Economie Européenne

Click here to load reader

  • date post

    19-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    22
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Economie Européenne. arrêter les conflits qui viennent tous les 20 ans ravager l’Europe. Les origines du projet européen: La paix et la prospérité économique partagée. Les étapes de l’intégration économiques européennes - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of Economie Européenne

  • Economie EuropenneLes origines du projet europen:La paix et la prosprit conomique partagearrter les conflits qui viennenttous les 20 ans ravager lEurope.

  • Les tapes de lintgration conomiques europennes

    Premier jalon, la CECA (1951). Organisation entre les 6 pays signataires de laccord France Allemagne Benelux dune organisation intgre dans la production de charbon et daciers, les industries lourdes essentielles la fabrication darmement.

    Trait Euratom en 1957, sign par les 6 membres de la CECA.

    Trait de Rome de 1957 instituant le Communaut conomique Europenne (CEE). tapes importantes: Libre changeMarch communUnion douanireUnion montaire

  • 1962 Mise en uvre de la Politique agricole commune, politique dintervention sur les prix visant stabiliser le pouvoir dachat des agriculteurs et favoriser une industrialisation du secteur afin datteindre lindpendance alimentaire. Limites de la PAC, la fin des annes 70 et dbut 80 surproductions importantes, mise en uvre quotas de production, mise en jachre. Critiques plus rcentes lagriculture intensive est dfavorable lenvironnement et la sant.

    1972 Mise en uvre du serpent montaire. Labandon du systme de change fixe de Bretton Woods (1944) par les tats-Unis en 1971 consquences de la Guerre du Vit Nam et du dveloppement des euros marchs. Ceci conduit les Europens recrer entre eux un systme de change fixe pour favoriser leurs changes commerciaux. Prcurseur du SME de 1979 et de leuro, le dispositif ne parvient pas compltement ses objectifs de stabilit, car lenvironnement international est trs instable crise ptrolire 1973, variation forte du dollar.

  • 1979 Systme montaire europen. Cration de lECU, monnaie dchange entre les Banques centrales qui interviennent mutuellement pour sauvegarder leur parit respective. Le SME est plus efficace que le serpent pour stabiliser les monnaies entre elles. Il traverse le second choc ptrolier, contribue un rapprochement des politiques conomiques et participe la rduction de linflation.

    Il sagit de la quatrime tape travers la coordination des politiques conomiques. A son lancement, lavis gnral tait quil ne tiendrait pas longtemps. Mais le systme reste incomplet. Cest pourquoi on va dcider au dbut des annes 1990 lorsque le SME est attaqu par les spculateurs. Pour viter que les monnaies soient joues, les uns contre les autres, la solution consiste a abandonner les monnaies nationales au profit dune seule monnaie. Cest ltape de lUEM, lunion conomique et montaire avec la cration de leuro.

  • 1986 Acte unique instituant le march unique. Les effets du trait de Rome travers le march commun spuisent la fin des annes 70 dbut 80s. Les barrires non tarifaires limitent la poursuite de lintgration marchande. Le marcha unique doit aboutir la libre circulation complte des marchandises, des services, des hommes et des capitaux. LA relance de lintgration europenne est largement lie aux difficults rencontres par la France lors de la relance de 1981. Face la contrainte extrieure, une politique mene seule et contrecourant devient contreproductive.

    1992 Trait de Maastricht et les 5 conditions dintgration Le taux dinflation ne doit pas excder de plus de 1,5% celui des trois pays membres ayant les plus faibles taux dinflation ; le dficit budgtaire doit tre infrieur 3% du PIB ; un endettement public infrieur 60% du PIB ; les taux dintrt rels long terme ne doivent pas excder de 2% celui des trois pays membres ayant les plus faibles ; pas de dvaluation montaire dans les deux annes prcdant lintgration lunion montaire, 1999 introduction de leuro monnaie scripturale, 2002 euro monnaie fiduciaire.

  • On remarque une rduction du poids de la dette dans le PIB, pour la plupart des pays depuis 1997, facilit par la reprise de la fin des annes 1990 tire par la bulle internet. Mais cest une convergence limite.

    malgr une diminution marque de puis 1993 la Grce, lItalie et la Belgique, les dettes souveraines sont autour des 100% du PIB en 2008.

  • Les limites lintgration conomique et montaire

    LUEM nest pas une zone montaire optimale (Mundell [1961]).

    Quels sont les couts et avantages pour un pays de participer une union montaire?

    Mundell dveloppe en 1961 une analyse cot-bnfice de l'union montaire.

    Lavantage de l'adoption dune monnaie unique est la rduction de lensemble des cots de transaction quentraine l'existence de plusieurs monnaies, et le gain en liquidit de la monnaie. Le dsavantage est la perte de linstrument du taux de change entre les membres, qui permettait dabsorber les chocs spcifiques qui entrainaient des consquences asymtriques pour les pays membres de lunion, en raison de diffrences de structures conomiques.

  • Les critres traditionnels pour former une zone montaire optimale sont lis la mobilit sur le march du travail (Mundell, 1961) et du capital (Scitovsky, 1958), louverture commerciale (McKinnon, 1963) et la diversification des productions (Kennen, 1969).Il faut une relle mobilit des facteurs de production lintrieur de la zone lie aux condition de loffre et de la demande.

    Une rallocation de la main duvre permettrait un ajustement aux chocs asymtriques en labsence de linstrument du change. (Mundell. 1961)[1]

    Critre de la zone montaire analyse:Les pays dont la production et les exportations sont plus diversifies et qui ont un systme de production similaire sont plus mme de former une union montaire. (Kenen. 1969)[2].[1] A theory of optimum currency areas, in The American Economic Review, novembre (1961))[2] The theory of optimum currency areas: an ecletic view, in Mundell, R., Swoboda, A.(eds), Monetary Problems of the international economy, Chigaco University Press (1969))

  • Sans ces conditions, la perte dautonomie de la politique de change ne peut tre compense par les gains de lunion montaire pour faire face aux chocs asymtriques.

  • Cette insuffisance se trouve renforce ds lors que lunion montaire favorise un approfondissement de la division du travail. La rduction des cots de transaction avec ladoption dune monnaie commune y contribue largement

    Mais avec un accroissement de la spcialisation, les risques de divergences conjoncturelles augmentent, comme la soulign P. Krugman (1993).

    De plus, cette asymtrie productive pourra tre renforce par des carts de comptitivit croissants conduisant des divergences structurelles.

  • Ces phnomnes sont renforcs par ladhsion de pays dont le niveau de dveloppement est nettement plus faible que les pays du cur de la zone euro.

    Cette htrognit productive, conomique et sociale conduit des phnomnes de divergence dans la convergence:

    Les tats, les rgions sont en comptition pour attirer les capitaux. Ceci conduit des mouvement de rduction de la fiscalit sur les facteurs de production les plus mobiles. Ce qui contribue roder les ressources des tats

  • Une politique montaire unique pour des conjonctures trs diffrentes conduit des effets non dsirs comme lacclration des crdits dans les pays inflation leve Espagne et Irlande conduisant une crise immobilire majeure.

    Un taux dintrt commun gnre des divergences.

    Les pays en rattrapage ont une forte croissance et bnficient de taux dintrts trop faibles, qui renforcent les carts de croissance.

    Inversement, trop restrictifs pour les pays croissance faible, ils contribuent laffaiblir davantage. Dautre part les consquences dune politique montaire trop expansionniste peuvent tre catastrophiques pour des pays comme lIrlande et lEspagne.

  • Les deux graphiques reprsentent une simulation des rgles de Taylor nationales. Les taux dintrt sont calcul sur la base dune rgle de Taylor. Or on saperoit que la politique montaire nest pas adapte pour plusieurs pays. Les taux dintrts correspondant aux conomies espagnoles, irlandaise, finlandaise sont nettement suprieurs au taux en place dans la zone euro jusquen 2008, jusqu' 3 points de plus en 2007 pour lIrlande.

  • Pour la Grce, le taux en place est beaucoup trop bas par rapport celui auquel elle devrait prtendre jusquen 2005, puis devient plus adapt par la suite.

    Une des consquences dune politique montaire trop expansionniste pour ces pays est une croissance mal contrle et trop rapide, notamment de lendettement priv dans le cas espagnol et irlandais, et public dans le cas Grec. Le gouvernement espagnol avait t alert sur cette question mais, a prfr croire que tout irait bien.

    Cest en Espagne et en Irlande que le taux dendettement priv a t le plus important, il a cru de prs de 20% entre 2003 et 2006. Les autres pays ont un secteur priv beaucoup moins endett entre 2004 et 2007, il sest rapidement rsorb pour la Grce.

  • Ces crdits sont destins au secteur de la construction, qui prend une part beaucoup plus important dans le PIB de des deux pays entre 2004 et 2007, plus de 80000 nouveaux logements construits en 2005 en Irlande. Les prix senvolent, +300% en Irlande entre 1996 et 2005 La crise souligne une convergence de faade fonde sur des dsquilibres insoutenables; lEspagne, lIrlande et la Grce en sont les exemples les plus marquants. Un taux dendettement priv bien trop lev .Absence dun budget vocation contra cyclique au niveau fdral. La crise souligne limpasse dune intgration fonde uniquement sur les mcanismes de marchs.

  • Jacques Mazier Lintgration europenne p.365 Dans Thorie de la Rgulation. LEtat des savoirs 2002

  • Frankel et Rose (1998) remettent en cause les conditions pralables une union montaire. Labsence des conditions idales ex ante dcrites par la version classique des ZMO ninterdirait aucunement la russite ex post dune union montaire condition toutefois que lon observe une synchronisation progressive des cycles conomiques fonde sur un approfondissement de