Agota Kristof Le Grand Cahier

Click here to load reader

  • date post

    24-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    62
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Agota Kristof Le Grand Cahier. Un livre ne peut être aussi triste qu’une vie. Agota Kristof, Le troisième mensonge , 1991. Agota Kristof L’ENFANCE. 30 octobre 1935: Naissance d’ Agota Kristof, dans un petit village de Hongrie. Son père est l’unique instituteur du village. - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of Agota Kristof Le Grand Cahier

Diapositive 1

Agota KristofLe Grand Cahier

Un livre ne peut tre aussi triste quune vie.

Agota Kristof, Le troisime mensonge, 19911Agota Kristof

LENFANCE30 octobre 1935: Naissance dAgota Kristof, dans un petit village de Hongrie.Son pre est lunique instituteur du village.Agota et son frre Jano, qui na quun an dcart avec elle, sont insparables.Elle aime laborer de longs mensonges et raconter des histoires ses camarades de classe.

Guerre et OccupationDeuxime Guerre Mondiale : la Hongrie fait partie de lAxe.En 1949, aprs la dfaite des nazis, la Hongrie est occupe par les armes sovitiques.Atmosphre de pauvret extrme dans le pays. 14 ans, Agota Kristof entre linternat, o rgne une ambiance militaire.criture de pomes en Hongrois.Organisation de petits spectacles dont le thme principal est limitation des professeurs.

Lexil1956: Insurrections proltariennes motives par la haine gnralise du stalinisme. Svres rpressions du gouvernement sovitique: 3000 morts et 13 000 blesss.Agota Kristof doit senfuir du pays avec sa fille de 4 ans et son mari.Exil en Suisse et rupture amoureuse. Kristof travaille dans une usine dhorlogerie et lve sa fille seule. Elle crit durant la nuit.

Une premire publication en franais1986 : Publication du livre Le Grand Cahier aux ditions du Seuil.Trs grand succs, plusieurs traductions.Cest la chose la plus importante dune vie.Tout tre humain doit avoir crit un livre.Un livre ne peut tre aussi triste quune vie.

Le roman dapprentissage

Genre littraire romanesque qui soppose au rve et lvasionCaractre autobiographiqueConstruction de lindividu.Confrontation avec le monde et dveloppement dune pense personnelle.

Les annes dapprentissage : Lhomme et son milieuApprentissage de la survie dans un monde inhospitalier.Rencontre avec lhomme au sommet de sa laideur : guerre et cruaut.Lexprience des tats limites : la guerre comme laboratoire des dviances sexuelles et comportementales.Un style cru et dpouill: le style indirect libre et la parataxe.

Adaptabilit et renforcement : laggLe choix de la survie et du combat : Dominer ou tre domin.Exercices de renforcement physique et mental.Le confort devient chose trangre aux jumeaux, ils nen ont plus besoin.Nous voulons seulement vaincre la douleur, la chaleur , le froid, la faim, tout ce qui fait mal.

Le renforcement (suite) Quand il y aura quelque chose tuer, il faudra nous appeler. Cest nous qui le ferons. Elle dit: - Vous aimez a, hein ? Non, Grand-Mre, justement, nous naimons pas a. Cest pour cette raison que nous devons nous y habituer. (P.55)Aussi nous apprenons nous dfendre contre les grands. Nous fabriquons des armes: nous aiguisons des pierres, nous remplissons des chaussettes de sable et de gravier. Nous avons aussi un rasoir, trouv dans le coffre du galetas, ct de la Bible. (p.57)Mes chris ! Mes amours ! Je vous aime [] force dtre rpts, les mots perdent peu peu leur signification et la douleur quils portent en eux sattnue. (p.24)

Les preuvesLe concept dpreuves (lpreuve du jene, de la mendicit, etc.) nest pas sans nous faire songer aux romans de la Table Ronde de Chrtien de Troyes, ainsi qu lidal chevaleresque.Ils finissent pas se gagner le respect et ladmiration de tous, grce leurs tonnantes facults dadaptation.

La dsensibilisation : un rempart contre le pathosAprs avoir t abandonns par leur mre au dbut du rcit, ils se sont dtourns progressivement de lenfance, du jeu et de la joieLe point culminant de cette monte prcoce vers lge adulte intervient la fin, avec la disparition du pre (parricide symbolique). Au point de vue stylistique, les jumeaux adoptent un point de vue extrieur neutre. Cela leur permet de garder une distance avec la ralit et de ne pas se laisser envahir par la noirceur environnante. Dimension intellectuelleLeur discipline (du moins, au niveau physique et psychologique) se rapproche de lidal spartiate, mais elle va encore plus loin, puisquelle implique galement un renforcement intellectuel.Nous nous mettons crire. Nous avons deux heures pour traiter le sujet et deux feuilles de papier notre disposition. [] Si cest Bien, nous pouvons recopier la composition dans le Grand Cahier. (p.32-33)

Prsence de la littrature : criture et survie de lme

criture, observation et exprimentation : Le Cahier exprimental Leur travail dcriture se spare en deux: les anecdotes et les preuves.Les anecdotes concernent lobservation et la description objective du monde qui les entoure. On peut y voir linfluence du courant raliste. Les preuves dcoulent souvent des anecdotes. Elles constituent lexprimentation du monde ce monde et la tentative dadaptation. La ralit devient alors un macro laboratoire o le sujet principal est ltre humain en situation de guerre. Le Grand Cahier, de par son style dpouill et cru, mais galement (et surtout) par son caractre exprimental, est facilement assimilable au projet naturaliste dmile Zola.

Le Cahier exprimental (suite)[Exercice de mendicit] -Pourquoi mendiez-vous ? Pour voir quel effet a fait et pour observer la raction des gens. (P.39)Nous avons remarqu que les gens qui se trouvent dans la cave dune maison bombarde sont toujours morts. Par contre, la chemine de la maison reste presque toujours debout. (p.106)

criture et vritPour dcider si cest Bien ou Pas bien, nous avons une rgle trs simple: la composition doit tre vraie. Nous devons crire ce que nous voyons, ce que nous entendons, ce que nous faisons. (p.33)Par exemple, il est interdit dcrire: Grand-Mre ressemble une sorcire ; mais il est permis dcrire: Les gens appellent Grand-Mre la sorcire. (p.33)

Le Grand Cahier: Un rcit fondateur Aux vertus chrtiennes et chevaleresques (vertu, loyaut, prouesse, saintet), on substitue des valeurs de survie (endu-rance, absence de sensiblerie, dtermina-tion et sang froid, ncessit, exactitude et froideur scientifique). Celles-ci sont mieux adaptes au contexte de guerre dans lequel vivent les jumeaux.

Caractre biblique (suite)Vous connaissez donc les Dix Commandements. Les respectez-vous ? Non, monsieur, nous ne les respectons pas. Personne ne les respecte. Il est crit : Tu ne tueras point et tout le monde tue. Le cur dit: - Hlas, cest la guerre. (p.86)Nous ne prions jamais, vous le savez bien. Nous voulons comprendre. (p.110)Car le mot aimer nest pas un mot sr, il manqu de prcision et dobjectivit. Aimer les noix et aimer notre Mre, cela ne peut vouloir dire la mme chose. La premire dsigne un got agrable dans la bouche lautre un sentiment. (p.33)En rentrant, nous jetons dans lherbe haute qui borde la route les pommes, les biscuits, le chocolat et les pices de monnaie. La caresse sur nos cheveux est impossible jeter. (p.39)

La mise en abyme et lexprience de la fictionLa mise en abyme (en littrature) est un procd qui consiste placer, lintrieur dun rcit donn, un autre rcit qui en reprendra les thmes du premier. Cest le concept des poupes russes, du rcit lintrieur du rcit. Ce procd produit un effet de super-position et de profondeur.La mise en abyme, dans Le Grand Cahier, permet lauteur dlaborer une rflexion profon-de sur limportance de la litt-rature et de la fiction.

Importance de lironie dans Le Grand Cahier : Histoire du pauvre et du riche La prsence de lironie (on pourrait galement dire humour noir) est flagrante. Lironie constitue non seulement une mise distance, mais galement une faon de triompher de la laideur par le rire. Il secoue les cendres de sa cigarette dans la paume de sa main. Le riche, qui aimerait bien que le pauvre sen aille, feint de ne pas voir que lhomme a besoin dun cendrier. []a sent bon chez vous, monsieur. a sent la propret. a sent aussi la soupe chaude. Je nai pas encore mang aujourdhui. Vous auriez d. [Le riche se retrouvant seul] Merci, Seigneur Jsus, pour tous tes bienfaits []

Lexprience du Double

Gmellit et autosuffisanceIls ne nous apparaissent jamais pitoyables, ou plai-ndre, et cest principalement parce quils ne sont jamais seuls. Ils sont fusionns. On peut mme noter, du point de vue stylistique, quils parlent constamment lunisson, ce qui nest pas sans crer un effet dtrangetNous dcidons de poursuivre nos tudes sans institutions, seuls. (p.28)

La sparationCette distance entre nous nous semble monstrueuse, la douleur que nous en prouvons est insupportable. Cest comme si on nous avait enlev la moiti de notre corps. Nous navons plus dquilibre, nous sommes pris de vertige, nous tombons, nous perdons connaissance. (p.27)La mre: Ils ne font quune seule personne. (p.26)La sparation se prsente comme lpreuve finale, aprs le meurtre symbolique du pre. On pourrait linterprter comme le passage officiel lge adulte, la dsillusion, la mort dfinitive de lenfance

Une fable noire

Entre le conte et lautobiographieLa vrit ou le mensongeLa fiction ou la ralitKLAUS et LUCAS

J'essaie d'crire des histoires vraies, mais, un moment donn, l'histoire devient insupportable par sa vrit mme, alors je suis oblig de la changer (...) Alors, j'embellis tout.

Agota Kristof, Le troisime mensonge, 1991

Conception et ralisation : Blaise GaulinSynthse Un roman dapprentissage qui illustre le caractre indispensable de la fiction en ce qui a trait la survie, ainsi qu ladaptation au monde, dans un contexte de guerre et de dshumanisation.

http://poesieblgal2.wordpress.com/