Amphitheatre Arenes Arles Cag 2008

download Amphitheatre Arenes Arles Cag 2008

of 14

  • date post

    17-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    0

Embed Size (px)

description

arles

Transcript of Amphitheatre Arenes Arles Cag 2008

  • L'AMPHITHTRE D'ARLESHISTOIRE, ARCHITECTURE, ARCHOLOGIE, RESTAURATIONS

    Vue arienne du monument avant les restaurations des annes 2000

    L'amphithtre a t construit vers la fin du Ier sicle de notre re, sur les pentes de la colline de laHauture, au nord-est du thtre. Il n'est pas ax sur la trame de la ville augustenne. Sa constructionest lie l'extension urbaine de la fin du Ier sicle qui entrana l'arasement du rempart augusten aunord-est de la ville. Les vestiges de ce rempart et d'une tour qui ont t intgrs dans les maonne-ries du sous-sol de l'amphithtre sont encore visibles aujourd'hui.

    1 - Historique des recherches et des restaurations

    a) L'amphithtre d'Arles de l'Antiquit tardive au dbut du XIXe sicle

    C'est certainement au cours du Ve sicle que l'abandon progressif des arnes a entrain le dbut dupillage des matriaux de construction du monument et son occupation par des constructions para-sites.

    1

  • Aprs avoir servi quelque temps de carrire, ce qui a entran la disparition de la plupart des gradinset des niveaux suprieurs de l'difice (attique et entablement du premier tage), l'amphithtre a ttransform en enceinte fortifie par la fermeture de toutes ses arcades. Quatre tours ont tconstruites dans les axes du monument, sur l'extrados des arcades du premier tage. (Il n'en subsisteque trois aujourd'hui, les derniers vestiges de la tour sud ayant t arass au XIXe sicle).

    L'arne et la cavea ont peu peu t occupes par des constructions de toutes sortes (les contrats devente des maisons au moment du dgagement des arnes dcrivent, des pressoirs, caves, granges,tables, moulins, pigeonniers, une salle de spectacle,...). On connat galement l'existence de deuxglises. Saint-Michel-de-l'Escale, qui fut l'glise paroissiale des arnes jusqu'en 1617, tait installedepuis le XIIIe sicle au premier tage de la galerie extrieure de l'amphithtre (dans la trave 45).Saint-Gens construite sur le troisime maenianum (trave 43), tait un but de procession jusqu'audbut du XIXe sicle.

    L'amphithtre sur une gravure de Jacques Peytret, 1686 (mdiathque d'Arles)

    L'tat du monument provoqua l'indignation des rois de France passant Arles (Franois Ier en 1533et Henri IV en 1609). Ils recommandrent tous deux la dmolition des maisons construites dans lemonument. Mais rien ne fut fait la suite de leur passage.

    Aux XVII e et XVIII e sicles, le monument a suscit de plus en plus l'intrt des antiquaires, desvoyageurs et des artistes. En 1665, une premire description dtaille du monument est donne parle pre J. Guis dans sa "Description des arnes ou de l'amphithtre d'Arles". Les arnes ont dslors souvent t reprsentes (la gravure la plus connue tant de J. Peytret en 1686). En 1735, laville prit les premires mesures de protection du monument en interdisant la rparation des maisonsen ruine. Cette mesure eut pour consquence de rduire l'entretien de certaines parties du monumentet d'acclrer sa dgradation.

    A la fin du XVIII e sicle, fut entrepris le dblaiement des arnes de Nmes. Mais Arles, c'est seule-ment en 1812, qu'un premier rapport propose le dblaiement des arnes, qui sont alors dans un tatpitoyable (Rapport de Frzel, architecte voyer, concernant le dsencombrement de l'amphithtre enjanvier 1812). Le projet mit du temps aboutir. La ville racheta quelques maisons ds 1818. Maisc'est seulement en 1823 que le dblaiement commena rellement.

    2

  • b) Rachat des maisons, expropriations et travaux de dblaiement de 1823 1851

    En 1824, sous l'impulsion du maire, le baron de Meiffren Laugier de Chartrouse, le dblaiement desarnes commena. Au dpart, la ville finana seule les premiers achats de maisons et les dmoli-tions mais les travaux n'avanaient pas vite. En 1825, la ville fit faire une nouvelle estimation desbiens et fit dresser un plan parcellaire du quartier des arnes. Le budget restait assez faible, maiscette mme anne, 12 traves successives ont pu tre malgr tout dgages.

    Progressivement les arnes devinrent un vritable chantier de dmolition et la destruction des mai-sons mit parfois les maonneries antiques en danger, certaines parties s'croulrent, causant des ac-cidents mortels. La ville se rendit compte de la ncessit de restaurer l'difice au fur et mesure desdmolitions. J.-B. Nalis puis G. Vran, les architectes de la ville, furent chargs de mener ces pre-miers travaux de consolidation, qui concernrent essentiellement la reprise des arcades de la faade.

    Fin 1827, 114 maisons furent vendues. Il restait alorsencore 212 maisons acqurir1. En 1830, la quasi-to-talit de la surface intrieure des arnes tait dblaye.Les matriaux rcuprs lors des dmolitions furentvendus et le tout venant fut utilis pour la constructionde la route Arles- Marseille. Il faut attendre la dcen-nie suivante avec la reprise en main du chantier par unarchitecte des Monuments historiques pour que lesblocs antiques en remploi dans les constructionssoient rcuprs.

    En 1840, l'amphithtre avait t class sur la pre-mire liste des Monuments historiques. L'architecteCharles Questel fut charg ds 1844 d'achever le d-gagement des arnes et d'en amnager les abords, no-tamment par la dmolition de certains immeubles ju-gs trop proches de la faade. Des fonds exceptionnelsfurent alors allous la ville. Pourtant, malgr les avisd'expropriation et le dcret dclarant l'utilit publiquedes travaux en 1841 et 1847, les dgagements nes'achevrent qu'en 1851.

    Plan cadastral de l'amphithtre en 1830 (archives dpartementales des Bouches-du-Rhne)c) Les restaurations

    tat du monument avant restauration

    Deux sources essentielles nous indiquent l'tat de l'amphithtre avant le dbut des restaurations : cesont d'une part la maquette au 1/100e de l'amphithtre construite par Auguste Pelet (J. Durand,1982-1983) vers 1830 et conserve au Muse des Antiquits Nationales Saint-Germain-en-Laye etd'autre part les relevs dresss par Ch. Questel avant le dbut des travaux.

    1 Ce dernier nombre est celui de la totalit des maisons occupant l'amphithtre ; les 114 concernent unepartie d'entre elles, aussi bien que celle rachetes par de mmes dlibrations pour le dgagement du thtreantique voisin.

    3

  • lvation du ct ouest des arnes par Charles Questel en 1845 (mdiathque du Patrimoine)

    Ces documents extrmement prcis permettent de mesurer l'ampleur des restaurations qui ont tpoursuivies sur ce monument. Plus tard, les premires photographies prises lors de la Mission H-liographique Baldus en 1851, puis celles du photographe Dominique Roman vers 1862 et enfin lesclichs datant des travaux de restauration de H. Rvoil dans la seconde moiti du XIXe sicledonnent diffrents tats de l'avance des travaux.

    Les travaux (1845-1853) de Charles Questel

    A partir de 1845, Ch. Questel, l'architecte des Monuments historiques dj charg de de la restaura-tion de l'amphithtre de Nmes, s'est consacr la fin des travaux de dgagement, l' amnage-ment des abords et la restauration du monument. Les dernires maisons juges trop proches dumonument furent dmolies. On acheva le dblaiement du sol de l'arne jusqu'au niveau du sous-solantique. Une note de 1848 signale que le sol a t un peu trop abaiss et qu'il faut le rehausser. Cer-taines plaques inscrites du podium ont t retrouves lors ds fouilles, d'autres ont t renverses etbrises lors des courses de taureaux. A l'automne 1848, Ch. Questel les fit remonter et les fit fixer aumoyen de crampons.

    A la priphrie des arnes, le niveau antique fut galement dgag jusqu'au substrat rocheux. Lesdnivellations importantes entre le monument et les rues adjacentes avaient rendu ncessaire le r-amnagement des abords des arnes (au sud-ouest, les rues sont situes 6 m au-dessus du sol an-tique et au nord, elles sont 5 m en-dessous).

    Questel cra une plate-forme nivele de 12 m de large autour de l'amphithtre, l'exception duct ouest o se trouve l'aqueduc. Dans cette zone, il demanda de "mettre le rocher bien nu et dedblayer l'intrieur de l'aqueduc antique". La vote de l'aqueduc fut consolide. La plate-formecre, pave de galets, fut borde de murs de soutnement surmonts d'une balustrade en fer. Cesconstructions auxquelles vinrent s'ajouter la construction d'un perron devant l'entre nord et la posede grilles dans les arcades, ne furent acheves qu' la fin de 1850.

    L'entre nord de l'amphithtre en 1840 (mdiathque d'Arles)

    4

  • Paralllement aux travaux d'amnagement, des travaux de restauration furent mens sur le monu-ment lui-mme. Ils concernaient surtout les arcades la faade, la galerie extrieure au rez-de-chaus-se et au au premier tage et les escaliers menant la galerie d'entresol. Dans la cavea, les maon-nerie moellons soutenant les gradins et l'extrados des votes furent consolides. Un projet de re-construction des gradins ne fut pas accept des Monuments historiques. En revanche, les blocs an-tiques en grand appareil retrouvs lors des dmolitions sont reposs dans le monument. C'est le casde nombreux gradins et des gardes-corps placs dans les traves 54 56. Priode 1853-1861

    Durant cette priode, les travaux de restauration mens par Questel furent interrompus. En 1861, laville entreprit des travaux visant crer des places confortables lors des courses taurines. Sansconsultation de la Commission des Monuments historiques, G. Vran fut charg de la constructionde quatre ranges de gradins sur la tribune ouest et des escaliers d'accs.

    Campagnes de travaux (1861-1900) menes par Rvoil

    L'architecte en chef H. Rvoil fut charg du monument partir de 1860. Ses premiers travaux s'atta-chrent l'dification de deux vomitoires et l'achvement de la tribune ouest. L'tat gnral dumonument tant catastrophique, des subventions importantes furent votes. Elles permirent laconsolidation des substruct