Ecriture,g©om©trieet dessinfiguratif, essai delecture d ... « mapa » derivado...

Ecriture,g©om©trieet dessinfiguratif, essai delecture d ... « mapa » derivado de la tradici³n
Ecriture,g©om©trieet dessinfiguratif, essai delecture d ... « mapa » derivado de la tradici³n
Ecriture,g©om©trieet dessinfiguratif, essai delecture d ... « mapa » derivado de la tradici³n
Ecriture,g©om©trieet dessinfiguratif, essai delecture d ... « mapa » derivado de la tradici³n
download Ecriture,g©om©trieet dessinfiguratif, essai delecture d ... « mapa » derivado de la tradici³n

of 4

  • date post

    30-Nov-2018
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Ecriture,g©om©trieet dessinfiguratif, essai delecture d ... « mapa » derivado...

  • Ecriture, gomtrie et dessin figuratif,essai de lecture d'une carte grecque

    Christian JACOB

    RESUME Le commentaired'une carte drivant

    de la tradition antique permet de rflchir sur l'interactiondu dessin gomtrique, de l'cri-ture et de la dcoration, sur la juxtaposition de savoirs diffrents -cosmologique, gographique,eschatologique-, sur la com-plexit de l'activit de dchiffre-ment exige du lecteur . Onpose le problme de la nature etde la fonction de la carte, de sonpouvoir pdagogique etspculatif.

    " ANTIQUITE" ECRITURE" GEOMETRIE" GRECE ANCIENNE" LECTURE DE LA CARTE

    ABSTRACT To comment a map built up

    from Antique tradition allows toreflect on the total intertwining ofgeometry, written signs anddesign, the partnership betweendifferent fields of knowledge -cosmology, geography,eschatology-, and on the skillrequired from map-reader. Thenature and the purpose of themapare discussed here.

    " ANCIENT GREECE" ANTIQUITY" GEOMETRY" MAP-READING" WRITTEN SIGNS

    RESUMEN El comentario de un mapa derivado

    de la tradicin antigua permitereflexionar sobre la interaccindel dibujo geomtrico, de la escri-tura y decoracin, sobre la yuxta-posicin de saberes distintos -

    cosmolgico, geogrfico,escatolgico-, sobre la comple-jidad de la actividad de descifra-miento que se le exige al lec-tor . Se plantea el problema dela naturaleza y funcin del mapa,de su poder pedaggico yespeculativo.

    " ANTIGUEDAD" ESCRITURA" GEOMETRIA" GRECIA ANTIGUA" LECTURA DEL MAPA

    L'historien doit se dfier de l'vidence qu'une carte esttoujours une carte. Analyser les composantes graphiqueset la configuration visuelle du document, sans porter dejugement sur son contenu gographique, permet de dcou-vrir la finalit intellectuelle et les usages potentiels de lacarte. Nous nous limiterons l'tude d'un document par-ticulier pour tenter de comprendre ce qu'tait une carte l'poque alexandrine, pour interroger galement la poly-smie du verbe graphein, constamment employ par lesgographes pour dsigner les tracs de la carte. Ce verbe,extrait de son contexte, ne permet pas de dduire la naturede l'inscription : seule l'indication du support (tablette,stle, tableau) et surtout du complment d'objet direct (let-tres, figures, ligne, image) indique qu'il s'agit d'un texte,d'un trac gomtriqueou d'une peinture figurative. LesGrecs englobent dans une mme catgorie graphique ces trois oprations aujourd'hui distinctes. Nous vou-drions montrer que la carte est exemplaire de ce syncrtisme.

    Neuf manuscrits byzantins renfermant les scholies desTables Faciles de Ptolme offrent le schma reproduitici (I). Aucun de ces manuscrits n'est antrieur au XIIIeou au XIVe sicle, mais cette carte reprend vraisem-blablement un prototype trac en Egypte entre le ICT et leIll' sicle de notre re (2). On note en outre l'absence detoute rfrence la gographie biblique ou chrtienne et,dans le cadre cosmologique et la dnomination des vents,l'absence d'influence latine. Cette carte se prsentecomme un montage de lignes et d'inscriptions verbales.La forme circulaire permet, le long de la couronne qui

    circonscrit l'ensemble, d'numrer les dix vents. Cette rose des vents dtermine l'orientation de la carte .Le disque ainsi dlimit et orient est partag en six zonespar cinq lignes horizontales. De haut en bas, nous lisons cercle arctique, tropique d't, cercle quatorial, cer-cle d'hiver, cercle antarctique . Tel est le cadre habitueldes cartes hellnistiques. Les cinq lignes horizontales,parallles et quidistantes, sont traverses par un axe per-pendiculaire reliant les deux ples. Du coucher d'hiver aulevant d't, la ligne oblique de l'cliptique traverse le cen-tre du cercle. La carte proprement dite ne comprendque quelques lieux. Un rectangle malhabilement trac che-vauche en biais le tropique d't : l'intrieur, une sriede noms : bas du pays, Heptanome, Syne, Hiera Sukamenos, lac Mero (3) . Nous avons l une liste orien-te, et il appartient au lecteur d'identifier l'espace englo-bant, schmatis sous la forme d'un rectangle l'Egypte.Sous le cercle arctique, la mention Persis domine un demi-cercle dont la base repose sur le tropique d't, avec l'ins-cription quelque peu redondante : Golfe Persique del'Erythre . Peut-tre s'agit-il de la condensation, sousla main du copiste, des noms de la Mer Erythre et dugolfe Persique. Contrairement l'Egypte, la Perse n'a pasd'espace, mais se trouve localise par rapport un rivage.La zone comprise entre l'quateur et le tropique d't

    est partage en deux par l'axe polaire. Dans la moiti occi-dentale, on lit Ocan Ethiopique (prcd de Libye sur quatre manuscrits) et Mer Ethiopique .Dans la moiti orientale, on lit Ocan Indien . Tel-les sont les indications portes sur l'hmisphre nord decette carte .

  • Entre l'quateur et le tropique d'hiver, l'est de l'axepolaire, se trouve inscrit : mer torride non navigable et ocan de l'antoekoumne . Entre le tropique d'hiveret le cercle arctique, nous lisons l'ouest de l'axe polaire zone tempre de l'antoekoumne, habite par ceux quivivent sous la terre . A l'est de l'axe polaire, une ins-cription chiffre : la rgion entre le tropique d'hiver etle (cercle) antarctique est en latitude de 40 stades (4).Cette oekoumne des antipodes est dlimite par une lignebrise qui dessine, de part et d'autre de l'axe polaire, deuxfigures trapzodales dont la base repose sur le cercleantarctique. Leurs angles aigus, en se rejoignant l'inter-section de l'axe polaire et du cercle antarctique, dlimi-tent un triangle, pointe tourne vers le sud et base dirigevers le nord, avec la mention mer de l'antoekoumne .Ce triangle entame, approximativement d'un quart, uncercle dont le centre se situe peu prs sur l'intersectionde l'axe polaire et du cercle antarctique : le demi-cercleinfrieur porte la mention Lac Achron . Au-dessus,les deux rgions dlimites par le triangle de la mer desantipodes portent les inscriptions Fleuve Pyriphigthon (sur la gauche) et Fleuve de Lth (Oubli) . Ils'agit donc d'une reprsentation des Enfers.

    Cette carte constitue un dispositif graphique complexe. Il y a d'abord une armature gomtrique : cer-cles tracs au compas, lignes traces la rgle et se cou-pant angle droit. Une surface rectangulaire, l'Egypte,introduit un peu d'irrgularit dans l'ordonnance deslignes droites elle est cependant parallle au segment dedroite oblique qui dlimite la mer de l'antoekoumne. Ladlimitation des mers de l' hmisphre sud par uneligne brise obit un strict principe de gomtrie. Dis-positif gomtrique, certes, mais envahi par l'criturenoms des vents, qui se dploient sur la priphrie de laterre et contraignent le lecteur faire tourner le documentdans ses mains ou incliner la tte pour lire les vents del'hmisphre sud, crits l'envers, comme il se doit pourle monde des antipodes ; inscriptions nommant les axesde la sphre terrestre, les rgions et les mers, l'ensembletant rgi par l'horizontalit des cercles parallles. Lanomenclature du rectangle gyptien perturbe cet ordrevisuel en se pliant l'orientation oblique (nord-est/sud-ouest) de la figure. Chacune des zones dlimites par l'axepolaire et les cercles parallles porte sa lgende graphi-que, avec une surcharge vidente pour les rgions les plusmridionales qui sont aussi les moins connues : enfers,antipodes, mer inaccessible. Soulignons d'ailleurs les dif-frents niveaux de lecture de cette nomenclature : elle nese situe pas sur un espace homogne, mais runit la dsi-gnation abstraite des cercles de la sphre, la dnomina-tion empirique et localise des vents, la dnomination deslieux gographiques (cette carte nomme des points, dessurfaces, des fleuves) soit par un nom propre soit par unepriphrase. Les noms des cercles de la sphre, en particu-lier, s'talent de part et d'autre de l'axe polaire. Alors queles formes de l'Egypte et du golfe Persique n'interrom-pent pas la ligne du tropique d't, le nom thrinos tropik(os) vite toute collusion malencontreuse avec lanomenclature gographique et se trouve fragment. Surla mme ligne, on lit : tro (Eruthrs) pik.

    Ce graphique parat avoir pour fonction essentielle desituer l'Egypte par rapport son environnement imm-diat (la Perse, les mers voisines) et dans le cadre globalde la sphre terrestre. Deux niveaux de lecture sont dslors distinguer : d'une part une lecture topographique,d'autre part une lecture cosmologique, o le pays gyp-tien est situ par rapport au reste du monde.

    Quelle est en effet la finalit intellectuelle de ce dispo-sitif? Il s'agit en premier lieu d'un schma condens del'organisation en zones de la sphre terrestre, dont les cer-cles et les axes reproduisent ceux de la sphre cleste. Telssont les rudiments du savoir cosmologique, que touthomme cultiv se devait de matriser (5). Les noms desvents indiquent les quatre points solsticiaux, les extrmi-ts de l'quateur et des cercles polaires. Un double systmed'orientation se trouve ainsi mis en place, par rapport la course du soleil et aux vents. Notons d'ailleurs le carac-tre singulier de cette rose aux 10 vents, qui adopte uneposition mdiane entre les 8 vents d'Aristote et les12 vents de Timosthne (6). Ce sont peut-tre des con-traintes esthtiques ou de lisibilit qui ont conduit nepas surimposer des noms de vents aux deux ples de lasphre, dj dsigns par les mentions ple nord et ple sud . La prsence de l'antoekoumne matrialiseune thorie admise par les savants hellnistiques, notam-ment Crats de Mallos qui affirme l'existence de quatremondes sur la sphre. Le terme de antoikoumen est d'ail-leurs employ juste titre, puisqu'il dsigne les habitantsde la zone sud dans le mme hmisphre. L'ensemble dudessin encadre et situe les seules rgions habites mention-nes, l'Egypte et la Perse. Ces deux pays sont situs parrapport aux ples, aux vents, aux cercles de la sphre, maisaussi par rapport aux antipodes.

    Cette carte est fondamentalement elliptique. La clturedu trac circulaire et la grille des lignes de la sphre ter-restre