainstorming la prise de dcision, en noubliant pasles besoins individuels avec la mise en place de lieux et dambiancesfavorables la dtente, le lecture, lchangeCe lieu physique est laboutissement dune longue rflexion qui se complte parun espace virtuel dans le but de casser les contraintes physiques par le Web.SKEMA est implante dans plusieurs pays et il tait donc ncessaire doffrir auxquipes distantes la possibilit de partager. 9. Si le lieu physique nexiste pas encore sur le campus parisien, le c