BOUGER OUI MAIS COMMENT MOTIVER · PDF file BOUGER OUI MAIS COMMENT MOTIVER ? Pas de conflit...

Click here to load reader

  • date post

    04-Aug-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of BOUGER OUI MAIS COMMENT MOTIVER · PDF file BOUGER OUI MAIS COMMENT MOTIVER ? Pas de conflit...

  • François Carré

    Université Rennes 1 - CHU Pontchaillou - INSERM UMR 1099

    BOUGER OUI MAIS

    COMMENT MOTIVER ?

  • Pas de conflit d’intérêt concernant cette communication

    DECLARATION DE CONFLIT D’INTÉRÊT

  • VOUS ETES MALADE ? BOUGEZ !

    Aucune pathologie chronique stable n’interdit

    définitivement toute forme d’activité physique

    EXPERTISE COLLECTIVE 2019

    AP adaptée individuellement prescrite par un médecin

    AP encadrée par des professionnels du sport adapté au

    moins au début

  • Vous êtes malade ? … BOUGEZ !

    QUELLE AP ?

    AP ADAPTÉE INDIVIDUELLEMENT

    EN PLUS DES AP QUOTIDIENNES

    AÉROBIE + RENFORCEMENT MUSCULAIRE

    ≥ 3 SÉANCES /SEMAINE 30-60 MINUTES

    OBSERVANCE AU LONG COURS

    AIDE POUR LEVER LES FREINS

    OBJECTIFS ADAPTES

    SUIVI ET ENCOURAGEMENT

    PLAISIR

    MALADIES CHRONIQUES STABLES

  • PRESCRIPTION DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE DANS LES ALD

    • Patient atteint d’une affection de longue durée 100 %(ALD)

    • Ayant des besoins spécifiques qui l’empêche de pratiquer dans des conditions ordinaires

    Public ciblé

    • Par le médecin traitant, dans le cadre du parcours de soins du patient

    • Au vu de la pathologie, des capacités physiques et du risque médical du patient

    • Sur un formulaire spécifique

    Prescription

  • GUIDE ET REFERENTIELS DE L’HAS

  • EVALUATION MINIMALE AVANT CONSEILS

    OU PRESCRIPTION D’ACTIVITÉ PHYSIQUE

    - ENCOURAGER ET MOTIVER le patient pour débuter, maintenir ou

    augmenter une activité physique

    - INFORMER / CONSEILLER / RASSURER = éducation thérapeutique

    adaptée à son état de santé, ses pathologies, aux risques repérés et à

    l’AP envisagée

    - Si besoin consultation médicale d’AP dédiée, examens complémentaires

    et/ou avis spécialisé

  • Booth S., et al. Environmental and societal factors affect food choice and physical activity: rationale, influences, and leverage points. Nutrition reviews, 2001, vol. 59, n°3 Pt 2: p. S21-39; discussion S57-65.

    Media & presse

    Système de presse

    Temps de loisirs

    Accessibilité des équipements de loisirs

    Industrie du sport et des loisirs Urbanisation et politique de

    transport

    Horaire de travail

    Gouvernement

    Collectivité territoriales

    Facteurs culturels

    Modèles Sociétaux

    Famille

    Amis et pairs

    Logement

    Offre de loisirs sédentaires

    Véhicule de transport

    Voisinages, parcs, chemins pédestres

    Commerces & centres commerciaux

    Lieu de travail

    écoles

    Sécurité et voisinage

    Cité

    Facteurs génétiques & biologiques

    Image de soiPlaisir

    Valeurs

    Connaissances

    Facteurs psychologiques

    Age SexeStatut socio-

    économique

    Criminalité

    Programme scolaire et

    système éducatif

    FACTEURS SOCIETAUX, POLITIQUES ET LEGISLATIFS

    MICRO-ENVIRONNEMENT ET FACTEURS INTERPERSONNELS

    FACTEURS INDIVIDUELS

    croyances

    FACTEURS INFLUENCANT LA PRATIQUE D’UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE

  • STADES DE MOTIVATION ET ATTITUDES CORRESPONDANTES

    ACCEPTER

    LES RECHUTES

    L’ AMBIVALENCE

  • ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT DU PATIENT

    LE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT NE SE PRESCRIT PAS.

    Approches cognitives et comportementales pour amener progressivement le

    patient vers un mode de vie plus actif et moins sédentaire

  • Activité physique (AP) Tout mouvement lié à lune contraction musculaire qui augmente

    la dépense énergétique par rapport à celle du repos éveillé = BOUGER

    AP adaptée = AP adaptée aux limites individuelles du pratiquant et évolutive avec ses progrès

    11

    Sport

    Exercice physique réalisé dans un cadre réglementaire pratiqué en loisir ou en compétition

    DE QUOI PARLONS NOUS ? (1)

    ACTIVITÉ PHYSIQUE N’EST PAS SPORT

  • Inactivité physique Activité physique journalière inférieure aux recommandations.

    Soit moins de 30 minutes d’AP modérée chaque jour réalisée en une ou plusieurs fois

    AP modérée = marche bon pas, essoufflement minime sans transpirer, possibilité de parler

    12

    Sédentarité Temps journalier passé assis ou couché toutes activités confondues en

    dehors du sommeil .

    Risque si ≥ 7 heures/jour de temps sédentaire

    et si nombreuses périodes assises ininterrompues de plus de 2- 3 heures

    SÉDENTARITÉ ET INACTIVITÉ PHYSIQUE ONT DES RISQUES SANITAIRES INDÉPENDANTS

    DE QUOI PARLONS NOUS ? (2)

    IL FAUT SE LEVER ET BOUGER PLUS

  • RISQUES POUR LA SANTÉ

    DE L’INACTIVITÉ PHYSIQUE ET DE LA SÉDENTARITÉ

    Inactivité physique et sédentarité 1- augmentent le risque de développer une maladie chronique 2- aggravent les maladies chroniques 3-diminuent l’espérance de vie

    Activités physiques et sportives sont validées comme une thérapeutique non médicamenteuse par la haute autorité de santé en 2011

    Une hypertension

    Un diabète

    Un AVC

    Un infarctus

    Un cancer

    DE

    20

    à

    30%

  • ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT DU PATIENT

    LE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT NE SE PRESCRIT PAS.

    Approches cognitives et comportementales pour amener progressivement le patient

    vers un mode de vie plus actif et moins sédentaire

    Expliquer pourquoi l’AP

    SITTING IS THE NEW SMOKING !

  • MALADIES CHRONIQUES NON TRANSMISSIBLES

    Quatre facteurs de risque modifiables

    NOTRE SANTÉ

    DÉPEND AUSSI DE NOUS

  • Méfaits du déconditionnement

    Bienfaits du

    reconditionnement

    L’OBJECTIF EST QUE LE PATIENT CHANGE DURABLEMENT DE SPIRALE

  • Jambe pédalante

    Jambe repos

    1 seule jambe

    Pédalage avec

    Catoire M et al PLoS ONE 2012; 7(11): e51066.

    MECANISMES : EFFETS GENÉTIQUES DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE

    NOUS SOMMES

    GÉNÉTIQUEMENT

    PROGRAMMÈS POUR

    BOUGER

    L’ACTIVITÉ PHYSIQUE

    EST LE MODULATEUR

    DES FONCTIONS VITALES

    DE L’ORGANISME

  • COMMENT AGIT L’ACTIVITÉ PHYSIQUE ?

    Inactivité physique et sédentarité = accumulation de graisse ectopique + baisse masse musculaire et endurance cardiorespiratoire

    => inflammation et stress oxydant chroniques + baisse de l’immunité et de la vasomotricité

    Pedersen BK,

    Febbraio MA

    Nat. Rev.

    Endocrinol.

    2012;8,457-65

    Activité Physique Adaptée

    ↑ Sérotonine ↑ Neurogenèse hippocampique ↑ BDNF / β-endorphines

    ↓ Immuno-inflammation ↓ Stress oxydant ↑ Insulino-sensibilité

    ↓ Fatigue ↓ Symptômes ↓ Complications

    Prévention secondaire et tertiaire des maladies chroniques (Maladies CV, Diabètes, Obésité, Cancers, Troubles mentaux et ostéo-articulaires, BPCO)

    ↑ Endurance cardio-respiratoire ↑ Masse / force musculaire ↑ Capacité oxydative musculaire

    ↓ Stress / Anxiété ↓ Dépression ↓ Douleur

    ↓ Athérosclérose ↓ Pression artérielle ↓ Syndrome métabolique

    ↑ Mobilité / vitesse de marche ↑ Coordination / Equilibre ↓ Dyspnée / Fatigue musculaire

    MYOKINES

    ADIPOKINES

    Activité physique et baisse de la sédentarité

     Baisse inflammation et stress oxydant chroniques + amélioration de l’immunité et de la vasomotricité

  • ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT DU PATIENT

    LE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT NE SE PRESCRIT PAS.

    Approches cognitives et comportementales pour amener progressivement le patient

    vers un mode de vie plus actif et moins sédentaire

    Expliquer pourquoi l’AP

    Repérer les freins et les leviers à la pratique d’une AP du patient

  • PRINCIPAUX FREINS À L’ACTIVITÉ PHYSIQUE

    2018

    Manque de temps

    Manque de motivation

    N'aime pas le sport

    Etat de santé

    Consacre son temps à d’autres activités

    N’aime pas pratiquer seul(e)

    Coût

    48%

    55%

    32%

    19%

    41%

    31%

    23%

    23%

    11%

    11%

    4%

    25%

    18%

    15%

    11%

    8%

    8%

    6%

    3%

    3%

    2%

    En 1 er En 1, 2 ou 3 ème

    Influences négative sociales et environnement

    Fatalisme et résignation (sujets âgés ++)

    Manque d’offres et/ou encadrement

  • Je suis trop fatigué….. Fatigabilité 

    Dyspnée

    Fatigue

    Baisse de l’activité physique

    Déconditionnement physique

    46

    UN FREIN MAJEUR… LE DECONDITIONNEMENT

  • Entretien

    physique

    Plaisir

    40 %

    Bien-être /

    Se dépenser73 %

    58 %

    Les APS préférées Les motivations

    QUELQUES LEVIERS