Des fun©railles eccl©siastiques de l’incin©ration et de la...

Des fun©railles eccl©siastiques de l’incin©ration et de la ...raillesEccl©siastiques... 
Des fun©railles eccl©siastiques de l’incin©ration et de la ...raillesEccl©siastiques... 
Des fun©railles eccl©siastiques de l’incin©ration et de la ...raillesEccl©siastiques... 
Des fun©railles eccl©siastiques de l’incin©ration et de la ...raillesEccl©siastiques... 
download Des fun©railles eccl©siastiques de l’incin©ration et de la ...raillesEccl©siastiques... 

of 4

  • date post

    02-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Des fun©railles eccl©siastiques de l’incin©ration et de la...

  • 1

    Diocse de Mont-Laurier Chancellerie

    Des funrailles ecclsiastiques

    de lincinration et de la disposition des cendres

    Rappel des lignes directrices

    est un fait de socit quaujourdhui la coutume de lincinration du corps des dfunts tend remplacer lensevelissement du corps. Lglise catholique a sa vision

    sur la mort et donc sa position affirme en ce qui concerne les funrailles ecclsiastiques, lincinration et la disposition des cendres du corps dun dfunt.

    Le prsent crit vise rappeler en bref la position de lglise catholique en gnral. Il vise aussi indiquer que les directives pastorales du diocse sont guides et inspires par ce que lglise donne comme normes suivre en matire de funrailles ecclsiastiques. Le diocse de Mont-Laurier adopte ce que lglise recommande en tenant compte des particularits des tendances actuelles au sein de notre socit.

    1. UN DROIT FONDAMENTAL

    Cest le mystre pascal du Christ que lglise clbre, avec foi, dans les funrailles de ses enfants. Ils sont devenus par leur baptme membres du Christ mort et ressuscit. On prie pour quils passent avec le Christ de la mort la vie, quils soient purifis dans leur me et rejoignent au ciel tous les saints dans lattente de la rsurrection des morts et la bienheureuse esprance de lavnement du Christ. 1

    En plus des membres de la famille directe, le dcs dune personne concerne aussi toute la communaut. Lglise catholique a tabli, pour cela, une lgislation sur les funrailles consignes dans le code de droit canonique. Le canon 1176 du code actuel de 1983 dit ce qui suit :

    1 Les funrailles ecclsiastiques doivent tre accordes aux fidles dfunts, selon le droit. 2 Les funrailles ecclsiastiques, par lesquelles l'glise procure aux dfunts le secours spirituel et honore leurs corps en mme temps qu'elle apporte aux vivants le rconfort de l'esprance, doivent tre clbres selon les lois liturgiques. 3 L'glise recommande vivement que soit conserve la pieuse coutume d'ensevelir les corps des dfunts ; cependant elle n'interdit pas l'incinration, moins que celle-ci n'ait t choisie pour des raisons contraires la doctrine chrtienne.

    1 CECC, La clbration des obsques, Rituel des funrailles, 2

    e dition , Paris, Descle-Mame, 1994, p.8.

    C

  • 2

    Cest le droit le plus fondamental de tout fidle davoir des funrailles ecclsiastiques, moins davoir renonc la foi catholique ou davoir choisi lincinration pour des raisons contraires la foi chrtienne (canon 1176). Par linstruction Piam et constantem (La pieuse et constante coutume chrtienne densevelir les corps) du 8 mai 1963, de la Sacre Congrgation du Saint-Office, lglise autorise lincinration pourvu que ce ne soit pas pour des motifs contraires la foi.

    2. DES RGLES LITURGIQUES

    Tout comme les sacramentaux, qui prparent recevoir la grce et disposent y cooprer 2, les funrailles ecclsiastiques sont des signes de la prire de lglise pour les dfunts en mme temps que rconfort et esprance pour les vivants. Elles doivent tre clbres selon les rgles liturgiques en vigueur dans lglise catholique, cest--dire que : Lglise prconise toujours les funrailles chrtiennes en prsence du corps suivies de linhumation; ces funrailles ont de trs profondes racines dans notre culture locale et demeurent un mode privilgi de vivre le dpart dun tre cher. 3 Cependant, depuis 1985, la Congrgation pour le Culte divin permet aux vques du Canada dautoriser la clbration des funrailles aussi bien en prsence du corps dun dfunt quen prsence de ses cendres.4 Les funrailles en prsence des cendres est une drogation une loi universelle qui ne considre que la seule prsence du corps. Parmi les nombreuses coutumes funraires dont tmoigne lhistoire de lhumanit, la crmation ou incinration

    (du latin cinis "cendre") na pas de profonde racine culturelle dans notre Occident judo-chrtien... sauf

    remonter lantiquit romaine! Continuant la coutume dIsral, le christianisme a en effet impos linhumation

    comme unique pratique funraire pendant de longs sicles : dabord dans les catacombes, au temps des

    perscutions, puis, une fois le christianisme devenu religion officielle, dans les glises et les cimetires

    paroissiaux. 5

    La pit populaire s'est loigne des pratiques de momification, d'embaumement ou d'incinration du corps, car

    elles induisent l'ide que la mort provoque la destruction totale de l'tre humain; elle a donc retenu l'inhumation

    comme modle de spulture pour le fidle. En effet, celle-ci voque, d'une part, la terre d'o l'homme est tir (cf.

    Gn 2, 6), et laquelle il doit retourner (cf. Gn 3, 19; Si 17, 1) et, d'autre part, elle se rfre la spulture de

    Jsus, grain de bl tomb en terre, qui a port beaucoup de fruits (cf. Jn 12, 24). 6

    Les fidles qui font le choix de lincinration sont expressment invits ne pas

    2 CATCHISME DE LGLISE CATHOLIQUE, Mame-Librairie ditrice Vaticane, 1992, n

    o 1670.

    3 ASSEMBLE DES VQUES DU QUBEC, Guide canonique et pastoral au service des paroisses, 3

    e dition rvise et

    mise jour, Wilson & Lafleur, Montral, 2006, chapitre VII-2.4.1.

    4 CECC, Bulletin National de Liturgie, n

    o 101, Clbration des funrailles en prsence des cendres .

    5 LOUVEAU, Philippe, Lincinration : quen penser ? , Port Saint Nicolas, adresse Internet

    www.portstnicolas.org/article.php3?id_article=100&psn_f=gono&psn_id-1176-1185, octobre 1996. 6 CONGRGATION POUR LE CULTE DIVIN ET LA DISCIPLINE DES SACREMENTS, Directoire sur la pit populaire et la

    liturgie, no. 254.

  • 3

    conserver les urnes des dfunts de leurs familles dans leurs maisons, mais leur donner une spulture dcente, jusqu' ce que Dieu fasse resurgir ceux qui reposent dans la terre et que la mer rende les morts qu'elle contient (cf. Ap 20, 13). 7 Pour respecter lintgrit de la personne humaine, les funrailles proprement dites seront clbres en prsence de la totalit du corps ou des cendres. Lincinration est permise, moins quelle ne soit choisie pour des motifs contraires la foi; par ailleurs, lglise recommande de procder lincinration aprs les funrailles en prsence du corps, moins de raison majeure. Lurne funraire doit recevoir les mmes marques de respect que le cercueil. 8 Le cercueil contenant lintgralit du corps dun tre humain l o lurne contient lintgralit des restes dun tre humain aussi.

    -------------------------- RAPPEL IMPORTANT -------------------------

    TEMPS ET LIEU DE CLBRER LES FUNRAILLES

    a) Selon le Guide canonique et pastoral, pour le Canada, la coutume interdit les funrailles ces moments-ci : - le dimanche, aux ftes de Nol et de la Maternit divine de Marie (le 1er janvier). Pendant le Triduum pascal, une restriction : les funrailles se clbrent sans eucharistie et donc sans communion.

    b) Pour des raisons pastorales et en fonction de la surcharge des prtres certains jours

    notamment le samedi, le droit particulier de chaque diocse peut mettre des normes concrtes aprs concertation avec les instances diocsaines concernes. Ainsi le diocse de Mont-Laurier a mis des normes en rapport avec la clbration des funrailles : le lieu, le moment, le responsable, le clbrant avec ou sans eucharistie, les frais et honoraires. (Consulter le document mis par le diocse de Mont-Laurier, dcembre 2009 : Clbrer le passage de la vie LA VIE). Ce document (dpliant) fait suite la formation des laques la prsidence des funrailles organise par le diocse.

    c) Dans le diocse de Mont-Laurier, en rsum : - Lglise est le lieu des funrailles avec

    corps ou cendres. Le moment : Du lundi au vendredi de prfrence. Le samedi avant-midi, les funrailles peuvent tre clbres surtout sil sagit dun corps. Jamais : le dimanche, le jour de Nol et le 1er Janvier. Possible mais sans eucharistie ni communion : la matine du Jeudi saint et du Vendredi saint ainsi que du Samedi saint. Le modrateur est le responsable de lorganisation de ce service dans son secteur pastoral. Il est tenu de respecter les normes liturgiques et diocsaines qui encadrent la clbration des funrailles dans lglise en gnral et dans le diocse en particulier.

    7 Ibid.

    8 ASSEMBLE DES VQUES DU QUBEC, Guide canonique et pastoral au service des paroisses, 3

    e dition rvise et

    mise jour, Wilson & Lafleur, Montral, 2006, chapitre VII-2.4.1. Voir aussi la note sur les rites et les textes de la

    Congrgation pour le culte divin, Prot. 327/84 Mgr Virgilio, Secrtaire crit ceci : La prsence de lurne funraire

    exige le mme comportement de dignit et de respect que celle du cercueil (Rome 12 mars 1985).

  • 4

    3. PAR RESPECT

    En vertu du mme respect d la personne humaine et sa condition corporelle, il nous parat inconvenant que les cendres

    soient jetes leau, disperses tout vent, conserves dans un lieu priv dont la proprit et lusage peuvent changer.

    Il convient quelles soient plutt dposes dans un lieu public, cimetire ou mausole. On sassure ainsi dun lieu de mmoire pour les gnrations futures. Il y a lieu de se demander si certains gestes ne trahissent pas une perte du respect que lensemble des civilisations, mme primitives, a gnralement accord leurs dfunts. 9 La pratique de distribuer les cendres dun dfunt entre les diffrents membres de la famille est rprouver puisquelle ne respecte pas lintgrit de la personne humaine et la foi de lglise. La mutilation symbolique du dfunt par la remise des cendres en plusieurs urnes ne peut cesser quavec la promulgation dune loi civile. Car, la loi canonique nest pas coercitive en cette matire entre autres.

    CONCLUSION

    Les funr