Administering Thunder Article

Click here to load reader

  • date post

    08-Nov-2014
  • Category

    Documents

  • view

    23
  • download

    3

Embed Size (px)

description

a

Transcript of Administering Thunder Article

Lowell Skar

Administering Thunder: A Thirteenth-Century Memorial Deliberating the Thunder RitesIn: Cahiers d'Extrme-Asie, Vol. 9, 1996. pp. 159-202.

Citer ce document / Cite this document : Skar Lowell. Administering Thunder: A Thirteenth-Century Memorial Deliberating the Thunder Rites. In: Cahiers d'Extrme-Asie, Vol. 9, 1996. pp. 159-202. doi : 10.3406/asie.1996.1115 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/asie_0766-1177_1996_num_9_1_1115

Rsum Vers le XIIIe sicle, les ides et pratiques ayant cours dans la Chine ancienne vis--vis des puissances du tonnerre se maintenaient dans la majorit de la population. Elle y voyait des signes des pouvoirs rtributifs et gnrateurs du ciel. Cependant un nombre grandissant d'individus percevaient ces puissances au sein de systmes plus labors de Rituel du Tonnerre (leifa) transmis via des filiations textuelles localises. D'une sophistication pouvant varier considrablement, ces Rituels du Tonnerre attiraient des personnes d'origines sociales et de niveaux d'ducation fort divers. Ces rituels appartenaient souvent des traditions mises en avant par des lignes taostes parmi lesquelles il y avait aussi bien celles nanties de la gnalogie la plus antique que celles qui ne s'taient signales que durant les trois sicles antrieurs. Une abondante varit de ces systmes de Rituel du Tonnerre survivent l 'tat de rsidus textuels dans le Canon taoste des Ming. La recherche de ces vingt dernires annes a fait des Rituels du Tonnerre un lment de mieux en mieux connu du paysage religieux des Song et des Yuan. Cependant, leurs relations avec les autres traditions religieuses et avec la socit mdivale sont moins bien comprises. Tout en matrisant des traditions rituelles qui drivaient de situations locales avec patronage local, de nombreux exorcistes et prtres itinrants, parmi lesquels il y avait des experts du Rituel du Tonnerre, faisaient appel au patronage de la cour impriale des Song. En se faisant accepter par les lignes taostes tablies et mises au dfi, ils pouvaient promouvoir leurs pratiques avec plus de lgitimit et sur une plus vaste chelle. Certaines lignes parvinrent altrer les degrs d'initiation des prtres taostes la fin de l 'poque des Song, mais la prolifration continue et la transmission de traditions d 'exorcisme en dehors de ces grades rituels taostes modifis tmoignent de l'impossibilit qu'il y eut d'imposer les grades en question tous les pratiquants des rites du tonnerre. Les pratiquants de cette poque taient conscients de la confusion rgnant dans les rites du tonnerre et quelques prtres taostes tentrent d'imposer un certain ordre parmi les divers systmes. Ces mises en ordre rvlent non seulement les aspects du Rituel du Tonnerre que ces prtres connaissaient, mais leurs prfrences individuelles dvoilent aussi quel ordre ils voulaient se rattacher. Cependant plus que les anciennes traditions liturgiques taostes et que les lignes plus rcentes d 'exorcistes, ce qui importe sont les noms modifis et les formes d'une large varit de dieux, de cultes et d'ides intgrs dans les Rituels du Tonnerre auxquels adhrait un public lac. Une analyse plus dtaille de ces lments intgrs aidera dterminer le contexte d'o sont sortis les systmes du Rituel du Tonnerre. La ptition rituelle traduite ci-dessous fut adresse en 1216 au Bureau du Tonnerre cleste par un prtre taoste nomm Bai [ou Bo] Yuchan qui tait depuis peu arriv dans les Monts Wuyi du Fujian du nord-ouest. Durant l'hiver 1215, l'excution couronne de succs d'un exorcisme en faveur d'une influente famille locale lui gagna le patronage de cette famille et marqua pour lui le dbut d'une dcennie de remarquable activit religieuse. Peu aprs, il fit une grande impression sur les autorits de la montagne proche du Longhu shan. Il aida y diffuser les enseignements qu'il avait reus de son matre Chen Nan pendant un stage d'tude de neuf ans commenc en 1205. La ptition-mmorial fait plus qu'exposer la diversit des traditions du Rituel du Tonnerre connues par Bai en son temps. Elle introduit aussi un certain ordre parmi celles-ci et promeut un rang suprieur certaines divinits qui y sont incluses. Discussion et dispute sur la validit de plusieurs aspects des systmes de Rituel du Tonnere connus de Bai lui fournissent le contexte au travers duquel il peut esquisser un systme qui drivait de son matre et qu 'il considrait comme plus vrai et plus correct. Il est clair qu'une grande part du caractre correct attribu ce systme drive du systme Shenxiao alors g d'un sicle et au rituel duquel Bai avait souvent recours. Cependant sa source immdiate est Chen Nan qui reut des rvlations d'une importante figure au Ministre du Tonnerre. Nanmoins, la structure du mmorial et sa destination font appel d'anciennes formes rituelles tablies par les Matres Clestes et les traditions de la Suprme Puret. Tandis que Bai exerait sa pratique comme un Joyau Numineux avec formation dans le systme Shenxiao, ses disciples et lui ont sans doute contribu instiller leur varit de Rituels du Tonnerre l'intrieur de la synthse taoste plus vaste lance par des matres se proclamant reprsentants du mouvement de la Pure Tnuit (qingwei), mouvement qui tait aussi actif dans le nord-ouest du Fujian durant la seconde moiti du XIIIe sicle.

ADMINISTERING THUNDER: A THIRTEENTH-CENTURY MEMORIAL DELIBERATING THE THUNDER RITES1 Lowell SKAR Vers le XIIf sicle, les ides et pratiques ayant cours dans la Chine ancienne vis--vis des puissances du tonnerre se maintenaient dans la majorit de la population. Elle y voyait des signes des pouvoirs rtributifs et gnrateurs du ciel. Cependant un nombre grandissant d'individus percevaient ces puissances au sein de systmes plus labors de Rituel du Tonnerre (leifa) transmis via des filiations textuelles localises. D 'une sophistication pouvant varier considrablement, ces Rituels du Tonnerre attiraient des personnes d'origines sociales et de niveaux d'ducation fort divers. Ces rituels appartenaient souvent ds traditions mises en avant par des lignes taostes parmi lesquelles il y avait aussi bien celles nanties de la gnalogie la plus antique que celles qui ne s 'taient signales que durant les trois sicles antrieurs. Une abondante varit de ces systmes de Rituel du Tonnerre survivent l 'tat de rsidus textuels dans le Canon taoste des Ming. La recherche de ces vingt dernires annes a fait des Rituels du Tonnerre un lment de mieux en mieux connu du paysage religieux des Song et des Yuan. Cependant, leurs relations avec les autres traditions religieuses et avec la socit mdivale sont moins bien comprises. Tout en matrisant des traditions rituelles qui drivaient de situations locales avec patronage local, de nombreux exorcistes et prtres itinrants, parmi Our understanding of Chinese religion advances, to a definite but unknown degree, thanks to the "hidden virtue" (yinde Psf) secretly accumulated for us by earlier scholars. Latter-day scholars reap unknown benefits sown and nurtured by their forebears. This is not unique to the study of China's religious practices, but in this case it is poignant. I offer this essay in gratitude to Anna Seidel, whose virtues, energy, and work in the bright world continue to benefit many other scholars besides myself, despite her premature passage to the other side. My thanks should be evident in the choice of this ritual petition that expands upon Anna's pioneering research on China's long involvement with the divine hierarchies of the "dark world," which Daoist ritual dispensations repeatedly attempted to co-opt and supersede through various bureaucratic and meditative means throughout China's long history. I would also like to thank the more mundane, but more sustaining, individuals, institutions and funding which contributed to the production of this essay. Kristofer Schipper was very giving of his time and assistance during my stay in Paris from 1990 to 1991 as a research student with an American Council of Learned Societies fellowship. Between 1991 and 1993 I was fortunate to be at the Research Institute in the Humanities of Kyoto University as a research student under the guidance of Dr. Tanaka Tan funded by the Japanese Ministry of Education. From 1993 to 1995 I was at the Needham Research Institute in Cambridge, England, with support from the National Science Foundation. Many friends and colleagues at these places provided much help and kindness, making my research more productive and more enjoyable, and I would like to thank them, collectively, here. Cahiers d'Extrme-Asie 9 (1996-1997) : 159-202.

160

Lowell Skar lesquels il y avait des experts du Rituel du Tonnerre, faisaient appel au patronage de la cour impriale des Song. En se faisant accepter par les lignes taostes tablies et mises au dfi, ils pouvaient promouvoir leurs pratiques avec plus de lgitimit et sur une plus vaste chelle. Certaines lignes parvinrent altrer les degrs d'initiation des prtres taostes la fin de l 'poque des Song, mais la prolifration continue et la transmission de traditions d 'exorcisme en dehors de ces grades rituels taostes modifis tmoignent de l'impossibilit qu'il y eut d'imposer les grades en question tous les pratiquants des rites du tonnerre. Les pratiquants de cette poque taient conscients de la confusion rgnant dans les rites du tonnerre et quelques prtres taostes tentrent d'imposer un certain ordre parmi les divers systmes. Ces mises en ordre rvlent non seulement les aspects du Rituel du Tonnerre que ces prtres connaissaient, mais leurs prfrences individuelles dvoilent aussi quel ordre ils voulaient se rattacher. Cependant plus que les anciennes traditions liturgiques taostes et que les lignes plus rcentes d 'exorcistes, ce qui importe sont les noms modifis et les formes d'une large varit de dieux, de cultes et d'ides intgrs dans les Rituels du Tonnerre auxquels adhrait un public lac. Une analyse plus dtaille de ces lments intgrs aidera dterminer le contexte d'o sont sortis les systmes du